Rechercher
Rechercher

Liban

Diab : Le gouvernement a dû affronter 70 catastrophes en 70 jours

A l'issue de la séance législative, le Premier ministre a réclamé une "meilleure coordination" entre le gouvernement et la BDL.

Le Premier ministre libanais Hassane Diab, lors d'une séance législative, le 22 avril 2020 au palais de l'Unesco, à Beyrouth. Photo fournie par le Parlement

Le Premier ministre libanais Hassane Diab, dont le gouvernement est confronté à la plus grave crise économique et financière que traverse le Liban depuis 30 ans, a pris acte mercredi des attaques contre le cabinet "qui a dû affronter 70 catastrophes" depuis sa prise de fonction.

"Les attaques contre le gouvernement étaient attendues, mais j'exprime le souhait qu'elles n'aient pas de conséquences sur la sécurité sociale et alimentaire", a déclaré M. Diab à l'issue de la séance législative qui s'est achevée en début d'après-midi au palais de l'Unesco, saluant dans ce cadre le vote par le Parlement de l'aide de 450 milliards de livres libanaises aux hôpitaux privés, alors que le secteur de la santé est éprouvé par la crise financière aggravée par la pandémie du nouveau coronavirus. "Le gouvernement, en place depuis 70 jours, a dû faire face à 70 catastrophes", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le chef du gouvernement a dénoncé le manque de coopération entre le cabinet et la Banque du Liban. Hier, la BDL a publié une nouvelle circulaire à travers laquelle elle intervient sur la réglementation des retraits effectués à partir de comptes en devises, en ouvrant la possibilité à tous les clients de banques du pays titulaires de ces comptes, peu importe leur montant, de convertir en livres et au "taux du marché" les sommes qu’ils souhaitent retirer en espèces. "Nous n'avons pas été mis au courant au préalable de la décision de la BDL prise hier. Plus largement, la BDL ne coordonne pas avec l'exécutif les décisions qu'elle prend. Je m'exprimerai à l'issue du Conseil des ministres vendredi et nous prendrons des positions fortes", a-t-il déclaré.

La livre libanaise ne cesse de se dévaluer depuis des mois, dans ce contexte de crise. Aujourd'hui, le dollar s'échangeait à plus de 3.200 livres, une inflation liée au resserrement de la circulation du billet vert dans l’économie.

Sur un autre plan, le chef du gouvernement a annoncé que le plan de relance étudié par le gouvernement sera achevé la semaine prochaine. Lors de la séance du jour, le président du Parlement, Nabih Berry a affirmé détenir "des informations selon lesquelles le plan est prêt et va être présenté au Parlement". Ce à quoi le président du Conseil a répondu que le texte en question "aurait dû être discuté cette semaine, mais les débats ont été reportés à la semaine prochaine en raison de la séance parlementaire".



Lire aussi

Et les réformes, ça vient ?, l'édito de Michel TOUMA

Hariri de retour pour tenter de rassembler l’opposition

Plan de redressement : que propose l’alternative de Ziad Hayek et Gérard Charvet



Le Premier ministre libanais Hassane Diab, dont le gouvernement est confronté à la plus grave crise économique et financière que traverse le Liban depuis 30 ans, a pris acte mercredi des attaques contre le cabinet "qui a dû affronter 70 catastrophes" depuis sa prise de fonction.

"Les attaques contre le gouvernement étaient attendues, mais j'exprime le souhait qu'elles n'aient pas...

commentaires (9)

La plus grande catastrophe de ces derniers jours pour le Liban est la nomination de ce PM avec tous ses ministre au service des traitres de la nation. Nous avons la preuve tous les jours de leur loyauté envers leurs chefs. Tout ce qui a été évoqué sous forme de projet destructeur est en train d’être concrétisé grâce à leur zèle. A leur place je ne me vanterai pas de trahir mon pays car ça n’a rien de valorisant.

Sissi zayyat

12 h 45, le 22 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • La plus grande catastrophe de ces derniers jours pour le Liban est la nomination de ce PM avec tous ses ministre au service des traitres de la nation. Nous avons la preuve tous les jours de leur loyauté envers leurs chefs. Tout ce qui a été évoqué sous forme de projet destructeur est en train d’être concrétisé grâce à leur zèle. A leur place je ne me vanterai pas de trahir mon pays car ça n’a rien de valorisant.

    Sissi zayyat

    12 h 45, le 22 mai 2020

  • Ça me fait marrer de voir la photo du premier ministre avec ses gants tripoter ses lunette, rendant leur utilité nulle. J'espère qu'i ne gouverne pas avec la même ignorance.

    Citoyen

    00 h 08, le 23 avril 2020

  • Et 70 Guignols ?

    Brunet Odile

    22 h 18, le 22 avril 2020

  • 70 PIPEAUX !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 29, le 22 avril 2020

  • Il est clair que le gouvernement bute devant plusieurs difficultés et nous etions certains que ceci se produirait . A t on pu finalement légiférer sur le sujet des réformes tant attendues ? Il est clair qui a jusque là empêche les réformes souhaitées pour endiguer la corruption dans les institutions gouvernementales et au niveau de l'évasion fiscale qui est une autre forme de corruption complice avec la première . Ceux qui empêchent sont ceux qui nous montrent leurs cris today et s'inquiètent des dépôts du peuple Mais Non c'est pour leur propre argent qu 'ils s'inquiètent . Quelle comédie ?

    Lecteurs OLJ

    18 h 36, le 22 avril 2020

  • Une sacrée école primaire! Tout le monde blâme l'autre en attendant les admonitions du maître hassan. Et le pays s'effondre, heureusement que le aahed est fort au moins le Corie a été arrêter net à l'entrée de baabda... Akh akh akh ya baladna

    Wlek Sanferlou

    18 h 01, le 22 avril 2020

  • Une catastrophe par jour, et le Premier ministre résiste encore....

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    16 h 39, le 22 avril 2020

  • Quelle est alors la grande catastrophe ? Vous avez du courage M. le Premier ministre

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    16 h 38, le 22 avril 2020

  • Chose certaine le pays va super mal et le peuple s'appauvrit sans qu 'aucun responsable ne se soucie . Triste .

    Antoine Sabbagha

    16 h 38, le 22 avril 2020