Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Ce que le Covid-19 va changer en nous

Dans l’homme, disait Camus, il y a plus de choses à admirer que de choses à mépriser. Et comme personne ne s ’y attendait, le Covid-19 a en quelques mois bouleversé le mode de vie de toute la planète. Ainsi, la pandémie n’ a pas fait de discrimination : tout le monde peut être infecté, quelle que soit la classe, l’ethnicité ou la nationalité. Néanmoins, l’accès aux soins et le vécu de l’isolement ou de la maladie dépendent toujours du lieu de résidence, du revenu, de la protection sociale et, dans certains cas, de l’âge. Chez soi, le balcon revit ses beaux jours d’antan avec des gens qui se saluent et communiquent. La famille se réunit au moins à déjeuner ou à dîner pour manger et discuter, et à des heures bien précises. Étudier ou travailler à distance est une innovation audacieuse, mais il faudra bien travailler dessus.

Côté social, on se salue de plus avec les pieds, les coudes et on évite la bise, et surtout la poignée de main. Au Liban, on a inventé le footshake ou comment taper des pieds quatre fois en faisant à chaque fois le bruit d’un baiser avec la bouche. Enfin, on ne dira plus « vis ta vie comme si c’était le dernier jour » ; désormais, ce sera « vis ta vie comme si tu avais un compteur du nombre de fois où tu ne respectes pas les gestes barrières, car le plus choquant, c’est que personne ne pourra venir assister à ton enterrement ».


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Dans l’homme, disait Camus, il y a plus de choses à admirer que de choses à mépriser. Et comme personne ne s ’y attendait, le Covid-19 a en quelques mois bouleversé le mode de vie de toute la planète. Ainsi, la pandémie n’ a pas fait de discrimination : tout le monde peut être infecté, quelle que soit la classe, l’ethnicité ou la nationalité. Néanmoins, l’accès aux...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut