Rechercher
Rechercher

À La Une - crise

"Le Liban dans l'impasse", Diab demande l'aide de la diaspora

"Les moyens entre les mains de l'Etat sont désormais minimes. C'est pour cela que nous déployons nos efforts et effectuons des contacts afin d'ouvrir une brèche", souligne le Premier ministre devant des hommes et femmes d'affaires libanais.

Le Premier ministre libanais, Hassane Diab (c,), recevant une délégation d'hommes et de femmes d'affaires, le 7 février 2020 au Grand Sérail. Photo Dalati et Nohra

Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a estimé vendredi que le Liban se trouvait dans l'impasse, au moment où le pays connaît sa pire crise économique et financière depuis 30 ans, ainsi qu'un soulèvement populaire sans précédent déclenché le 17 octobre 2019. Le chef du gouvernement a toutefois promis de sortir le pays de cette impasse, affirmant qu'il déployait tous les efforts possibles en ce sens. Hassane Diab a tenu ces propos au Grand Sérail devant une délégation d'hommes et de femmes d'affaires libanais présidée par Fouad Zmokhol.


"De nombreux défis et dangers"
"Nous faisons face aujourd'hui à de multiples crises que nous avons héritées en raison des politiques adoptées par le passé", a estimé le Premier ministre qui a insisté sur le "rôle des Libanais de la diaspora, notamment les hommes et femmes d'affaires à l'étranger, pour aider le Liban en cette période".

"Notre pays traverse une période exceptionnelle jalonnée par de nombreux défis et dangers. Nous sommes aujourd'hui dans l'impasse. La solution consiste à sortir de cette impasse qui étouffe le Liban et bloque son économie, provoquant des crises sociales, du chômage et un manque de liquidités", a encore déploré Hassane Diab.

"Les moyens entre les mains de l'Etat sont désormais minimes. C'est pour cela que nous déployons nos efforts et effectuons des contacts afin d'ouvrir une brèche", a souligné le chef du gouvernement. "Mais comme dit le proverbe : on n'est jamais mieux servi que par soi-même. C'est pour cela que nous nous tournons vers les Libanais à l'étranger, notamment les hommes et femmes d'affaires, a-t-il ajouté. En cette période que nous traversons, votre rôle est essentiel pour aider le Liban, a encore plaidé M. Diab. Malheureusement, le Liban est aujourd'hui dans un vrai pétrin et il est menacé par de réels dangers (...)", a-t-il enfin constaté.



(Lire aussi : Au plus bas d’en bas, le billet de Gaby NASR)



"Le Liban est en danger"
Pour sa part, Fouad Zmokhol a affirmé qu'en tant que secteur privé "nous n'avons pas la prérogative d'accorder ou non la confiance au gouvernement, mais nous pouvons soutenir toute personne qui veut protéger le Liban afin de le sortir de la crise qu'il traverse (...). La seule solution passe par l'union des efforts entre le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le milieu des affaires. Nous sommes condamnés à œuvrer ensemble car c'est la seule solution aux problèmes, a-t-il estimé. Oui, le Liban est en danger, mais nous sommes optimistes et nous croyons pouvoir travailler pour le sortir de cette crise (...)", a conclu M. Zmokhol.



(Lire aussi : Une déclaration ministérielle... d’intentions, en attendant les actes)



Mardi et mercredi, les députés libanais débattront du contenu de la déclaration ministérielle approuvée jeudi par le cabinet afin d'obtenir la confiance du Parlement. Plusieurs formations politiques ont annoncé au cours des derniers jours qu'ils ne voteront pas en faveur du gouvernement, notamment le Courant du Futur (de l'ancien chef de l'Exécutif Saad Hariri), les Forces libanaises (du leader chrétien Samir Geagea) et le Parti socialiste progressiste (du chef druze Walid Joumblatt). Une large partie de la contestation dans la rue rejette d'ores et déjà la cabinet Diab, estimant qu'il est illégitime et qu'il représente la classe politique traditionnelle.

