Liban

Incapable d'éponger ses dettes, un père de famille libanais se donne la mort

Naji Fliti, 40 ans, était originaire du village de Ersal, dans la Békaa.

Naji Fliti, le Libanais de 40 ans qui s'est donnée la mort dimanche. Photo tirée de Twitter

Naji Fliti, 40 ans et père de deux enfants, a été retrouvé pendu, dimanche, dans le village de Ersal dans la Békaa. Ce père de famille, qui était au chômage depuis plusieurs mois, s’est donné la mort pour des raisons économiques, a déclaré son oncle Mahmoud Fliti à notre correspondante Sarah Abdallah.

Ce tailleur de pierres, qui travaillait en tant que journalier dans les entreprises de la région, s'est récemment retrouvé au chômage lorsqu'elles ont fermé leurs portes en raison de la crise économique. Il avait deux épouses, dont l'une est atteinte d'un cancer, et était père d’une fille de 7 ans et d’un garçon de deux ans.

Selon Mahmoud Fliti, Naji s’était endetté auprès de son entourage, mais aussi auprès de l’épicerie du village, et était incapable d’éponger ses dettes. Le déclic a eu lieu dimanche matin, lorsque sa fille lui a demandé 1.000 livres libanaises pour acheter une man’ouché à l’école. Ne disposant pas de cette somme et ne pouvant plus faire face à la situation économique dans laquelle il se trouvait, le malheureux a alors attendu le départ de sa fille à l’école pour se pendre.


En février dernier, un autre père de famille, Georges Zreik, s’était immolé par le feu devant le collège de ses enfants à Bkeftine, dans le Koura (Liban-Nord), car il ne pouvait plus payer les frais de scolarité de ses deux enfants. Depuis dimanche, de nombreux internautes rendent hommage aux deux hommes sur les réseaux sociaux.

En septembre dernier, Georges K., la cinquantaine, père de deux enfants âgés de 13 et 9 ans, avait également tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu devant le palais de justice de Beyrouth, après avoir perdu un procès qui devait lui permettre de récupérer une somme d’argent.


Lire aussi
Les retraités extrêmement vulnérables face à la crise

Monté pour les manifestants, l’hôpital de campagne de Tripoli reçoit désormais aussi les plus démunis

Les parents d’élèves en retard pour les écolages ; déjà des coupes dans les salaires des enseignants

De nombreuses associations en charge d’enfants à handicap sont en grande difficulté



Naji Fliti, 40 ans et père de deux enfants, a été retrouvé pendu, dimanche, dans le village de Ersal dans la Békaa. Ce père de famille, qui était au chômage depuis plusieurs mois, s’est donné la mort pour des raisons économiques, a déclaré son oncle Mahmoud Fliti à notre correspondante Sarah Abdallah.

Ce tailleur de pierres, qui travaillait en tant que journalier dans les...

commentaires (11)

Un père de famille se tue par désespoir et impuissance étant incapable de nourrir sa famille et nos politiciens patentés s’en fichent éperdument trop occupés de s’agripper au pouvoir et à leurs privilèges. Un drame de plus qui vient s’ajouter à une liste déjà longue !

Dounia Mansour Abdelnour

21 h 10, le 02 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Un père de famille se tue par désespoir et impuissance étant incapable de nourrir sa famille et nos politiciens patentés s’en fichent éperdument trop occupés de s’agripper au pouvoir et à leurs privilèges. Un drame de plus qui vient s’ajouter à une liste déjà longue !

    Dounia Mansour Abdelnour

    21 h 10, le 02 décembre 2019

  • Merci hézbollah et Iran vous avez détruit le pays

    Eleni Caridopoulou

    18 h 47, le 02 décembre 2019

  • En général, quand drame il y a et qu'une quête est organisée, ce sont les pauvres des pays riches qui payent pour les riches des pays pauvres. Pourrions-nous demander aux riches d'un pays pauvre de payer pour le pauvres de ce même pays?

    TrucMuche

    18 h 32, le 02 décembre 2019

  • Pendant que des citoyens meurent pour échapper à l'opprobre auquel les dirigeants voleurs les ont menés. Ces derniers continuent à jouer à qui gagnerait la finale. C'est d'une immoralité sans commune mesure. OUST, TOUS DEHORS NOUS NE VOULONS PLUS DE CETTE RACAILLE.

    Sissi zayyat

    18 h 22, le 02 décembre 2019

  • Le Liban a un grave problème qui n’est plus ni pécuniaire ni moral mais plutôt viral dont la seule issue est l’éradication de tous nos voleurs patentés par le Karcher Pas d’autres solutions en vue hélas et en haut , voleurs que vous êtes vous rencontrerez ce pauvre père de famille et je vous fais confiance vous saurez même à lui conter fleurette bande d’assassins que vous êtes. En attendant si vous pouvez afficher comment venir en aide à sa famille nous le faire savoir !

    PHENICIA

    18 h 08, le 02 décembre 2019

  • Faudrait pendre sur la place publique tous les responsables criminels qui sont à l'origine de ce genre de drame, de par leur incroyable corruption. Malheureusement, chez eux la conscience et le sens du devoir se sont évaporés dans leurs richesses accumulées en volant le peuple. On pense aux enfants de Naji, le coeur triste... Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 58, le 02 décembre 2019

  • Wanted responsable avec "S" responsable ! Pour payer cette horreur écœurante.

    TrucMuche

    17 h 24, le 02 décembre 2019

  • Dramatique. Dramatique.

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 45, le 02 décembre 2019

  • TRES REGRETTABLE ET TRES TRISTE. ET SURTOUT LORSQU,ON PENSE AUX MILLIARDS DE DOLLARS VOLES PAR LES ALIBABA QUI NOUS GOUVERNENT. FAUT LES DEGAGER S,ILS NE DEGAGENT PAS SEULS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 43, le 02 décembre 2019

  • Prions pour le repos de leurs âmes . Qui de nos dirigeants a eu une pensée pour ces braves gens ? Ou sont-ils les zaïms qui ne cessent de promettre monts et merveilles ? C’est triste et dur pour le simple motel de lire qu’aujourd’hui on se suicide faute de moyens pour donner à manger à ses enfants.

    Le Point du Jour.

    16 h 40, le 02 décembre 2019

  • Paix à son ame.

    Eddy

    16 h 37, le 02 décembre 2019