Rechercher
Rechercher

Liban

Nasrallah aux Américains : Ne sanctionnez pas tout le peuple libanais

"Se tourner vers l'Est ne signifie pas qu'il faut totalement se détourner de l'Occident", a indiqué le chef du Hezbollah. 

Nasrallah aux Américains : Ne sanctionnez pas tout le peuple libanais

Un homme passant en moto devant un portrait du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, près de Saïda, le 7 juillet 2020. Photo REUTERS/Ali Hashisho

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a longuement critiqué mardi la politique "de siège et d'étouffement" des Etats-Unis vis-à-vis du Liban ainsi que les "ingérences" de l'ambassadrice américaine à Beyrouth, Dorothy Shea, l'accusant de chercher à "dresser les Libanais les uns contre les autres". Dans son discours télévisé, le dignitaire chiite n'a pas directement commenté la question d'une démission éventuelle du gouvernement de Hassane Diab, qui semblait près de tomber la semaine dernière après avoir perdu le soutien de ses parrains, soulignant simplement que "c'est le peuple qui décide si le gouvernement reste ou démissionne, pas l'ambassadrice américaine".

"Actes d'un pays colonisateur"
Dans une longue partie de son intervention télévisée, le chef du Hezbollah a accusé l'ambassadrice américaine "d'ingérences" dans les affaires internes du Liban et notamment dans le cadre des nominations au sein de la Banque du Liban (BDL). "Ces procédures ne sont peut-être pas nouvelles, mais l'inédit c'est qu'elle le fait au vu et au su de tous, a-t-il accusé. Tout le monde sait qu'elle a menacé de ne pas fournir d'aide financière si une telle personne ou une autre n'était pas nommée. S'agit-il de diplomatie ou d'actes d'un pays colonisateur ?" Et de dénoncer les propos tenus dans les médias par la diplomate américaine "qui a attaqué" le Hezbollah et commenté l'avenir du gouvernement. "C'est le peuple qui décide si le gouvernement reste ou démissionne, pas l'ambassadrice américaine", a-t-il lancé.

Lire aussi

A Dimane, Boukhari salue les propos de Raï sur la "neutralité du Liban"

Le leader chiite a encore regretté que l'Etat "n'ait pas dit un mot" à ce propos et n'ait pas considéré que "cela pose problème". Il a estimé que les positions de Dorothy Shea "encourageaient la dissension et dressaient les Libanais les uns contre les autres". Le dignitaire a dans ce contexte salué la décision du juge des référés à Tyr, Mohammad Mazeh, "un magistrat courageux travaillant pour la nation", qui avait il y a deux semaines décidé d'interdire aux médias libanais et étrangers travaillant au Liban d'interviewer, durant un an, l'ambassadrice des États-Unis. Hassan Nasrallah a dans ce cadre demandé au Conseil supérieur de la magistrature de ne pas accepter la démission du juge, présentée la semaine dernière.

"Nous appelons l'ambassade américaine à respecter les accords de Vienne et demandons à Mme Shea de ne pas évoquer certains sujets, comme les droits de l'homme, lors de ses interventions télévisées, parce qu'elle est en mission dans un pays qui souffre des répercussions des guerres lancées par les Etats-Unis dans la région et de leur soutien à Israël", a ajouté le dignitaire. Et d'accuser Washington d'exploiter la crise économique et financière pour imposer "des choix spécifiques" au Liban et isoler le Hezbollah". "Mais nous ne nous rendrons pas. La politique de sanctions et de siège que vous exercez ne nous affaiblira pas, a-t-il martelé. Elle va au contraire affaiblir vos alliés. Alors ne sanctionnez pas le peuple libanais, parce que vous n'allez pas atteindre vos objectifs". 

"Le Liban doit devenir un pays producteur"
Le chef du Hezbollah s'est en outre penché sur la crise économique et financière que traverse le Liban, la pire de son histoire. "La situation actuelle nécessite la coopération et les efforts de tous", a-t-il affirmé. "L'effondrement économique et financier et la famine ne concernent pas une région ou une communauté spécifique, et doivent être considérés en prenant en compte tous les Libanais et même toutes les personnes qui vivent au Liban, y compris les réfugiés palestiniens et syriens", a-t-il souligné.

"Il ne faut pas se limiter à une seule option pour sortir de la crise", a dans ce contexte estimé le chef du Hezbollah, en mentionnant notamment les négociations du gouvernement avec le Fonds monétaire international (FMI). Nous devons frapper à toutes les portes possibles pour empêcher l'effondrement et prévenir la famine". "Nous ne pouvons pas rester les bras croisés en attendant les résultats" de ces négociations.