Le Liban traverse sa plus grave crise économique et financière depuis 30 ans, couplée à une révolte populaire sans précédent déclenchée le 17 octobre, qui avait provoqué la chute du gouvernement de Saad Hariri. Le pays connaît une importante crise de liquidités depuis plusieurs mois. En raison de cette crise, le taux de change de la livre libanaise a grimpé en flèche auprès des changeurs, dépassant allègrement les 2 200 livres, tandis que le taux officiel interbancaire, observé par les banques et certains grands établissements commerciaux, reste stable, entre 1 515 et 1 520 livres pour un dollar. Face à cette crise, les banques du pays ont imposé une série de restrictions à leurs clients et le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, cherche à réglementer ces restrictions. Cette détérioration économique s'est également traduite ces derniers mois par des licenciements en masse.

Jeudi, Hassane Diab avait affirmé devant les ambassadeurs des pays de l'Union européenne au Liban que le pays du Cèdre a besoin de l'"aide urgente" des pays européens, soulignant que toute instabilité du pays risque d'avoir "des répercussions négatives sur l'Europe".


Lire aussi

Le cabinet Diab face à la confiance internationale : pas d’aide arabe sans blanc-seing américain


Le Premier ministre libanais, Hassane Diab, a estimé vendredi que le Liban se trouvait dans l'impasse, au moment où le pays connaît sa pire crise économique et financière depuis 30 ans, ainsi qu'un soulèvement populaire sans précédent déclenché le 17 octobre 2019. Le chef du gouvernement a toutefois promis de sortir le pays de cette impasse, affirmant qu'il déployait tous les efforts...

commentaires (32)

Le gouvernement a signé son arrêt de mort avec sa déclaration qu’il trouve utile de l’agrémenter de ce slogan hors du temps après près de quatre mois de révolution: armée, peuple résistance. Alors que le seul slogan Qui s’imposait était MAKE LEBANON GREAT AGAIN. N’en déplaise à certains. Au lieu de ça il continue de faire ce qui plait aux vendus vendus l’ont placé . Que ces gens qui ont piller le pays rendent l’argent volé, les milices déposent leurs armes et les libanais se soigneront tous pour combler le déficit d’eux mêmes pauvres et classes moyennes inclus. Parce que nous libanais, nous tenons à ressusciter notre pays oui mais pas n’importe quel prix et pas dans les circonstances actuelles. Ils ne pensent aux libanais locaux comme ceux de l’étranger que lorsqu’il faut mettre la main à la poche pour réparer leurs forfaits et leur soutirer de l'argent. MÊME PAS EN RÊVE.

Sissi zayyat

10 h 24, le 10 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (32)

  • Le gouvernement a signé son arrêt de mort avec sa déclaration qu’il trouve utile de l’agrémenter de ce slogan hors du temps après près de quatre mois de révolution: armée, peuple résistance. Alors que le seul slogan Qui s’imposait était MAKE LEBANON GREAT AGAIN. N’en déplaise à certains. Au lieu de ça il continue de faire ce qui plait aux vendus vendus l’ont placé . Que ces gens qui ont piller le pays rendent l’argent volé, les milices déposent leurs armes et les libanais se soigneront tous pour combler le déficit d’eux mêmes pauvres et classes moyennes inclus. Parce que nous libanais, nous tenons à ressusciter notre pays oui mais pas n’importe quel prix et pas dans les circonstances actuelles. Ils ne pensent aux libanais locaux comme ceux de l’étranger que lorsqu’il faut mettre la main à la poche pour réparer leurs forfaits et leur soutirer de l'argent. MÊME PAS EN RÊVE.

    Sissi zayyat

    10 h 24, le 10 février 2020

  • Mon ami ,la diaspora ne te donnera jamais d argent si cet argent n est pas geré par un cabinet d audit a l etranger,et je dis bien a l etranger.....geré par des suisses par exemple oy Allemand ,tu connais toutes les reponses et tout ce qu il faut faire , yallah vas y .... retrouvons un Liban serein ,du vrai travail pour les Libanais ,du tourisme , de l economie , au travail ,et de l economie ,implique les jeunes,fonce ,fonce ,fonce .... ce sont les jeunes de maintenant qui vont t aider a te sortir de la ,ouvre les lignes aeriennes , des billets pas cher pour le tourisme , soit creatif il y a plwin d idee , internet , donne de l eau de l electricite aux Libanais ,Yallah Yallah Yallah

    Christian Kammermann

    16 h 45, le 08 février 2020

  • Mettons que c est ok !!!! ,le.plan apres c est quoi ?

