Rechercher
Rechercher

Liban

Carlos Ghosn : "Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l’otage d'un système judiciaire japonais partial"

L'avocat japonais de M. Ghosn juge l'attitude de son client "inexcusable".

Carlos Ghosn, ici le 3 avril 2019, à Tokyo. AFP / Kazuhiro NOGI

Spectaculaire rebondissement dans l'affaire Carlos Ghosn. L'ex-patron du groupe automobile Renault-Nissan, Carlos Ghosn, est rentré à Beyrouth, malgré son assignation à résidence à Tokyo, où il est sous le coup de quatre inculpations pour corruption. L'information, d'abord rapportée lundi en début de soirée par deux médias libanais, puis confirmée par une source interrogée par L'Orient-Le Jour, a, dans la nuit de lundi à mardi, été directement confirmée via un document envoyé à la presse, dont L'Orient-Le Jour, par son service de communication.

"Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l’otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée et où les droits de l’homme sont bafoués, cela au mépris absolu des lois et traités internationaux que le Japon a ratifiés et qu’il est tenu de respecter", peut-on lire dans ce communiqué. "Je n'ai pas fui la justice - je me suis libéré de l'injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine", y est-il encore écrit.

M. Ghosn, 65 ans, est, selon le quotidien al-Joumhouriya, premier à avoir rapporté l'information, arrivé à l'aéroport de Beyrouth à bord d'un avion privé en provenance de Turquie. Les circonstances de ce voyage de l'homme d'affaires libano-franco-brésilien, malgré son assignation à résidence au Japon, ne sont toutefois pas encore claires. Mardi matin, une source proche du dossier a indiqué à L'Orient-Le Jour que M. Ghosn était arrivé lundi matin au Liban. Une autre source a indiqué à L'Orient-Le Jour que M. Ghosn a été vu lundi matin à Beyrouth.


(Lire aussi : Les questions qui se posent autour de la fuite de Ghosn du Japon au Liban)


Pas d'accord d'extradition entre le Japon et le Liban
Le Japon n'a pas d'accord d'extradition avec le Liban, selon le ministère japonais de la Justice interrogé par Reuters, ce qui rend peu probable que Carlos Ghosn soit contraint par les autorités libanaises de retourner à Tokyo pour son procès.

Mardi matin, l'avocat japonais de Carlos Ghosn, Junichiro Hironaka, a déclaré aux journalistes, depuis Tokyo, avoir été surpris par le départ de son client du Japon, qu'il a appris par la presse. Il a jugé l'attitude de son client "inexcusable", rapporte l'agence Reuters. Il a précisé, en outre, que les avocats de M. Ghosn sont toujours en possession de ses passeports. Les conditions de liberté de l'ex-PDG de Renault-Nissan précisaient que ses passeports étaient gardés par ses avocats, garants du respect des règles imposées par la justice à son égard.

Une source à la présidence libanaise a toutefois indiqué à l'AFP que le patron déchu de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi était entré dans le pays en provenance de Turquie, avec un passeport français et sa carte d'identité libanaise. Une information également donnée par la MTV.

Une source dans son entourage a par ailleurs indiqué à l'AFP qu'il était avec "sa femme", "libre". Elle a par ailleurs démenti des informations d'une TV libanaise selon laquelle il se serait enfui caché dans une caisse d'instrument de musique.


(Repère : Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn)


Mardi en fin d'après-midi, le ministère français des Affaires étrangères a indiqué que la France n'a eu aucune information sur la fuite du Japon de Carlos Ghosn. "Les autorités françaises ont appris par la presse l'arrivée de Carlos Ghosn au Liban. Celui-ci faisait l'objet de poursuites judiciaires au Japon, avec des mesures destinées à éviter qu'il ne quitte le territoire japonais", a indiqué le ministère dans un communiqué laconique. "Les autorités françaises n'ont pas été informées de son départ du Japon et n'ont eu aucune connaissance des circonstances de ce départ".