Lire dans Le Commerce du Levant

Riad Saadé : « Le retour à la terre pourrait être plus qu’une simple planche de salut pour les Libanais »

Hassan Nasrallah a en outre appelé l'Etat et les Libanais à investir dans le secteur agricole, regrettant que dans le pays, "quasiment tous les produits de consommation sont importés". "Le Liban doit devenir un pays producteur", a-t-il lancé. "L'Etat libanais et le peuple ont tous la responsabilité de cette transition. Nous devons cultiver", a-t-il poursuivi, soulignant que tous les facteurs étaient du côté du Liban à cet effet, qu'il s'agisse notamment des terrains disponibles ou du climat. "Tout ce qui  nous manque, c'est une prise de décision", qui doit également s'appliquer à la production industrielle, a-t-il souligné. 

"En tant que Hezbollah, nous appelons les Libanais à se lancer dans le combat de la redynamisation des secteurs agricole et industriel, a déclaré le dignitaire chiite. Nous devons tous devenir des agriculteurs et des industriels, pas juste pour survivre, mais pour sauver notre pays". Et de souligner que "le travail de la terre n'a rien d'honteux", appelant les Libanais à commencer à planter "même sur le pas de leur porte ou sur leur balcon". "Cela permettra d'assurer notre souveraineté et notre dignité", a-t-il estimé. 

La coopération avec l'"Est"

Dans le cadre des solutions à la crise économique et financière, Hassan Nasrallah est revenu sur la question de la coopération avec "l'Est", la Chine et l'Iran plus particulièrement. Il a ajouté que "cela ne signifie pas qu'il faut totalement se détourner de l'Occident". "Il faut pouvoir coopérer avec tous les pays, y compris les Etats-Unis, à l'exception d'Israël, et avec toutes les entreprises et organismes qui peuvent fournir des aides ou des prêts", a-t-il estimé. "Se tourner vers l'Est ne signifie pas que l'on aligne le pays sur un axe spécifique", a-t-il déclaré.
"Lorsque nous avons évoqué la possibilité de coopérer avec la Chine, nous avons vu que les Etats-Unis ont réagi avec colère, notamment à travers leur secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, et l'ambassadrice américaine", Dorothy Shea, a-t-il souligné, estimant que cette réaction est "la preuve qu'une telle coopération ferait sortir le Liban de l’emprise américaine". 

Lire aussi

Le gouvernement reste en place... tant qu’il n’y a pas de solution de rechange

Le chef du Hezbollah a encore démenti que coopérer avec l'Iran aurait pour but de "modifier l'identité du Liban", estimant que toute proposition d'aide venant de Téhéran devait être "respectée et prise en compte". En tout cas, "personne ne veut imposer un modèle économique similaire à l'Iran, ni imposer le communisme au Liban", a-t-il déclaré, en estimant que la Banque centrale pourrait "faire des économies importantes si elle achetait du carburant en livres libanaises à l'Iran". Il a précisé avoir évoqué cette question avec des responsables libanais. Il a en outre encouragé le développement d'une coopération avec l'Irak, dénonçant les parties qui ont estimé qu'une telle collaboration "n'aboutira pas parce que Washington fera pression sur Bagdad".

Evoquant enfin brièvement la situation régionale, Hassan Nasrallah a estimé que le projet israélien d'annexion en Cisjordanie (prévue par le plan américain pour le Proche-Orient, ndlr) est "la chose la plus dangereuse" qui se passe actuellement au Proche-Orient. "Nous sommes en contact avec toutes les factions palestiniennes et, hier, nous avons dans ce cadre reçu une lettre d'Ismaïl Haniyé (le chef du Hamas, ndlr)". "En tant que Libanais, nous ne devons jamais oublier la cause palestinienne et nous devons rester aux côtés de l'Etat et du peuple palestiniens et les soutenir face à ces plans, quitte à recourir à l'escalade", a-t-il déclaré.