    Christian Kammermann

    13 h 48, le 08 février 2020

  • Avant de demander de l'aide à qui que ce soit, commençons par récupérer les milliards volés. Cela passe par l'identification des pilleurs, le gel de leurs avoirs et leur mise en accusation. La seconde priorité est de confier les dossiers de l'électricité et de l'énergie à des mains propres et compétentes. Ce devrait les deux premiers alinéas de la déclaration ministérielle. Quant au préambule/slogan "Armée, peuple, résistance" il a largement fait son temps et devrait être remplacé par celui e "Liban d'abord et avant tout".

    Paul-René Safa

    13 h 41, le 08 février 2020

  • Toujours demander l'aide et le soutien des autres, jamais d'eux-mêmes: Du peuple, de la diaspora, des pays donateurs... Mais réclamer aux responsables du l'effondrement actuel de rembourser les milliards pris sur 30 ans, aucun n'y songe...

    NAUFAL SORAYA

    12 h 31, le 08 février 2020

  • Sur quelle planète vis-tu, Diab?! Qu'est-ce que tu offres en échange? Peux-tu monnayer les armes du Hezballa? Peux-tu faire des reformes probantes? Peux-tu avancer un plan credible de sortie de crise? Peux-tu ramener l'électricité? Etc.

    Nicolas Rubeiz

    11 h 01, le 08 février 2020

  • Pour matière de réformes, ils invitent les Contestataires à émigrer! Eh bien qu’ils restent avec la racaille et les voleurs, et qu’ils demandent à leurs maîtres des sous !

    LeRougeEtLeNoir

    22 h 20, le 07 février 2020

  • Au lieu de mendier chez la diaspora, mieux vaut vous adresser Monsieur Diab au fond monétaire qui est le seul capable de faire avancer les choses. Ceux qui refusent cette éventualité,cherchent sans le vouloir probablement,mais par ignorance,la catastrophe et le chaos. Il est très décevant de découvrir tôt ,que Monsieur Diab n'est pas le genre de responsable libre de ses choix. Ce gouvernement ne présage pas d'une sortie de la crise.

    Esber

    21 h 30, le 07 février 2020

  • Ya haram. La diaspora est en trains et retirer son argent du Liban et notre cher premier ministre ne l’a pas encore compris. Le a Liban n’est pas seulement dans l’impasse il est dans la m... Quel culot de quêter de l’argent à gauche et à droite avant de récupérer les fortunes volées par la classe politiques depuis des décennies. Ils insistent sur l’argent sorti depuis le 17 octobre sans jamais parler des sommes transférées depuis des années. Une tutelle étrangère SVP et ça presse. Volontaire à part l’Iran et la Syrie ?

    JCT

    20 h 49, le 07 février 2020

  • Les Libanais de la Diaspora, 20% du PIB, sont-ils disposés à répondre à l'appel. Oui en principe car on veut tous aider. Mais on peut parier que non et certainement pas avant que la confiance ne revienne. Et pas avant que des résultats concrets sont obtenus dans la lutte contre la corruption, de la base jusqu'au sommet de la pyramide. Monsieur Diab, nous vous encourageons à faire le ménage et vite. Et si cela n'est pas possible, alors démission. Il faut que les responsables de la catastrophe soient désignés, écartés et jugés. Il y a un prix à payer pour qu'un nouveau Liban naisse. C'est la dure réalité. En attendant, nous continuerons à aider nos familles et nos proches en amenant du cash dans notre poche. C'est pour rendre la pilule moins amère et pas pour contribuer à maintenir un système politique et économique défaillant. A vous de jouer, vous avez une chance historique. Et pour cela, nous sommes avec vous.

    PPZZ58

    20 h 14, le 07 février 2020

  • Il y a quelques jours dans le Financial Times un ex-ministre libanais explique que nous payons le mazout qui alimente les bateaux-usines d'électricité un prix plus élevé que celui du marché !!!! et dans le même article il demande une aide de $ 25 milliards pour redémarrer le pays. Excusez du peu, rien que ça ! croit-il que l'Occident est dirigé par des idiots?