De son côté le ministère des Affaires étrangères à Beyrouth a affirmé que M. Ghosn est "entré légalement au Liban. Avant cela, la Direction générale de la Sûreté générale avait fait une déclaration dans le même sens  précisant qu'aucune mesure n'imposait "l'adoption de procédures à son encontre" et que rien ne "l'exposait à des poursuites judiciaires".


Arrêté initialement en novembre 2018 à son atterrissage à Tokyo, l'ex-PDG de 65 ans est soupçonné d'avoir sciemment omis de déclarer des revenus différés aux autorités boursières entre 2010 et 2018 et accusé d'abus de confiance aggravé. Il était assigné à résidence à Tokyo depuis sa deuxième libération sous caution intervenue le 25 avril, dans l'attente de son procès à Tokyo, qui devait débuter au plus tôt au printemps prochain.


(Lire aussi : De Jamhour à Ixsir : les racines libanaises de Carlos Ghosn)


Ses avocats avaient demandé en octobre à la justice japonaise d'annuler les poursuites le visant accusant les procureurs et des représentants du constructeur japonais de collusion dans le but d'"évincer" Carlos Ghosn et de l'empêcher de renforcer l'alliance avec Renault. La justice japonaise a systématiquement rejeté toutes les demandes visant à assouplir les conditions de cette libération sous caution, notamment l'interdiction de contacter son épouse. Les avocats de l'homme d'affaires ont fait valoir, pour leur part, que cette restriction est contraire à la constitution japonaise et au droit international sur les séparations familiales.

Dans la foulée du déclenchement de cette affaire, Renault s'est doté d'un exécutif bicéphale en désignant en janvier dernier Jean-Dominique Senard, à la présidence du groupe au losange et Thierry Bolloré au poste de directeur général. Cette union n'aura finalement duré que quelques mois, Thierry Bolloré ayant été évincé au mois d'octobre par le conseil d'administration de Renault.


(Lire aussi : Carlos Ghosn au Liban : les réseaux sociaux s'enflamment)


L'actuel dirigeant l'espagnol Seat Luca De Meo aurait été contacté pour prendre la direction générale de Renault avant, peut-être, de prendre les rênes de l'alliance franco-japonaise.

Chez Nissan, également, la mise sur la touche de Carlos Ghosn s'est traduite par une vaste refonte des organes de direction, le lancement en avril d'un plan de redressement opérationnel et l'annonce vendredi d'une sévère cure d'austérité.

La démission, le 24 décembre dernier, de Jun Seki, donné comme favori pour devenir le nouveau directeur général de Nissan, a toutefois démontré que la stabilité n'était toujours pas assurée au sein d'un groupe qui a fait état en novembre d'une chute de 70% de son résultat opérationnel trimestriel, une contre-performance inédite en 11 ans.

Par ailleurs, le 4 décembre dernier, l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi avait annoncé que le Franco-Libanais Hadi Zablit avait été nommé secrétaire général de l'alliance. Il devait prendre ses fonctions le 9 décembre et rendre compte au conseil opérationnel de l'alliance créé en avril dernier, ainsi qu'aux directeurs généraux des trois groupes. Hadi Zablit "coordonnera et facilitera plusieurs grands projets de l'alliance qui vont être lancés afin d'accélérer l'efficacité opérationnelle des entreprises respectives", avait précisé l'alliance dans un communiqué.


Lire aussi

Le Japon sidéré par la fuite de Carlos Ghosn


Pour mémoire
Les enfants de Carlos Ghosn dénoncent un système judiciaire japonais « cruel »



Spectaculaire rebondissement dans l'affaire Carlos Ghosn. L'ex-patron du groupe automobile Renault-Nissan, Carlos Ghosn, est rentré à Beyrouth, malgré son assignation à résidence à Tokyo, où il est sous le coup de quatre inculpations pour corruption. L'information, d'abord rapportée lundi en début de soirée par deux médias libanais, puis confirmée par une source interrogée par...

commentaires (30)

La plus grande erreur de Carlos Ghosn sera d’avoir sous-estimé le gendre. Celui-ci ne manquera pas de le faire arrêter et renvoyer au Japon, officiellement pour se soumettre à la justice internationale, mais effectivement parce qu’il le considère comme un dangereux concurrent pour son boulot de dans trois ans. Les paris sont ouverts...

