Rechercher
Rechercher

Liban

Bassil met en garde contre le "chaos" au Liban

"La présence exceptionnelle des réfugiés et les protestations récentes sapent les fondements de l'Etat libanais", a déclaré depuis Rome le ministre sortant des AE, l'une des figures les plus conspuées du mouvement de contestation contre le pouvoir.

Le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, lors d'une conférence à Rome, le 6 décembre 2019.

Le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a affirmé vendredi depuis Rome que certaines puissances étrangères tentent d'instaurer le "chaos" au Liban, dénonçant par ailleurs le fardeau des plus d'un million de réfugiés syriens installés sur le territoire libanais.

Le chef du Courant patriotique libre s'est également exprimé sur le mouvement inédit de contestation contre le pouvoir accusé d'incompétence et de pouvoir qui est entré dans son 51e jour, dont il est l'une des figures les plus conspuées.

"Le chaos au Liban que certains préparent à l'étranger aura pour conséquence inévitable, comme en Syrie, la destruction du pays et de ses institutions, l'effusion de sang pour ses habitants et la radicalisation de ceux qui fuiront", a déclaré M. Bassil à l'occasion d'un discours  à l'ouverture de la cinquième édition du Dialogue euro-méditerranéen. "Ce chaos va créer un déséquilibre interne, alors que le Liban est le pays des équilibres. C'est pour cela que nous refusons la logique du gagnant et du perdant", a-t-il ajouté. 

"Par sa géographie, le Liban est un pays d'identité arabe. Certains veulent entraîner le Liban vers l'Est, d'autres vers l'Ouest. Nous, nous voulons que le Liban soit un pont de dialogue et de rencontre. Le Liban est au cœur des conflits arabo-israélien, arabo-perse et plus particulièrement irano-saoudien. Nous, nous voulons trouver des solutions justes", a plaidé le chef sortant de la diplomatie libanaise.

"Le Liban n'a cessé de subir les conflits de la région, et le flux des réfugiés palestiniens et des déplacés syriens qui représentent 40% de la population installée au Liban. Le pays est le champion du monde de l'accueil des réfugiés", a déclaré M. Bassil, exprimant à nouveau son opposition à "l'intégration de ces réfugiés au sein de la société libanaise". "Les Libanais n'ont plus de travail chez eux", a-t-il déploré, "et à cette catastrophe s'ajoute la division entre les Libanais". 

"Face à toutes ces difficultés, je vous demande d'aider le Liban à éloigner ceux qui tentent de s'ingérer dans nos affaires intérieures, pour que le pays puisse rester vivant et sortir de ses profondes crises, sans chaos, radicalisation ou conflit", a appelé le ministre démissionnaire des AE. "Le Liban veut être un exemple de coexistence et de pardon, préservant la dignité de ses habitants en les libérant de la corruption et du besoin", a-t-il ajouté.  

"Ne tombez pas dans le piège de ceux qui pensent que les problèmes se règlent en exerçant des pressions pour faire exploser les sociétés, car cela entraînera violence, haine et terrorisme dans la région méditerranéenne", a affirmé M. Bassil.



(Lire aussi : Flagorneurs divins, le billet de Gaby NASR)


La révolte
Par ailleurs, M. Bassil a été interrogé sur le mouvement inédit de contestation contre le pouvoir accusé d'incompétence et de corruption, qui est entré dans son 51e jour. "Ce qui se passe a pour explication notre échec en tant que politiques, et l'échec du système politique", a déclaré le ministre sortant selon des propos rapportés sur son compte Twitter. "Les gens dans la rue ont raison car ils sont descendus en raison de leur douleur... mais certains essaient d'exploiter cette situation pour réaliser des objectifs négatifs et prendre le contrôle de ce qui se passe, mais ils ont échoué jusqu'à présent", a-t-il ajouté.

"La révolte du moment est la seule façon de mettre en œuvre les réformes qui doivent être faites après que tous les autres processus aient échoué", a affirmé le ministre sortant des AE.


Selon un tweet publié sur le compte twitter de l'Institut italien des études politiques internationales qui co-organise la conférence, M. Bassil aurait déclaré plus tôt dans la journée que "la présence exceptionnelle des réfugiés et les protestations récentes sapent les fondements de l'Etat libanais", ajoutant que "ceci aura un impact, non seulement sur la stabilité du Moyen-Orient, mais aussi celle de l'Europe".


