Publication

Junior, une grande aventure qui prend fin

Copains de papier ou magazine de poche, les suppléments jeunesse de « L’Orient-Le Jour » accompagnent, depuis plus de 30 ans des générations d’adolescents. Retour sur le rôle de la presse jeunesse.

« Je me rappelle encore, raconte Khalil, que tous les samedis matin, quand mon père s’installait dans son fauteuil pour lire L’Orient-Le Jour, je m’asseyais près de lui avec mon Copain de papier. Quel beau souvenir. »

C’était en 1991. Après une pause de plus d’un an, Les Copains, le supplément des jeunes de L’Orient-Le Jour, était à nouveau distribué avec le quotidien tous les samedis. Le tabloïd de quatre puis de huit pages change de formule en 2008 pour devenir un magazine mensuel : L’Orient-Le Jour Junior, avec une meilleure qualité d’images et d’impression. Mais la mission reste la même : informer, en français, les ados.

« Tous les lundis matin, à la demande de notre institutrice, nous présentions aux camarades de la classe les articles qui nous avaient intéressés. Une occasion de discuter d’un sujet qui touchait à notre actualité », se souvient Nagi.

Rencontre avec les élèves dans les bureaux des « Copains ». Photo DR

Les Copains et plus tard Junior deviennent un support de travail pour des milliers d’élèves. Chaque année, durant la semaine de la presse francophone, les journalistes de Junior rencontraient les élèves du primaire, du collège ou du lycée, curieux de découvrir comment se prépare un journal ou intéressés d’en savoir plus sur la liberté de la presse et le métier de journaliste. « Je leur ai souvent dit que c’est un métier vraiment sympa qui ne connaît pas la routine et qui vous permet d’accéder à des endroits où vous n’allez pas normalement : chez les aiguilleurs du ciel dans la tour de contrôle de l’aéroport, à l’intérieur des silos à grains du port de Beyrouth, sur les terrains d’entraînement des jeunes recrues de l’armée libanaise, confie Médéa Toubia, journaliste. Sans compter les rencontres avec des célébrités, lors d’interviews effectuées par les journalistes de l’équipe : l’abbé Pierre, Elle MacPherson, la reine Rania de Jordanie, Marc Lavoine et bien d’autres.

Des sujets qui collent à l’actualité des jeunes

La diversité des sujets avait pour objectif d’initier les jeunes à la presse écrite, leur donner envie de s’ouvrir au monde, de lire en français et de se divertir. Les dernières nouveautés en informatique, en technologie, la musique, le sport, la mode, le cinéma, sont des rubriques qui ont toujours eu la cote auprès des lecteurs, de même que les pages détente – jeux, charades, devinettes – ou les carnets de voyage des rédactrices de Copains, relatant leurs périples en Chine, au Mexique, en Nouvelle-Zélande, en Guadeloupe, à San Francisco, en Afrique du Sud, à Bali…

Les articles portant sur l’environnement et le patrimoine ont été régulièrement couverts pour que les jeunes découvrent les richesses de leur pays, qu’ils les apprécient, et qu’en citoyens responsables, ils les préservent. Les sujets plus sérieux traitant de politique, d’économie ou de finances ont été mis à la portée des jeunes lorsque l’actualité l’exigeait. « On s’est mis d’accord dès le début. Nous pouvons aborder tous les grands sujets d’actualité dans Les Copains. Il suffit de savoir comment le dire. Pour des sujets sensibles comme la violence ou la sexualité, nous faisions appel à des spécialistes », explique Médéa Toubia.

Rencontre dans les bureaux de « Junior ». Photo DR

Engagée dans l’écriture pour jeunes, la rédaction adopte le style Copains, concis et imagé, pour attirer le lecteur et éveiller sa curiosité : il s’agit d’écrire des textes courts avec un maximum d’informations, le tout formulé avec des mots simples, des phrases courtes au temps présent, un vocabulaire accessible et beaucoup de photos à l‘appui. Un mot d’ordre est adressé à l’équipe : il faut présenter honnêtement l’info, vérifier les sources et s’abstenir de prendre parti pour que le lecteur puisse se faire une idée par lui-même.

L'édito de Nayla de Freige

L’Orient-Le Jour Junior fait une pause


Dans Junior, tout comme dans Les Copains, un espace était réservé aux jeunes qui se démarquaient dans divers domaines : sport, musique, danse, théâtre, peinture, écriture… Le supplément a donné la parole aux ados : ceux qui s’engagent pour une société meilleure, qui se mobilisent pour protéger l’environnement et qui veulent partager leurs expériences avec d’autres jeunes pour leur prouver que le changement est possible si chacun y met du sien.

Aujourd’hui, après avoir été soutenue par L’Orient-Le Jour durant plus de trente ans, la mission de Junior s’arrête. Le magazine de poche ne sera plus publié. Avec la multitude de moyens disponibles pour diffuser l’information sur le web, c’est le moment de réfléchir à une nouvelle approche pour informer les jeunes.

Lire aussif

Chacun rédige ses pages, mais l’effort est collectif

Témoignages

« J’attendais impatiemment le samedi pour lire « Les Copains. C’était mon journal »

Et aussi

Arrêt sur image





« Je me rappelle encore, raconte Khalil, que tous les samedis matin, quand mon père s’installait dans son fauteuil pour lire L’Orient-Le Jour, je m’asseyais près de lui avec mon Copain de papier. Quel beau souvenir. »

C’était en 1991. Après une pause de plus d’un an, Les Copains, le supplément des jeunes de L’Orient-Le Jour, était à nouveau distribué...

commentaires (0)

Commentaires (0)