Gros Gnon

16 h 08, le 01 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (30)

  • La plus grande erreur de Carlos Ghosn sera d’avoir sous-estimé le gendre. Celui-ci ne manquera pas de le faire arrêter et renvoyer au Japon, officiellement pour se soumettre à la justice internationale, mais effectivement parce qu’il le considère comme un dangereux concurrent pour son boulot de dans trois ans. Les paris sont ouverts...

    Gros Gnon

    16 h 08, le 01 janvier 2020

  • Tous les jaloux et mesquins trouvent à redire sur Monsieur Ghosn alors que c'est l'exemple même de la réussite à force de pugnacité et de travail. Tout ce que les japonais lui reproche relève de preuves non recevables juridiquement. La première accusation serait que M. Ghosn n'a pas déclaré une partie de ses revenues au fisc japonais alors qu'il s'agit de sommes qui lui seront versées lors de son départ. Donc toujours pas touchées. La deuxième est l'achat de sa résidence au Liban qui je tiens à le signaler est au nom de leur société mais qui devait lui servir de pied à terre lors de ses séjours au Liban ainsi qu'un yacht. Etc... Le traiter comme on traite les pires criminels et lui infliger des traitements qui ont été dénoncer par le monde entier quand il a s'agit des terroristes de Guantanamo est simplement degueulasse et innommable même comme preuve de gratitude pour l'homme qui a sauvé en grande partie l'économie nippone. Le Liban et ses dirigeants politiques ne faisaient pas le poids pour exiger sa libération immédiate puisqu'aucune condamnation n'avait été prononcée contre lui en attendant son procès. La France a préféré le sacrifier pour la suite des événements pour préserver ses intérêts économiques avec les Japs et ce Monsieur devait se battre abandonne par tous. Ils doivent se sentir dans leurs petits souliers les ingrats et les lâcheurs. Le voilà libre et égal à lui même pour mètre à genoux tous ceux qui l'ont trahi. COURAGE, ET EXCELLENTE ANNÉE

    Sissi zayyat

    14 h 01, le 01 janvier 2020

  • News just in Toyota est sur le point d engager Mr Carlos Ghosn pour la creation de Toyota Escape pour concurrencer Renault capture

    KARIM GHAZZAOUI

    23 h 47, le 31 décembre 2019

  • Bonjour Beyrouth " Content " pour Monsieur Ghosn ( remarquer que j'ai mis des guillemets " sous réserve qu'il soit innocent )...C'est surtout un système judiciaire indigne d'un Etat Démocratique japonais que je condamne sans réserve. Soulignons que le traitement inhumain infligé à Mr Ghosn est identique à tous les citoyens japonais CQFD Un bon Falafel ce soir ..sans préjugé! Et Maintenant si on passait aux vrais problèmes qui secouent ce pays ou la corruption ( tiens..tiens. ) est un sport national Ni Chauvin ni anti-japonais ..Simplement démocrate Tous mes vœux pour une "sortie de crise pour l'année prochaine ?

    salamé riad

    19 h 13, le 31 décembre 2019

  • Bravo Mr Ghosn and welcome back to Beirut Peux ton faire un echange et leur envoye Riad Salame dans l ingienerie et les magouilles financieres ont affame le peuple Libanais.

    KARIM GHAZZAOUI

    18 h 53, le 31 décembre 2019

  • "Je refuse le paradis fait d'humiliation, la géhenne pleine de gloire est ma plus belle demeure". "Ne me verse pas l'humiliation dans le verre de la vie, mais dans le verre de coloquinte verse la gloire" 'Antar ibn 'Abs. Ahlan wa sahlan fik fi biladak ya Carlos.

    Honneur et Patrie

    18 h 02, le 31 décembre 2019

  • Je suis heureux que vous soyez sorti de l'enfer ou la justice japonaise vous avait mis j'aimerai neanmoins que vous continuez dans la serenite de votre maison et votre famille a lutter pour prouver votre innocence afin que votre nom continue a etre respecte par toutes les personnes qui pensent qu'est innocent toute personne qui n'a pas ete condamne BIENVENU MR GHOSN AU LIBAN

    LA VERITE

    17 h 22, le 31 décembre 2019

  • Le système judiciaire japonais est aussi sévère que Mr GHOSN est tout blanc de tous soupçons. On a la fierté de voir qu'un Libanais de la trame de GHOSN réussir mais il faut rester juste, et peu chauvin, Mr GHOSN n'est pas un Saint.

    Citoyen

    16 h 32, le 31 décembre 2019

  • Des retrouvailles avec Beau temps qui fait au Liban.

    Kamel Lasloudjikamel

    14 h 14, le 31 décembre 2019

  • L'avocat japonais de M. Ghosn juge l'attitude de son client "inexcusable" Si son avocat dit le contraire il sera bannit de l'ordre des avocats à vie, au Japon ....avec risque d'emprisonnement....(on est au Japon....il ne faut pas oublier, c'est une justice à la marge des nations civilisées) ----------------------------------------- Officiellement, la France niera toute implication, dans le "transfert de Carlos Ghosn vers le Liban" ainsi que les autorités japonaises ....(ça va de soi) Mais il faut être naïf pour croire à un compte de fée dans lequel le plus célèbre des capitaines des industries des dernières années, sort de sa résidence surveillée, prend l'avion pour la Turquie...... avec une correspondance pour le Liban....sans que personne ne s'en aperçoive.. Deux jours plus tard, même ses surveillants japonais ne s'étaient pas exprimé sur l'absence de leur "client" devant la résidence dont ils cantonnaient.... Les tenants et les aboutissants de ce "transfert" seront peut-être un jour dévoilés par Carlos lui-même...s'il s'autorisera bien entendu (ce n'est pas si sur) (je ne parle pas des "enquêtes" journalistiques qui seront surement nombreuses et diverses) Allez, je souhaite à Carlos Ghosn (comme beaucoup de nos compatriotes et amis dans le monde) une bonne et heureuse année 2020 et que de nouveaux horizons plus sereins s'ouvrent devant lui.

    Sarkis Serge Tateossian

    12 h 53, le 31 décembre 2019

  • En supposant même qu’il soit partial de quel droit traite t on les êtres humains de cette façon.? Depuis l’invasion Chinoise vous n’avez pas beaucoup changé dans vos habitudes et méthodes horribles de traitement des humains derrière vos airs déférents et polis qui cache des dessous de barbares et de bourreaux.

    PHENICIA

    12 h 25, le 31 décembre 2019

  • Le mossad japonais ne vas pas apprécier. À sa place j’éviterais de commander des sushis pendant un moment...

    Gros Gnon

    11 h 58, le 31 décembre 2019

  • Mr et madames lecteurs de l’OLJ qui célèbrent le retour de Mr Ghoson: KELON YA3ne KELON! Jusqu’à présent nous avons vu plus de preuves contre Mr Ghoson que contre harriri/Bassil/Berri et la classe politique libanaise. Alors !? C’est une révolution contre la corruption que vous voulez ?!!!! Mr qui s’offre un marriage à Versailles sponsorisé par Renault , Nissan-renault qui achète des maisons à Beyrouth et au Brésil (oui parcque ces investissements sont dans l’intérêt des investisseurs du groupe

    Roger Xavier

    11 h 04, le 31 décembre 2019

  • Ahla w sahla Carlos. Et bonne année 2020. La vérité sur cette sordide affaire va enfin pouvoir être dite, comme une gifle. Les japonais ont agi de manière contraire aux plus élémentaires principes d'humanité. Cette sordide lutte de pouvoir a mis Renault-Nissan à genoux , bravo messieurs les SamouraÏs. Allez Carlos, une asbé sawda, un arak au petit déjeuner et ça repart! Et à la santé de qui t'a tiré de là!

    Antoine Eddé

    10 h 54, le 31 décembre 2019

  • Il est venu vider son compte.