Dans la journée, M. Bassil s'était entretenu avec plusieurs de ses homologues, plaidant notamment pour un dialogue entre l'Iran et l'Arabie saoudite.



Lire aussi

Rien n’est joué... en attendant lundi



Le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a affirmé vendredi depuis Rome que certaines puissances étrangères tentent d'instaurer le "chaos" au Liban, dénonçant par ailleurs le fardeau des plus d'un million de réfugiés syriens installés sur le territoire libanais.

Le chef du Courant patriotique libre s'est également exprimé sur le mouvement inédit de...

commentaires (14)

Si ce mec veut éviter le chaos alors qu'il la mette en sourdine et qu'il dégage. Nous ne voulons plus de lui ni de ses semblables. C'est pas difficile à comprendre alors DÉGAGE et nous retrouverons la paix et la sérénité. Même avec une crise économique. On a accepté le cadeau de départ de sa part le chaos actuel et la faillite du pays et il vient nous raconter sa version du chaos semblable à celui de la Syrie. Il promet du sang alors qu'il coule depuis des décennies mais en silence et sur ordre, il parle de complot alors qu'il en est l'instigateur et le premier à collaborer avec nos ennemis. Alors s'il peut se taire une fois pour toute il rendrait service au service sanitaire puisque pour beaucoup de gens rien qu'à voir sa tête leur procure des nausées et des crises d'angoisse. DÉGAGEZ TOUS ON VOUS A ASSEZ VU.

Sissi zayyat

11 h 43, le 08 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Si ce mec veut éviter le chaos alors qu'il la mette en sourdine et qu'il dégage. Nous ne voulons plus de lui ni de ses semblables. C'est pas difficile à comprendre alors DÉGAGE et nous retrouverons la paix et la sérénité. Même avec une crise économique. On a accepté le cadeau de départ de sa part le chaos actuel et la faillite du pays et il vient nous raconter sa version du chaos semblable à celui de la Syrie. Il promet du sang alors qu'il coule depuis des décennies mais en silence et sur ordre, il parle de complot alors qu'il en est l'instigateur et le premier à collaborer avec nos ennemis. Alors s'il peut se taire une fois pour toute il rendrait service au service sanitaire puisque pour beaucoup de gens rien qu'à voir sa tête leur procure des nausées et des crises d'angoisse. DÉGAGEZ TOUS ON VOUS A ASSEZ VU.

    Sissi zayyat

    11 h 43, le 08 décembre 2019

  • CHAOS = CPL + LES DEUX MILICES IRANIENNES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 00, le 07 décembre 2019

  • Criminels ! Nos politiciens, tous, sans exception, devraient être jugés pour leurs crimes. Manifestations, morts, suicides, chômage et désespoir et pas un mot de leur part, pas un geste pour les familles endeuillées, aucune volonté de négociations. Ils ne font que manipuler, provoquer, espérant des mouvements de violence pour discréditer la rue et s'imposer à nouveau. Machiavel est un enfant de coeur devant nos DINOSAURES !

    Souraya de Jaham

    00 h 12, le 07 décembre 2019

  • Ce ne sont pas des propos de diplomate.

    Chahine

    22 h 53, le 06 décembre 2019

  • C'est incroyable comme il est apprécié et...aimé...chez nous ! En plus in nous ridiculise partout où il va à l'étranger avec son comportement, ses attitudes... Personne pour l'arrêter ??? Irène Saïd

    Irene Said

    21 h 55, le 06 décembre 2019

  • IL EST L,EMBLEME DU CHAOS QUI REGNE SUR LE PAYS PAR SA FAUTE, LA FAUTE DE SON CPL ET DES DEUX ALLIES LES MILICES IRANIENNES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 33, le 06 décembre 2019

  • Au fait les billets pour Rome ont été payés en Dollars ou en Livres Libanaises ?

