X

À La Une

Nouveau drame au Liban : un homme endetté se suicide à Nabaa

crise

La holding Debbas dément avoir licencié Dany Abi Haïdar comme le rapportent certains médias et réseaux sociaux.

OLJ
04/12/2019

Le jeune Libanais Dany Abi Haïdar, lourdement endetté, s'est suicidé par balle mercredi à Nabaa, dans la banlieue-est de Beyrouth, au moment où le pays traverse une grave crise économique, financière et sociale et que sur de nombreux citoyens plane la menace de sombrer dans la pauvreté. Ce drame intervient alors que le Liban connaît son 49e jour de révolte populaire contre le pouvoir politique.

L'Agence nationale d'information (Ani, officielle) s'est bornée de rapporter le suicide et d'indiquer qu'une enquête est en cours alors que la chaîne LBCI a évoqué "une pression financière et des dettes accumulées". Mais certains médias et sur les réseaux sociaux, des informations circulaient faisant état d'un licenciement qui aurait poussé le jeune Libanais à se donner la mort. Des informations démenties par la holding Debbas au sein de laquelle travaillait Dany Abi Haïdar pendant 24 ans.

"La holding Debbas a appris avec chagrin et tristesse le décès de Dany Abi Haïdar", indique un communiqué publié par la société de luminaires, niant que l'employé qui a mis fin à ses jours ait été licencié de son travail. Selon l'entreprise, M. Abi Haïdar, qui "a continué à toucher son salaire malgré la situation difficile du Liban", "s'était rendu ce matin comme d'habitude à son travail, mais a demandé un congé d'un jour pour des raisons familiales". 



Fusil de chasse
Dans un entretien accordé au quotidien an-Nahar, la mère de la victime, Khodra Darwiche affirme que la veille, la compagnie Debbas (dans sa filiale de Mkallès), a annoncé à Dany qu'elle allait lui réduire son salaire de moitié. "Mon fils ne pouvait plus supporter plus de pression, surtout qu'il est endetté à hauteur de trois millions de livres libanaises et doit rembourser son prêt immobilier et assurer les dépenses pour ses trois enfants", dit-elle. "Ce matin, Dany est allé à son travail avant de rentrer chez lui à Sin el-Fil avant la fin de son service à 17h. J'étais à la maison avec son épouse lorsqu'il s'est éclipsé à 11h. Il est monté sur le toit, armé d'un fusil de chasse. Nous avons entendu un coup de feu et avons accouru pour voir ce qui s'est passé. C'est là que je l'ai trouvé baignant dans son sang", raconte la mère de la victime.

Elle accuse les responsables politiques d'avoir poussé son fils au suicide. "Nous sommes arrivés à cette situation économique critique à cause des responsables politiques qui insistent à rester en place. J'appelle à les juger et que Dieu se venge d'eux. Ils sont responsables du sang de mon fils."

Une source sécuritaire anonyme au sein des Forces de sécurité intérieure, citée par an-Nahar, a affirmé que "l'enquête n'est qu'à son début. Nous attendons les rapports scientifiques afin d'en tirer les conclusions. Jusqu'à présent nous ne pouvons toujours pas confirmer qu'il s'agit d'un suicide".

En outre, le corps sans vie d'un agent des Forces de sécurité intérieure (FSI) a été retrouvé mercredi dans un champ situé dans le village de Safinit Dreib, dans le Akkar (Nord). L'arme de service de la victime, A. T., se trouvait à côté d'elle. Une enquête est en cours.


En soirée, l'Ani a rapporté qu'un homme, Mohammad M., a tenté de se donner la mort en se jetant d'un immeuble se trouvant sur la place Nadaf, à Saïda. Des jeunes hommes sont intervenus et l'ont empêché de passer à l'acte. L'Ani rapporte que Mohammad M. est chauffeur de taxi et qu'il voulait mettre fin à ses jours en raison de ses difficultés financières.

Ces derniers jours, des drames similaires à celui du suicide de Dany Abou Haïdar ont été rapportés. Mardi, une femme sans domicile fixe a tenté de s'immoler par le feu sur la place Abdel Hamid Karamé à Tripoli, au Liban-Nord. Fatima Moustapha, originaire du quartier tripolitain de Bab el-Tebanné, a été empêchée de commettre l'irréparable par des "gardiens de la ville", un groupe de jeunes révolutionnaires mobilisés à Tripoli depuis le début du mouvement de contestation contre le pouvoir accusé d'incompétence et de corruption, le 17 octobre dernier. Cette femme vit avec son petit-fils dans la rue depuis 40 jours. Elle souffre de malnutrition et de plusieurs maladies.

