Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

"Le Liban risque de perdre son identité", met en garde le pape François

"En l'absence d’un processus urgent de reprise économique et de reconstruction, on risque la faillite du pays", prévient le souverain pontife.

Le pape François au Vatican le 8 février 2021. Photo Ani

Le pape François a averti lundi du risque que "le Liban perde son identité et se trouve encore plus impliqué dans les tensions régionales" et plaidé pour un "engagement politique national et international renouvelé pour favoriser la stabilité" du pays, qui fait actuellement face à un faisceau de crises socio-économique, financière, politique et sanitaire. Le souverain pontife avait fait savoir fin décembre 2020 qu'il comptait se rendre au Liban "dès que possible". 

La veille, le patriarche maronite Béchara Raï, dont l'Eglise est rattachée au Vatican, avait appelé à l'organisation d'une "conférence internationale" pour refonder l'Etat libanais. Il avait fustigé une fois de plus les responsables libanais, et notamment le chef de l'Etat, Michel Aoun, ainsi que le Premier ministre désigné, Saad Hariri, qui tergiversent pour former un nouveau cabinet chargé de mettre en œuvre les réformes qui conditionnent toute aide de la communauté internationale visant à sortir le pays de l'ornière. 

"Ne pas réduire la présence chrétienne à une minorité"
"Je souhaite un engagement politique national et international renouvelé pour favoriser la stabilité du Liban traversé par une crise interne, qui risque de perdre son identité et de se trouver encore plus impliqué dans les tensions régionales", a affirmé le pape François lors de la présentation de ses vœux aux diplomates accrédités auprès du Saint-Siège.

"Il est plus que jamais nécessaire que le pays garde son identité unique, pour assurer l’existence d’un Moyen-Orient pluriel, tolérant et divers, où la présence chrétienne peut offrir sa contribution et n'est pas réduite à une minorité qu’il faut protéger", a-t-il ajouté. Il a affirmé que "les chrétiens constituent le tissu conjonctif historique et social du Liban et, à travers les multiples œuvres éducatives, sanitaires et caritatives, la possibilité de continuer à œuvrer pour le bien du pays, dont ils ont été les fondateurs, doit leur être assurée".

"Vraies réformes" face aux possibles "dérives fondamentalistes"
"Affaiblir la communauté chrétienne risque de détruire l’équilibre interne du Liban et la réalité libanaise elle-même. La présence des réfugiés syriens et palestiniens doit aussi être abordée dans cette optique", a affirmé le pape François. Le Liban accueille sur son territoire plus d'un million de réfugiés syriens arrivés à partir du déclenchement du conflit en Syrie voisine de 2011, qui sont venus s'ajouter aux quelques 200.000 réfugiés palestiniens, selon un recensement de 2017. La plupart de ces réfugiés sont de confession musulmane sunnite.

Lire aussi

Paris et Washington appellent à former d'urgence un gouvernement "crédible et efficace"

"De plus, en l'absence d’un processus urgent de reprise économique et de reconstruction, on risque la faillite du pays, avec la conséquence possible de dangereuses dérives fondamentalistes", a mis en garde le chef de l'Eglise catholique. Avant de conclure : "Il est donc nécessaire que tous les responsables politiques et religieux, les intérêts particuliers ayant été mis de côté, s’engagent à poursuivre la justice et à mettre en œuvre de vraies réformes pour le bien des citoyens, en agissant de manière transparente et en assumant la responsabilité de leurs actions".

Le 1er septembre 2020, lors de sa deuxième visite au Liban en moins d'un mois, le président français, Emmanuel Macron, avait présenté une initiative pour le redressement économique et financier du pays. Dans cette feuille de route figuraient plusieurs priorités, en tête desquelles la formation d'un "gouvernement de mission" à même de mettre en œuvre les réformes économiques et politiques requises, dont toutes les formations politiques libanaises s'étaient engagées à faciliter la mise sur pied dans un délai de quinze jours. Près de six mois se sont écoulés depuis, sans qu'aucune avancée significative n'ait été enregistrée. Fin décembre, le pape avait déjà  imploré la communauté internationale à aider le pays du Cèdre à sortir de la crise et s'était adressé aux responsables politiques libanais, critiqués plus que jamais par la population qui les tient pour responsables de cette succession de crises aiguës.


Le pape François a averti lundi du risque que "le Liban perde son identité et se trouve encore plus impliqué dans les tensions régionales" et plaidé pour un "engagement politique national et international renouvelé pour favoriser la stabilité" du pays, qui fait actuellement face à un faisceau de crises socio-économique, financière, politique et sanitaire. Le souverain pontife...

commentaires (7)

Les chrétiens de l'Irak et de la Syrie furent persécutés par daech, ceux d'Israël inciter à quitter par Israël, ceux d'Égypte honnis par les frères musulmans et ceux du Liban? Détruits par ceux-là même qui clament être leurs dirigeants politiques et leurs défenseurs... Comme disent nos grands parents, toujours non atteints du Covid: doudes el thiine minou wou fii...

Wlek Sanferlou

13 h 14, le 09 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Les chrétiens de l'Irak et de la Syrie furent persécutés par daech, ceux d'Israël inciter à quitter par Israël, ceux d'Égypte honnis par les frères musulmans et ceux du Liban? Détruits par ceux-là même qui clament être leurs dirigeants politiques et leurs défenseurs... Comme disent nos grands parents, toujours non atteints du Covid: doudes el thiine minou wou fii...

    Wlek Sanferlou

    13 h 14, le 09 février 2021

  • IL NE RISQUE PAS. IL L,A DEJA PERDUE CETTE IDENTITE GRACE AUX DEUX MILICES CHIITES ET A LEUR PARAVENT CPL. SEUL ESPOIR : IL FAUT COUPER LES MEMBRES GANGRENES POUR SAUVER LE CORPS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 14, le 09 février 2021

  • Mgr Rai, ,Aoun et Bassil s'en balancent car c'est eux deux qui representent les chretriens au Liban a leurs yeux President Macron, il s'en foute royalement et completement vu leur attitude vis a vis de son plan " accepte " par tous , eux meme y compris LA VERITE MAIS QUAND LE MESSAGE DU PAPE NE LES BOUGE MEME PAS , C'EST DIRE L'ETENDU DU PROBLEME QUI EST POSE AU LIBAN PAR CES DEUX PERSONNES MAIS EN PARTICULIER PAR BASSIL QUI A EU LE TOUPET DE DIRE AUX DELEGUES DE BERRY QUE SI DE TOUTE FACON IL EST FOUTU QUE LE PAYS SOIT AUSSI FOUTU AVEC LUI CAR LUI IL N'A PLUS RIEN A PERDRE QU'ATTEND DONC LA COQUELUCHE DE AOUN , GHADA AOUN , POUR QUI LES PERMUTATIONS JUDICIARES SONT BLOQUEES, POUR CONVOQUER MR GEBRAN BASSIL ET LUI POSER DES QUESTIONS SUR SA MISE SUR LA LISTE DES USA DES PERSONNES LES PLUS CORROMPUS ET L'ENTENDRE DEFENDRE SON CAS?OU JUSTE LUI DEMANDE POURQUOI IL N'A MEME PAS FAIT APPEL A CE JOUR A CETTE ACCUSATION AUX ETATS UNIS MEME PAUVRE LIBAN

    LA VERITE

    01 h 39, le 09 février 2021

  • Aoun et Bassil ont trahi le Liban et les libanais ????????

    Eleni Caridopoulou

    19 h 58, le 08 février 2021

  • Mgr Raï doit passer à la vitesse supérieure en disant clairement et publiquement que ni Aoun ni le CPL ne représentent les chrétiens libanais, bien au contraire ils ont tout fait pour les jeter dans la gueule du diable pour quelques milliards dans les paradis fiscaux et ça n’est pas moi qui le dit mais les EU qui jusqu’à présent n’ont reçu aucune preuve prouvant le contraire malgré tous les mensonges les vociférations et les dénégations proférés par le gendron. On attend mais entre temps il continue à jouer avec le sort du pays pour le brûler sachant qu’il n’a plus aucun espoir de regagner sa place de dauphin qui a abusé de ses privilèges sans vergogne. Comment peut on admettre une chose pareille sans le remettre à sa place et le boucler pour trahison.

    Sissi zayyat

    19 h 21, le 08 février 2021

  • Siouplaît m'sieur le pape, pourriez pas excommunier ceux qui se sont autoproclamés "représentants des chrétiens" au Liban?

    Gros Gnon

    18 h 38, le 08 février 2021

  • LES SUNNITES ET LES DRUZES SONT POUR LA MOUNACAFE AVEC LES CHRETIENS. MAIS CEUX A QUI SERT LE CPL DE PARAVENT ET ONT DETRUIT ENSEMBLE LE PAYS PARLENT DE LA MOUTALATE. VOILA OU A MIS AOUN, BASSIL ET LEUR CPL LE PAYS. LE PATRIARCHE RAI DEVRAIT LES NOMMER CLAIREMENT DANS SES HOMILIES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 12, le 08 février 2021

Retour en haut