Rechercher
Rechercher

Liban

Diab : La question de la neutralité requiert un dialogue politique approfondi

"Je ne démissionnerai pas", réaffirme le Premier ministre.


Diab : La question de la neutralité requiert un dialogue politique approfondi

Le Premier ministre libanais Hassane Diab, s'entretenant le 18 juillet 2020 à Dimane avec le patriarche maronite Mgr Béchara Raï. Photo Ani

A l'issue d'un entretien avec le patriarche maronite Mgr Béchara Raï qui multiplie les appels à la neutralité du Liban et ses critiques à l'encontre de la majorité au pouvoir, et implicitement du Hezbollah, le Premier ministre libanais Hassane Diab a affirmé samedi que la question de la neutralité du Liban doit faire l'objet d'un "dialogue approfondi" entre les forces politiques du pays.

Jeudi, Mgr Raï avait clairement accusé, dans une interview accordée à un site du Vatican, le parti chiite d'imposer sa "mainmise sur la politique et le gouvernement" et d'entraîner le Liban dans des guerres. Les dernières prises de positions de Mgr Raï sont saluées par les figures politiques d'opposition et plusieurs chancelleries.

"La question de la neutralité est de nature politique par excellence. Elle requiert un dialogue politique approfondi entre toutes les forces politiques et une clarification concernant l'ampleur de cette neutralité", a déclaré M. Diab lors d'un point presse à l'issue de sa rencontre avec le patriarche à Dimane, siège estival du patriarcat maronite. Au cours de cet entretien, la situation économique et financière du pays a été évoquée. "Le patriarche nous a donné des conseils, et nous l'écoutons afin de profiter de son expérience et de sa sagesse", a souligné le PM.

Lire aussi

Le non catégorique de dignitaires chiites à l’appel de Bkerké

Entré en fonction après la chute du gouvernement de Saad Hariri sous la pression du mouvement de contestation contre la classe dirigeante en octobre dernier, le cabinet de Hassane Diab a obtenu la confiance au Parlement grâce au soutien du Hezbollah et de ses alliés. "Le sujet du gouvernement du Hezbollah est devenu un disque rayé", a déclaré le chef du gouvernement sur ce sujet.

Dans un entretien accordé à la chaîne locale de télévision LBC après sa rencontre avec le président du Conseil, Mgr Raï a de son côté insisté sur le fait que le Liban est "fondamentalement neutre". "Le Pacte national prévoit la neutralité et l'ouverture à tous les pays sauf Israël. Notre salut est dans la neutralité", a-t-il ajouté. Le dignitaire a encore annoncé que des conférences de dialogue allaient être organisées afin de "dissiper tout malentendu" éventuel à ce sujet, soulignant qu'il ne fallait pas que "chaque personne comprenne la neutralité à sa manière", mais qu'elle devait devenir un "concept national et juridique". Le patriarche a encore souligné "ne pas être affecté par les attaques personnelles" contre sa personne et les accusations de collaboration avec l'ennemi.

Le patriarche a brièvement réitéré son appel lors d'une messe organisée à l'occasion de la Saint Charbel à Békaakafra, près de Dimane. "Le système libanais ne peut être que neutre", a-t-il affirmé dans son homélie, soulignant qu'il ne s'agissait "pas d'une question politique ou partisane, mais bien morale". 

"Je ne démissionnerai pas"
Par ailleurs, lors de son point presse, Hassane Diab a défendu l'action de son gouvernement, réaffirmant qu'il ne démissionnera pas malgré les critiques sur la lenteur de la mise en oeuvre des réformes qui conditionnent l'octroi d'aides financières internationales.

Lire aussi

Grands mots vs gros mots

"Je ne démissionnerai pas car en cas de démission, trouver une alternative ne serait pas chose aisée, et l'expédition des affaires courantes pour une longue période serait un crime contre les Libanais", a affirmé le Premier ministre, ajoutant que "des réformes dont les Libanais ne sont pas au courant ont été mises en oeuvre".

Le Liban vit la pire crise économique de son histoire moderne, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie, une explosion de l'inflation et des restrictions bancaires draconiennes sur les retraits et les transferts d'argent à l'étranger. Près de la moitié de la population libanaise vit dans la pauvreté et 35% de la population active est au chômage.

En défaut de paiement, le pays a adopté un plan de relance fin avril et promis des réformes, mais les négociations, initiées mi-mai avec le Fonds monétaire international (FMI) pour obtenir une aide cruciale pour la population et rétablir la confiance des créanciers, sont au point mort. En cause, des divergences internes sur la répartition des pertes entre l’État et ses créanciers, et sur l'estimation d'autres pertes du secteur bancaire.

Ces dernières heures, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déploré qu'"aucune avancée" n'a été enregistrée dans les négociations avec le Liban.


A l'issue d'un entretien avec le patriarche maronite Mgr Béchara Raï qui multiplie les appels à la neutralité du Liban et ses critiques à l'encontre de la majorité au pouvoir, et implicitement du Hezbollah, le Premier ministre libanais Hassane Diab a affirmé samedi que la question de la neutralité du Liban doit faire l'objet d'un "dialogue approfondi" entre les forces politiques du...

commentaires (25)

Les sionistes veulent repousser le châtiment divin mais persister dans le refus qui a provoqué ce châtiment. La base du sionisme est donc une rébellion contre Dieu. Voilà pourquoi ses théoriciens étaient athées, et pourquoi une partie non négligeable des juifs religieux sont antisionistes. Voilà pourquoi jusqu'à la rupture avec Vatican II le Vatican a toujours refusé de reconnaître la légitimité d'Israël, et interdit aux catholiques de le faire. Avec nos 2 voisins immédiats, la seule neutralité possible est celle de la mutuelle inimitié, c'est cela l'immense différence entre le Liban et la Suisse. Mutuelle inimitié qui peut largement être compensée par des alliances multiples avec les USA, la Russie, la Chine, et nos voisins mais + lointains comme la Turquie l'Égypte et la Jordanie.

Citoyen libanais

00 h 04, le 20 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (25)

  • Les sionistes veulent repousser le châtiment divin mais persister dans le refus qui a provoqué ce châtiment. La base du sionisme est donc une rébellion contre Dieu. Voilà pourquoi ses théoriciens étaient athées, et pourquoi une partie non négligeable des juifs religieux sont antisionistes. Voilà pourquoi jusqu'à la rupture avec Vatican II le Vatican a toujours refusé de reconnaître la légitimité d'Israël, et interdit aux catholiques de le faire. Avec nos 2 voisins immédiats, la seule neutralité possible est celle de la mutuelle inimitié, c'est cela l'immense différence entre le Liban et la Suisse. Mutuelle inimitié qui peut largement être compensée par des alliances multiples avec les USA, la Russie, la Chine, et nos voisins mais + lointains comme la Turquie l'Égypte et la Jordanie.

    Citoyen libanais

    00 h 04, le 20 juillet 2020

  • La neutralité de la Suisse ne fut possible que par la reconnaissance de l'entité Suisse par tous ses voisins et leur engagement à respecter son intégrité territoriale, en 1815 au congrès de Vienne. Cette reconnaissance ne sera jamais possible de la part de notre voisin de l'est tant qu'y sévit une minorité qui y opprime une majorité et qui ne peut se protéger par elle-même contre cette majorité. Car à la place cette minorité utilise notre pays en étant le vecteur de transmission entre une milice qu'il y a implantée et son commandement situé dans un pays qui n'a pas de frontière commune avec le notre. Et c'est cette milice d'obédience étrangère présente sur notre sol qui fédère tout un Axe ou Croissant confessionnel pour défendre la tyrannie de la minorité de notre voisin de l'est. Pour qui comprend correctement la nature de l'ennemi assadien, il est clair qu'il est vital pour cet ennemi de ne jamais respecter la souveraineté du Liban. A côté de ce grand Satan, notre voisin du sud n'est qu'un petit Satan. Les contentieux entre le Liban et Israël pourraient être réglés comme l'ont fait l'Égypte et la Jordanie, mais reconnaître la légitimité d'Israël c'est mépriser l'autorité de Dieu. Car l'exil du peuple juif après la destruction de Jérusalem au premier siècle, c'est un châtiment divin annoncé longtemps auparavant par les prophètes et le motif du châtiment c'est qu'Israël a repoussé et tué son messie.

    Citoyen libanais

    23 h 57, le 19 juillet 2020

  • "Diab a affirmé samedi que la question de la neutralité du Liban doit faire l'objet d'un "dialogue approfondi" entre les forces politiques du pays."... très grande erreur par le chef du cabinet avec tout les respects... La neutralité affecte directement la vie, de tout les points de vue même dans les détails les plus fins, du CITOYEN Libanais!!! Les forces politiques de tout bords se mettent de côté et un référendum national et général strictement supervisé par les Nations Unis décidera de la question. Si le peuple décide d'aller vers le front du moumanaa, on pliera bagage et laisserons le pays au hezb! Dans le choix contraire, le hezb abandonne ses chimères et s'unit à ses frères libanais pour construire un pays forts et indépendant de l'ouest ou de l'est, du moyen âge ou de celui de mars, donné ses armes à une armée unique qui protégera le Liban aussi bien d'Israël que de la Syrie ou tout autres agresseurs.. Trêve de plaisanterie, de perte de temps et de questionnement. Le chef de l'etat a le devoir de se référer au peuple quand toutes ses initiatives échouent comme elles l'ont magistralement fait...

    Wlek Sanferlou

    19 h 51, le 19 juillet 2020

  • La neutralité demande une décision courageuse pour passer outre le blocage de la paix au Liban imposé par les seuls HB et ses barbus. Cela ne nécessite aucune réunion ou discussion. Personne n’a mandaté HN pour décider pour les libanais. Ils sont tous pour que cette neutralité qui est la base même de son existence et un vendu vient nous raconter le contraire. Les travaux accomplis par le gouvernement nous font rire et on le supplie de s'arrêter là pour le bien de tous. PIRE ÇA N’EXISTE PAS. IL PARTIRA DE GRE OU DE FORCE AVEC SES EMPLOYEURS.

    Sissi zayyat

    12 h 21, le 19 juillet 2020

  • en un mot comme en mille , la neutralite n'est qu'un reve irrealisable pour LA MEME RAISON qui fait que notre pays se debat en enfer. vous la devinez n'est ce pas cette fameuse raison !

    gaby sioufi

    09 h 35, le 19 juillet 2020

  • Encore une déclaration du premier des technocrates faite avec de beaux mots de la langue de bois habituelle de ses mentors de politiciens mais qui ne veulent absolument rien dire. Bref des mots creux

    Liberté de Penser

    22 h 58, le 18 juillet 2020

  • La neutralité, Monsieur Diab, n'a pas besoin de vos explications vides de tout sens.

    Esber

    22 h 19, le 18 juillet 2020

  • La neutralité n'est même pas un sujet à débattre. C'est le sens même de l'existence du Liban. Si pas de neutralité...Pas de Liban. Point.

    RadioSatellite.co

    21 h 03, le 18 juillet 2020

  • DISCITER SUR LA NEUTRALITE DU LIBAN ENTRE LIBANAIS PRENDRA PLUS DE CENT ANS. LA NEUTRALITE DU PAYS LUI DOIT ETRE IMPOSEE PAR LES INSTANCES INTERNATIONALES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 19, le 18 juillet 2020

  • Une discussion approfondie ? jusqu'où ? Pauvre Liban, gouverné par une classe politique miséreuse, inconsciente et mafieuse qui croit encore pouvoir berner le monde

    Zeidan

    19 h 14, le 18 juillet 2020

  • "Je ne démissionnerai pas car en cas de démission, trouver une alternative ne serait pas chose aisée, et l' expédition des affaires courantes pour une longue période serait un crime contre les Libanais", a affirmé le Premier ministre, ajoutant que "des réformes dont les Libanais ne sont pas au courant ont été mises en oeuvre". mais quelles sont ces reformes ? ET ENCORE UN QUI SE CROIT INDISPENSABLE pour rien faire Le

    youssef barada

    19 h 11, le 18 juillet 2020

  • ELLE NE REQUIERT QUE LE DESARMEMENT DES MILICES IRANIENNES POUR QUE LE PEUPLE SE PRONONCE LIBREMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 09, le 18 juillet 2020

  • Référendum pour la neutralité du Liban avec l'aide de l'Occident . Vive le Liban

    Eleni Caridopoulou

    18 h 42, le 18 juillet 2020

  • Le Liban, tel qu'il a été conçu par l'Etat français dans le respect de la confession réelle du catholicisme maronite, ne peut devenir un Etat multi-confessionnel, admettant la liberté de toutes les religions, c'est à dire un laïcisme non athée, une simple foi nominale, compatible à égalité avec toute religion en perdant son caractère de vérité objective pour se réduire à une religion simplement personnelle et sociologique. Après la Révolution française a cessé d'être un Etat catholique. Le Liban est un Etat catholique maronite. C'est là sa particularité unique intégrant bien plus de tolérance que la France d'Ancien régime, mais pas le laïcïsme ou l'égatié de toutes les religions.

    DINTILHAC bernard

    18 h 36, le 18 juillet 2020

  • ça demande un "dialogue approfondie" le temps nécessaire pour venir à bout de ce qui reste des réserves en devises étrangères.

    MGMTR

    18 h 10, le 18 juillet 2020

  • "... Hassane Diab a affirmé samedi que la question de la neutralité du Liban doit faire l'objet d'un "dialogue approfondi" entre les forces politiques du pays ..." --- C'EST FAUX !! C'est la non-neutralité qui doit faire l'objet d'un dialogue national. Tant qu'il n'y pas de consensus pour s'engager d'un côté ou de l'autre, eh bien on ne fait rien. C'est ça la neutralité.

    Gros Gnon

    17 h 12, le 18 juillet 2020

  • Bravooo à notre patriarche, je n’avais aucune sympathie pour lui avant et je trouvais qu’il ne prenait pas suffisamment position pour les chrétiens, mais finalement il s’est bien fait entendre ces jours-ci. Bravooo j’espère que sa voix et son message arriveront à faire changer les événements tragiques que nous vivons. Viviane Khoury Haddad

    Khoury-Haddad Viviane

    16 h 22, le 18 juillet 2020

  • Dialogue impossible avec les théocrates du Hezbollah qui veulent entraîner le Liban dans l'axe Syrie, Iran, Russie, ainsi que dans une guerre qui n'est pas la notre. Les libanais veulent rester ouverts au monde moderne et le slogan armée, peuple, résistance est complètement révolu. Basta.

    CAMAYOU

    16 h 14, le 18 juillet 2020

  • Qu'est-ce qui fait courir tout ce monde à Dimane ? Il ont peur que le Vatican envoie ses gardes suisses au Liban ! Non, sérieusement, on dirait que Mgr Raii a su toucher la corde sensible, bravo, ne lâchez rien !

    Desperados

    15 h 32, le 18 juillet 2020

  • "des réformes dont les Libanais ne sont pas au courant ont été mises en oeuvre". Serait ce des reformes honteuses pour les faire passer en catimini ? Ah ben non, ce sont les 3% qui manquaient pour s'auto feliciter, ou bien pour eblouir le FMI ! On aura tout vu, tout entendu, entre les ministres criminels et leur chef, y en a pas un pour rattraper l'autre. Ils sont pathétiques.

    Desperados

    15 h 22, le 18 juillet 2020

  • Un exemple type de médiocrité et de mauvaise foi... C’est pathétique!

    Alexandre Husson

    15 h 09, le 18 juillet 2020

  • "Je ne démissionnerai pas car en cas de démission, trouver une alternative ne serait pas chose aisée, et l'expédition des affaires courantes pour une longue période serait un crime contre les Libanais", il se sent investi d'une mission divine c'est lui le sauveur tant attendu, il vrai que depuis sa nomination le quotidien des Libanais s'est amélioré... est ce donc de l'humour ou du cynisme , en outre il a déclaré que des réformes dont les Libanais ne sont pas au courant ont été mises en oeuvre, se sont elles volatilisées , aussi, dans des contrées lointaines à l'abri de tous ? Encore un peu et le Libanais lambda sera traité d'ingrat.

    c...

    14 h 41, le 18 juillet 2020

  • "La question de la neutralité requiert un dialogue politique approfondi". Mais ce dialogue a déjà eu lieu. Le débat a déjà été tranché à Baabda. Le seul problème est que certains refusent de respecter leur engagement. L'expédition des affaires courantes est un crime ? Ne rien faire est un crime bien plus grave encore, et dont vous et votre équipe êtes coupables mr le ministre !

    Yves Prevost

    14 h 29, le 18 juillet 2020

  • Pourquoi ne faire un référendum sous la supervision des Nations Unis Pour la Neutralité À la façon SUISSE du Liban 50..1% de suffrage pour la Neutralité et c est fait Comme tous les pays qui sont démocratique l.appliquent

    Ibrahim Takla

    14 h 16, le 18 juillet 2020

  • Pas de dialogue possible avec des fossoyeurs ! On dialogue à ARMES égales ou bien on ne dialogue pas! C’est armes pour tous, ou pour personne! Tous résistants ou personne! Personne n’a donné de procuration au Hezb. 1991 C’est bien loin. Les masques sont bien tombés depuis.

    LeRougeEtLeNoir

    14 h 00, le 18 juillet 2020