Dimanche, Naji Fliti, un tailleur de pierre âgé de 40 ans et père de deux enfants, avait été retrouvé pendu près de son domicile à Ersal, un village frontalier de la Békaa-Nord. Au chômage depuis plusieurs mois, il était dans l'incapacité d'éponger ses dettes.

En septembre dernier, Georges K., la cinquantaine, père de deux enfants âgés de 13 et 9 ans, avait également tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu devant le Palais de justice de Beyrouth, après avoir perdu un procès qui devait lui permettre de récupérer une somme d’argent. Quelques mois plus tôt, en février, un autre père de famille, Georges Zreik, s’était immolé par le feu devant le collège de ses deux enfants à Bkeftine, dans le Koura (Liban-Nord), car il ne pouvait plus payer leurs frais de scolarité.


Lire aussi

Les retraités extrêmement vulnérables face à la crise

Monté pour les manifestants, l’hôpital de campagne de Tripoli reçoit désormais aussi les plus démunis

Les parents d’élèves en retard pour les écolages ; déjà des coupes dans les salaires des enseignants

De nombreuses associations en charge d’enfants à handicap sont en grande difficulté

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Paul-René Safa

Paix à son âme. Aucun des responsables en place ne pourra échapper à sa conscience et le remord les rongera jusqu'à leur mort. Après ils auront des comptes à rendre, et la colère divine sera terrible!

Bery tus

HARAM WALLA HARAM !! PAIX A SON AME … tout ca pour que des voleurs puissent s'en mettre plein les poches !!

et en plus pas de gouv si ce n'est pas techno-politique

oui il y a de l'extreme pauvrete au liban de mes yx je l'ai vue

pauvre peuple mais c'est en partie de votre faute, je l'ai dit et je le dirai encore !!!

Toni Pantaloni

Mieux veut se tuer que voir le pays donne au hezeb de la resistance iranienne. Au phare aoun, le gendrissime et les amis du Zero BaShAr.

Antoine Sabbagha

La vie dans un pays devenu jungle est invivable . Le pire est à craindre .

Honneur et Patrie

Les responsables de tous ces suicides sont ceux qui gouvernent le pays depuis 1975. Ce phénomène lugubre, infernal, n'avait jamais existé auparavant. Le Liban est un village, tout le monde connaît tout le monde, on ne laissait jamais un citoyen, un ami ou un voisin mourir de faim, la solidarité était nationale de Naqoura à Arida. Mais depuis que nos élus et non-élus de la République topinambourienne ont adopté le pillage des biens publics, depuis que leur amour de l'argent est devenu plus fort que l'amour de la Patrie, le désespoir a remplacé la solidarité. L'argent des contribuables est dans les paradis fiscaux ou investi dans les acquisitions foncières et le suicide pour le peuple.

Eleni Caridopoulou

Le Hezbollah est ravi car Ils ne veulent pas un gouvernement d'expert je me demande s'il n'y a pas la main divine du parti de Dieu,

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRISTE CE QUI SE PASSE AVEC CES SUICIDES REPETES. AVEC LA SITUATION ECONOMIQUE TRES MAUVAISE QUI FRAPPE LES GENS IL EST A CRAINDRE D,AUTRES CAS DE SUICIDE. PAUVRES GENS.

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

ARRÊTONS DE NOUS RACONTER DES HISTOIRES DE RÉVOLUTIONS À LA MORT MOI LE. ....

IL N'Y A PAS DE RÉVOLUTION. ....IL N'Y A PAS DE RÉVOLUTION. ...ARRÊTEZ CETTE MASCARADE, ÇA NE PRENDRA PAS ...
CEUX QUI VONT SOUFFRIR PAR SUICIDE OU MUTILATION OU IMMOLATION CE NE SERONT QUE LES PAUVRES TYPES INNOCENTS ET NAÏFS QU'ON ENVERRA LA TÊTE SHOOTEE À L'OPIUM D'UNE RÊVE ILLUSION DE JOURS MEILLEURS .

ON NE VERRA JAMAIS UN VOLEUR PILLEUR FOSSOYEUR DE L'ÉTAT DE QUELQUE BORD QU'IL SOIT , SE SUICIDER .....OU SE MUTILER MÊME PAS PAR DIGNITÉ NI ORGUEUIL. .....

ARRÊTEZ CETTE MASCARADE ET CALMEZ LE JEU LES EMBOBINES DE LA CERVELLE OPIUMISEE. ...

PAUVRE GARS , PAIX À TON ÂME, ON S'EST FOU TU DE TA GUEULE , D'AUTRES TE SUIVRONT .

Eddy

Paix à son âme.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants