Rechercher
Rechercher

Politique - Partis

Les druzes du 8 Mars martèlent leur droit à une quote-part au sein de l’exécutif

La formation de Talal Arslane affiche sa position en faveur du président et l’exhorte à ne pas céder.

Les druzes du 8 Mars martèlent leur droit à une quote-part au sein de l’exécutif

Les participants à la Rencontre de Khaldé. Photo ANI

Le chef du Parti démocratique libanais Talal Arslane ne lâche pas le morceau. Depuis que Saad Hariri a été désigné pour former le gouvernement, ce principal adversaire de Walid Joumblatt et allié du Hezbollah martèle, à intervalles plus ou moins réguliers, sa revendication majeure : une égalité de traitement et donc une représentation à part égale à celle du Parti socialiste progressiste au sein du prochain gouvernement.

Hier, c’est sous le thème de la « Rencontre de Khaldé », une instance druze élargie représentant le camp druze du 8 Mars, que M. Arslane a renouvelé sa demande en évoquant un « droit naturel » et une justice qui doit être rendue à sa communauté afin d’éviter tout facteur de déstabilisation.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Fromage de têtes

Entouré des anciens ministres Saleh Gharib, Marwan Kheireddine et Wi’am Wahhab, du ministre démissionnaire des Affaires sociales Ramzi Moucharrafiyé et d’une pléthore de représentants religieux, dont le cheikh Akl druze, Talal Arslane a voulu rappeler à tous ceux qui seraient tentés de minimiser son poids politique – principalement à Saad Hariri – que son ambition de se faire représenter autant que les joumblattistes au sein du futur cabinet est en tous points justifiée.

Plaidant une fois de plus pour une « représentation druze équitable », il en a appelé au chef de l’État Michel Aoun et au tandem chiite, les exhortant à prendre en considération sa requête.

À l’issue de la réunion de Khaldé, les participants ont ainsi dénoncé mardi ce qu’ils considèrent être « un empiétement sur le droit des druzes » dans la formation du prochain gouvernement, tout en saluant la position de Baabda à ce sujet.

Le Premier ministre désigné Saad Hariri, qu’un bras de fer oppose à Michel Aoun autour de la formation du cabinet, souhaite former une équipe de 18 membres. Ce qui signifie, suivant la répartition par confession, que la communauté druze n’aura droit qu’à un seul siège, qui serait octroyé à la formation de Walid Joumblatt.

Lire aussi

Moscou s’aligne sur la feuille de route française

« Nous regrettons d’être contraints aujourd’hui, au regard de la confusion interne et de la folie autour du système confessionnel de partage des parts, d’exiger une juste représentation communautaire des druzes, alors que nous sommes témoins d’une violation de leurs droits dans la formation du gouvernement », a affirmé l’ancien ministre Saleh Gharib, chargé de lire le communiqué au nom de la Rencontre de Khaldé.

Cet appel sonne la riposte aux propos du Premier ministre qui avait réitéré pour la énième fois dimanche dernier son attachement à un gouvernement d’experts formé de 18 ministres, et non de 20 comme le réclame le chef de l’État.

« L’empiétement flagrant sur le droit d’une communauté fondatrice de l’entité libanaise, qui se traduit par une représentation injuste au sein du gouvernement sous prétexte de former un cabinet d’experts, (...) n’a rien à voir avec un gouvernement de spécialistes ou avec le pacte national », a ajouté Saleh Gharib.

Lire aussi

La bataille pour la défense des chrétiens n’intéresse que... Aoun et Hariri

« Nous voyons plutôt ce gouvernement (tel que proposé par M. Hariri) comme étant malveillant et visant à réduire la diversité politique druze qui a des centaines d’années de plus que le Liban. Notre position à ce sujet ne changera en aucun cas », a martelé l’ancien ministre, saluant la position du président de la République à ce sujet. Le texte exhorte le chef de l’État à continuer à défendre les « droits des druzes » coûte que coûte et à s’agripper à la Constitution, sachant toutefois que la Loi fondamentale ne prévoit à aucun endroit une représentation communautaire dans ces termes ou une distribution de quotes-parts aux diverses formations politiques au sein de l’exécutif.

