Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

Aoun évoque la possibilité d'un missile ou d'une bombe

"Les appels à une enquête internationale sur l'affaire du port ont pour but de noyer la vérité", estime Michel Aoun, au lendemain de la visite à Beyrouth de son homologue français, Emmanuel Macron.

Aoun évoque la possibilité d'un missile ou d'une bombe

Le président libanais, Michel Aoun. Photo d'archives AFP

Le président libanais, Michel Aoun, a évoqué vendredi, trois jours après les explosions ayant ravagé Beyrouth et fait plus de 150 morts, la possibilité que ce drame ait été provoqué par une "intervention extérieure", parlant d'un éventuel missile ou d'une bombe. Cette déclaration intervient alors que, selon l'explication officielle des autorités, les explosions sont dues à un incendie dans un entrepôt de feux d'artifice, qui ont mis le feu à 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées à proximité depuis 2014. 

Lors d'une discussion à Baabda avec des journalistes, Michel Aoun a rappelé avoir demandé la veille au président français, Emmanuel Macron, qui se trouvait en visite de solidarité à Beyrouth, de lui fournir des images satellite de la scène de l'explosion, ce que lui avait promis M. Macron. "Si la France n'envoie pas ces images, nous les demanderons à d'autres Etats, afin de savoir s'il s'agit d'une agression extérieure ou des conséquences d'une négligence", a-t-il précisé.

"Interférence extérieure"

Il a encore expliqué que les investigations sur l'explosion se déroulaient à trois niveaux : "Premièrement, comment le matériau explosif est entré et a été stocké (...), deuxièmement, est-ce que l'explosion est le résultat d'une négligence ou d'un accident (...) et troisièmement, la possibilité qu'il y ait une interférence extérieure". Le chef de l'Etat a ainsi évoqué "la possibilité d'une intervention extérieure, au moyen d'un missile, d'une bombe ou d'un autre moyen".

L'édito d'Elie Fayad

Assistance à peuple en péril

Évoquant ensuite les procédures d'enquête engagées pour déterminer les responsables de la tragédie, le président Aoun a souligné que "traduire en justice les responsables sera la seule façon pour les proches des victimes de pouvoir faire leur deuil". Le chef de l'Etat a dans ce contexte affirmé que "vingt personnes sont déjà visées par l'enquête et les procédures mais cela nécessite du temps". Il a en outre affirmé que l'éventualité d'une enquête internationale n'avait pas été soulevée lors des réunions de la veille à Baabda."Les appels à une enquête internationale sur l'affaire du port ont pour but de noyer la vérité", a estimé le chef de l'Etat. "Toutes les personnes impliquées seront interrogées", a-t-il toutefois, assuré, affirmant que les responsables "petits ou grands" seront jugés. "Je ressens la douleur du peuple", a-t-il ajouté.

Michel Aoun a dans ce contexte affirmé aux journalistes avoir reçu, "le 20 juillet, des informations au sujet" du stock de nitrate d'ammonium, et d'avoir "immédiatement contacté le secrétaire général du Conseil supérieur de la défense et les responsables concernés pour prendre les mesures nécessaires".

"Pas d'atteinte à la souveraineté"
Sur le plan politique, Michel Aoun a affirmé, en réponse à une question sur une éventuelle "internationalisation" du dossier libanais, que, sous son mandat, aucune atteinte à la souveraineté du pays ne serait tolérée. Ses propos interviennent au lendemain de la visite à Beyrouth de son homologue français, Emmanuel Macron, venu exprimer le soutien de la France à la population libanaise après le drame du port. "Ce n'est pas sous le mandat de Michel Aoun que l'on touchera à la souveraineté libanaise", a affirmé le chef de l'Etat. Il a lancé que "si les Libanais ne se gouvernent pas eux-mêmes, personne d'autres ne pourra le faire". M. Aoun a en outre annoncé que le pays se trouve "devant des changements de système" politique et que par "changements, il entend un nouvel ordre" politique. "Le système de compromis ne fonctionne plus", a-t-il déclaré, estimant que cela est du au fait que chaque décision doit faire l'objet de l'approbation de plusieurs parties, ce qui "paralyse le travail politique et les réformes". Concernant l'éventuelle formation d'un gouvernement d'union nationale, M. Aoun a enfin souligné que cette initiative ne peut avoir lieu que dans des "conditions propices". 

Jeudi, Emmanuel Macron avait appelé à une "refondation" du système libanais et à un "nouveau pacte", nécessaires selon lui pour lancer les réformes attendues par le peuple et la communauté internationale. Il avait toutefois répondu aux nombreux Libanais et aux médias qui lui demandaient de prendre des mesures plus sévères contre les forces politiques, conspuées et accusées d'avoir causé l'explosion du 4 août, ou réclamaient un retour du mandat français (qui a pris fin il y a cent ans), qu'il ne pouvait pas "se substituer aux responsabilités d’un gouvernement souverainement élu, d’un président souverainement élu". "Ce n'est pas à un président français d'écrire votre histoire", avait-il lancé.


Le président libanais, Michel Aoun, a évoqué vendredi, trois jours après les explosions ayant ravagé Beyrouth et fait plus de 150 morts, la possibilité que ce drame ait été provoqué par une "intervention extérieure", parlant d'un éventuel missile ou d'une bombe. Cette déclaration intervient alors que, selon l'explication officielle des autorités, les explosions sont dues à un...

commentaires (42)

DESOLE QU'ON OMETTE L'ESSENTIEL . QUE M AOUN AVOUE ETRE AUSSI RESPONSABLE QUE LES AUTRES POUR N'AVOIR PAS SUIVI DE tres tres tres pret UNE TELLE MENACE EXPRIMEE A LUI CLAIREMENT PAR QUI DE DROIT, UN SERVICE SECURITAIRE DONT LE CHEF LUI EST FIDELE

gaby sioufi

13 h 12, le 08 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (42)

  • DESOLE QU'ON OMETTE L'ESSENTIEL . QUE M AOUN AVOUE ETRE AUSSI RESPONSABLE QUE LES AUTRES POUR N'AVOIR PAS SUIVI DE tres tres tres pret UNE TELLE MENACE EXPRIMEE A LUI CLAIREMENT PAR QUI DE DROIT, UN SERVICE SECURITAIRE DONT LE CHEF LUI EST FIDELE

    gaby sioufi

    13 h 12, le 08 août 2020

  • Depuis l’époque de "Fakhre el Dine" à nos jour tant que les détenteurs du pouvoir de différentes factions et partis du pays étaient équilibrés, le système ethnique et religieux fonctionnait assez bien et le Liban prospérait. Mais Chaque fois que l’équilibre est rompu par un apport de soutient conséquent au bénéfice d’intérêt étranger à une des factions, le malheur s'abattait sur son sort. Vous n'avez qu'à les compter.

    DAMMOUS Hanna

    11 h 03, le 08 août 2020

  • Jamais de l’histoire du Liban, pourtant bien riche de crises à répétition, un tel régime n’a engrangé autant de haine et de rancoeur à son encontre.

    Liberté de Penser

    10 h 43, le 08 août 2020

  • S'il évoque une intervention extérieure, c'est qu'il a des infos que nous "quidams " ne partageons pas, mais est-il au courant que Hezbollah possède un terminal spécial au port de Beyrouth, où des armes en provenance de l’Iran sont régulièrement déchargées puis expédiées à travers le pays .Les conteneurs d'armes sont déchargés par des agents du Hezbollah et ne subissent pas d'inspection des douanes comme les livraisons des autres cargos.Les armes sont stockées pour être dispatchées ensuite, le silence assourdissant des autorités en dit long

    c...

    09 h 07, le 08 août 2020

  • The President refuses any international help in the investigation and seems to be engaged in a cover-up of the incompetence and laziness of his administration. He knew about the stash of explosives in July 2020 and gave instructions to a high official in the Ministry of Defence to dispose of it. However, neither of these employees nor the President bothered to do anything or follow up.

    Mireille Kang

    05 h 36, le 08 août 2020

  • In January 2020, the President knew about the stash of explosives in the warehouse of the Port of Beirut however, he never bothered to follow up to make sure that the stash had been removed or inactivated. High-level employees in the Ministry of Defense didn't bother to do anything about it either.

    Mireille Kang

    05 h 32, le 08 août 2020

  • IL FAUT ABSOLUMENT RENOUVELER LE MANDAT DE AOUN. IL N,A PAS EU LE TEMPS D'ARRANGER LES CHOSES. ENCORE QUATRE OU CINQ ANS ET TOUT VA RENTRER DANS L'ORDRE. IL VA FAIRE UNE ENQUÊTE MÊME PLUSIEURS. ET S'IL TROUVE QUE C'EST LA FAUTE À HASSAN NASRALLAH, IL VA LE METTRE EN PRISON LUI ET BERRY AVEC ET BASSIL AUSSI. ARRÊTEZ SVP DE L'INSULTER IL N'EST PAS HABITUÉ À CES INSULTES.

    Gebran Eid

    02 h 21, le 08 août 2020

  • Un zéro

    M.E

    22 h 16, le 07 août 2020

  • À notre télévision belge, on dit avec stupeur que le Liban refuse l’envoi des secouristes spécialisés en accidents (l’équipe BFast) et le Liban voudrait uniquement du matériel. On dit avec encore plus d’étonnement que le Président refuse une enquête internationale... que veut il dissimuler? Quel arrogance, la potence de la place des martyrs aura du travail.

    Bashir Karim

    21 h 11, le 07 août 2020

  • Mr. Aoun une enquete internationale dissimulera l'enquete ? Vous rigolez je pense?

    Eleni Caridopoulou

    20 h 47, le 07 août 2020

  • LA PARISIENNE: A au moins trois reprises dans le passé, il fut question d'utilisation du nitrate d'ammonium par le Hezbollah: * A Chypre, entre 2012 et mai 2015 , un libano-canadien avait été jugé et condamné pour détention de 8,2 tonnes de nitrate en perspective d'attaques. *En Grande-Bretagne, le Telegraph de juin 2019 révélait que le MI5 et la police avaient découvert en 2015 quatre sites dans le nord-ouest de Londres avec 3 tonnes de nitrate dans des milliers de poches de glaçons. *En Allemagne , dans des entrepos du sud , le Hezbollah avait dissimulé des centaines de kilos de nitrate , ce qui avait entrainé la rupture des relations avec Téhéran. La commission d'enquête libanaise sur le drame du port de Beyrouth ne manquera pas de citer ces précédents.

    Saab Edith

    20 h 12, le 07 août 2020

  • Il était interdit de toucher ou de s’approcher de ce hangar puisque l’utilisation revenait au seul parti du Diable et vous vous doutez bien que ça n’est pas pour faire pousser des salades et des tomates. Qu’ils cesse de se payer notre tête il n’est pas écrit abrutis et ça clignote. Le seul responsable de tout ce qui nous arrive est en premier lieu le chef de l’état baveux et son clan qui ont enfoncé le pays dans un enfer indescriptible et ils devraient payer en premier avant même que les résultats de l’enquête n’aboutissent. C’est quoi la sanction au Liban pour haute trahison, vols de biens publics trafics d’armes et séquestrations de citoyens illégalement pour avoir manifesté? C ‘est au moins perpétuité et au pire la corde. Le pouvoir doit être dissout complètement. Parce que pire que le néant n’est pas le vide. On y vit dedans depuis leur arrivée au pouvoir et on se débrouille par nos propres moyens alors qu’ils ne nous fassent pas croire qu’ils ont ou servent à quoi que ses soit à part nous tuer à petit feu, puis d’un seul coup comme le 4 août.

    Sissi zayyat

    20 h 05, le 07 août 2020

  • Oui oui et oui, si les français ne nous donnent pas l'image par satellite de la fusee, nous l'aurons par le nouveau flambant neuf satellite iranien, cousin des fusées clever du hezb, qui nous montrera une luciole ennemie qui aurait mis le feu et provoquer l'explosion.......... On nous prend toujours pour des cons malgré tout! .....aaaakh ya baladna! Mais la vigueur des jeunes qui s'efforcent à nettoyer et faire revivre Beyrouth et le Liban tout entier rendra justice au Peuple Libanais et non pas ces politiciens...

    Wlek Sanferlou

    20 h 00, le 07 août 2020

  • C'est un peu problématique, je dirais même très problématique, pour tout le monde, s'ils savaient depuis le 20 juillet ! Le nitrate est utilisé aussi dans la fabrication des engrais pour l'agriculture. Pourquoi le port n'a pas vendu une partie pour rentrer dans ses frais? Combien de millier de tonnes avons-nous importer pour l'agriculture depuis 2014? Les masques tombent petit à petit!

    MGMTR

    18 h 45, le 07 août 2020

  • Cet homme a été élu par un parlement corrompu et à la botte du Hezbollah, est-il légitime ? Peut-il décider de quoi que ce soit sans l’aval de son mentor et du mentor de son mentor ? A-t-il amélioré d’un iota l’état de notre pays depuis qu’il le dirige avec l’aide de son gendre qui sait tout et n’est capable de rien ? Qu’ont fait tous nos politiques et oligarques depuis trente ans ?

    TrucMuche

    18 h 40, le 07 août 2020

  • Il n'a pas les pieds sur terre.

    Chahine

    18 h 29, le 07 août 2020

  • pdt son exil en france il avait dit je veux devenir le président de tous les libanais : et voyons les resultats pauvre liban

    youssef barada

    17 h 52, le 07 août 2020

  • LE MANDAT LE PLUS CORROMPU QU,A JAMAIS CONNU LE PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 50, le 07 août 2020

  • J'hallucine ! On touche le fond, et les politicards continuent de creuser. Le moment propice de le degager c'est tout de suite ici et maintenant. L'armée a tous les pouvoirs, c'est maintenant ou jamais. Faires vos choix.

    Desperados

    17 h 42, le 07 août 2020

  • SVP L’OLJ PARLEZ EN ... non seulement le Canada a envoyer 5 millions de dollars mais le Québec qui en est une province à envoyer aussi 1 million de dollars La ministre @NadineGirault annonce au nom du gouvernement du Québec une aide d'urgence de 1 million pour le #Liban. #AssNat #tvanouvelles

    Bery tus

    17 h 25, le 07 août 2020

  • De quelle souveraineté parle papy? Il est hors jeu et ça se confirme. Quant au changement de système dont il parle, c'est sûrement jusqu'au dernier libanais qui restera sur le sol car depuis le temps on aurait dû voir des prémices de ce fameux changement. Arrêtez votre délire, il est temps de retourner au lit éternel. Dégagez.

    Citoyen

    17 h 10, le 07 août 2020

  • Le gardien de la constitution de notre pays a une conception biaisée de la souveraineté. Une souveraineté à l'ombre d'une milice armée incontrôlable qui comme l'a dit l'ancien député Nawaf Moussawi, l'a mené là ou il a rêvé. Il a d'ailleurs adopté leur langage "politique" qui consiste à accuser systématiquement Israël de tous les maux pour couvrir leurs méfaits.

    DJACK

    17 h 08, le 07 août 2020

  • Bon alors qu’attend le hezb pour répondre?

    Bery tus

    17 h 07, le 07 août 2020

  • C’est une insulte suprême au peuple libanais que de cacher tout ce désastre derrière une bombe, un missile ou une interférence extérieure. Si Aoun - qui cherche à noyer le poisson alors que lui même est complètement noyé - veut être consistant dans son analyse, il ajouterait alors que le Hezbollah, qui contrôle le port, a délibérément gardé l’ammoniaque près de ses stocks d’armes pour l’utiliser comme bouclier contre d’éventuelles frappes.... stratégie qui a donc fonctionné pendant 6 ans. Allez Président, arrête tes c.....

    Khoury Karim

    16 h 56, le 07 août 2020

  • Oui les Libanais savent comment se gouverner mais sans toutes les parties politiques qui sont au pouvoir ou pas . Le mandat de Mr Aoun est devenu un cauchemar.

    EL KHALIL ABDALLAH

    16 h 49, le 07 août 2020

  • merci de lire : ce monsieur n'arrive même plus à marcher et encore MOINS a s'exprimer . bonne journée courage et Vive le Liban libre

    Le Point du Jour.

    16 h 48, le 07 août 2020

  • Mauvaise foi ? Outrecuidance ? Cécité ? ou simplement Déni ????

    Guizou 21

    16 h 46, le 07 août 2020

  • Encore une fois, seul le nitrate d'ammonium est aussi inoffensif que du sel de cuisine. Avec la meilleure (ou la pire) volonté du monde, il est impossible de le faire exploser. Vous pouvez lui envoyer tous les missiles que vous voulez, ce sont eux qui exploseront, mais pas le nitrate. Celui-ci n'est qu'un COMBURANT et pour faire une bombe, il faut lui adjoindre un CARBURANT. Conclusion : ou bien un criminel par intention ou par négligence, a stocké dans le même hangar un produit inflammable (qu'il fallait en grande quantité, car c'est lui et non le nitrate qui explose), ou bien il y avait dans ce hangar quelque chose de tout autre, et capable d'exploser. Le regard se tourne alors vers une certaine milice disposant d'un arsenal dantesque et contrôlant le port à son gré. Ceci pourrait expliquer le refus -autrement, illogique- opposé parJreissati à toute enquête internationale, pourtant seule crédible.

    Yves Prevost

    16 h 43, le 07 août 2020

  • C'est lamentable ! Le ridicule ne tue pas Pourquoi n'est-il pas allé a la rencontre de SON peuple comme le Président Macron ? . Ce monsieur n'arrive même plus à marcher et encore moi a s'exprimer Qu'il aille se reposer pour le bien de tout le monde .

    Le Point du Jour.

    16 h 41, le 07 août 2020

  • La douleur des Libanais il la sent ou ?

    PHENICIA

    16 h 41, le 07 août 2020

  • Ainsi donc, le 20 juillet que le "Conseil supérieur de la défense et les responsables concernés" ont été alertés par le président de la république (s'ils faisaient leur travail, ils auraient dû être au courant depuis des années) et, malgré l'urgence, en 15 jours, ils n'ont rien fait ! Après l'accusation de mensonge adressé à Le Drian par Diab , voilà que le président de la république, lui-même, soupçonne son homologue français de peut-être ne pas tenir sa parole en s'abstenant de fournir les photos satellites promises! Magnifique, la diplomatie libanaise !

    Yves Prevost

    16 h 23, le 07 août 2020

  • LA PREMIERE ET LA PLUS GRANDE ATTEINTE A LA SOUVERAINETE DU PAYS C,EST L,EXISTENCE DES DEUX MILICES IRANIENNES SUR LE SOL NATIONAL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 22, le 07 août 2020

  • Juste pour info ,sous quel gouvernement ces 2750 tonnes se trouvait au port ? A partir de ce moment nous savons déjà tout les responsables de cette tragédie et ils sont très très nombreux ces criminels...

    Jamal kaawar

    16 h 21, le 07 août 2020

  • Voyons M. le président. Le monde vous observe. Soyons sérieux. Souveraineté vous dites? Se gouverner nous-même? Il est grand temps d’arrêter les fanfaronnades M. le président.

    Marc C.

    16 h 10, le 07 août 2020

  • "Michel Aoun a affirmé que, sous son mandat, aucune atteinte à la souveraineté du pays ne serait tolérée" Sans vouloir lui faire de la peine, sa présence a la tête de la présidence est une atteinte a la souveraineté du pays et même plus! "Les appels à une enquête internationale sur l'affaire du port ont pour but de noyer la vérité". Bi charafack chou! Il veut nous convaincre que lui nous fournira la vérité comme il l'a fait lorsqu'il était ministre et 6 ministres? Ou lorsqu'il a attaqué les FL et prétendu que ce sont eux les voyous? Ou encore après avoir lâché le 14 Mars pour se jeter dans les bras du Hezbollah? Ou encore lorsque nous étions sensé avoir de l’électricité 24H/24H? Ou encore lorsqu'il a doute que l’armée n'avait pas la capacité de défendre le pays pour couvrir les armes du Hezbollah dont une partie vient de nous exploser a la figure? Nous voulons justement une expertise et enquête int'l pour éviter que des zigotos comme lui ne noie la vérité.

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 08, le 07 août 2020

  • Donc le président abonde dans notre sens. Des avions militaires de l'extérieur. Nous les avons pour la plupart bien entendus.

    Sybille S. Hneine

    16 h 04, le 07 août 2020

  • Frappe aérienne ou pas, c'est la présence de 2750 tonnes de nitrate d'ammonium au port de Beyrouth pendant plus de six ans qui constitue une ATTEINTE A LA SOUVERAINETE ET A LA SECURITE DU PEUPLE LIBANAIS! Cette cargaison n'aurait jamais du être transbordée sur le sol libanais. Canailles, tous!

    Georges MELKI

    15 h 48, le 07 août 2020

  • UN PETIT ECHANTILLON DE CE QUE SOUFFRIRA LE PAYS POUR GARDER SUR SON SOL LE HEZBOLLAL, AMAL ET LE CPL !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 44, le 07 août 2020

  • Na7es....

    Jack Gardner

    15 h 32, le 07 août 2020

  • On nous prend pour des idiots ou quoi? Tout le monde a entendu le son des avions militaires au moment de la frappe et c'est 100% clair sur les videos amateurs. Mais non, c'est bien sur la faute du 'soudeur'...

    Mago1

    15 h 30, le 07 août 2020

  • IL EST GRAND TEMPS QU'IL RENTRE CHEZ LUI. JE N'EN DIRAIS PAS PLUS CAR JE SERAIS CENSURE!

    Jean Michael

    15 h 26, le 07 août 2020

  • "sous son mandat, aucune atteinte à la souveraineté du pays ne serait tolérée". Qu'est-ce que l'entretien au Liban d'une milice armée financée et dirigée par un pays étranger, si ce n'est pas une atteinte à la souveraineté? ...Du moins en français, peut-être qu'en libanais...?

    Yves Prevost

    15 h 18, le 07 août 2020