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a longuement critiqué mardi la politique "de siège et d'étouffement" des Etats-Unis vis-à-vis du Liban ainsi que les "ingérences" de l'ambassadrice américaine à Beyrouth, Dorothy Shea, l'accusant de chercher à "dresser les Libanais les uns contre les autres". Dans son discours télévisé, le dignitaire chiite n'a pas...

commentaires (32)

j'oubliai de remercier quand meme m. nasrallah pour sa mansuetude, son elan de compassion pour les citoyens libanais.

gaby sioufi

04 h 59, le 09 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (32)

  • j'oubliai de remercier quand meme m. nasrallah pour sa mansuetude, son elan de compassion pour les citoyens libanais.

    gaby sioufi

    04 h 59, le 09 juillet 2020

  • "C'est le peuple qui décide si le gouvernement reste ou démissionne". Option 1: Il a fini par apprendre la phrase mais pas encore le mécanisme et clairement pas ce que cela veut dire! En 2005 le peuple a élu ses représentant donnant une nette majorité au 14 Mars. Le Hezbollah et le CPL ont tout fait pour les empêcher d'aller de l'avant en provoquant une guerre destructrice en 2006, puis en envahissant Beyrouth en 2008, puis en bloquant le centre ville, puis le parlement pour les élections Présidentielles, etc... Il est donc clair que Hassouna et Aoun doivent revoir leur copier sur le fonctionnement de la démocratie. Option 2: Il a apprit la phrase mais n'en a pas compris les paroles. Mais pas UN mot! Dans ce cas Le parti de Dieu est géré par un analphabète qui nous miroite sa bêtise comme avenir pour nos enfants. Option 3: Il nous fait comprendre, qu'a ces yeux, le seul peuple du pays est représenté par ses voyous qui font acte de présence au cri de guerre "Shia Shia Shia" et tous les autres au diable! Dans les trois cas il a faux et en fera payer les frais a sa communauté...

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 14, le 08 juillet 2020

  • AUX YEUX DE SON PUBLIC TOUT IGNORANT EST PROFETE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 08, le 08 juillet 2020

  • Dramatique qu'un type pareil puisse parler de la sorte et prendre en otage tout un pays ! Dehors les religieux archaïques et tous ceux qui dirigent ce pays depuis 30 ans et plus. On va finir par demander l'aide internationale pour mettre tous ces politiques corrompus en prison ! Ne voient-ils pas le mal qu'ils font et espèrent continuer de faire?

    TrucMuche

    12 h 49, le 08 juillet 2020

  • J’invite tous les libanais à consulter sur YouTube les premiers discours de ce Monsieur : 1) jusqu’à ce jour et c’est bien écrit sur son drapeau : Hezbollah - résistance islamique au Liban Donc de prime abord il en écarte la moitié de la population libanaise Les véritables résistants qu’ont été les FL du temps de Bechir Gemayel se sont toujours appelés La Résistance Libanaise et jamais Chrétienne 2) le projet du Hezbollah depuis l’origine est la création d’une république islamique au Liban intégrée à la Wilayat El Fatih sous le contrôle de la république islamique d’Iran et de son guide suprême D’ailleurs il a souvent répété que le Kesrouan et la région de Jbeil étaient des terres chiites et les conquérants chrétiens (en faisant sans doute aux Croisés) les en ont chassés. En revanche, il oublie que Le Christ a foulé de ses pieds le Liban et que la Chrétienté y était présent plus de 600 ans avant l’islam Donc monsieur, avant de déclarer explicitement à haute et intelligible voix en conservant votre index abaissé que vous abandonnez définitivement vos projets initiaux, nous considérons que ceux ci sont intrinsèquement contre le Liban libre et indépendant et donc une renonciation au pacte national pour ne pas dire un acte de haute trahison envers la nation. Votre politique nous a mené à l’abîme et si vous continuez sur cette voie, croyez moi que les libanais seront prêts à s’allier avec n’importe qui pour se sortir de la présente situation

    Liberté de Penser

    11 h 32, le 08 juillet 2020

  • (("Le Liban doit devenir un pays producteur", a-t-il lancé. "L'Etat libanais et le peuple ont tous la responsabilité de cette transition. Nous devons cultiver")) ............................................................................................... Mais cultiver quoi ? Ces fameuses végétations pour usage thérapeutique. Chez nous, il y a les déclarations politiques, les effets de manche, et l’action politico-militaire sur le terrain, d’où la confusion et l’amalgame. Le leader chiite plaide (osons un terme savant) le """multilatéralisme""" pour faire simple, c’est parler à tout le monde, à l’exception d’Israël, pour obtenir l’aide internationale et échapper à la misère, sauf que l’argent en provenance de l’Iran n’a d’autre fin que d’entretenir les conflits. L’ouverture donc, mais l’engagement militaire, Syrie, etc, en oubliant les splendides fermes de Chebaa. Hassan Nasrallah plaide SA cause du Liban uni, alors que dans les faits, où est l’union. Nous sommes seulement unis dans la misère ? Quant à la ""DISTANCIATION"" évoquée ce matin dans l’éditorial ""Saintes colères"" comme dans ""Briser l’isolement ou mourir"", elle me fait sourire, et je ne dirai pas plus, sinon...

