Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

A Beddaoui, la colère ne retombe pas après une nuit de heurts avec l’armée

"Les militaires ont insulté des figures religieuses sunnites", alimentant la colère des manifestants, affirme à l’OLJ un témoin. Les protestataires ont riposté en insultant le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, selon plusieurs témoignages.

Un enfant court dans une rue bloquée par des manifestants, le 10 janvier 2020 à Beddaoui, au Liban-Nord. Photo Ornella Antar

Des protestataires en colère continuaient vendredi de bloquer des routes, à l’aide de pneus enflammés et de blocs de ciment, dans la localité de Beddaoui, au Liban-Nord, pour réclamer la libération de manifestants arrêtés par l’armée dans la nuit de jeudi à vendredi, rapporte notre correspondante sur place Ornella Antar. Les jeunes gens avaient été arrêtés au cours de violents affrontements avec l’armée qui ont duré toute la nuit, et qui ont pris une tournure confessionnelle selon des témoins qui ont accusé des militaires d’avoir insulté des figures religieuses sunnites.

Les heurts ont commencé dans cette localité pauvre à l’entrée nord de Tripoli, accolée au camp de réfugiés palestiniens du même nom, lorsque des manifestants en colère ont bloqué les routes pour protester contre les coupures drastiques de courant alors que les tempêtes se succèdent. Toujours selon les témoignages récoltés par L'OLJ, des soldats sont arrivés peu après et n’ayant pas trouvé les personnes à l’origine des blocages des routes, ils ont fait irruption dans un centre de jeux vidéo où ils ont battu des jeunes et saccagé le matériel, avant d’arrêter plusieurs personnes.



(Lire aussi : Plusieurs blessés dans des échauffourées devant la municipalité de Beyrouth)



Plusieurs témoins ont assuré à L'Orient-Le Jour que les jeunes gens arrêtés n’avaient rien à voir avec les fermetures des routes. Des affrontements ont alors opposé, jusqu’à cinq heures du matin, des habitants de la région et les militaires.

"Les militaires ont insulté des figures religieuses sunnites", alimentant la colère des manifestants, a affirmé à l’OLJ un témoin, Mahmoud el Gharib. Les protestataires ont riposté en insultant le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, selon plusieurs témoignages.

Dans un communiqué publié vendredi après-midi, l’armée a affirmé que la troupe était intervenue jeudi soir pour ouvrir les routes que des jeunes gens avaient fermées à l’aide de blocs de ciment à Beddaoui. "Ces jeunes ont alors lancé des pierres et des cocktails Molotov" contre les militaires, blessant 14 soldats, a ajouté le communiqué, indiquant que huit personnes avaient été arrêtées pour avoir "commis des actes de vandalisme".

Des protestataires se sont mobilisés en pleine nuit dans plusieurs régions en solidarité avec les manifestants de Beddaoui, coupant des routes dans le reste du Liban-Nord et de la Békaa notamment, ainsi qu'à Nahr el-Kalb, dans le Kesrouan.

La route de Beddaoui a été rouverte à la circulation vers 16h, vendredi.


Lire aussi
Harcèlement des politiciens dans les lieux publics au Liban : un phénomène nouveau et incontrôlable

Pourquoi y a-t-il davantage de coupures de courant au Liban ?

Liberté d’expression, actes de vandalisme : des militants interpellés puis relâchés


Des protestataires en colère continuaient vendredi de bloquer des routes, à l’aide de pneus enflammés et de blocs de ciment, dans la localité de Beddaoui, au Liban-Nord, pour réclamer la libération de manifestants arrêtés par l’armée dans la nuit de jeudi à vendredi, rapporte notre correspondante sur place Ornella Antar. Les jeunes gens avaient été arrêtés au cours de violents...

commentaires (2)

Quand on commence à insulter ce n'est pas bien mais que voulez vous quand vous voyez ce que le Hezbollah a fait pour un Iranien suspect des crimes qui. A fait au Liban?

Eleni Caridopoulou

20 h 53, le 10 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Quand on commence à insulter ce n'est pas bien mais que voulez vous quand vous voyez ce que le Hezbollah a fait pour un Iranien suspect des crimes qui. A fait au Liban?

    Eleni Caridopoulou

    20 h 53, le 10 janvier 2020

  • Ne me parlez plus de laicisme au Liban, : C'EST UNE UTOPIE !

    Chucri Abboud

    15 h 52, le 10 janvier 2020

Retour en haut