Rechercher
Rechercher

Politique - Sécurité

Cinq activistes syriens kidnappés dans l'ambassade de Syrie au Liban, Damas dément

"Une fois arrivés à l'ambassade, les jeunes hommes ont été attaqués par des forces de sécurité et arrêtés. On ne sait pas s'ils sont toujours détenus dans l'ambassade à Yarzé ou s'ils ont été emmenés en Syrie", rapporte al-Modon.

Cinq activistes syriens kidnappés dans l'ambassade de Syrie au Liban, Damas dément

Des déplacés syriens de la région de Deraa en Syrie. Photo d'archives NurPhoto/AFP

Cinq activistes syriens originaires de Deraa ont été enlevés mardi puis vendredi dans l'ambassade de Syrie à Beyrouth, après que le régime syrien les a convoqués sous prétexte de récupérer leur passeport, rapportent plusieurs sites d'informations libanais. Toutefois, l'ambassadeur de Syrie au Liban a démenti ces affirmations. Ces enlèvements interviendraient alors que des groupes rebelles évacuent Deraa en ce moment, suite à une féroce campagne militaire du régime et de son allié russe.

"D'après des militants syriens, une fois arrivés à l'ambassade, les jeunes hommes ont été attaqués par des forces de sécurité et arrêtés. On ne sait pas s'ils sont toujours détenus dans l'ambassade à Yarzé ou s'ils ont été emmenés en Syrie", rapporte le site d'information libanais al-Modon. Ils étaient arrivés au Liban le 18 août et avaient demandé des passeports auprès de l'ambassade de Syrie. Selon le site, ils projetaient de se rendre au Kurdistan irakien, un espace accessible sans visa. 

Lire aussi

Amnesty enjoint au gouvernement syrien de lever le "siège" de Deraa

Taoufik el-Hajji a été kidnappé mardi, rapporte le site. "Selon le militant et journaliste Omar el-Hariri, les quatre autres personnes enlevées hier sont Ahmed Ziyad el-Eid, Ibrahim Majid el-Chamri, Mohammad Abdallah Soleiman el-Waked et Mohammad Saïd el-Waked", révèle pour sa part le média Megaphone.  Taoufik el-Hajji est l'un des anciens chefs d'une faction de l'Armée syrienne libre, il était commandant de la brigade Foursan el-Ababil, active au nord de Deraa et au sud de Damas. Après que le régime a repris le contrôle de ces zones, il est retourné à Jassim, sa ville d'origine, puis est devenu membre du comité central de la campagne du nord de Deraa.

Damas dément

Réagissant à ces informations, l'ambassadeur de Syrie au Liban, Ali Abdel Karim Ali, a démenti tout enlèvement. "Ces informations sont fausses. Personne n'a été enlevé dans l'ambassade de Syrie", a affirmé le diplomate dans des propos accordé à une chaîne télévisée."Il est sûr que personne n'est porté disparu depuis l'intérieur de l'ambassade. Nous sommes en contact avec les forces de sécurité libanaises afin d'obtenir des réponses", a-t-il ajouté.

L'État libanais n'a pas commenté cette affaire jusque-là. Réagissant à ces développements, le Parti socialiste progressiste du leader druze libanais Walid Joumblatt, farouche opposant au régime Assad, à estimé que ces enlèvements constituaient une atteinte à "tous les us, lois et coutumes internationaux ainsi qu'à la souveraineté libanaise". "Cela pose des questions sur tous les opposants syriens rentrés au Liban après avoir fui les détentions, la torture et la mort", a estimé le PSP dans un communiqué. Il a demandé "ce que comptait faire le ministère libanais des Affaires étrangères à cet égard".

Berceau du soulèvement contre le régime en 2011, le province de Deraa est régulièrement secouée par des attentats et des attaques contre les forces de Bachar el-Assad depuis sa reconquête à l'été 2018. En vertu d'un accord inédit négocié par Moscou, les rebelles avaient été autorisés à y rester. Fin juillet, de violents combats ont éclaté tandis que les forces du régime resserraient l'étau sur Deraa al-Balad, grand quartier du sud de la ville éponyme tenu par d'anciens rebelles. En un mois, les combats ont fait 38.600 déplacés, dont la plupart ont fui Deraa al-Balad, avait indiqué mardi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). Parmi ces déplacés, environ 15.000 sont des femmes et plus de 20.400 des enfants, selon l'Ocha.


Cinq activistes syriens originaires de Deraa ont été enlevés mardi puis vendredi dans l'ambassade de Syrie à Beyrouth, après que le régime syrien les a convoqués sous prétexte de récupérer leur passeport, rapportent plusieurs sites d'informations libanais. Toutefois, l'ambassadeur de Syrie au Liban a démenti ces affirmations. Ces enlèvements interviendraient alors que des groupes...

commentaires (4)

Rien d'étonnant quand il s'agit de notre sœur et son régime sévère.... Elle ne.perd plus seulement des kilos mais aussi des citoyens!!

Wlek Sanferlou

17 h 26, le 29 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Rien d'étonnant quand il s'agit de notre sœur et son régime sévère.... Elle ne.perd plus seulement des kilos mais aussi des citoyens!!

    Wlek Sanferlou

    17 h 26, le 29 août 2021

  • "… Personne n'a été enlevé dans l'ambassade de Syrie, a affirmé le diplomate …" - techniquement il a raison. Ils ont été appréhendés sur le pas de la porte et emmenés directement à la cave. Donc pas de kidnapping dans l’ambassade. Chlone fhemna?

    Gros Gnon

    19 h 01, le 28 août 2021

  • L’ambassadeur syrien a démenti….. je m’étouffe de rire ! Mais est ce que le régime syrien sait faire autre chose que mentir en permanence. Même dans des interviews bidon avec des chaînes internationales, Bachar El Assad ment comme il respire sur tous les sujets

    Censuré par l’OLJ

    16 h 37, le 28 août 2021

  • LES MAFIEUX, DES DEUX COTES, ONT AGI DEMOCRATIQUEMENT PLUS DE LIBERTE SEULEMENT EN IRAN ET EN AFGHANISTAN. DOMMAGE SI DES NOTRES ONT PARTICIPE A CET ENLEVEMENT.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    13 h 41, le 28 août 2021

Retour en haut