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    10 h 51, le 08 juillet 2020

  • sionisme et americains coupables de tous les maux. SOIT. ADJUGE, N'EN PARLONS PLUS. MAIS ceci ne donne aucune raison plausible pour faire payer aux LIBANAIS - seuls, le prix de cette ideologie /doctrine de liberation de jerusalem LE MOT CLE ETANT SEULS A PAYER LE PRIX. il n'y a pas pire ENDOCTRINES /NAIFS ET/OU MAL INTENTIONNES que ceux qui ne veulent pas avouer- qui S'aveuglent SCIEMMENT aux recriminations des LIBANAIS . MERCI BCP libano-moralisateurs -neo vali fakihiens, VOS REFRAINS ON N'EN A QUE TROP ENTENDUS.

    gaby sioufi

    10 h 46, le 08 juillet 2020

  • Pourquoi le médias libanais relayent ses inepties? On ne devrait même pas le calculer. Le laisser braire et prêcher ses convaincus et l’ignorer. Le fait même de commenter ses âneries lui donne une place dans le statut politique alors qu’il m’en est rien. Sa seule force ce sont ses armes avec lesquelles ils menacent les libanais et les empêchent de s’exprimer ça a dire sa lâcheté. Qu’il conseille donc à l’Iran de solliciter l’aide de l’axe EST et la Syrie et les palestiniens pour nourrir et soigner sa population. Nous nous avons choisi des pays démocratiques pour nous aider sans avoir à nous sacrifier pour que vive les dictatures. Allez, coucher et pas bouger. Les ordres vous arriveront en temps et en heure.

    Sissi zayyat

    10 h 20, le 08 juillet 2020

  • "Mentez, mentez, il en restera bien quelque chose". allez servir vos boniments a votre piétaille et arrêtez de nous casser les oreilles avec des radotages Economiques qui ne tiendraient pas la route une seule minute si on devait les appliquer dans la vie réelle. Marre a la fin !!

    Lebinlon

    09 h 48, le 08 juillet 2020

  • Son bla bla ennuyeux me rappelle les promesses de Nasser....On a vu où ca a men l'Egypte et les pays arabes. Quant à la Palestine, arrête d'en faire ton fond de commerce. On s'en fiche éperdument. Nous, ce qui nous intéresse est NOTRE pays, le Liban.

    Tabet Karim

    09 h 38, le 08 juillet 2020

  • Donc il faut choisir entre Shea et Shia? Et si on n’aime aucun des deux, y-a-t’il un troisième choix?

    Gros Gnon

    09 h 38, le 08 juillet 2020

  • La fuite en avant ou l'art de parler pour ne rien dire, le jour approche ou les miliciens du Hezbollah réintègreront le tissue social libanais, quant à la direction elle pourra être utile à Téhéran si toutefois le peuple iranien en veut, ce que je doute fort.

    Liban Libre

    09 h 07, le 08 juillet 2020

  • Hassan Nasrallah: "...nous devons tous devenir des agrigulteurs et des industriels, pas juste pour survivre, mais pour sauver notre pays..." Super, géniale, votre idée !!! Dépêchez-vous de donner l'exemple et de la mettre en pratique avec vos miliciens. Désarmez-les et donnez leurs armes à l'Armée libanaise, ou mieux, vendez-les, et avec les bénéfices financiers inscrivez vos miliciens à des cours d'agriculture, de commerce et d'industrie. On attend avec impatience pour voir les tomates, courgettes et pommes "made by Hezbollah" !!! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 36, le 08 juillet 2020

  • Je pense que cet homme donne des promesses ou prononce des inepties qui n’engagent que ceux qui les croient. Ainsi ceux qui le croient et le suivent aveuglément ont donné leurs enfants pour lui en Syrie en Irak et au Yémen et vous pensez que ces gens là vont s’inquiéter de la faillite du Liban ? Rien à cirer Riad Salamé vite débloque des devises il faut continuer à ravitailler Bachar mais au fait en quoi Bachar tient Nasrallah pour qu’il lui soit aussi dévoué ? Mystère et boule de gomme !

    PHENICIA

    08 h 06, le 08 juillet 2020

  • "Le Liban doit devenir un pays producteur". C'est une évidence, et il n'est pas nécessaire d'être chef de milice pour y penser.Pour tout le reste: le bla-bla-bla habituel

    Yves Prevost

    06 h 42, le 08 juillet 2020

  • Merci hassan pour nous prendre pour des c,,. oh pardon, disons plutôt, pour des imbéciles, simples d'esprit et abrutit... mais comme on est si stupides pourquoi perdre son temps à nous sermoner....notre opinion à nous ne compte pour rien après tout!!

    Wlek Sanferlou

    03 h 20, le 08 juillet 2020

  • Ce n’est ni les ingérences Américaines ou Iraniennes qui ont mis le Liban à genoux mais plutôt la classe politique et sa tête le Hezbollah qui l’ont fait. Sayyed Nassrallah veut attaquer les conséquences que plutôt la cause. Tout redressement nécessite un financement qui ne serait pas possible tant que la même Oligarchie règne sur ce pays dévasté’

    EL KHALIL ABDALLAH

    03 h 06, le 08 juillet 2020

  • Hsssan Nasrallah a tort sur tous les fronts. Une coopération quelconque avec l'Iran serait suicidaire car attirerait des sanctions américaines directes envers le Liban. Développer l'agriculture et l'industrie est une bonne chose, pour autant que les produits libanais puissent être exportés et ramener des devises tant attendues sur le marché.

    Tony BASSILA

    01 h 39, le 08 juillet 2020

  • RJe ne militerais pour le DÉSARMEMENT DU HEZBOLLAH que sous quatre conditions sine qua non , et qui sont : 1)La garantie donnée par les américains (mais sont-ils fiables?) que le réfugiés palestiniens au Liban devront quitter le pays et être Implantés ailleurs , qu'ils disposent du droit de retour en Palestine ou pas . Ceci est absolument primordial . 2)La garantie donnée par les américains (mais sont-ils fiables ?) que les réfugiés syriens devront retourner en Syrie immédiatement , que Bachar el-Assad y continue à régner ou pas , ceci n'est pas notre problème ! Ceci est absolument indispensable . 3)La garantie donnée par les américains (mais sont-ils fiables ?) que la Turquie d'Erdogan sera dissuadée au besoin par la force des armes d'envoyer ses terroristes armés des Frères Musulmans et de Daech au Nord du Liban . Ceci est absolument impérieux ! 4)La garantie donnée par les américains (mais sont-ils fiables ?) que les violations par Israel de la souveraineté libanaise seront définitivement stoppées , en pensant aussi et surtout à la veulerie abjecte de l'usurpation et de l'exploitation des gisements sous-marins de gaz en mer territoriale libanaise ! Ils nous sucent le sang en douce ! Ceci est absolument requis ! Si l'univers entier est gêné par l'armement lourd du Hezbollah , par contre personne ne pense que cet armement est nécéssaire pour dissuader les sionistes à ne pas continuer leur honteuse et répugnante besogne de vouloir anéantir le Liban et son équilibre commu

    Chucri Abboud

    01 h 15, le 08 juillet 2020

  • Le danger se dessine deja a l'horizon. La grande peur c'est de voir la chine abandonner l'amerique pour s'offrir les profits libanais. Une maneuvre geniale. L'Amerique tremble. Je le sens.

    SATURNE

    00 h 50, le 08 juillet 2020

  • Si le Liban est dans cette situation, c’est de votre fait, monsieur, et de celui de vos alliés et commanditaires. Retournez en Iran et laissez nous tranquille. Nous choisirons nos alliés et nous porterons bien mieux. Nous ne voulons ressembler ni à l’Iran, ni à la Syrie, ni au Yémen, ni encore à la Russie ou à la Chine. Laissez nous en paix ou faudra-t-il il prendre les armes pour nous défendre?

