Rechercher
Rechercher

Ressources hydrauliques

Des mesures prises pour renforcer le barrage du Qaraoun afin de protéger les habitants

Des travaux de maintenance et un plan d’urgence ont été mis au point par l’Office du Litani pour parer à toute éventualité.

Des mesures prises pour renforcer le barrage du Qaraoun afin de protéger les habitants

De nouveaux dispositifs autour du Qaraoun. Photo Sami Alawiyé

Après la double explosion meurtrière du port de Beyrouth, le 4 août dernier, et en raison de l’ampleur du désastre, l’Office national du Litani a mis en garde contre toute action de terrorisme, de vandalisme ou agression de toute sorte qui pourrait cibler le barrage du Qaraoun, dans la Békaa. Cette mise en garde fait suite à la divulgation d’un document fourni par l’Office du Litani, dont L’OLJ a pu consulter une copie (voir L’OLJ du 22 août).

Le texte résumait les dangers qui pourraient guetter le barrage et avertissait que toute action de ce type contre un tel barrage pourrait provoquer une catastrophe sans précédent et une nouvelle tragédie nationale qui affecterait la vie de milliers d’habitants.Suite aux contacts effectués avec différentes administrations, l’Office national du Litani a réévalué l’état sécuritaire du barrage et a déterminé des mesures sécuritaires, techniques et pratiques à prendre.

Interrogé par L’Orient-Le Jour, Sami Alawiyé, directeur de l’Office du Litani, a précisé que « la sécurité du barrage est assurée par l’appareil des Forces de sécurité intérieure chargé de la protection des bâtiments publics, ainsi que par des patrouilles continues de la Sécurité de l’État, sans compter la garde du Litani qui comporte neuf membres se relayant durant 24 heures ». « Cependant, poursuit-il, cela ne suffit pas à assurer la sécurité du périmètre du lac du Qaraoun qui fait 12 kilomètres carrés, ce qui équivaut aux deux tiers de la ville de Beyrouth. Nous demandons à l’armée d’assurer une présence sur le site. »

« Le barrage est un ouvrage stratégique national et toute agression pourrait en menacer la stabilité, constituant un danger sur la sécurité publique, étant donné l’énorme quantité d’eau qu’il renferme (220 millions de mètres cubes), peut-on lire dans le document fourni par l’Office du Litani. Au cas où cette eau se déverserait hors du lac, elle pourrait noyer toutes les régions proches du cours du Litani, des zones en amont du barrage, Machghara, Sohmor et Yohmor, jusqu’à celles qui se trouvent en l’aval, à Qasmiyé près de Tyr. » Dans ce document, il est précisé que la longueur des tunnels de l’ouvrage est de 17 kilomètres, et qu’ils passent sous des maisons et des régions diverses. Le texte souligne également que le barrage n’est pas un mur compact, mais un espace qui comporte des tunnels, des installations, des escaliers et des équipements de maintenance et de mesure. Le va-et-vient y est incessant, d’où la nécessité de protéger cet endroit, poursuit le texte.

Caméras de surveillance et systèmes d’alarme

Suite à la divulgation de ce document, M. Alawiyé précise que « conformément aux directives de la direction des FSI, nous sommes en train d’équiper le lieu de caméras de surveillance et de systèmes d’alarme, sur tout le pourtour du lac et du barrage, ainsi que dans les bâtiments attenants ». Il ajoute : « L’Office du Litani a demandé une coopération avec Électricité de France en vue de mieux évaluer la conformité du site aux normes de sécurité. »

Le directeur de l’Office du Litani dévoile par ailleurs qu’un comité d’ingénieurs a été formé pour superviser les travaux de maintenance du barrage. Il explique qu’après l’évaluation du barrage, son institution a procédé à d’importants travaux de maintenance au niveau des portes et des escaliers en métal, tout comme elle a mis au point un plan d’urgence avec l’USaid qui lui permettrait d’évacuer, en cas de danger d’inondations, les régions en contrebas du barrage.


Après la double explosion meurtrière du port de Beyrouth, le 4 août dernier, et en raison de l’ampleur du désastre, l’Office national du Litani a mis en garde contre toute action de terrorisme, de vandalisme ou agression de toute sorte qui pourrait cibler le barrage du Qaraoun, dans la Békaa. Cette mise en garde fait suite à la divulgation d’un document fourni par l’Office du...

commentaires (0)

Commentaires (0)