Rechercher
Rechercher

Coronavirus

Coronavirus au Liban : 13 nouveaux cas avérés, le confinement globalement respecté

Un joggeur solitaire dans le secteur de Zaitunay Bay. Photo Mohammad Azakir/Reuters

Près d’un mois après l’annonce du premier cas de coronavirus au Liban, le 20 février dernier, le bilan continuait de monter hier, dans des proportions toutefois bien moindres que dans les pays d’Europe, par exemple, alors que les Libanais se conformaient globalement aux consignes de confinement. Le ministère de la Santé a annoncé dans son rapport quotidien treize nouveaux cas et un nouveau décès, celui d’un nonagénaire qui était dans un « état de santé critique » et « souffrait de maladies chroniques », portant le nombre de morts en raison de l’épidémie au Liban à quatre et celui des cas avérés à 133.

Durant la journée, des médias ont affirmé que le nonagénaire était le père d’un prêtre jésuite qui était en déplacement en Italie récemment, et lui aurait donc transmis le coronavirus. Mais la Compagnie de Jésus (des pères jésuites), province du Proche-Orient et du Maghreb, qui avait annoncé que certains de ses membres sont atteints du Covid-19, n’a pas tardé à démentir ces informations. Dans un communiqué publié hier, elle a rappelé qu’un cas dans ses rangs avait été confirmé le 8 mars et que toutes les personnes avec qui le prêtre contaminé était entré en contact ont subi les tests de coronavirus. « Aucun de nos prêtres n’était en Italie récemment. Le dernier jésuite à rentrer de Rome est arrivé au Liban le 6 février. Il a subi un test de coronavirus dont les résultats se sont avérés négatifs », précise le texte, avant d’ajouter : « Ainsi, les informations selon lesquelles un de nos prêtres était en Italie et a contaminé son père ne sont pas fondées. » « Le prêtre en question est au Liban depuis janvier dernier, après avoir fait ses études aux États-Unis. Et c’est au Liban qu’il a attrapé le virus, à l’instar des autres prêtres diagnostiqués positifs », précise le communiqué qui indique que les pères jésuites ont remis au ministère de la Santé une liste de tous les visiteurs de leurs couvents, pour tenter d’identifier la source de la maladie.

Par ailleurs, l’hôpital universitaire Rafic Hariri, où sont cloîtrés les malades, a fait état de la mort d’une femme âgée d’une cinquantaine d’années dans le département dédié à l’épidémie, mais indiqué ne pas pouvoir confirmer que ce décès était lié à la maladie. L’hôpital a précisé, dans un communiqué, que le décès est dû à la dégradation de l’état de santé de la patiente qui souffrait d’une insuffisance respiratoire et d’une insuffisance musculaire cardiaque. Assurant que l’hôpital lui a fourni tous les soins nécessaires, le texte précise que la patiente est décédée à cause d’une chute sévère de la tension. Un phénomène qui s’explique par son problème cardiaque, comme le souligne une source informée à L’OLJ. Le texte précise enfin que la femme en question a subi un test de coronavirus dont les résultats devraient paraître aujourd’hui.


(Lire aussi : Ave, Covid !, l'impression de Fifi ABOU DIB)


La crise au menu du Conseil des ministres aujourd’hui

Pour en revenir aux cas détectés, Antoine Chakhtoura, président de la municipalité de Dekwouané, a annoncé en soirée, sur son compte Twitter, le premier cas de coronavirus au sein de la localité. Selon lui, il s’agit d’une hôtesse de l’air, contaminée par sa collègue qui était à bord d’un avion en provenance de Madrid.

Sur le plan institutionnel, le coronavirus devrait être au centre d’un Conseil des ministres prévu aujourd’hui à Baabda sous la présidence du chef de l’État, Michel Aoun.

À la veille de la séance gouvernementale qui devrait examiner les moyens d’équiper les hôpitaux pour leur permettre de faire face à l’épidémie, M. Aoun s’est entretenu avec le ministre de l’Intérieur, Mohammad Fahmi. L’occasion pour les deux hommes d’insister sur l’importance d’assurer aux détenus de toutes les prisons tous les moyens de stérilisation dans les circonstances actuelles.

En attendant, le Parti socialiste progressiste a lancé une campagne dans le cadre de laquelle il s’emploie à offrir des équipements de stérilisation aux centres de détention, ainsi qu’à d’autres établissements sur l’ensemble du territoire libanais.


Lire aussi 

Progression de l’épidémie au Liban : des graphes rassurants, mais rien n’est gagné

En Syrie, la question du coronavirus est déjà sur toutes les lèvres

Derniers retours à l’AIB, hier, avant fermeture...

« Je n’aurais jamais imaginé que je puisse être contaminée par le coronavirus »

Plus de 1 000 morts en Iran, qui défend ses choix

À Ehden, une douce quarantaine pour des Libanais rentrés d’Iran ou d’Italie

L’Église maronite met deux édifices à la disposition du ministère de la Santé


Près d’un mois après l’annonce du premier cas de coronavirus au Liban, le 20 février dernier, le bilan continuait de monter hier, dans des proportions toutefois bien moindres que dans les pays d’Europe, par exemple, alors que les Libanais se conformaient globalement aux consignes de confinement. Le ministère de la Santé a annoncé dans son rapport quotidien treize nouveaux cas et un...

commentaires (3)

Cette société clanique a au moins un avantage : la distanciation sociale !

Georges Lebon

15 h 04, le 20 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Cette société clanique a au moins un avantage : la distanciation sociale !

    Georges Lebon

    15 h 04, le 20 mars 2020

  • «Ce n’est pas le virus qui circule mais les gens» restez a la maison

    Jack Gardner

    13 h 48, le 19 mars 2020

  • IL FAUT SE CONFORMER AUX CONSIGNES DES AUTORITES SANITAIRES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 26, le 19 mars 2020