    Shou fi

    20 h 13, le 07 février 2020

  • Demandez à l’Iran. Y a pas de raison qu’ils ne soutiennent pas le pays, n’est-ce pas eux qui font fleurir l’économie syrienne? Ou bien la Chine, tiens. Pourquoi cette idée mirobolante n’a-t-elle pas cheminé davantage? Le Guide Suprême de ce gouvernement l’avait pourtant décrété.

    Michael

    20 h 04, le 07 février 2020

  • Quand on gouverne avec l'appui des voleurs ça devient difficile d'obtenir de l'aide... même si j'avais l'agréent je ne ferais rien pour ce gouvernement de vendu ... l'Iran et la Syrie devront l'aider .

    Zeidan

    19 h 51, le 07 février 2020

  • AU LIBAN IL Y A PAS MAL DE MILLIARDAIRES. LES MILLIARDS NE S,AMASSENT PAS COMME CA SI ON TRAVAILLE INTEGRALEMENT. QUE LE P.M. DIAB PUISE UN A DEUX MILLIARDS DE DOLLARS DE CHACUN D,EUX ( ILS RESTERONT TOUJOURS DES MILLIARDAIRES ) IL AMASSERA PLUS DE 50 A 80 MILLIARDS DE DOLLARS, RESOLVERA LE PROBLEME FINANCIER ET NE TOUCHERA PAS AUX DEPOTS DES GENS DU PEUPLE.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    19 h 33, le 07 février 2020

  • SE BASER SUR LA DIASPORA POUR AIDER FINANCIEREMENT LE PAYS EST UN SOUHAIT IRREALISABLE. LA DIASPORA SONT DES INDIVIDUS. COMBIEN POURRAIT-ON METTRE EN ACCORD POUR UNE TELLE TACHE ET QUEL MONTANT POURRAIT-ON ACHEVER... SI ACHEVABLE... ? LA DIASPORA VIENT DE PERDRE POUR LE MOINS AINSI SEMBLE-T-IL BEAUCOUP DE DEPOTS AU LIBAN. LA SEULE ISSUE C,EST L,APPLICATION DES MESURES ET DES REFORMES DEMANDEES PAR LES DONATEURS ET LES INVESTISSEURS DE LA CEDRE ET LES CONSEILS AVANCES PAR LES AGENCES DE NOTATION ET L,ONU. SINON ALLAH YIRHAMAK YIA LEBNEN. LE VRAI PROBLEME C,EST LA PRESENCE DES DEUX MILICES IRANIENNES SUR LE SOL LIBANAIS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    19 h 04, le 07 février 2020

  • Il faut un miracle

    Eleni Caridopoulou

    18 h 58, le 07 février 2020

  • C'est vrai que ça paraît étrange de demander aux citoyens de la diaspora de l'aide alors que des millions/milliards ont été volés et vraisemblablement transférés à l'extérieur. Ceci dit bon courage et bonne chance quand même...

    Sybille S. Hneine

    18 h 52, le 07 février 2020

  • C'est marrant notre tres cher premier ministre vient de savoir que le pays est dans l'impasse...c"est etonnant parce que moi individu lambda je le savais depuis plusieurs mois ...alors Monsieur va te reposer et laisse la place a un vrai economiste capable de dire haut et fort M.... a tous ces politiciens vereux ...

    Houri Ziad

    18 h 11, le 07 février 2020

  • Il n'a jamais dit que le Liban est dans une "IMPASSE" .Où donc avez vous dénicher ce mot ? C'est une mauvaise traduction .

    Chucri Abboud

    18 h 06, le 07 février 2020

  • demander à la diaspora , c'est bien. Il aurait fallu commencer par demander à Nabih Beeri qui a déclaré récemment connaitre les noms des 5 banquiers qui ont fait fuir les milliards de dollars à l'étranger.... les récupérer et ensuite demander aux autres.... cela sera plus efficace.