    Bashir Karim

    00 h 40, le 08 juillet 2020

  • Déjà, il est qui pour donner des conférences et se comporter comme un président ? AOUN accepte ceci ? Tant pis pour lui alors. Puis les américains sanctionnent ASSAD et les collabos... cad vous... le libanais civil n’est pas concerné. La crise « dollars » « essence » etc... ce ne sont pas les USA qui détournent ceci du liban pour le donner à ASSAD... Donc NOS Malheurs..VOUS HEZBOLLAH /NASRALLAH et les collabos qui en êtes LA CAUSE... Cessez votre collaboration avec ASSAD ( massacreur et kidnappeurs de nos soldats libanais en 91 ) et le libanais sera tranquille. On ne mélange pas les chiffons et les torchons...vous les anti-paix, les fossoyeurs du liban c vous... le libanais pacifiste c’est nous

    RadioSatellite.co

    00 h 27, le 08 juillet 2020

  • "c'est le peuple qui décide si le gouvernement reste ou démissionne, pas l'ambassadrice américaine". WoW quel peuple? Qui a former le gouv le peuple?!? S'agit-il de diplomatie ou d'actes d'un pays colonisateur ?" Dites moi elle est ou leur armés ?? .pourtant ce mot la irait bien ... Hassan Nasrallah a dans ce cadre demandé au Conseil supérieur de la magistrature de ne pas accepter la démission du juge, présentée la semaine dernière. Tiens la vous faites pareil que l’ambassadrice !! "Mais nous ne nous rendrons pas. La politique de sanctions et de siège que vous exercez ne nous affaiblira pas, a-t-il martelé. Elle va au contraire affaiblir vos alliés. Excellent en défenseur ... mais de quoi? Je savais pas que c’est chekel qui dégringolait à 10000 pour un 1 seul petit $ "Lorsque nous avons évoqué la possibilité de coopérer avec la Chine, nous avons vu que les Etats-Unis ont réagi avec colère, Ah bon mais il ne nous calcule même plus ... vous pensez que le Liban est le centre des intérêts US au MO?!?!

    Bery tus

    23 h 58, le 07 juillet 2020

  • Mais qui donc l’a autorisé à donner ces conférences de presse périodiquement , et à sermonner la nation?? Il se pose en guide suprême , sans savoir où imaginer ce que la majorité des libanais pensent de ses discours creux, mensongers, à mille lieux de leurs désirs , de leurs orientations , culturelles, économiques, religieuses.. Qu’il aille en Iran leur donner des leçons d’économie et de politique..!

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 44, le 07 juillet 2020

  • C est vrai que le peuple libanis est souverain....il faudrait par exemple convoquer un referendum afin qu il se prononce sur le deaarmement de toutes les milices. Respecter la convention de Vienne signifie aussi pour le HEZB la reciprocite...c est a dire respecter les resilutions de l ONU et rendre ses armes a l Etat libanais. Pour ce qui est de cultiver un potager sur son balcon,j ai deje ecoute cela au Venezuela autre pays detruit et gouverne par le HEZB.

    HABIBI FRANCAIS

    23 h 24, le 07 juillet 2020

  • En tant que Hezbollah, nous appelons les Libanais à se lancer dans le combat de la redynamisation des secteurs agricole et industriel , a déclaré le dignitaire chiite. vous avez mille fois raison mais il faut nous expliquer comment sans eau ni electrecité et sans mazout et sans argent

    youssef barada

    23 h 22, le 07 juillet 2020

  • ...les paroles du berger maronite.

    carlos achkar

    23 h 18, le 07 juillet 2020

  • Ca nous fait du bien de l'entendre. Au moins on sait que nous pouvons payer L'Iran en livres libanaises, ca nous rassure. Il nous rappelle qu'on ne doit jamais oublié la cause palestinienne. Ce peuple qui a tellement fait du bien au peuple libanais dans les années 70. Ses paroles saintes venant directement de Dieu nous font oublier les paroles

    carlos achkar

    23 h 16, le 07 juillet 2020

  • ET DES INEPTIES EN ROULEAU INFINI. LA DIVAGATION VA BON TRAIN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 56, le 07 juillet 2020

  • DES PIPEAUX A LA PELLE. IL EST FRAPPE DU SYNDROME D,ISRAEL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 41, le 07 juillet 2020

  • L'ingérence il peut en parler, lui qui envoi ces hommes massacrer en Syrie pour maintenir la pire des dictatures, il a oublié l'ingérence syrienne au Liban qui a pillé le pays pendant 30 ans. Alors cher monsieur commencez par balayer devant votre porte. Je rêve d'un Liban indépendant sans aucune ingérence d'où qu'elle vienne, mais ce n'est qu'un rêve qui ne se réalisera jamais.

    Zeidan

    22 h 34, le 07 juillet 2020

  • Aucune menace dans ce discours. Devant la gravité de la situation générale, un ton raisonné et modéré. On commence à converger vers une solution réaliste "made in Lebanon".

    Chahine

    22 h 33, le 07 juillet 2020