X

Liban

La « révolution » libanaise au prisme de la démographie

Analyse
Fady NOUN | OLJ
21/11/2019

Révolte ? Révolution ? Peu importe. L’essentiel est de comprendre ce qui se passe dans la rue, et pourquoi maintenant. Analysant la situation, la chercheuse Lydia Assouad, dans une tribune parue dans nos colonnes le 26 octobre dernier, relevait l’union inédite du peuple libanais, autour d’une double revendication. « Politique d’abord, avec un appel clair des manifestants à la fin d’un régime ouvertement clientéliste et corrompu. Économique ensuite, avec une demande pour plus de justice sociale et la possibilité pour tous de joindre les deux bouts. » Après avoir avancé les chiffres connus de l’importante crise économique et sociale que connaît le pays depuis des années, la chercheuse soulignait qu’à ces données bien connues, il fallait en ajouter une autre « longtemps passée sous silence : le Liban est l’un des pays les plus inégalitaires au monde ». « Entre 2005 et 2014, le 1 % de Libanais les plus riches ont reçu près du quart du revenu national total, ce qui place le Liban à des niveaux similaires à ceux du Brésil et de l’Afrique du Sud. Plus frappant encore : environ 55 % de la richesse du pays est captée par les 10 % les plus riches, tandis que la moitié la plus pauvre de la population doit se partager un dixième du revenu national. En outre, les 10 % les plus riches ont ainsi vu leurs revenus augmenter de 5 à 15 %, tandis que les 10 % les plus pauvres ont, eux, vu leurs revenus se contracter du quart », écrivait-elle encore.

Mais si les seules inégalités suffisent à expliquer le soulèvement que nous voyons, il n’est pas interdit d’ajouter à cette grille de lecture une autre complémentaire, celle que Youssef Courbage et Emmanuel Todd, démographes à l’Institut national des études démographiques (INED), ont élaborée, il y a quelques années, au sujet du printemps arabe tel qu’il s’est manifesté en Égypte et en Tunisie.

Pour les auteurs du Rendez-vous des civilisations (Seuil), les soulèvements du printemps arabe ont accompagné un phénomène bien plus profond, une « transition démographique » telle que toutes les sociétés la connaissent, marquée par trois facteurs corrélatifs : l’alphabétisation, une baisse de la fécondité et l’apparition du phénomène associatif. C’est ainsi qu’à partir des chiffres dont ils disposaient, ils ont presque prévu le soulèvement contre le régime de Hosni Moubarak.


(Lire aussi : La « révolution sans leader » commence à s’organiser)



L’entrée dans la modernité

Dans un article daté de 2015 intitulé « Le printemps arabe au prisme de la démographie », paru sur le site Les clés du Moyen-Orient, l’analyste Clément Pellegrin, rendant compte de l’ouvrage de Courbage et Todd, écrit : « Les révolutions qui secouent le monde arabe depuis 2010-2011 sont les révélateurs de profondes crises historiques et sociales. Elles traduisent pour beaucoup d’auteurs et d’acteurs l’entrée des sociétés arabes dans la modernité. »

L’auteur de l’article, évoquant les cas de la Tunisie, de l’Égypte et de la Syrie, ajoute : « Pour qu’il y ait engagement, civil ou religieux, il faut qu’il y ait éducation. Comme le rappelle le sociologue Emmanuel Todd : dès lors que l’individu sait lire et écrire, “la participation politique devient une procédure naturelle”. En Égypte et en Tunisie, autour de 90 % des jeunes qui ont participé aux manifestations étaient alphabétisés. »

Youssef Courbage et Emmanuel Todd ont mis en rapport le lien qu’il existe pour toute société en transition démographique entre le taux d’alphabétisation et la baisse de la fécondité, précisant que la chute de la fécondité intervient à la suite du franchissement par une génération de la barre des 50 % alphabétisés.


(Lire aussi : Des centaines de Libanais de la diaspora attendus au pays pour l’indépendance)



Déstabilisation des relations d’autorité

« Nous devons nous représenter concrètement ce qu’est une société où l’alphabétisation devient majoritaire, écrivent ces auteurs : un monde dans lequel les fils savent lire, mais non les pères. » « L’instruction généralisée ne tarde pas à déstabiliser les relations d’autorité dans la famille. (…) Ces ruptures d’autorité produisent une désorientation générale de la société et, le plus souvent, des effondrements transitoires de l’autorité politique. Autrement dit, l’âge de l’alphabétisation et de la contraception est aussi, très souvent, celui de la révolution », ont-ils écrit.

