Rechercher
Rechercher

Médias

Dima Sadek à « L’OLJ » : Je reçois tous les jours des menaces de mort

Un dignitaire chiite, proche du Hezbollah, avait affirmé en menaçant la journaliste que les personnes qui vont à l’encontre des préceptes de l’islam sont passibles de « crucifixion » et d’« amputation ».

Dima Sadek. Photo tirée de sa page Facebook

La journaliste Dima Sadek, qui fait l’objet d’une violente campagne de la part de partisans du Hezbollah et récemment d’un dignitaire chiite proche de la formation pro-iranienne, le cheikh Mahmoud Berjaoui, a affirmé à L’Orient-Le Jour hier recevoir des menaces de mort à un rythme quotidien.

Lors d’un prêche à Nabatiyé il y a quelques jours, le cheikh avait affirmé que « la charia prévoyait l’amputation et la crucifixion des personnes allant à l’encontre des préceptes religieux, comme Dima Sadek ». Les propos du dignitaire faisaient suite à une vidéo mise en ligne par Mme Sadek jeudi dernier sur son compte Twitter, dans laquelle elle revenait sur le vol de son téléphone portable, le 25 novembre, alors qu’elle participait à une manifestation sur la voie express du Ring. Dans sa vidéo, la journaliste s’adresse à un certain « hajj », désormais en possession de son portable et qui serait selon certains médias le hajj Wafic Safa, responsable de l’appareil sécuritaire du Hezbollah, et lui demande ironiquement si l’islam cautionnait le vol. « Je suis constamment harcelée, au téléphone ou sur WhatsApp. Je reçois des menaces de mort tous les jours sur Twitter ou WhatsApp », a confié à L’OLJ Mme Sadek, qui subit depuis un moment une campagne de cyber-harcèlement de la part des partisans du Hezbollah et du mouvement Amal. Concernant l’identité du « hajj » qu’elle mentionne dans sa vidéo, la journaliste a préféré ne pas donner plus de détails. « Ce que j’ai dit est clair et si je voulais nommer cette personne, je l’aurais fait », a-t-elle souligné. Elle a par ailleurs refusé de s’exprimer sur de possibles recours en justice face aux menaces dont elle fait l’objet.



(Lire aussi : Dima Sadek, une main de velours dans un gant de fer)


« Je vais te parler de charia »
Dans l’enregistrement qui a circulé sur les réseaux sociaux, le cheikh chiite s’en prend violemment à Dima Sadek et critique ses accusations envers le « hajj » en question, traitant la journaliste de « criminelle » et de « corrompue ». « Voilà le summum de l’insolence ! », s’emporte le cheikh dans la vidéo. « Si tu veux la charia (la loi islamique, NDLR), je vais te parler de charia. Celle-ci dit que ceux qui combattent Dieu et son prophète sur terre doivent être amputés des mains et des bras, crucifiés », poursuit le cheikh. « C’est une incitation flagrante au meurtre ! Vous cautionnez l’effusion de mon sang ! Vous appelez les gens publiquement, au nom de la religion, à me trancher la main, la jambe et à me crucifier ? (...) a pour sa part réagi Dima Sadek samedi sur Twitter. Je vais me contenter de mettre cette vidéo à la disposition des forces de l’ordre, en guise de note d’information », a-t-elle ajouté, tout en incluant dans son message le compte Twitter de la ministre sortante de l’Intérieur Raya el-Hassan et celui des Forces de sécurité intérieure. La réponse du dignitaire chiite est intervenue en soirée. Ce dernier a tenté, dans un communiqué, de minimiser la portée de ses propos, dénonçant « une exploitation et une déformation » de ce qu’il avait dit.Dima Sadek, journaliste vedette de la LBCI, avait récemment démissionné de la chaîne et a pris ouvertement fait et cause pour le soulèvement du 17 octobre.



Lire aussi

Sur WhatsApp, une vicieuse campagne de harcèlement cible des journalistes




La journaliste Dima Sadek, qui fait l’objet d’une violente campagne de la part de partisans du Hezbollah et récemment d’un dignitaire chiite proche de la formation pro-iranienne, le cheikh...

commentaires (8)

Dans le Liban de demain, celui que j’aimerais léguer à mes enfants, Mme Sadek serait ministre de l’information elle ferait 1000 fois mieux que les co…lons de service

Liban Libre

22 h 33, le 09 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Dans le Liban de demain, celui que j’aimerais léguer à mes enfants, Mme Sadek serait ministre de l’information elle ferait 1000 fois mieux que les co…lons de service

    Liban Libre

    22 h 33, le 09 décembre 2019

  • un religieux qui au lieu de precher l'amour et la paix parle de torture et crucifixion . des propos digne du moyen age

    EL KHALIL ABDALLAH

    11 h 36, le 09 décembre 2019

  • Si la justice avec la présence et l’arbitrage de la révolution se comporte de la sorte avec cet Imam comment cela aurait été avant la révolution . C’était la place à tous les abus !

    PHENICIA

    11 h 04, le 09 décembre 2019

  • C,EST L,HYSTERIE ET LA JUSTICE NE BOUGE MEME PAS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 44, le 09 décembre 2019

  • Qu’attend la justice pour arrêter ce cheikh qui profère des menaces de mort publiques à l’encontre d’une citoyenne?

    Dounia Mansour Abdelnour

    08 h 24, le 09 décembre 2019

  • Et j'oublie la stratégie soi-disant dissuasive qui, patatras, donne quand même la guerre 2006 et quand même la victoire (on n'est plus à une imposture près) au motif que, sur les cendres du Liban et dans le sang des victimes, Israël n'a pas réalisé des objectifs. Dima Sadek Président de la République !

    M.E

    07 h 11, le 09 décembre 2019

  • On attire pas les mouches avec du vinaigre.

    FRIK-A-FRAK

    06 h 12, le 09 décembre 2019

  • C'est fou comme sont détestés les chrétiens qui sont avec l'axe de la résistance, par des chrétiens , et c'est fou comme sont adorés les chiites par des chrétiens qui sont catégoriquement contre l'axe de la résistance. Dans le fond tout ça n'est ressenti que comme prise de guerre .

    FRIK-A-FRAK

    05 h 55, le 09 décembre 2019