Rechercher
Rechercher

Liban

Le CPL porte plainte contre la journaliste Dima Sadek et le blogueur Gino Raidy

La parti aouniste reproche "la diffusion de fausses nouvelles" et la "publication d'une vidéo faussement attribuée au CPL comprenant des incitations à la haine communautaire et raciste pouvant susciter un conflit sectaire".

La journaliste Dima Sadek et le blogueur Gino Raidy. Photos Facebook et OLJ

Le Courant patriotique libre (aouniste), une des cibles privilégiées du mouvement de contestation contre la classe dirigeante qui secoue le Liban depuis près de quatre mois, a porté plainte mardi contre la journaliste Dima Sadek et le blogueur Gino Raidy, soutiens affichés de la révolte populaire, alors que plusieurs voix s'inquiètent face à la multiplication des poursuites judiciaires contre les voix dissidentes.

Dans ces deux plaintes pour diffamation déposées par l'avocat Majed Boueiz au nom du parti aouniste, ce dernier reproche "la diffusion de fausses nouvelles" et la "publication d'une vidéo faussement attribuée au CPL comprenant des incitations à la haine communautaire et raciste pouvant susciter un conflit sectaire".

Déposées auprès du bureau du procureur général près la cour de Cassation, les plaintes ont été déférées au département des enquêtes criminelles.

La journaliste et le blogueur n'ont pour l'heure toujours pas encore réagi sur les réseaux sociaux où ils sont très actifs.

Dima Sadek fait l'objet d'une campagne de cyber-harcèlement et subit de nombreuses menaces, notamment de la part des partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, surtout depuis le début de la révolte populaire du 17 octobre. Le 25 novembre, la journaliste s'était faite voler son portable sur la voie-express du Ring à Beyrouth où une manifestation contre le pouvoir était organisée. Le lendemain, la vedette de la LBCI annonce sa démission de la chaîne télévisée, affirmant avoir été mise à l'écart par la direction de la chaîne en raison de ses tweets au sujet de la présidence de la République. Quelques jours plus tard, un dignitaire chiite avait évoqué la "crucifixion" et l'"amputation en vertu de la charia" de la journaliste.

Depuis le début de la révolte, Gino Raidy, qui possède un blog et des comptes personnels sur Facebook et Instagram, a pris fait et cause pour le mouvement de contestation, n'hésitant pas à lâcher ses coups contre le CPL et son leader Gebran Bassil.



Lire aussi

La volonté politique d’intimider les manifestants va croissant

Mohammad Bzeih, un « militant qui dérange », libéré après 24 heures de détention

Entre le peuple et ses représentants, le divorce est consommé

Malgré la répression et le vote, les manifestants reprennent confiance

Les avocats des victimes de violences policières déplorent une impunité flagrante


Pour mémoire

Gino Raidy sur la ligne de front

Dima Sadek à « L’OLJ » : Je reçois tous les jours des menaces de mort

Le prix à payer au Liban lorsqu’on est une femme, journaliste et engagée



Le Courant patriotique libre (aouniste), une des cibles privilégiées du mouvement de contestation contre la classe dirigeante qui secoue le Liban depuis près de quatre mois, a porté plainte mardi contre la journaliste Dima Sadek et le blogueur Gino Raidy, soutiens affichés de la révolte populaire, alors que plusieurs voix s'inquiètent face à la multiplication des poursuites...

commentaires (6)

Tant que des preuves irréfutables ne sont pas fournis et déposés sur le bureau d'un juge honnête n'ayant pas participer à toutes les magouilles des politiciens, tous ces pourris continueront à attaquer pour diffamation se croyant hors d'atteinte. C'est de l'enfantillage que de procéder à des attaques infondées. On attend impatiemment les preuves pour les faire juger et les voir déguerpir sans autre forme de procès. Pour cela il faut faire appel à tous les lanceurs d'alerte de tout bord pour trouver ce qu'on cherche inlassablement, à savoir les milliards planqués accompagnés des noms et prête-noms pour les clouer au pilori et leur clouer le bec.

Sissi zayyat

10 h 33, le 15 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Tant que des preuves irréfutables ne sont pas fournis et déposés sur le bureau d'un juge honnête n'ayant pas participer à toutes les magouilles des politiciens, tous ces pourris continueront à attaquer pour diffamation se croyant hors d'atteinte. C'est de l'enfantillage que de procéder à des attaques infondées. On attend impatiemment les preuves pour les faire juger et les voir déguerpir sans autre forme de procès. Pour cela il faut faire appel à tous les lanceurs d'alerte de tout bord pour trouver ce qu'on cherche inlassablement, à savoir les milliards planqués accompagnés des noms et prête-noms pour les clouer au pilori et leur clouer le bec.

    Sissi zayyat

    10 h 33, le 15 février 2020

  • Lorsque l'on en arrive à faire des procès contre la liberté d’expression c'est qu'on est tombé bien bas. Au même niveau que “les puissances que l'on connait”...

    Gros Gnon

    10 h 13, le 15 février 2020

  • Depuis qu'elle a été virée de LBC ,Dima Sadek a perdu sa crédibilités de journaliste en s'amusant à collectionner les plaintes pour diffamation portées contre elle.. Indifferente aux insultes de gros calibre qu'elle s'attire sur les réseaux sociaux elle persévère à provoquer gratuitement des personnalités politiques de toutes tendances ,sans se soucier des ennuis judiciaires qui en découlent . Faur dire que le chômage , tout comme l'ennui ,est mère de tous les vices .

    Hitti arlette

    09 h 10, le 15 février 2020

  • Ça sent vraiment le complot et les stratagèmes ourdis par les puissances que l'on connait . Il faut a tout prix mettre un terme et au plus tot à ces dangereuses pratiques des fake news qui veulent provoquer la guerre civile

    Chucri Abboud

    02 h 00, le 15 février 2020

  • ILS TABASSENT ET PROVOQUENT CERTAINS ET OSENT SE PLAINDRE CONTRE D,AUTRES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 03, le 14 février 2020

  • Cher homonyme Majed Boueiz, Apparemment, les affaires vont bien chez vous. Toutes mes félicitations. Chahine Bouez - Jounieh

    Honneur et Patrie

    16 h 42, le 14 février 2020