Rechercher
Rechercher

Un peu plus

Rien n’arrive par hasard

« Lovers Man and Woman » (Egon Schiele, 1914).

De nombreuses personnes pensent que le hasard n’existe pas. À commencer par Albert Einstein qui disait que « le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito ». Le hasard n’existe pas. La vie est faite de rendez-vous. Manqués ou pas. Des rendez-vous avec la vie. De nombreuses personnes pensent que tout est écrit. Que notre chemin est tracé depuis le jour de notre naissance. Que tout est prédestiné, tout est providence. Que Dieu, les étoiles ou l’Univers ont rédigé notre dessein, même si l’on pense que nous sommes les seuls maîtres de notre destin. Tout ce qui nous arrive a une cause et une conséquence. Le passé engendre l’avenir et nous empruntons cette voie, même si elle est érodée.

La vie est faite de rendez-vous. Avec l’histoire. Celle de notre pays, du monde dans lequel on vit. Des entrevues avec notre propre moi, notre famille, notre héritage. Si aujourd’hui la Terre se retrouve dans ce que l’on pourrait définir comme un immense chaos aux conséquences effrayantes, c’est probablement (voire sûrement) parce que Dieu ou n’importe quelle force qui nous régit en ont décidé ainsi. La nature nous a pris de court. Comme lorsque la pluie est venue éteindre les feux qui ont ravagé nos forêts en octobre dernier. Était-ce une coïncidence ? Un avertissement pour nous dire clairement d’arrêter de laisser détruire ce pays qu’est le nôtre ? Un avertissement à l’aube d’une révolution, à l’aube d’une crise économique sans précédent, à l’aube d’une pandémie ? Une pandémie qui s’est emparée de la planète pour laisser la nature reprendre les rennes ? On le saura, si on ne le sait pas déjà intrinsèquement.

La vie est faite de rendez-vous. Chaque rencontre, chaque incident, chaque instant ont une raison d’être. Pour nous ériger une voie, faire changer de direction, nous apprendre quelque chose et que l’on puisse en tirer une leçon. Chaque personne qui entre dans notre vie ou en sort porte en elle un message. Il y a celles qui nous font mal, nous blessent en nous amputant d’une partie de nous, emportant au passage un morceau de notre âme. Mais il y a celles qui nous élèvent et nous transportent. Ces personnes-là sont un cadeau. Et tous les cadeaux ne sont pas empoisonnés. Ils ont parfois un goût sucré. Un parfum de bonheur inattendu. Ils croisent notre route sans crier gare, devenant tour à tour le pavage et le garde-fou, nous empêchant de rester sur le bas-côté. Nous empêchant de tomber dans le ravin de nos incertitudes. Ces personnes-là sont souvent salvatrices. Elles nous aident à mieux comprendre. À mieux nous comprendre. Elles nous apprennent à aimer, à être aimé, à nous aimer. Elles nous prennent par la main. Ces personnes-là sont un trésor. Et il suffit d’une rencontre, d’une étincelle, pour qu’elles entrent dans notre vie par la grande porte. En la défonçant parfois, en y étant invitées, en y pénétrant en douceur, sans crier gare. Ce rendez-vous pris un jour avec l’inconnu(e) chamboulera notre ordre établi. Fera s’effondrer notre armure. Cette personne-là changera le cours de ce que nous avions tracé. Changera nos convictions brisant ces évidences qu’étaient les nôtres. Cette personne-là est une certitude. La certitude d’une amitié infaillible et inconditionnelle, d’un immense et troublant amour. Et même si un jour, nos avenues se sépareront pour une raison ou une autre : un désamour, une dispute, un départ, une mort, la présence de cette personne-là auprès de nous aura été une exquise esquisse. Une peinture que l’on haïra peut-être mais qu’on finira par apprécier une fois notre deuil accompli. Comme un livre où le personnage principal et romanesque mourra en duel et que l’on sera contraint de ranger ce roman dans la bibliothèque de notre vie. On regardera cette toile, on (re)lira le titre et la quatrième de couverture, les yeux remplis de nostalgie, le cœur saturé de sourires. Il y a les bonnes et, certes, les horribles personnes. Et rien ne nous permet au départ, si ce n’est notre intuition ou notre battoun, de savoir si c’était la mauvaise décision. Ou pas.


De nombreuses personnes pensent que le hasard n’existe pas. À commencer par Albert Einstein qui disait que « le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito ». Le hasard n’existe pas. La vie est faite de rendez-vous. Manqués ou pas. Des rendez-vous avec la vie. De nombreuses personnes pensent que tout est écrit. Que notre chemin est tracé depuis le jour de notre...

commentaires (2)

On attend toujours cette personne pour nous tirer de là où ils nous ont flanqués. La providence semble être occupée à autre chose en ce moment . Alors il ne nous reste qu’à forcer le destin et à provoquer le changement du cours de notre vie. Peut être que la providence viendrait nous prêter main forte.

Sissi zayyat

12 h 36, le 23 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • On attend toujours cette personne pour nous tirer de là où ils nous ont flanqués. La providence semble être occupée à autre chose en ce moment . Alors il ne nous reste qu’à forcer le destin et à provoquer le changement du cours de notre vie. Peut être que la providence viendrait nous prêter main forte.

    Sissi zayyat

    12 h 36, le 23 mai 2020

  • Article plein de générosité et philosophie. Des leçons de la Vie. Bravo

    Rizk Youssef

    12 h 20, le 23 mai 2020