X

Liban

Incapable d’éponger ses dettes, un tailleur de pierre de Ersal se pend

Social

Naji Fliti, 40 ans, laisse derrière lui deux épouses et deux enfants de sept et deux ans.

OLJ
03/12/2019

Dans le contexte des problèmes politiques, des menaces d’effondrement économique et des revendications sociales qui secouent le pays depuis le 17 octobre, un drame est venu rappeler brutalement combien la détérioration de la situation socio-économique affecte les plus démunis. À Ersal, un village frontalier de la Békaa-Nord, un tailleur de pierre, Naji Fliti (40 ans) père de deux enfants, a été retrouvé pendu, dimanche, près de son domicile. Il était au chômage depuis plusieurs mois. « Il s’est donné la mort à cause de la détérioration de sa situation économique », a déclaré son oncle Mahmoud Fliti à notre correspondante Sarah Abdallah. Le malheureux travaillait en tant que journalier dans les entreprises de la région, une situation précaire qui ne lui assurait aucune protection sociale. Et de fait, quand les entreprises qui l’employaient ont fermé leurs portes en raison du marasme économique, il s’est brusquement retrouvé au chômage. Il avait deux épouses, dont l’une atteinte d’un cancer, et était père d’une fille de 7 ans et d’un garçon de 2 ans. Cette véritable descente aux enfers a débouché sur le drame de dimanche dernier.

Selon Mahmoud Fliti, Naji s’était endetté auprès de son entourage, mais aussi auprès de l’épicerie du village, et était incapable d’éponger ses dettes, quelque 700 000 livres (un peu moins de 500 dollars si l’on tient compte du taux de change officiel). « La situation de Naji a empiré ces quatre derniers mois », a précisé l’oncle de la victime. Pour ce père de famille qui souffrait en silence, l’insupportable s’est produit dimanche matin, quand sa fille lui a demandé 1 000 livres pour acheter une man’ ouché (galette de thym) à l’école. Profondément humilié, le malheureux a attendu le départ de sa fille pour accomplir son geste désespéré.


(Lire aussi : Irresponsabilité criminelle, l’édito de Michel TOUMA)


Un « martyr de la révolution et de la crise économique »

Le drame du suicide de Naji Fliti est un indicateur d’une sombre réalité qui touche une vaste communauté de ce village frontalier, oublié du développement. En effet, Ersal compte 250 scieries de pierre, dont 90 % ont fermé leurs portes dernièrement. Leurs employés ont par conséquent été renvoyés. De ce fait, de nombreuses personnes à Ersal sont dans une situation précaire, selon Mahmoud Fliti. « Naji était en souffrance, mais il avait beaucoup de dignité. Nous considérons qu’il est un martyr de la révolution et de la crise économique », a confié Younès Hussein Fliti, moukhtar de Ersal, à notre correspondante Sarah Abdallah. « Ersal est victime d’une injustice socio-économique majeure. Le village compte beaucoup plus de réfugiés syriens que d’habitants. C’est une région délaissée », a-t-il ajouté. Quelque 65 000 réfugiés syriens sont aujourd’hui installés à Ersal, soit plus du double des 30 000 habitants du village selon des chiffres fournis en juillet dernier à L’Orient-Le Jour par le président du conseil municipal de la localité, Bassel Houjeiry. Le cas de Naji est loin d’être unique, et ce genre de drames se répète dernièrement. En février dernier, un autre père de famille, Georges Zreik, s’était immolé par le feu devant le collège de ses deux enfants à Bkeftine, dans le Koura (Liban-Nord), car il ne pouvait plus payer leurs frais de scolarité. Depuis dimanche, de nombreux internautes rendent hommage à ces deux hommes, victimes de la crise économique, sur les réseaux sociaux. En septembre dernier, Georges K., la cinquantaine, père de deux enfants âgés de 13 et 9 ans, avait également tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu devant le Palais de justice de Beyrouth, après avoir perdu un procès qui devait lui permettre de récupérer une somme d’argent.

Lire aussi

La communauté internationale s’inquiète : personne ne gère la crise au Liban

Pour le Hezbollah, la contestation « n’a pas défini une alternance claire »

Les relations Futur-CPL envenimées par un éditorial de l’OTV

La révolution a replacé le Akkar sur la carte du Liban

Accusés de calomnie, 4 activistes de Nabatiyé relâchés hier sous caution

Melhem Khalaf à Aoun : « Il ne faut pas avoir peur » du soulèvement populaire


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

sa fille lui a demandé 1 000 livres pour acheter une man’ ouché (galette de thym) à l’école. Profondément humilié, le malheureux a attendu le départ de sa fille pour accomplir son geste désespéré.

c'est une tres grande erreur de la part des medias de dire cela car en fait meme si cela fait " vendre " en montrant des drames aussi horrible, IL FAUT PENSER A CETTE JEUNE FILLE QUI PORTERA DANS SA TETE ET SON CORP LA RESPONSABILITE DE LA MORT DE SON PERE PRESENTE COMME CELA DANS LES MEDIAS
UN PEU DE CIVILITE FERAIT MIEUX QUE DE MONTRER UNE FAUSSE RESPONSABILITE .
LE GOUVERNEMENT EST RESPONSABLE DE NE PAS AVOIR FAIT UN MINIMUM A CHAQUE CITOYEN ET PAS SA FAMILLE

aliosha

Quelque 65 000 réfugiés syriens sont aujourd’hui installés à Ersal, soit plus du double des 30 000 habitants du village selon des chiffres fournis en juillet dernier à L’Orient-Le Jour par le président du conseil municipal de la localité, BasselHoujeiry.( Cela est pareil pour tout le Liban ) C'est bien clair Et puis il ya les souris dansantes et leur Houla Houla Hop journalier si efficace à bloquer les routes et fermer les etablissements.....!!!

BOSS QUI BOSSE

Comment pourra-t-on expliquer à sa femme et à ses enfants qu'il aurait dû être patient pour laisser le temps à la " révolution " télécommandée d'aboutir à ses objectifs ?

JE NE LE DIRAI JAMAIS ASSEZ, LE PAYS SE VIDERA DE CES PAUVRES MALHEUREUX AVANT QU'ON AIT EU LE TEMPS DE VOIR UN VOLEUR DILAPIDEUR DERRIÈRE LES BARREAUX.

LE DRAME C'EST QU'ILS SONT BEAUCOUP PLUS NOMBREUX QUE CES VOLEURS QUI CONTINUENT À SE PAVANER .

VOUS VOULEZ DES NOMS ???????????

UNE RÉVOLUTION C'EST DES TÊTES QUI TOMBENT DES CORPS CRIBLÉS DE BALLES ETC.... C'EST PAS DU FLAN PÂTISSIER TIRÉ DE LA DANSE DU VENTRE .

Irene Said

Nous sommes tous émus et attristés par ce drame dû à la négligence criminelle de nos soi-disant responsables.

Mais j'aimerais exprimer mon indignation personnelle à l'encontre de deux chaines de Télévision locales qui ont, hier soir, programmé une émission en interrogeant en direct une des épouses de Naji Fleiti qui arrivait à peine à parler !
L'intention de ces deux chaines était peut'être louable, mais il y a des façons plus humaines ( et moins spectaculaires ) le faire...non ???
Irène Saïd

TrucMuche

En général, quand drame il y a et qu'une quête est organisée, ce sont les pauvres des pays riches qui payent pour les riches des pays pauvres.
Pourrions-nous demander aux riches d'un pays pauvre de payer pour le pauvres de ce même pays ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants