Rechercher
Rechercher

Politique - UE-Liban

L’Europe, en écho à la France, exhorte le Liban à lancer les réformes nécessaires

Même si le gouvernement sortant est appelé à « agir rapidement », un plan précis et crédible ne peut être mis en place que par un « gouvernement fonctionnel », indique une déclaration du Conseil de l’Union européenne. 


L’Europe, en écho à la France, exhorte le Liban à lancer les réformes nécessaires

Le Conseil de l’Union européenne a noté avec une inquiétude croissante la grave crise financière, économique, sociale et politique qui s’est enracinée au Liban. Photo d'illustration AFP.

Dans des conclusions publiées lundi à Bruxelles, le Conseil de l’Union européenne a noté avec une inquiétude croissante la grave crise financière, économique, sociale et politique qui s’est enracinée au Liban et a été exacerbée par la pandémie de Covid-19 et l’explosion survenue le 4 août au port de Beyrouth. Dans ces conclusions, le Conseil réaffirme que l’UE soutient résolument la population libanaise en ce moment crucial, s’adressant en des termes beaucoup plus sévères aux autorités.

Dans le communiqué du Conseil de l’UE, l’ensemble des parties prenantes et des forces politiques libanaises sont appelées à soutenir la formation d’urgence d’un gouvernement au Liban animé par le sens de sa mission, crédible et comptable de ses actes, qui soit en mesure de mettre en œuvre les réformes nécessaires. Tout en appelant le gouvernement sortant à « agir rapidement et de manière décisive, dans les limites que définit la Constitution », l’UE estime qu’un programme de réformes entièrement soutenu par le Parlement, précis et crédible, « ne peut être mis en place que par un gouvernement fonctionnel ».

Le Conseil indique en outre, dans ses conclusions, quelles sont les réformes nécessaires pour faire face à la crise au Liban et souligne que le processus de réforme devrait être inclusif et associer les femmes, les jeunes, la société civile et le secteur privé afin de regagner la confiance des citoyens libanais. Ainsi, le Conseil appelle les autorités libanaises à appliquer les engagements faits dans le cadre de la Conférence d’aide au Liban, la CEDRE, en 2018, qui jouit de l’aval du Groupe international de soutien au Liban (GIS).

Lire aussi

Sissi appelle "en son nom et au nom" de Macron à la formation rapide d’un gouvernement

L’UE exhorte également les autorités libanaises à se fonder sur les accords conclus à la suite de l’explosion du 4 août (au port de Beyrouth), afin de combler le fossé entre les différentes factions politiques. Cela implique en particulier, selon le texte, d’apporter des réformes économiques et liées à la gouvernance, afin de rétablir la stabilité économique, améliorer les services publics, régler le taux croissant de pauvreté, réduire les inégalités, rendre les finances publiques durables, redonner de la crédibilité au secteur financier, garantir l’indépendance de la justice, assurer les droits humains et le respect de la loi, lutter contre la corruption et répondre aux aspirations exprimées de manière pacifique par le peuple libanais. L’UE, indique le communiqué, est prête à apporter le soutien aux réformes, mais le processus de réformes doit être enclenché par le Liban.

Une « aide substantielle » qui dépendra des réformes

Le texte évoque aussi la nécessaire reprise des pourparlers avec le Fonds monétaire international, en soulignant l’intérêt d’adopter des lois telles que celle du contrôle des capitaux ou encore celle sur l’audit juricomptable de la Banque du Liban, estimant que des mesures visant à assurer la stabilité du secteur bancaire devraient être prises urgemment. Pour l’UE, le Liban devrait prendre les devants pour mettre en place des mesures de gouvernance dans des secteurs tels que l’électricité, de création d’une commission de lutte contre la corruption, et créer un système qui favorisera les changements concrets en vue de plus de transparence et de reddition de comptes.

Par ailleurs, l’UE, qui rappelle qu’elle apporte une aide substantielle aux communautés les plus vulnérables, appelle Beyrouth à faire en sorte que ces efforts donnent lieu à un système durable, dans le cadre duquel les droits élémentaires de chacun, ainsi que les libertés, sont protégés.

On y lit en exergue le fait que l’UE continuera à soutenir une relance centrée sur les personnes au Liban. Dans cette optique, l’UE a lancé, avec les Nations unies et la Banque mondiale, un « cadre de réforme, de relèvement et de reconstruction » (cadre 3RF) visant à « reconstruire un Liban meilleur », guidé par les principes de transparence, d’inclusion et de responsabilité, poursuit le communiqué.

Cependant, au-delà d’une relance centrée sur les personnes, l’aide substantielle fournie par l’UE pour appuyer la reconstruction d’un Liban démocratique, transparent, inclusif et prospère continuera de dépendre de la réalisation de progrès tangibles en ce qui concerne les réformes nécessaires.

Enfin, le Conseil de l’UE a salué les discussions entre le Liban et Israël pour la démarcation des frontières maritimes, facilitées par les États-Unis, et a encouragé les deux parties à aplanir les obstacles en vue de progrès rapides, étant donné les répercussions positives sur elles, comme sur la paix et la stabilité régionales. 


Dans des conclusions publiées lundi à Bruxelles, le Conseil de l’Union européenne a noté avec une inquiétude croissante la grave crise financière, économique, sociale et politique qui s’est enracinée au Liban et a été exacerbée par la pandémie de Covid-19 et l’explosion survenue le 4 août au port de Beyrouth. Dans ces conclusions, le Conseil réaffirme que l’UE soutient...

commentaires (4)

Comment esperer obtenir un gouvernement capable de sortir le Liban de l’enfer lorsque ceux charges de le constituer sont Hariri et aoun, qui n’ont aucune credibilite et qui donnent a la milice armee, qui a detruit le Liban, tout ce qu’elle desire et meme plus. Le seul espoir de changer les choses reside encore dans les pressions internationales, notamment francaise et americaine et un soulevement determinant du peuple libanais.

Goraieb Nada

08 h 40, le 08 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Comment esperer obtenir un gouvernement capable de sortir le Liban de l’enfer lorsque ceux charges de le constituer sont Hariri et aoun, qui n’ont aucune credibilite et qui donnent a la milice armee, qui a detruit le Liban, tout ce qu’elle desire et meme plus. Le seul espoir de changer les choses reside encore dans les pressions internationales, notamment francaise et americaine et un soulevement determinant du peuple libanais.

    Goraieb Nada

    08 h 40, le 08 décembre 2020

  • LES OREILLES MAFIEUSES ENTENDENT MAIS NE VEULENT PAS COMPRENDRE CAR COMPRENDRE C,EST SUIVRE LE CHEMIN INDIQUE ET SE PASSER LA CORDE AUTOUR DE LEURS COUS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 04, le 07 décembre 2020

  • Chante beau merle. Les oreilles des politiques sont bouchées depuis des mois.

    Citoyen

    22 h 59, le 07 décembre 2020

  • Merci l UE de votre soutien au Liban et au libanais en particulier mais en attendant n oublier pas d envoyer un cheque bien garnis , ne vous inquieter pas pour les reformes: suivront . si dieu le veut

    youssef barada

    22 h 50, le 07 décembre 2020

Retour en haut