    HIJAZI ABDULRAHIM

    17 h 51, le 07 février 2020

  • Avec le minimum d’indulgence que l’on peut (jusqu’ici) éprouver à l’égard de Monsieur Diab sans pour autant forcément approuver ceux qui l’ont installé au pouvoir, il faudra qu’il réalise que cela ne sert à rien, en les circonstances actuelles, de lancer quelqu’appel de pied que ce soit à l’égard de la diaspora tant que celle-ci (et ses parents ainsi que proches restés au Liban) demeurent les otages d’un système économique et bancaire qui les étrangle et, surtout, les spolie de plus en plus. Monsieur Diab, soyez réaliste et un peu sérieux : vous demandez d’un côté l’appui de la diaspora et, de l’autre côté, les banques locales gèlent, immobilisent, confisquent ses avoirs (et ceux de leurs familles) dans leurs établissements ?! Et vous croyez, avec ça, qu’ils vont se reprécipiter chez nous comme par magie, parce qu’on le leur a demandé ? Sans blague ?

    DC

    17 h 38, le 07 février 2020

  • Voyous, sans foi ni loi et surtout sans vergogne, heureusement personne ne serrera même un doigt à ce gouvernement de miliciens, ils peuvent toujours agiter leur sébille et pleurnicher, ce PM sorti d'un turban sinistre ne leur rachètera pas une vertu.....

    Je partage mon avis

    17 h 28, le 07 février 2020

  • Tant que les armes ILLEGALES tiennent le pays en otage, pas de salut. C.Q.F.D.

    Remy Martin

    16 h 36, le 07 février 2020

  • les Libanais a l'etranger ne vont plus envoyer leur argent au Liban .ils investissent leur argent dans les pays ou ils sont. Ils ont vu economies et depots bancaires disparaitre au Liban.Ils n'ont plus confiance au pays.

    EL KHALIL ABDALLAH

    16 h 13, le 07 février 2020

  • C LE COMBLE : LES VOLEURS NE SAVENT PLUS S'ARRETER ! APRES AVOIR DENUDE LES CITOYENS RESIDENTS, LES VOILA QUI REVENT DE S'EN PRENDRE A LA DIASPORA !

    Gaby SIOUFI

    16 h 10, le 07 février 2020

  • "comme dit le proverbe : on n'est jamais mieux servi que par soi-même." Et ILS se sont servi ROYALEMENT. A pleines mains! Cher Diab. Change de parrains. Amene de vrais professionnels sans aucun parrainage politique. Change ta declaration ministerielle. Une seule declaration : LIBAN, LIBAN ET LIBAN TOUJOURS.

    sancrainte

    15 h 52, le 07 février 2020

  • Cette faillite de l'état Libanais "héritée en raison des politiques adoptées par le passé" est la résultante des négligences et malversations de ces mêmes politiciens qui ont nommé les actuels ministres, avec le sempiternel tryptique à la clef. rien ne change et donc faudrait pas s'attendre à mieux.

    CAMAYOU

    15 h 40, le 07 février 2020

  • faites rentrer tout l'argent envolé à l'étranger! et faites payer les voleurs;après ,vous pourrez demander et vous serez peut etre entendus;J.P

    Petmezakis Jacqueline

    15 h 38, le 07 février 2020

  • UN GOUVERNEMENT VIDE D'IDÉES. UN MENDIANT TOUT COUR. LES LIBANAIS À L'ÉTRANGER VEULENT BIEN AIDER LE LIBAN. MAIS LE LIBAN DES LIBANAIS CHER MONSIEUR DIAB. PAS LE GOUVERNEMENT DES VOLEURS. C'EST BIEN CLAIR JE PENSE.

    Gebran Eid

    15 h 21, le 07 février 2020

  • Avant de demander l'argent à la diaspora, demandez à tous les politiciens/zaims et banquiers Libanais de commencer à rembourser les milliards qu'ils ont volé. Dès que vous avez ramené au moins 20-30 milliards de dollars, vous pouvez demander à la diaspora et au peuple libanais de vous aider.

    Achkar Carlos

    15 h 16, le 07 février 2020

  • Ouauuuuuuh, quelle bonne idée ! On peut être certains que "la diaspora" va se précipiter pour aider le Liban connu maintenant à la ronde pour la corruption, le vol des deniers publics et autres méfaits de nos politiciens depuis des années ! Vous nous faites boire le calice de la honte jusqu'à la dernière goutte, M E R C I nos RESPONSABLES !!! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 11, le 07 février 2020

  • Simple: Iran and Co out en Premier!

    Jack Gardner

    14 h 53, le 07 février 2020

Retour en haut