Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

La reconnaissance du génocide arménien

L’impunité d’un génocide entraîne inévitablement d’autres massacres collectifs à grande échelle. La date fatidique du 24 avril 1915 en est une preuve. Une date demeurant ancrée dans le cœur meurtri de chaque Arménien de par le monde. Une date douloureuse ayant causé l’anéantissement de plus d’un million et demi d’Arméniens en Anatolie qui vivaient pourtant en parfaite harmonie avec leurs concitoyens turcs. Pourquoi cet acharnement subit s’est-il déclenché à l’encontre de la communauté arménienne par le régime ottoman ?

Était-ce dû au fanatisme et au racisme ?

Probablement. D’ailleurs, parmi les commanditaires de ce génocide, Talaat Pacha avait ordonné à ses collaborateurs d’exterminer tous les Arméniens d’Anatolie sans distinction entre hommes, femmes et enfants, dans l’unique but de réaliser ce qu’il qualifiait de nettoyage ethnique. Ainsi, des familles entières d’Arméniens ont été déportées sur le chemin de l’exode, massacrées sur place ou lâchées dans le désert de Deir ez-Zor où elles périrent de faim et de soif sous le regard indifférent des soldats turcs qui les escortaient.

Ce génocide visant les Arméniens était donc bien prémédité et exécuté. Malgré le traité de Lausanne en 1922 qui a ignoré la question du génocide arménien en voulant l’enterrer, la communauté arménienne de par le monde a continué à exiger sa reconnaissance par les autorités turques qui continuent à le nier sous prétexte qu’il y a eu seulement des massacres attribués aux conséquences de la Première Guerre mondiale. Il est temps, au seuil de notre siècle, de faire preuve d’humanité et de moralité dans le monde entier afin de réaliser la paix, la vraie, à laquelle aspirent les peuples de tous les continents, tout en se respectant et même en s’entraidant, loin de toute forme de fanatisme et de visée expansionniste, ces facteurs néfastes, sources de guerre et de tuerie atroce contre l’humanité.

La diversité ethnique, culturelle ou confessionnelle d’un peuple est et doit demeurer une richesse et non un obstacle pour construire une nation.

La sécurité du monde réside dans l’entente entre les peuples, basée sur une bonne conscience dictant nos actes afin d’éviter les révoltes et la violence. Le génocide arménien commis sous l’Empire ottoman ne représente pas un simple passage dans l’un des chapitres de l’histoire de la Turquie. Il s’agit d’un évènement grave qualifié de crime contre l’humanité qui ne peut demeurer impuni.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


L’impunité d’un génocide entraîne inévitablement d’autres massacres collectifs à grande échelle. La date fatidique du 24 avril 1915 en est une preuve. Une date demeurant ancrée dans le cœur meurtri de chaque Arménien de par le monde. Une date douloureuse ayant causé l’anéantissement de plus d’un million et demi d’Arméniens en Anatolie qui vivaient pourtant en parfaite...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut