Rechercher
Rechercher

Crise

En réponse à Hariri, Diab dément vouloir modifier le système économique libéral du Liban

"Je suis en faveur d'un élargissement de l'audit à l'ensemble des services de l’État", affirme le Premier ministre.

En réponse à Hariri, Diab dément vouloir modifier le système économique libéral du Liban

Le Premier ministre libanais Hassane Diab et son prédécesseur Saad Hariri. Photos d'archives Dalati et Nohra

Le Premier ministre libanais Hassane Diab a affirmé jeudi que son gouvernement n'avait pas l'intention de modifier le système économique libéral qui régit le Liban, dans ce qui ressemble à une réponse aux déclarations faites plus tôt dans la journée par l'ex-Premier ministre Saad Hariri à Bkerké.

"Le gouvernement n'a pas l'intention de modifier le système économique libéral, mais le problème est ce qu'on veut dire par cela. S'agit-il du chaos économique libéral qui prévaut dans le pays, ou d'un système de gaspillage libéral ?" s'est interrogé le Premier ministre qui a pris la parole au début du Conseil des ministres.

Plus tôt dans la journée, le leader du courant du Futur avait déclaré, à l'issue d'un entretien avec le patriarche maronite Mgr Béchara Raï, que "le Liban traverse la plus grave crise économique de son histoire, et le pouvoir, lui, réfléchit à modifier le système économique libéral. Ils nous disent que ce n'est pas le cas, mais leurs actions disent l'inverse".

L'éditorial de Issa GORAIEB

Saintes colères

L'ancien Premier ministre était également revenu sur le dossier du "forensic audit" (juricomptabilité) des comptes de la Banque du Liban que le gouvernement, depuis avril, dit souhaiter entreprendre, sur fond de divergences sur l'estimation des pertes accumulées par le pays qui ont entravé les négociations du Liban avec le Fonds monétaire international. "La BDL et les banques ne doivent pas être les seules accusées. L'audit doit également porter sur la façon dont les ministères ont utilisé les 90 milliards de dollars, notamment dans le secteur de l'électricité qui a avalé 46 milliards de dollars", a estimé M. Hariri. Le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, bénéfice du soutien indéfectible de Saad Hariri.

"Nous nous sommes orientés vers un 'forensic audit' (juricomptabilité) des comptes de la BDL dans une première étape. Je suis en faveur d'un élargissement de l'audit à l'ensemble des services de l’État", lui a indirectement répondu M. Diab. "Nous saluons la critique objective car elle oriente l'action du gouvernement, mais les critiques à notre encontre aujourd'hui ne sont pas dans cette logique. Elles adoptent une logique utopiste, a-t-il ajouté.

"L’État ne doit plus travailler comme il le faisait avant. Le Liban a besoin d'un gouvernement prenant des décisions difficiles, et de réformes", avait également déclaré Saad Hariri. "On mélange l’État et le pouvoir", a répondu Hassane Diab. "En réalité, à chaque fois que le pouvoir fait une erreur, c'est l’État qui en paie le prix. Ce n'est pas l’État qui s'est trompé dans ses politiques économiques qui ont conduit le pays à l’effondrement, c'est le pouvoir qui s'est endetté, qui a volé et qui a dilapidé l'argent de l’État", a-t-il poursuivi, assurant que son gouvernement continuera à travailler.

Lire aussi

Chute de la livre : le scénario catastrophe de Bank of America

Par ailleurs, Saad Hariri est revenu, jeudi matin, sur les propos du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a insisté sur l'importance de l'agriculture et de l'industrie. "Cela est nécessaire, mais je pose la question : comment pouvons-nous faire de l'agriculture sans électricité ? Comment pouvons-nous transporter les produits agricoles et industriels sans routes ? Comment les exporter sans port et sans aéroport ?", s'est-il interrogé.

L'ex-PM est également revenu sur les déclarations du patriarche dimanche. "Mgr Raï a exprimé la souffrance des Libanais", a-t-il déclaré, alors qu'il était interrogé sur la formation d'un front d'opposition sous l'égide de Bkerké, ajoutant dans ce cadre qu'il avait des "divergences sur certains dossiers avec les Forces libanaises". "Nous avons toujours considéré le patriarcat comme un lieu de dialogue et de modération. Le Liban a besoin d'un dialogue constructif dans l'intérêt des Libanais", a-t-il ajouté.

Lire aussi

Le front unifié existe « virtuellement », mais toujours pas d’actes concrets

Selon M. Hariri, "le Liban paie le prix des conflits régionaux". "Nous devons nous aider, connaître notre importance et notre place dans la région. Nous ne pouvons pas accepter que le monde joue avec nous", a-t-il estimé, et d'ajouter. "Nos jeunes quittent le pays, le chômage et tout cela pourquoi ? En raison de l'absence de stabilité". Le patriarche Raï n'a, de son côté, pas fait de déclarations à la presse à l'issue de son entretien avec M. Hariri.

Mercredi, Saad Hariri avait rendu visite au métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth Elias Audi. A l'issue de cet entretien, il avait affirmé aux journalistes ne pas vouloir être reconduit au poste de chef du gouvernement.

Le Premier ministre libanais Hassane Diab a affirmé jeudi que son gouvernement n'avait pas l'intention de modifier le système économique libéral qui régit le Liban, dans ce qui ressemble à une réponse aux déclarations faites plus tôt dans la journée par l'ex-Premier ministre Saad Hariri à Bkerké.

"Le gouvernement n'a pas l'intention de modifier le système économique ...

commentaires (9)

Il,est gentil Diab mais il ne sait pas que ça n’est pas lui qui dicte les décisions prises, il n’est qu’un exécutant de plus pour satisfaire les volontés des vendus qui l’ont nommé à ce poste. Si à ce stade il n’a toujours pas compris qu’il n’est qu’un pion su l’échiquier, c’est que c’est bien plus grave qu’on ne le croyait. .

Sissi zayyat

11 h 37, le 10 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Il,est gentil Diab mais il ne sait pas que ça n’est pas lui qui dicte les décisions prises, il n’est qu’un exécutant de plus pour satisfaire les volontés des vendus qui l’ont nommé à ce poste. Si à ce stade il n’a toujours pas compris qu’il n’est qu’un pion su l’échiquier, c’est que c’est bien plus grave qu’on ne le croyait. .

    Sissi zayyat

    11 h 37, le 10 juillet 2020

  • Pourquoi ils ne confient pas l'Audit à des sociétés libanaises?, surtout que la correspondance se fait principalement en arabe avec l’Administration.

    MGMTR

    23 h 01, le 09 juillet 2020

  • "L'Etat ne doit plus travailler comme il le faisait avant..." c'est-à-dire Mr Hariri? Comme quand vous y étiez? Vous et d'autres...

    Sybille S. Hneine

    20 h 40, le 09 juillet 2020

  • Tant qu'il y a le Hezbollah et les Ayattollahs d'Iran l'occident n'aidera pas le Liban

    Eleni Caridopoulou

    18 h 03, le 09 juillet 2020

  • MA FI GHAYRAK YIA HARIRI COMME CHEF DE GOUVERNEMENT. ELOIGNEZ LES MILICES ET LE CPL LES FOSSOYEURS DU PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 54, le 09 juillet 2020

  • "... La BDL et les banques ne doivent pas être les seules accusées. L'audit doit également porter sur la façon dont les ministères ont utilisé les 90 milliards de dollars ..." - Tout le monde a sa part de culpabilité. L'État est coupable d'avoir gaspillé/volé l'argent public. La BDL est coupable d'avoir fermé les yeux. Le banques sont coupables d'avoit été trop avides de profits sans évaluer (ou prendre en compte) les risques. Le citoyen lui est doublement coupable, premièrement d'avoir aussi été avide et donc de faciliter tout ça, mais surtout d'avoir voté pour tous ces gens là. Alors au lieu de perdre du tenps à chercher les coupables, cherchez les solutions. Nous auront toujours le loisir de régler les comptes plus tard quand nous serons sorti de l'ornière où nous nous trouvons. Ornière? Plutôt la fosse de Mariannes...

    Gros Gnon

    16 h 04, le 09 juillet 2020

  • hier, iul prenait l'avion pour rome. aujourd'hui il recoit hariri. pas de mention de rome. Qui divague a l'OLJ?

    SATURNE

    15 h 19, le 09 juillet 2020

  • Dites...Messieurs de tous bords politiques et religieux...est-ce en se visitant assidûment, en déclarant du matin au soir...en critiquant "l'avant-moi" et les autres...que vous allez nous sortir de la mouise nauséabonde et infâmante dans laquelle vous nous avez plongés ? Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 54, le 09 juillet 2020

  • BON, ALLEZ Y FAITES QUELQUE CHOSE. IL EST GRAND TEMPS QUE LES OPPOSANTS PASSENT À L’ACTION. ON TOUCHE LE FOND ET RIEN DE PIRE NE PEUT ARRIVER À NOTRE PAYS. PLUS DE 50% DES LIBANAIS SONT PRÊTS POUR LE CHANGEMENT QUELQUE SOIT LA MÉTHODE NOUS VOULONS RÉCUPÉRER NOTRE INDÉPENDANCE ET NOTRE LIBERTÉ DE CHOISIR NOS DIRIGEANTS ET NOTRE POLITIQUE INTÉRIEURE COMME ÉTRANGÈRE SANS TUTEUR NI VENDUS.

    Sissi zayyat

    14 h 37, le 09 juillet 2020