X

À La Une

A la veille de l'Indépendance, mobilisation populaire timide mais toujours présente

Liban

A Rachaya, un groupe de manifestants rassemblé devant la citadelle pour protester contre la venue d'un représentant des trois présidents.

OLJ
21/11/2019

Alors que le Liban entame son 36e jour d'une contestation populaire inédite contre la classe politique jugée corrompue, et à la veille de son 76e anniversaire de l'Indépendance, des sit-in restreins mais disséminés dans la capitale, dans le Nord et le Sud du pays avaient lieu jeudi, tandis que de grands rassemblements sont prévus demain dans tout le pays.

A Verdun, à Beyrouth, un groupe d'élèves a effectué une marche devant le lycée de la ville aux cris de "Révolution !". Un autre groupe de quelques dizaines d'élèves a entamé un sit-in devant le siège du ministère de l'Education, devenu l'un des lieux phare de la contestation estudiantine. Les jeunes réclament notamment le changement du système éducatif et des programmes scolaires. La circulation a également été coupée au niveau du siège de l'Unesco.

En outre, une marche organisée par le Mouvement du handicap pour les droits de l'Homme a rassemblé de dizaines de personnes, notamment celles à besoins spécifiques, et a eu lieu entre l'avenue Béchara el-Khoury et la place Riad el-Solh.

Photo Anne-Marie el-Hage

Au Liban-Nord, notamment à Halba, un groupe d'étudiants et d'élèves ont tenu in sit-in devant l'Institut technique public de la ville. Dans le Koura, un groupe d'élèves a également manifesté, certains ayant refusé d'aller en cours, alors que d'autres ont pris part aux protestations avant d'aller en classe.

Plus loin, à Tripoli, des commerçants de Mina ont fermé leurs magasins dès hier soir, et jusqu'à demain, sous le slogan "ouverts ou fermés, c'est pareil". Les propriétaires ont décoré la devanture de leurs commerces avec des drapeaux libanais, en solidarité avec la révolte populaire.

D'autres manifestants, qui ne quittent pas les rues de Tripoli depuis le 17 octobre, ont organisé des sit-in devant diverses institutions publiques, notamment des écoles, les appelant à fermer leurs portes.

La plupart des routes dans la capitale du Nord ont en outre été rouvertes à la circulation, à l'exception de celles menant vers la place Al-Nour, haut lieu de la contestation dans cette ville. L'autoroute de Beddaoui était également bloquée en matinée.


(Lire aussi : Fête de l'Indépendance : "Ne vous laissez pas affecter par les tensions politiques", lance le général Aoun aux militaires)


Dans le Sud, à Saïda, des étudiants se sont rassemblés devant l'université LIU, appelant l'administration à fermer ses portes et les autres étudiants à les rejoindre dans la rue. En outre, des proches de jeunes détenus dans le cadre de l'affaire de l'incendie du complexe Rest House à Tyr ont tenu un sit-in pour réclamer la libération de leurs proches.

Photo ANI

Huit détenus avaient été libérés mardi sous caution par le premier juge d’instruction du Liban-Sud, Marcel Haddad. Le juge a interrogé dix des 18 détenus dans l’affaire de ce complexe touristique incendié et vandalisé durant une manifestation le 18 octobre dernier, un jour après le début de l’intifada populaire au Liban. Ce groupe de détenus compte des individus très jeunes, dont deux mineurs. Le 29 octobre, une partie de ces manifestants avaient été libérés par le procureur général du Sud Rahif Ramadan, et 18 étaient restés derrière les barreaux.


(Lire aussi : La « révolution sans leader » commence à s’organiser)



A Rachaya, un groupe de manifestants s'est rassemblé devant la citadelle où avaient été emprisonnés les pères de l'Indépendance libanaise par la puissance mandataire française. Les protestataires sont venus exprimer leur colère contre la visite traditionnelle qu'effectue chaque 22 novembre le représentant des trois présidents de la République, du Conseil et du Parlement. L'armée s'est déployée dans le périmètre pour éviter tout débordement.

Depuis le 17 octobre, des centaines de milliers de Libanais de tous bords sont descendus dans les rues pour dénoncer la dégradation de la situation économique et réclamer le départ d'une classe politique jugée incompétente et corrompue. Mardi, plusieurs centaines d'entre eux avaient réussi à pousser le Parlement à reporter à une date ultérieure une séance controversée qu'il était censé tenir pour voter, entre autres, une loi d'amnistie générale décriée par la rue.


(Lire aussi : Des centaines de Libanais de la diaspora attendus au pays pour l’indépendance)



Face aux manifestants plus que jamais en colère et déterminés, le président Michel aoun, 84 ans, a eu la semaine dernière une formule lapidaire: "Si, au sein de l'Etat, il n'y a personne qui leur convient, qu'ils émigrent", avait-il asséné, attisant la colère de la rue. De nombreux protestataires appellent depuis le chef de l'Etat à céder sa place.

Le président Aoun doit s'adresser ce soir à 20h aux Libanais à l'occasion de l'Indépendance.

Après la démission du gouvernement de Saad Hariri sous la pression de la rue, le président doit fixer la date des consultations parlementaires contraignantes pour la formation du nouveau cabinet mais il repousse cette échéance en affirmant vouloir aboutir à un accord politique préalable afin d'éviter des obstacles au prochain chef du cabinet qui doit former son équipe.


Lire aussi

« Regenerate Lebanon » : plaque tournante pour idées écolos

La « révolution » libanaise au prisme de la démographie

Le Liban de l’An zéro, le billet de Fifi Abou Dib

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

BOSS QUI BOSSE

Le Liban de la résistance sort vainqueur, one more time, tout en gardant l'oeil sur les VÉRITABLES CORROMPUS, fossoyeurs de l'état.

La résistance libanaise du hezb n'a jamais pu être détournée des VRAIS PROBLÈMES À RÉGLER.

Nettoyer le pays de tous les corrompus, tous veut dire tous , en premier les pro usa & consorts.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PEUPLE CELEBRERA LA VRAIE INDEPENDANCE DONT IL ASPIRE SANS LES MILICES IRANIENNES ET LEUR PARAVENT CPL A MOINS QUE CES DERNIERS RENTRENT DANS LE GIRON DU LEBNEN AWALAN.

Sissi zayyat

Comment peut-on célèbrer l'indépendance de notre pays alors que depuis des décennies on vit au rhythme des bottes de soldats, d'abord syriens et maintenant iraniens.
Il n'y a pas d'indépendance qui vaille tant que ces mercenaires tiennent le pays en otage.
Les libanais devraient boycotter ces célébrations fallacieuses.

On célébrera la vraie indépendance lorsque le pays se débarrassera de tous ces parasites qui l'infestent.

Sissi zayyat

Comment peut-on célèbrer l'indépendance de notre pays alors que depuis des décennies on vit au rhythme des bottes de soldats, d'abord syriens et maintenant iraniens.
Il n'y a pas d'indépendance qui vaille tant que ces mercenaires tiennent le pays en otage.
Les libanais devraient boycotter ces célébrations fallacieuses.

On célébrera la vraie indépendance lorsque le pays se débarrassera de tous ces parasites qui l'infestent.

Yves Prevost

Le discours du président n'apportera certainement rien de nouveau.
S'il annonce, comme il est probable, qu'il n'y aura pas de consultations parlementaires tant qu'il n'aura pas formé un gouvernement politique, la rue va s'embraser de nouveau.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le sort des consultations parlementaires tributaire de Hariri... et de la rue

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants