Nos Lecteurs ont la Parole

En hommage à Walter Mazzitti, pilier de la gouvernance de l’eau en Europe

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que l’Italie et la communauté méditerranéenne de l’eau apprennent le décès de Walter Mazzitti à l’âge de 69 ans, l’un des grands piliers de la gouvernance de l’eau en Europe. Je désire joindre ma voix à celles et ceux qui l’ont connu et côtoyé pour lui rendre un dernier hommage bien mérité. Au cours de ses années professionnelles consacrées à l’Italie, à l’Europe et à la Méditerranée, Walter Mazzitti fut un modèle et une figure emblématique pour toute notre communauté internationale de l’eau.

Il a été aux premières loges des grandes initiatives centrées autour de la gestion des ressources en eau, des principaux projets liés aux systèmes d’information, à la gouvernance et à la diplomatie hydrique.

Orateur à l’esprit vif et aux propos consensuels et convaincants, il est sollicité tout au long de sa carrière européenne et méditerranéenne pour s’adresser aux différents publics autant dans le domaine hydraulique que celui de l’économie et de la gouvernance.

Walter, mon ami de longue date que j’ai connu il y a plus de 20 ans, a participé à toutes les initiatives organisées dans le cadre de l’Union européenne (UE), de l’Union pour la Méditerranée (UpM), du RIOB, du Remob, du GWP-Med, de l’IME, de la COP, de l’Académie de l’eau, de l’Académie des sciences d’outre-mer et du palais du Luxembourg sur l’hydrodiplomatie, et les différentes éditions de la Semaine de l’eau de Beyrouth organisées tous les deux ans.

Ses opinions réfléchies et rigoureuses ont fait en sorte qu’on a constamment voulu gagner sa présence à l’occasion des débats touchant aux grands projets de développement durable.

Il a aussi participé à la rédaction de nombreuses publications ayant trait à des textes techniques, juridiques et économiques tels que le financement des projets d’infrastructures hydrauliques, les partenariats publics-privés, les entrepreneurs, le secteur bancaire et les médias.

Cette grande figure de la gouvernance italienne a aussi rédigé des textes d’opinion portant sur la paix hydrique et la résolution des conflits entre les nations, ce qui a suscité l’intérêt des décideurs politiques d’Europe et du Moyen-Orient.

Son flair diplomatique, son caractère affable et son intelligence émotionnelle ont fait de lui une personne de décision et de conseil dont on cherchait la présence dans différents secteurs liés à la politique de l’eau et aux stratégies y relatives.

Sous sa présidence au Semide (Système euro-méditerranéen d’information sur les savoir-faire dans le domaine de l’eau) et au Remob (Réseau euro-méditerranéen des organismes de bassins), d’importantes ressources ont été allouées à des projets marquants qui ont fait progresser la communauté méditerranéenne de l’eau. Il aura été un témoin de première ligne du processus de création de l’Union pour la Méditerranée (UpM) ainsi que du processus de Madrid lancé par l’Union européenne avec pour objectif la réalisation d’une paix durable au Moyen-Orient.

Tout au long de sa carrière, Walter Mazzitti a accumulé des honneurs, médailles et prix décernés par l’Italie, son pays natal, et par divers nations, ordres, associations et institutions.

J’ai travaillé avec lui en tant que vice-président et on a pu durant cette période établir un projet d’unification des bases de données hydrauliques pour les pays de la Méditerranée, et avec Jean-François Donzier, Pierre Roussel, Éric Tardieu et Éric Mino, nous avons réussi à constituer cette plate-forme au Liban dans le cadre du CIFME (Centre d’information et de formation aux métiers de l’eau au Liban) avec l’engagement de l’UpM, de la France, le soutien indéniable du président Emmanuel Macron, qui était ministre de l’Économie à l’époque, le ministre de l’Environnement Jean-Louis Borloo et le sénateur Olivier Cadic, parmi d’autres éminentes personnalités.

J’ai travaillé étroitement avec Walter Mazzitti et Jean-François Donzier pour la rédaction du pacte de Paris, seul pacte relatif à l’eau qui prône la gestion intégrée des ressources en eau au niveau des bassins et qui fut paraphé au Liban en 2014 et présenté à la COP21, le 2 décembre 2015 en France, en présence de la ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal.

Avec Walter Mazzitti, Michael Scoullos, Jean-Louis Guigou et l’Ipemed en 2009, nous avons lancé les bases de financement des infrastructures hydrauliques et le partenariat public-privé, constituant ainsi une solution future pour le développement de ces projets dans les pays émergents.

Nommé à la tête du Remob en 2009 et succédant à la présidence italienne de cet organisme, j’ai eu l’honneur de prendre le flambeau de Walter Mazzitti pour une période de 3 ans (2009-2011) dans le cadre d’une grande cérémonie méditerranéenne qui a eu lieu à Beyrouth et qui a rassemblé sous un même toit tous les décideurs politiques, les experts et les personnalités scientifiques internationales.

En 2018, nous avons de même participé à l’Alliance Climat à Rome, qui a permis d’intégrer toutes les initiatives antérieures entre le climat et l’eau afin de préparer des plans d’adaptation pour la gestion des bassins et aquifères internationaux.

Chargé par l’Union européenne d’une mission délicate de médiateur entre le Liban et Israël, suite à la crise du Wazzani en 2002, les efforts de Walter ont conduit à la mise en place de solutions effectives et pacifiques pour cette crise.

Ce fut un modèle de performance exceptionnelle adoptant la diplomatie de l’eau, soutenue par la directive-cadre sur l’eau de l’UE et par la convention des Nations unies de 1997 sur les cours d’eau internationaux, tout en se basant sur le concept du partage équitable et de l’utilisation raisonnable de la ressource.

C’est là où le verset biblique prend toute son ampleur : « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu », et le Liban est sorti vainqueur de cette crise.

Enfin, Walter Mazzitti était aussi reconnu pour sa grande générosité et son âme philanthropique et restera à jamais associé au domaine de l’eau à travers sa vertu et ses valeurs humanitaires, et il restera une référence absolue imprégnée sur les toiles de l’éternité.

Président du conseil du PHI de l’Unesco

Académicien à l’Académie des sciences d’outre-mer

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que l’Italie et la communauté méditerranéenne de l’eau apprennent le décès de Walter Mazzitti à l’âge de 69 ans, l’un des grands piliers de la gouvernance de l’eau en Europe. Je désire joindre ma voix à celles et ceux qui l’ont connu et côtoyé pour lui rendre un dernier hommage bien mérité. Au cours de ses années...

commentaires (0)

Commentaires (0)