Une source proche du Parti démocratique libanais rappelle à ce propos que lors des tractations en vue de la formation du gouvernement démissionnaire de Hassane Diab – considéré monochrome et proche du camp du 8 Mars –, Talal Arslane, dont le parti était représenté par Ramzi Moucharrafiyé, avait refusé la mouture de 18, exigeant un cabinet de 20 dans lequel Walid Joumblatt avait été finalement représenté par Manal Abdel Samad.

Une invitation à peine voilée au chef du PSP d’en faire autant et de revenir sur sa position en faveur d’un gouvernement de 18 auquel s’attache M. Hariri.

Lire aussi

Nasrallah pour un cabinet de 20 ou 22 ministres sans tiers de blocage

Dans un discours prononcé le 14 février à l’occasion de la commémoration de l’assassinat de Rafic Hariri, le chef du PSP a rallié la position du chef du courant du Futur en lui accordant son soutien dans son bras de fer avec le chef de l’État sur la dimension du prochain cabinet et le choix des ministrables. M. Joumblatt a signalé à cette occasion que c’est M. Hariri qui a sélectionné le ministre druze, et non le PSP, un message envoyé entre autres à son rival, Talal Arslane.

À l’issue de la réunion de Khaldé, les participants ont également demandé au Hezbollah et au mouvement Amal, leurs alliés chiites, d’œuvrer pour « empêcher de porter atteinte à l’équilibre politique délicat dans la Montagne » druze. Un tel cas de figure constitue une menace à la paix civile et à la convivialité, ajoute le texte.


Le chef du Parti démocratique libanais Talal Arslane ne lâche pas le morceau. Depuis que Saad Hariri a été désigné pour former le gouvernement, ce principal adversaire de Walid Joumblatt et allié du Hezbollah martèle, à intervalles plus ou moins réguliers, sa revendication majeure : une égalité de traitement et donc une représentation à part égale à celle du Parti socialiste...

commentaires (8)

Quand vous écrivez 8 Mars évitez de dire Druzes ou autre. La signature est déjà apposée c’est Syrie , Hezbollah ou Iran!

PHENICIA

20 h 47, le 17 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Quand vous écrivez 8 Mars évitez de dire Druzes ou autre. La signature est déjà apposée c’est Syrie , Hezbollah ou Iran!

    PHENICIA

    20 h 47, le 17 février 2021

  • A quand la fin du système TRIBAL et FÉODAL ? Et le partage du gâteau.? Il ne reste plus rien à partager du gâteau Libanais. Ces types sont des marionnettes à qui on demande de se mouvoir à un moment précis de la vie politique ... Ils ne représentent qu’eux mêmes et leurs commanditaires. Ils ne représentent NULLEMENT les aspirations des Druzes ni les aspirations du peuple

    DAOU Nabil

    18 h 55, le 17 février 2021

  • "Les druzes du 8 mars" veulent leur part du gâteau...comme ceux du 14, comme les sunnites du 28 avril, les maronites du 17 mai, les orthodoxes du 14 juin, les chiites du 22 juillet, les catholiques du 9 août, les Arméniens du 14 septembre, les protestants du 23 octobre, les Alaouites du 18 novembre, les pro-Erdogan du 12 décembre, les "minoritaires" du 25 janvier...Et pour les Libanais? Il reste quoi? Ah oui, le 30 février!

    otayek rene

    17 h 54, le 17 février 2021

  • Leur réunion était bien en harmonie avec le discours de la soirée.

    Esber

    15 h 25, le 17 février 2021

  • SANS JOUMBLAT JAMAIS DEPUTE LE TYPE.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 59, le 17 février 2021

  • DE L,ART- SANS- LAINE ! CA DIT TOUT. SANS JOUMBLAT JAMAIS DEPUTE.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 42, le 17 février 2021

  • lol Rectification: le cheikh al akl dont ils parlent cest pas l'officiel. Et ses Druzes c'est meme pas 3% des Druzes du Liban...( j include les gars de la photos et leur chauffeurs, dont certains sont syriens, d'ailleurs)) Une invention Syrio/irano /Hezbo pour diviser et semer la Zizanie

    Jack Gardner

    10 h 41, le 17 février 2021

  • Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer : je parle bien entendu de ce clown ...

    Liberté de Penser

    09 h 27, le 17 février 2021

Retour en haut