    PHENICIA

    21 h 22, le 06 décembre 2019

  • Qui a amené les Syriens au Liban si ce n’est vos amis du Hezbollah Ensuite ils vous ont amené vous CPL c’est Mr Moussawi qui l’a dit à l’assemblée et cela lui a coûté ce que ça a coûté Vous vous rendez compte vous êtes venu après les réfugiés je crois qu’ils ont même eux un coup d’avance sur vous !!même eux ! La seule force que vous avez c’est votre inconscience du ridicule. Le danger de cette révolution c’est que cela devient épidermique attisant une fureur justifiée qui additionné aux suicides et à l’immense précarité dans laquelle s’enfonce notre pays et cette révulsion née de la détestation De ce personnage qui lui même nous rassure et nous assure que nous avons bien raison !

    PHENICIA

    21 h 17, le 06 décembre 2019

  • La présence d’armes illégales aux mains d’un groupe de libanais et leur mise à disposition d’une politique qui n’a rien à voir avec les intérêts du Liban , sapent les fondements de l’Etat libanais, en enlevant tous les privilèges liés à l’Etat, partout ailleurs dans le monde, à savoir l’usage de la force, et le maitien de la loi, seuls garants de la paix sociale , de la justice, et de l’équilibre entre les divers groupes sociaux . Tout le reste n’est que bluff , et slogans creux , suspects, ayant conduits à la faillite de l’Etat et des libanais , en protégeant les corrupteurs, les corrompus, et les pilleurs des deniers publics.

    LeRougeEtLeNoir

    20 h 28, le 06 décembre 2019

  • IL EST COMPLÈTEMENT PERDU. IL NE SAIT PLUS CE QU'IL DIT. TANTO IL DIT QU'IL FAUT LAISSER LE PAYS TRANQUILLE. TANTOT IL PLAIDE POUR UN DIALOGUE IRANO/SAOUDIEN. PUIS IL DIT QUE LES GENS SONT DESCENDUS DANS LA RUE EN RAISON DE LEUR DOULEUR, ILS ONT RAISON ! ET EN MÊME TEMPS LUI, AOUN ET LE HEZBOLLAH AVEC BERRI IGNORENT COMPLÈTEMENT CES GENS LÀ QUI SONT DANS LA RUE DEPUIS ET CONTINUENT À FORMER LE GOUVERNEMENT SUR MESURE POUR EUX.. IL PERD LES PÉDALE LE GENDRE TANT MIEUX.

    Gebran Eid

    20 h 21, le 06 décembre 2019

  • M.Bassil, il n'y a pas de complot au Liban l'étranger. Le complot contre le Liban est interne, vous et vos alliés vous complotez contre le peuple libanais. Le peuple libanais est à la ruine. Non ce n'est pa l'étranger qui a mal gérer l'argent du pays, c'est vous les ministre et la caste politique. La question des réfugié, si votre alliés n'avait pas aider au début le régime Assad, les millions de syrien serais en ce moment en Syrie. La solution au Liban c'est que vous quitter la politique. Et arreté de vous prendre pour un Einstein de la politique. Vous avez failli dans tous les ministère que vous avez eu

    ANTOINE

    20 h 18, le 06 décembre 2019

  • "le Liban est un pays d'identité arabe. Certains veulent entraîner le Liban vers l'Est, d'autres vers l'Ouest." Vous etes suppose etre le ministre des affaires etrangeres du Liban. Pas du Hezbollah, ni de l'Iran ni de la Syrie de Bashar. Vous etes une honte pour nous les libanais. Quand on pense a un Charles Malek, un Fouad Boutros. Quelle decheance!

    Jean Michael

    20 h 12, le 06 décembre 2019

  • "Face à toutes ces difficultés, je vous demande d'aider le Liban à éloigner ceux qui tentent de s'ingérer dans nos affaires intérieures, pour que le pays puisse rester vivant et sortir de ses profondes crises, sans chaos, radicalisation ou conflit" Wow et super merci à bassil pour demander de l'aide aux européens pour nous aider à nous débarrasser de l'influence iranienne entre autres pays qui s'ingèrent dans nos affaires intérieures. Bizzare quand même qu'il se retourne contre ses alliés..

    Wlek Sanferlou

    20 h 11, le 06 décembre 2019

  • Qu'il disparaisse et il n'y aura pas de chaos au Liban. C'est lui l'instigateur et fauteur de troubles.

    Jean Michael

    19 h 52, le 06 décembre 2019