    Naji KM

    10 h 42, le 31 décembre 2019

  • S,IL S,EST FAIT EXFILTRER CE SERAIT UN COUP DE MAITRE CONTRE L,INIQUITE JAPONAISE ET SON INJUSTICE. BIENVENU AU LIBAN TA PATRIE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 14, le 31 décembre 2019

  • C'est probablement la providence qui voulait son retour au pays en ce moment précis, pour contribuer peut-être à sa renaissance. Il sait faire des plans de sauvetage!

    MGMTR

    10 h 10, le 31 décembre 2019

  • Bien fait pour les Japs .!!! Bon retour a la maison mr.Ghosn . Je vous souhaite d’oublier au plus vite l’annee qui vient de passer. .

    Marie-Hélène

    08 h 58, le 31 décembre 2019

  • Carlos Ghosn est vraiment un maestro. On ne peut être qu'admiratif devant cet acte. Je rêvais d'une telle issue en visitant les vignes d'Ixsir, c'est maintenant une réalité. Un grand chapeau à ceux qui ont pu oeuvrer pour échafauder cette soustraction à l’injustice et à la persécution politique Japonaise. Monsieur Ghosn, je vous souhaite un excellent réveillon entouré de votre famille et de vos amis. J'espère que vous aurez suffisamment d'énergie pour mettre votre intellect au profit de la résolution de la crise Libanaise. Le Liban a tant besoin de personnes de votre calibre.

    Gthome

    08 h 51, le 31 décembre 2019

  • Goshn est sorti du Japon comme Aoun est sorti du Liban en 1990...exfiltre par la France.

    HABIBI FRANCAIS

    07 h 48, le 31 décembre 2019

  • Welcome home Mr Ghosn

    Ziad Moukarim

    07 h 42, le 31 décembre 2019

  • Les japonais ont été démasqués par leur système judiciaire criminel , détaillé et suivi attentivement aux quatre coins du globe. Nissan ne fait que chuter en parachute. Ils ont tout fait pour dénigrer le libanais venu à leur rescousse. Ils méritent plus .

    Esber

    07 h 20, le 31 décembre 2019

  • Si la formation du gouvernement bute sur un nom, en voilà un, il a une expérience internationale, a did igé un groupe qu’il a porté aux nues, il a de l’argent, il a été jalousé, calomnié, maltraité, abandonné à son sort parmi une horde de mafieux et d’assassins aux yeux bridés. Pourquoi pas, la France sera dans ses petits souliers, et le monde à nouveau l’acclamera. Mais pour l’instant protégeons le, on ne sais pas comment il a quitté le pays des retors qui ont fait Pearl Harbour. Georges Tyan.

    Lecteurs OLJ

    07 h 09, le 31 décembre 2019

  • malversation, engager 11 millions et fait presque un an de prison et payer 13 millions je coris que son compte est bon … si cela été vrai mais bon avec des journalistes d'investigation qui ont enqueter il y a quelque doute !! seulement ce n'est pas pour ca que Ghosn a été mis sur la touche .. le japon a fait une pression sur la France afin de lacher un peu du lest et d'arreter de vouloir gerer seul surtout en prenant les decisions qui sont certaines fois ou cette fois ci un peu trop risquer

    Bery tus

    05 h 35, le 31 décembre 2019

  • Sortir façon Ninja!!

    Wlek Sanferlou

    04 h 20, le 31 décembre 2019

  • Au moins une bonne nouvelle pour 2020

    Eleni Caridopoulou

    00 h 12, le 31 décembre 2019

  • Excellente nouvelle ! Les japs ont préféré le laisser partir plutôt que de se déjuger parce qu'ils n'ont rien contre lui. Fier d'être libanais.

    FRIK-A-FRAK

    23 h 56, le 30 décembre 2019

  • Accord pour le mettre a un ministère?... un technocrate pure souche?

    Aboumatta

    22 h 55, le 30 décembre 2019

  • Il doit avoir des fonds dans des banques libanaises et il est venu se dépêcher de les transférer à l'étranger...

    Gros Gnon

    22 h 51, le 30 décembre 2019

  • BIZARRE... OU INNOCENT SINON LES JAPS NE L,AURAIENT PAS LAISSER QUITTER.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 46, le 30 décembre 2019