Rechercher
Rechercher

Focus

Progression de l’épidémie au Liban : des graphes rassurants, mais rien n’est gagné

Le Global Health Institute de l’AUB vient de publier deux graphiques animés qui montrent une lente évolution du coronavirus au Liban plutôt, alors que dans certains pays elle est explosive. Les experts avertissent cependant qu’il ne faut surtout pas baisser la garde.

L’évolution du nombre de cas de contamination au coronavirus par rapport à la population totale. Image tirée des graphiques de l’AUB

Depuis le début de la semaine, les deux graphiques animés du Global Health Institute (GHI) de l’AUB circulent beaucoup sur les réseaux sociaux : dans ces deux petites vidéos, l’on voit une courbe libanaise des nombres de cas avérés de coronavirus plus ou moins en plateau, c’est-à-dire qu’elle évolue lentement par rapport à des pays où l’augmentation du nombre de cas est exponentielle.



Comment décrypter ces courbes et que conclure d’une comparaison de l’évolution du nombre de cas de contaminations au coronavirus au Liban avec la situation dans d’autres pays ? « Le premier graphe que nous avons réalisé compare l’évolution du nombre de cas de coronavirus dans plusieurs pays et le second effectue une normalisation suivant la taille de la population », explique à L’Orient-Le Jour le Dr Chadi Saleh, directeur fondateur du GHI. « En d’autres termes, dans ce second graphe, on tente de voir si le nombre limité de cas au Liban est dû au fait que sa population est plus réduite que dans les autres pays, ou si la courbe de l’évolution est vraiment plus ou moins stable. Jusque-là, il semble que le Liban ait une évolution maîtrisée par rapport à d’autres pays », poursuit-il. Le scientifique met toutefois immédiatement en garde contre des interprétations trop optimistes de ces premiers résultats. « Il faut garder en tête deux facteurs très importants, souligne-t-il. D’une part, ces premiers résultats ne signifient pas que nous pouvons baisser la garde. La mobilisation générale n’a commencé que lundi, il convient d’attendre 8 à 14 jours pour que ces résultats se confirment. D’autre part, il nous faut vérifier si cette tendance plutôt stable ne serait pas due au nombre limité de tests que nous effectuons au Liban et s’il n’y aurait pas davantage de cas non dépistés. À titre d’exemple, en Corée du Sud, les tests sont devenus quasi systématiques, ce qui est loin d’être le cas chez nous. S’il y a davantage de cas non dépistés, même s’ils sont asymptomatiques, ils restent contagieux. »

Il n’en demeure pas moins que, selon lui, la comparaison avec les autres pays a un sens, jusqu’à nouvel ordre. « Vu que nous avons inclus beaucoup de pays différents et qu’ils n’ont pas tous une politique de dépistage quasi systématique, nous pouvons considérer que la tendance au Liban reste, à ce jour, assez modérée par rapport aux autres », explique-t-il.

À la question de savoir à quoi serait dû cet « avantage » constaté jusque-là au Liban, le Dr Saleh estime qu’il n’y a pas, pour l’heure, de réponse tranchée. « Tout ce qui a été fait jusque-là, toutes les mesures prises peuvent avoir eu un impact sur l’évolution de la maladie, dit-il. Cela peut être dû aux mesures imposées par l’État, au rôle de sensibilisation joué par les médias, ou au fait que notre population communique abondamment à travers les réseaux sociaux et respecte les directives d’hygiène. Ou encore au fait que la taille moyenne des appartements au Liban permet la séparation et la quarantaine à domicile, ce qui n’est pas le cas dans tous les pays. Tout est possible, on ne peut retenir une seule cause pour le moment. »


« Se préparer au pire et se féliciter des mesures prises »
Le Dr Saleh souligne que le prochain graphe en préparation dans son institut est une modélisation qui permettra de sonder le pire scénario auquel pourrait s’attendre le Liban, basé sur les scénarios dans quatre pays parmi les plus touchés, à l’instar de la Chine, l’Italie ou l’Iran.

