Rechercher
Rechercher

Économie - Devises

Retour de l’anarchie sur le marché des changes

Le taux du marché noir gravitait hier autour de 4 100 livres libanaises minimum pour un dollar dans le meilleur des cas, et pouvait même grimper au-delà de 4 300 L.L. chez certains agents illégaux.

Retour de l’anarchie sur le marché des changes

Un agent de change resté fermé, malgré la fin de la grève annoncée mercredi dernier. Photo P.H.B.

Mercredi dernier, les agents de change mettaient un terme à plus d’un mois de grève avec l’objectif de tenter d’aligner en quelques jours le taux de change livre/dollar réel sur le plafond fixé par la Banque du Liban (BDL). Une initiative louable sur le papier mais qui semble vouée à l’échec, à en juger par l’anarchie qui s’installe de plus en plus sur le marché depuis la fin de la semaine dernière, et qui continue de déprécier la monnaie nationale par rapport au billet vert.

En effet, si le syndicat des agents de change agréés continue de fixer le taux du jour tous les matins, l’écart qui a commencé à se dessiner vendredi avec le taux du marché noir s’est confirmé hier, et s’est même creusé chez certains opérateurs informels. Le taux officiel des agents de change était établi hier dans une fourchette comprise entre 3 890 livres pour un dollar à l’achat et 3 940 livres à la vente, soit un niveau inchangé par rapport à celui de samedi, selon les sources habituellement contactées par L’Orient-Le Jour.

Le taux du marché noir gravitait lui autour de 4 100 livres minimum pour un dollar dans le meilleur des cas, et pouvait même grimper au-delà de 4 300 livres chez certains agents illégaux. Plus inquiétant, ce taux aurait également été répercuté par certains changeurs agréés. Une des sources contactées a ainsi indiqué qu’un changeur agréé situé dans la région de Beyrouth avait commencé à vendre à 4 150 livres pour un dollar en matinée, et que ce taux était monté à 4 325 livres en milieu de journée.

Lire aussi

Le syndicat des agents de change réclame une série de documents aux entreprises qui veulent acheter des dollars

Une autre source a assuré qu’un changeur agréé lui avait vendu des dollars à près de 4 200 livres, toujours en milieu de journée. Trois bureaux de change agréés que L’Orient-Le Jour a visités hier aux environs de midi affirmaient ne plus avoir de dollars en stock, un scénario devenu habituel depuis mercredi dernier.

Mais les signes de désorganisation ne s’arrêtent pas là, les nouvelles formalités imposées par le syndicat des agents de change n’étant a priori pas respectées par tous ses membres. Une des sources contactées affirme ainsi avoir pu échanger un montant important sans qu’aucun justificatif ne lui soit demandé. Samedi, le syndicat avait appelé la filière à réclamer plusieurs documents aux entrepreneurs comme aux particuliers avant de valider toute transaction afin d’empêcher toute « spéculation » contre la monnaie nationale.

Les entreprises cherchant à acquérir des dollars doivent ainsi prouver qu’elles sont bien enregistrées au Liban, fournir une photo passeport signée de la personne à qui les dollars retirés sont destinés ou fournir après coup toute autre preuve démontrant quelle transaction les dollars ont servi à payer (relevé bancaire témoignant du virement, facture, etc.). Les particuliers sont eux en principe contraints de communiquer leur numéro de téléphone et de fournir les motifs de leurs besoins en dollars (facture à l’appui si nécessaire) et enfin signer le reçu rédigé par l’agent de change. Mardi dernier, le syndicat des changeurs s’était en outre engagé à tenter de faire progressivement baisser le taux de change pour le ramener d’environ 4 000 livres (le taux du marché noir) au plafond de 3 200 livres pour un dollar fixé par la BDL (comme édicté par la circulaire n° 553 du 28 avril 2020), sans toutefois expliciter les moyens envisagés pour y parvenir. Plusieurs agents ont en revanche fait part de leurs doutes concernant le succès de l’opération en soulignant que la demande de devises était beaucoup plus importante que l’offre.

Surendetté et en pleines négociations pour obtenir une aide financière du Fonds monétaire international (FMI), le Liban traverse sa pire crise économique et financière de ces trente dernières années. Un effondrement dont la dépréciation de la livre par rapport au dollar qui a débuté en août dernier sur le marché des changes représente, avec les restrictions bancaires sur les opérations en devises, l’une des facettes les plus délétères pour les entreprises et les citoyens libanais. La parité officielle de 1 507,5 livres n’est plus appliquée que pour certaines transactions bancaires et interbancaires. Les tentatives de la BDL pour contrôler le taux se sont toutes révélées infructueuses jusqu’à présent, tandis que la vaste vague d’arrestations qui a suivi la publication de la circulaire n° 553 n’a débouché sur aucune condamnation pour le moment.

Lire aussi

La demande de dollars très supérieure à l’offre, selon certains agents de change

Enfin, l’évolution du taux de change rend la situation de plus en plus difficile pour les sociétés de transfert d’argent qui constatent une forte baisse de leur volume de transactions depuis plusieurs semaines. La filière, dominée par cinq grands acteurs, est contrainte depuis le 16 avril (circulaire n° 551 de la BDL) de payer les sommes envoyées à ses clients au Liban en livres, quelle que soit la devise dans laquelle les fonds ont été initialement transférés. Problème : la BDL leur impose d’effectuer leur conversion à un taux de 3 200 livres pour un dollar, ce qui pousse de nombreux clients à privilégier les transferts bancaires, les « fonds frais » déposés en espèces ou transférés depuis l’étranger sur des comptes spéciaux n’étant soumis à aucune restriction, ou à passer par des sociétés plus confidentielles qui « échappent au radar de la BDL » en ne respectant pas la consigne fixée le 16 avril.


Mercredi dernier, les agents de change mettaient un terme à plus d’un mois de grève avec l’objectif de tenter d’aligner en quelques jours le taux de change livre/dollar réel sur le plafond fixé par la Banque du Liban (BDL). Une initiative louable sur le papier mais qui semble vouée à l’échec, à en juger par l’anarchie qui s’installe de plus en plus sur le marché depuis la...

commentaires (8)

LE BORDEL DANS TOUTE SON OPULENCE !

LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

17 h 18, le 09 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • LE BORDEL DANS TOUTE SON OPULENCE !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    17 h 18, le 09 juin 2020

  • je ne comprend plus rien la BDL donne des dollars aux changeurs pour le vendre au people a 3200 et eux decident de le vendre a 4000 et plus puis je demande aux " irresponsables " de la BDL POURQUOI ILS N'ONT PAS DONNE CES DOLLARS AUX BANQUES EN LEUR IMPOSANT DE LES VENDRE A 3200 AU LIEU DE LES DONNER A DES CHANGEURS ? LES BANQUES AURAIENT RESPECTE CE MONTANT ET TOUS LES CHANGEURS AURAIENT SUIVI AVEC LEUR PROPRE DOLLARS CE CHIFFRE QUI EST CORROMPU LE PLUS? LA BDL, LES BANQUES OU LES CHANGEURS??? QUI PAYE POUR TOUT CELA LE PEUPLE LIBANAIS

    LA VERITE

    13 h 45, le 09 juin 2020

  • CE SONT LES DOLLARS DES DEPOTS CAD DES ECONOMIES D,UNE VIE DES GENS QUI CIRCULENT CHEZ LES CHANGEURS POURVOYES PAR LA BDL ET LES PREDATEURS BANQUIERS. TOUS LES VOLEURS ASSOCIES POUR ASPHYXIER LE PEUPLE ET LE DEVALISER.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    11 h 43, le 09 juin 2020

  • 3200 LL pour un $ on en a même pas vu la couleur à la banque. 3000...

    Sybille S. Hneine

    10 h 56, le 09 juin 2020

  • Vous y croyiez vous à un retour positif?? Les changeurs ont à la main. Ils ont cumulé les $ avec même la complicité de la BDL qui leur en a fourni. C'est à dire nos propres $. Et maintenant ils vendent le stock comme bon leur semble. Ils décident de l'offre par rapport à la demande. Même si la situation du pays entre en jeu également.

    Sybille S. Hneine

    10 h 11, le 09 juin 2020

  • Des agents illégaux un leitmotiv qui revient chaque fois que nous sommes dans le pétrin et pour marquer encore une fois la faillite de nos responsables qui n’arrivent plus à maitriser le dollar .

    Antoine Sabbagha

    08 h 27, le 09 juin 2020

  • rien à faire ce ne sont pas les agents de change qui fixent le taux de la livre par rapport au dollar , c est la situation politique du pays qui est abominable, les vraies reformes se font attendre, ils ne verront jamais le jour personne n en veut , les gens continuent à parler sunnite chiite maronite .....et les politiciens font semblent en attendent des jours meilleurs que le FMI vient en aide je croix il ne faut plus compter sur FMI ni CEDRE et la livre libanaise va continuer à chuter .dommage pour ce pays magnifique

    youssef barada

    01 h 10, le 09 juin 2020

  • Les autorités veulent transformer les changeurs en kamikazes et il semble que ça les embête. C'est un problème

    M.E

    01 h 01, le 09 juin 2020

Retour en haut