Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Face à l’initiative de Bkerké, la prudence du courant du Futur

La formation de Saad Hariri appuie le patriarche maronite, mais ne veut pas adopter une approche frontale par rapport au Hezbollah.

Face à l’initiative de Bkerké, la prudence du courant du Futur

La délégation du courant du Futur lundi à Bkerké. Photo ANI

C’est avec circonspection que le courant du Futur a accueilli le discours prononcé samedi par le patriarche maronite Béchara Raï. Les propositions faites par le prélat maronite auraient pourtant dû, en apparence, faire l’affaire du camp haririen. Son appel au respect du principe de neutralité et à une conférence internationale tout autant que ses piques en direction du Hezbollah, sans pour autant le nommer, sont assez proches des fondamentaux de la rhétorique du Futur. Mais un soutien sans modération le forcerait quelque part à sortir du modus vivendi qui définit sa relation avec le parti chiite depuis déjà plusieurs années. Dans le contexte actuel, Saad Hariri ne semble pas vouloir privilégier cette option.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Une sain(t)e horreur du vide

Malgré leurs divergences stratégiques, le courant du Futur et le Hezbollah coopèrent assez facilement ces dernières années, et ont toujours besoin l’un de l’autre. Le Hezbollah a soutenu Saad Hariri à plus d’une reprise dans sa reconquête du Sérail, alors que ce dernier est le seul à pouvoir lui offrir la couverture sunnite dont il a absolument besoin. « Le compromis de 2016 qui a permis à Michel Aoun d’accéder à Baabda est avant tout une entente entre le Hezbollah et le courant du Futur. Dans cette histoire, le président n’est qu’un comparse, résume une source proche du courant haririen. Le courant du Futur ne veut pas choquer le Hezbollah plus qu’il ne l’est déjà depuis le discours du patriarche. »

Lire aussi

Après le discours de Raï, le risque d’un retour à la polarisation

Le parti a publié un communiqué mettant en avant cette volonté de ménager la chèvre et le chou à l’issue de la visite de sa délégation à Bkerké lundi. « Nous renouvelons notre soutien à la déclaration de Baabda », a affirmé le député Samir el-Jisr, en référence au texte adopté en juin 2012, sous la présidence de Michel Sleiman, qui prévoyait notamment dans son article 12 de garder le Liban à l’écart des conflits et des axes régionaux et internationaux, de manière à lui épargner les retombées négatives des crises régionales. La référence à la déclaration de Baabda plutôt qu’au principe de neutralité est un choix tactique vraisemblablement destiné à rassurer le Hezbollah dans la mesure où le parti chiite l’avait avalisée. Pour lui, c’est un concept plus rassurant que celui de neutralité positive que le patriarche veut consacrer dans la Constitution.

« Grand écart »

Officiellement, le parti haririen refuse toutefois d’avaliser cette thèse. « Le courant du Futur n’a aucune réserve au sujet de la neutralité. La déclaration de Baabda prévoit aussi la neutralité. Et Saad Hariri désire même aller plus loin et souhaite parvenir à une neutralité qui puisse assurer la stabilité du Liban », commente Moustapha Allouche, vice-président de la formation. Le courant haririen a pourtant décidé d’ignorer la question de la tenue d’une conférence internationale pour le Liban pour résorber la crise. Un choix conscient, soutient M. Allouche, qui argue que « la priorité pour Hariri est pour l’heure de former un gouvernement de spécialistes loin des tiraillements et non dans l’optique d’une alliance avec le Hezbollah ». Une manière de couper court aux accusations qui pourraient être adressées au camp haririen. « Nous joignons nos voix à celle du patriarche concernant l’importance de former le gouvernement le plus rapidement possible », a d’ailleurs indiqué le député Samir el-Jisr, à l’issue de son entretien avec le prélat maronite. « Le Hezbollah ne pourra en aucun cas devenir un allié de Saad Hariri. Il y a actuellement une trêve dont l’objectif est de parvenir à mettre en place un gouvernement d’entente pour freiner l’effondrement », soutient Moustapha Allouche.

Le décryptage de Scarlett Haddad

Pour le Hezbollah, priorité au dialogue avec Bkerké malgré tout

Pour Bkerké, le soutien du courant du Futur est des plus importants. Sans lui, l’initiative du patriarche, fortement soutenue par les Forces libanaises, perd une partie de sa portée nationale pour se limiter au camp chrétien. Difficile aussi, sans un appui franc de Hariri à l’initiative de Bkerké, d’imaginer le leader druze Walid Joumblatt se joindre complètement à cette démarche. Alors que le discours du patriarche a eu un retentissement très positif au sein de la communauté sunnite, c’est-à-dire la base populaire de Saad Hariri, « le Premier ministre désigné est acculé à tenter de faire le grand écart », explique la source proche du Futur. Avant d’ajouter : « Mais n’est-ce pas ces voltiges qui lui ont permis de surfer sur toutes les vagues pour survivre ? »


C’est avec circonspection que le courant du Futur a accueilli le discours prononcé samedi par le patriarche maronite Béchara Raï. Les propositions faites par le prélat maronite auraient pourtant dû, en apparence, faire l’affaire du camp haririen. Son appel au respect du principe de neutralité et à une conférence internationale tout autant que ses piques en direction du Hezbollah,...

commentaires (10)

4 ont le masque sur 16 personnes??? soit ils sont stupides et inconscients soit ils ont déjà reçu le vaccin deux fois avant les autres qui en ont droit

Georges Zehil Daniele

08 h 42, le 04 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • 4 ont le masque sur 16 personnes??? soit ils sont stupides et inconscients soit ils ont déjà reçu le vaccin deux fois avant les autres qui en ont droit

    Georges Zehil Daniele

    08 h 42, le 04 mars 2021

  • Il faut diviser le Liban le sud avec la milice et faire un mur du reste du pays

    Eleni Caridopoulou

    17 h 34, le 03 mars 2021

  • et voila, tous les commentaires ici et partout ailleurs s'accordent a tirer la meme constatation : les politiques libanais KELLON : des mecreants, des menteurs, des voyous, des magouilleurs des criminels destines a la guillotine, un jour ou l'autre.

    gaby sioufi

    15 h 06, le 03 mars 2021

  • ILS SONT TOUS PAREIL. CHACUN TIRE LA COUVERTURE DE SON CÔTÉ. LE HEZBOLLAH RÉCLAME HARIRI TOUT LE TEMPS. IL L'A DANS SA POCHE, ET IL A AUSSI AOUN ET BASSIL. MAIS HASSAN NASRALLAH LES SÉPARE POUR GARDER LA MAIN SUR EUX. "FARREK..TASSOD"

    Gebran Eid

    13 h 09, le 03 mars 2021

  • C’est avec le double jeu de ces politichiens qui craignent les scandales et la perte de leurs postes que le Liban s’est effondré.Hariri continue à ménager HB et on se demande dans quel but. Lui qui prétend former un gouvernement technocrate continue en catimini à négocier avec cet axe destructeurs en cédant à ses caprices sans vergogne. De qui se fout on? La possibilité de désigner un PM neutre a été écarté en premier par Hariri qui continue de caresser les fossoyeurs dans le sens du poil en prétendant agir pour sauver le pays. La position de L’Arabie Saoudite est on ne peut plus clair, tant qu’il continue à les prendre pour des bleus en jouant un double jeu il n’aura pas un centime et ne sera pas accueilli ni reconnu par eux comme étant un leader courageux qui sauvera le pays. Les libanais ne sont pas en reste, ils le voient dire tout et son contraire et agir dans un seul sens, ne pas froisser le HB. Voilà pourquoi nous libanais persistons à ce que tous ces gens là complices de la destruction du Liban dégagent et nous ne faisons aucune exception. C’est bien de déplacer du vent mais le moment est grave et c’est d’actions concrètes et patriotiques dont le pays a besoin. Fini l’hypocrisie on ne nous la fait plus.

    Sissi zayyat

    11 h 56, le 03 mars 2021

  • D’ou la confirmation de certains dictons populaires quant a la scene libanaise et ses contradictions..

    Cadige William

    09 h 59, le 03 mars 2021

  • Le courage n'étouffe pas les partis politiques au Liban, ceci dit c'est compréhensible car ils ne pourront plus magouiller voler et piller comme avant. Donc cette mafia est faite pour durer malgré les souffrances accumulées par les gens. Entre le parti du diable que chacun à conforter depuis longtemps dans son rôle hégémonique et destructeur du Liban, le système mafieux organisé et un Liban indépendant démocratique, respectueux du citoyen leur choix à tous est vite fait.

    Zeidan

    08 h 31, le 03 mars 2021

  • Il n'y a à l'heure actuelle (et il n'y a jamais eu) aucune puissance internationale réellement déterminée à affronter l'Axe du nitrate d'ammonium. Nous avons tout au plus les pays du Golfe disposés à financer massivement tout parti libanais qui se lancerait dans la bataille contre l'Axe. Par contre le point positif que beaucoup de chrétiens libanais ne voient pas non plus c'est que ce n'est pas seulement au sein de la communauté sunnite libanaise que le discours de Bkerké a un retentissement positif mais au sein de toutes les masses sunnites de Syrie et d'Iraq (et même d'une grande partie des chiites d'Iraq) opprimées par l'Axe. Ainsi aucune grande puissance n'est prête à se battre pour la souveraineté du Liban de ce côté rien n'a changé depuis des décennies, le changement c'est que le combat pour l'indépendance du Liban est le même combat que celui des masses populaires qui l'entourent contre le même oppresseur. Ces masses là n'ayant pas de leader, ce sont des hommes comme Bechara Raï et Samir Geagea qui incarnent leurs aspirations. C'est l'Axe du nitrate d'ammonium qui est isolé et non plus les chrétiens libanais. Si les chrétiens libanais étaient aussi isolés qu'en 1970 alors il y aurait besoin de l'appui de Hariri et Joumblatt. Maintenant que la donne a changé nul besoin de l'appui de ces deux hommes. C'est plutôt l'Axe qui a besoin de l'appui de Hariri et Joumblatt, sinon ils n'auraient pas hésité à désigner un autre que Hariri comme premier ministre !!

    Citoyen libanais

    08 h 31, le 03 mars 2021

  • CE SONT LES HESITATIONS ET LES TERGIVERSATIONS ET LES PRISES DE POSITION FLOUES QUI FONT LE JEU DES MERCENAIRES ET DE LEUR PARAVENT. JOUMBLAT A OSE ! SAAD HARIRI, LES SUNNITES, OSEZ TOUT AUSSI ! L,OCCASION POURRAIT NE PAS SE REPETER. - PATRIARCHE ALLEZ DE L,AVANT A MOINS QUE LES DEUX MILICES DE MERCENAIRES IRANIENS LIVRENT IMM. LEURS ARMES A L,ARMEE LIBANAISE ET DISSOLVENT DEFINITIVEMENT LEURS MILICES DU MALHEUR. NE PERDEZ PAS L,OPPORTUNITE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    01 h 07, le 03 mars 2021

  • Faut-il s'étonner? Aucunement, l'immobilisme est malheureusement le seul critère pour le maintien des privilèges de toute la classe politique... Rien à faire, DU BALAI!

    Christian Samman

    00 h 53, le 03 mars 2021

Retour en haut