Prié de commenter les résultats des graphes déjà publiés, le Dr Abdel Rahman Bizri, du Comité national sur les maladies transmissibles, très impliqué dans la lutte contre le coronavirus au Liban, souligne qu’on se trouve actuellement dans une phase entre le confinement du virus et l’atténuation des risques. Il est vrai, selon lui, que les cas restent limités, mais il faut rester vigilant pour les semaines à venir. « Si les mesures qui ont été prises sont bien appliquées, le nombre de cas pourrait rester assez modéré pour être pris en charge par le secteur hospitalier, poursuit-il. Mais il y a beaucoup de variables dans le décompte des cas avérés, notamment celui de notre capacité à tester les personnes et à dépister les cas. En fait, s’il y a un peu plus de cas avérés ces derniers jours, c’est parce que de nouveaux laboratoires effectuent des tests, en sus de ceux effectués à l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri. Notre capacité limitée à assurer le dépistage nous met sous pression. »

« Pour résumer, je crois qu’il faut se préparer au pire, mais se rassurer quant aux mesures qui ont déjà été prises », déclare-t-il enfin.


(Lire aussi : Ave, Covid !, l'impression de Fifi ABOU DIB)


Quand les défis deviennent avantages

« Face à une épidémie comme celle-ci où les seules mesures efficaces de freinage sont l’arrêt de la propagation du virus et donc la distanciation sociale, beaucoup de pays ont mis en place un confinement strict », estime pour sa part le Dr Elsa Mhanna, neurologue et neuroscientifique en formation à Paris. « Les pays à tendance totalitaire ont réussi à le faire plus facilement que les pays démocratiques. Le Liban et la France sont des pays à mode de vie démocratique, certes, mais avec des différences notables », poursuit-elle.Ainsi, le Dr Mhanna note que certains défis rencontrés au Liban ont pu tourner à son avantage en pareille situation, comme la quasi-inexistence des transports en commun, le stress accru dans lequel vit la population libanaise, qui subit déjà une crise économique et politique, et qui s’est donc calfeutrée chez elle précocement face à un nouveau problème, les lieux de culte habituellement bondés, mais qui se sont adaptés, même tardivement. Sans compter le système de santé qui s’est mis au diapason assez vite. En France, comme dans beaucoup de pays européens, poursuit-elle, il existe un réseau de transports en commun très développé pouvant véhiculer rapidement le virus et une population qui bouge beaucoup notamment en période de vacances scolaires, et qui a maintenu un mode de vie normal jusqu’à l’allocution de son président Macron lundi soir. C’est aussi un grand pays qui peut difficilement fermer ses frontières, au sein de l’Europe et avec le monde.

« L’évolution de la propagation du virus ne peut être prédite avec certitude car même si on se base sur des modèles épidémiologiques poussés, il en va du comportement de chacun et de chaque collectivité, souligne le Dr Mhanna. La courbe libanaise (dans les graphes du GHI) pourrait présager un contrôle pas lointain de l’épidémie, si toutefois le confinement restait bien en place. »


Lire aussi 

En Syrie, la question du coronavirus est déjà sur toutes les lèvres

Derniers retours à l’AIB, hier, avant fermeture...

« Je n’aurais jamais imaginé que je puisse être contaminée par le coronavirus »

Plus de 1 000 morts en Iran, qui défend ses choix

À Ehden, une douce quarantaine pour des Libanais rentrés d’Iran ou d’Italie

L’Église maronite met deux édifices à la disposition du ministère de la Santé


Depuis le début de la semaine, les deux graphiques animés du Global Health Institute (GHI) de l’AUB circulent beaucoup sur les réseaux sociaux : dans ces deux petites vidéos, l’on voit une courbe libanaise des nombres de cas avérés de coronavirus plus ou moins en plateau, c’est-à-dire qu’elle...

commentaires (7)

Bravo à toute l’équipe de l’OLJ, toujours sur la brèche, en dépit des dangers sanitaires et surtout aux dépens, comme toujours , de la vie familiale et privée . Les journalistes pratiquent leur métiers comme des missionnaires au service des lecteurs , dans le respect de l’éthique et des valeurs universelles . Merci les amis

Abdo Chakhtoura

21 h 18, le 19 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Bravo à toute l’équipe de l’OLJ, toujours sur la brèche, en dépit des dangers sanitaires et surtout aux dépens, comme toujours , de la vie familiale et privée . Les journalistes pratiquent leur métiers comme des missionnaires au service des lecteurs , dans le respect de l’éthique et des valeurs universelles . Merci les amis

    Abdo Chakhtoura

    21 h 18, le 19 mars 2020

  • Diversité génétique, voilà probablement la cause si les chiffres sont exacts

    NAJJAR Karim

    10 h 21, le 19 mars 2020

  • "il nous faut vérifier si cette tendance plutôt stable ne serait pas due au nombre limité de tests que nous effectuons au Liban et s’il n’y aurait pas davantage de cas non dépistés". Ce graphe est dangereusement rassurant. Voir l'article sur la dame qui a été voir son médecin qui lui a diagnostiqué une grippe (et a probablement attrapé le virus au passage). Je vous écris de Suisse qui est frappée de plein fouet. Le phénomène devient exponentiel à un moment donné. Premier jour: 10 cas, deuxième 20, troisième 40, dixième 5'000. La promiscuité dans les camps, les manifestations religieuses fréquentes sont des facteurs graves. Il aurait fallu stopper les vols d'Iran bien avant. Soyez prudents, isolez vous, et soyez très fermes si des proches développent des symptômes - quarantaine. Mais bon, l'autre possibilité c'est que effectivement la Mjaddara immunise contre le Covid 19 et que le Liban échappe à l'épidémie.

    Antoine Eddé

    10 h 07, le 19 mars 2020

  • La Coré du Sud ne figure pas sur ce graphique, mais, après avoir été un des pays les plus touchés, elle a déjà amorcé la courbe descendante, et ce, sans confinement. Plutôt que de mettre tout le pays en grève, les dirigeants ont misé sur la détection, répandant à profusion les tests devenus gratuits. Malgré le coût de l'opération, il est probable que l'économie du pays ne s'en porte pas plus mal.

    Yves Prevost

    07 h 30, le 19 mars 2020

  • Oui, mais il faut faire très attention en voulant interpréter des graphiques pareils comparant des populations aux conditions sociales, économiques et politiques très différentes, car il y a beaucoup de paramètres variables qui vous donnent de fausses impressions de gagner la bataille, alors qu’il n’en est rien... L’un de ces problèmes, dont le cas du Liban, c’est la capacité limitée de faire des tests de dépistage plus nombreux, englobant tous les contacts des patients atteints et de ceux qui viennent de pays à risque élevé (tels l’Iran) On pourrait ainsi détecter beaucoup de cas de porteurs pas ou peu symptomatiques et les isoler rapidement, comme ça a été fait en Corée du Sud, et ça pourrait changer totalement l’allure de cette courbe... On en est peut-être encore dans une phase de latence précédant les pics exponentiels vus dans d’autres pays comme l’Italie et la Suisse! En somme, il faut continuer à se préparer au pire, tout en espérant et priant pour le mieux, car cette épidémie pourrait encore durer des semaines et même des mois avant de la voir disparaître, selon les experts!

    Saliba Nouhad

    03 h 27, le 19 mars 2020

  • Ce graphe peut aussi indiquer que le Liban est moins bon que les autres pour détecter les cas positifs...

    Gros Gnon

    01 h 16, le 19 mars 2020

  • IL NE FAUT PAS COURIR AUX CONCLUSIONS. AU LIBAN IL Y A 4,5 MILLIONS D.HABITANTS. AILLEURS DIX A VINGT FOIS PLUS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 20, le 19 mars 2020