Rechercher
Rechercher

Autoroute des faux-culs

Amusante justice, qui paraît-il ne reçoit pas d’instruction du pouvoir politique, mais qui en même temps ne rate pas l’occasion d’aller au-devant de ses moindres désirs. Une justice où l’on a beau monter en grade et aboyer après des laquais habitués à fermer leur gueule tout en ouvrant portes et portières, il se trouve toujours un supérieur hiérarchique pour tenter de te rabattre le caquet. Situation encore plus cocasse, lorsque le supérieur hiérarchique en question est confronté à son tour à une entité dont la supériorité est supérieurement supérieure à la sienne, ce qui l’oblige généralement à avaler son chapeau.

Ainsi, dans la mélasse des prérogatives ayant opposé Tonton Ghassan à Tantine Ghada, bien malin qui saurait départager le droit du tordu, tant les cancrelats de la politique se sont enfoncés profond dans un appareil judiciaire qui n’a plus rien à envier aux pouvoirs législatif et exécutif. Le Conseil supérieur de la magistrature a donc brillé par son courage et renvoyé la baballe à l’Inspection judiciaire.

Résultat pratique : nous voilà revenus au concept libanais hautement vivifiant du « ni, ni », autoroute privilégiée des faux-culs : ni vainqueur ni vaincu, ni chèvre ni chou, ni figue ni raisin, ni coq ni âne. Bref, une justice faisandée qui regarde passer les trains et respire la joie de vivre. Avec pour ordre permanent et simplissime : foncer mollo, mais avec force tremolos. Et surtout présenter la décision du CSM comme si l’on privait les deux procureurs de valse au bal de Vienne.

Mais dès lors qu’il s’agit de se donner en spectacle, ça se bouscule au portillon. Chez les Mecattaf à Aoukar, la représentation publique était venue en droite ligne de l’Inquisition. La justice des tribus arabes du désert ! Avec Tantine en Jeanne d’Arc haranguant les excités du courant Agrume. Ne manquait plus que les boissons fraîches, les pop-corn et les narguilés pour ajouter à l’ambiance. Vengeance pour vengeance, autant le faire dans les règles de l’art… C’est ce qui s’appelle la « justice de proximité ». Une sorte de « Head & Breakfast » où le tarif est à la tête du client, selon la situation de l’instant et le dindon du moment.

Côté Tonton, en revanche, c’est la sinistrose qui prime, tant s’amoncellent dans ses tiroirs des affaires jamais élucidées. Pauvre homme ! On a tellement raconté qu’il bouffait au râtelier de la Futuroscopie que le Mollasson désigné pour le Sérail a fini par déteindre sur lui. Insanes insinuations, certainement… Depuis le temps qu’il distribue des dossiers à des juges qui prétendent les étudier, le plus taré des mutants aurait eu le temps de les apprendre par cœur et de les déclamer en alexandrin à la fête des Mères.

Au Liban, le pouvoir judiciaire est immuable… Sauf quand il lui arrive de muer. Mais allez lui demander de reconnaître ses torts, quand il a passé près de 50 ans à juger de travers.

[email protected]


Amusante justice, qui paraît-il ne reçoit pas d’instruction du pouvoir politique, mais qui en même temps ne rate pas l’occasion d’aller au-devant de ses moindres désirs. Une justice où l’on a beau monter en grade et aboyer après des laquais habitués à fermer leur gueule tout en ouvrant portes et portières, il se trouve toujours un supérieur hiérarchique pour tenter de te...

commentaires (5)

"une justice faisandée qui regarde passer les trains et respire la joie de vivre" ...si vrai que nous y sommes tous, plus de trains bien sûr mais comme des vaches candides on imagine un train, disparu il y a belle lurette, et on se plaît à le voir passer alors qu'on se fait traire ou même égorger...merci Gaby comme toujours!

Wlek Sanferlou

23 h 23, le 23 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "une justice faisandée qui regarde passer les trains et respire la joie de vivre" ...si vrai que nous y sommes tous, plus de trains bien sûr mais comme des vaches candides on imagine un train, disparu il y a belle lurette, et on se plaît à le voir passer alors qu'on se fait traire ou même égorger...merci Gaby comme toujours!

    Wlek Sanferlou

    23 h 23, le 23 avril 2021

  • "The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt." ~ Bertrand Russell Dois-je indiquer les victimes?

    Achikbache Dia

    12 h 41, le 23 avril 2021

  • “Ce n’est pas la loi qu’il faut craindre, mais le juge.”

    aliosha

    11 h 15, le 23 avril 2021

  • LES JUSTICIERS DE LA JUSTICE (?)... DU MOINS L,UNE DE L,UN... S,EST EXHIBEE EN TRAPEZISTE CLOWNISTE SUIVIE D,UN CHEPTEL DE MOUTONS LACHES DE L,ETABLE DE LEUR PANURGE POUR L,OCCASION AFIN DE L,ACCLAMER ET EN BELIERS BELEURS DONNER DES COUPS DE CORNES, BRISEURS DE PORTES ET CASSEURS DE MEUBLES . LA JUSTICE DES ETABLES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 56, le 23 avril 2021

  • Personne d’autre que M. Nasr n’arrive à brosser le portrait de ces incapables qui vont d’échec en déconfiture. Il excelle à chacune de ses publications. Ça nous change des approximations, des cirages de bottes et des fakes news.

    Sissi zayyat

    10 h 01, le 23 avril 2021

Retour en haut