Ne serions-nous pas, au Liban, en effet, et loin de tout déterminisme social, en présence d’une variante libanaise de « transition démographique » ? Une phase marquée par la maturation d’une société libanaise dont l’alphabétisation (au rythme certes différencié selon les communautés) est arrivée à maturité, produisant des effets déstabilisateurs, une « révolution » ? Pour expliquer, sinon excuser, la violence et les difficultés économiques qui ont surgi avec certaines révolutions, Youssef Courbage rappelle au monde occidental que sa transition démographique fut émaillée de troubles et de violences nombreuses. « Les convulsions que nous voyons se produire aujourd’hui dans le monde musulman peuvent être comprises (…) comme les symptômes classiques d’une désorientation propre aux périodes de transition. »


(Lire aussi : « Regenerate Lebanon » : plaque tournante pour idées écolos)



Place des Martyrs, métier à tisser des Libanais

Fort heureusement, au Liban, la violence nous a jusqu’à présent épargnés. Par contre, que voyons-nous dans la rue, sinon l’effet direct de nombreux blocages ? Des jeunes et des adultes exclus du marché du travail (nous savons par exemple que le taux de chômage parmi les jeunes est de 35 % ) ; nous savons que la crise sociale due au chômage et à la cherté a été accentuée par l’arrêt des prêts-logement, un facteur explosif, auquel s’est ajouté, en raison de la crise financière, l’arrêt de l’embauche dans le secteur public à partir de 2020 et pour trois ans, en particulier, au sein de l’armée et des forces de sécurité, refuge des classes pauvres émergentes ; enfin, cas particulier certes, mais emblématique, une divergence d’interprétation de l’article 95 de la Constitution sur la parité au sein de l’administration bloque depuis plusieurs années l’embauche de centaines de candidats ayant réussi au concours de la fonction publique.

Pour notre chance, le repoussoir du confessionnalisme, associé par les manifestants à la mentalité traditionnelle liée à la corruption et au clientélisme, a joué en faveur de l’apparition et du renforcement du sentiment d’appartenance civile. De ce fait, nous constatons ce phénomène extraordinaire : des jeunes que l’on croyait blasés et ayant définitivement mis une croix sur le Liban se transforment du jour au lendemain en apôtres de la citoyenneté libanaise.

Sur le plan de l’alphabétisation, il est certain que la révolution en cours est l’œuvre de couches sociales éduquées, exclues de l’emploi et de la participation, par une classe politique corrompue – et myope. Enfin, il n’est pas gratuit ni contradictoire avec les « transitions démographiques » que l’on constate dans le soulèvement au Liban une profonde soif de dignité. Pour être subjective, cette notion n’en est pas moins étroitement liée à la condition où se voit réduite une société d’hommes et de femmes qui souffrent de voir bafoués leurs droits les plus élémentaires et les plus légitimes. D’où la présence dans la rue de femmes, de mères de famille venues place des Martyrs en promenade avec leurs poussettes. Il s’agit là d’un aspect purement libanais du phénomène : une réappropriation d’un espace public que la guerre nous avait confisqué et qui jouait le rôle d’un « métier à tisser », un rôle intégrateur de brassage communautaire que la reconstruction n’avait pas remplacé, mais que la « révolution » a rendu au peuple libanais, et qui ne leur sera pas enlevé.


Lire aussi

Le Liban de l’An zéro, le billet de Fifi Abou Dib

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C- F- Commentaires @ Interprétations

...""écrit : « Les révolutions qui secouent le monde arabe depuis 2010-2011 sont les révélateurs de profondes crises historiques et sociales. Elles traduisent pour beaucoup d’auteurs et d’acteurs l’entrée des sociétés arabes dans la modernité. »""........

Ecrire Révélateurs de profondes crises sociales, c’est inventer l’eau chaude. Historiques ? Il faut plus de précisions.
Mais enfin, au Liban nous sommes dans la modernité, et bien avant la furie des réseaux sociaux. Je connais les talents pamphlétaires de Todd, quand il ne passe pas inaperçu sur un plateau de télévision. Pour faire bref, de l’argent et dans l’urgence pour soutenir l’économie, et les jeunes ont montré leur responsabilité depuis bien avant le 17 octobre, et qu’il faut leur confiance, et que leurs parents n’en peuvent plus, faute de moyens. En attendant vive la ""Révolution De La Soie"", dans cette douceur automnale, et jusqu’à présent sans heurts majeurs. De tout cœur avec les révolutionnaires...............

C- F- Commentaires @ Interprétations

...""rappelle au monde occidental que sa transition démographique fut émaillée de troubles et de violences nombreuses.""...

Au ""monde occidental"" ! Il est vaste ce monde occidental. Il faut préciser par l’exemple, pour que les arguments ""peuvent être compris""...

C- F- Commentaires @ Interprétations

...""des jeunes que l’on croyait blasés et ayant définitivement mis une croix sur le Liban se transforment du jour au lendemain en apôtres de la citoyenneté libanaise.""

Quand les offres d’emploi se font rares dans son pays, et que l’émigration n’est plus un plan B, car les jeunes sont bien au courant de la situation des Libanais de la diaspora. Quand ils ne sont pas dans la même léthargie que leurs parents face aux crises précédentes, quand ils choisissaient le départ vers l’étranger. Le départ ? (et j’en connais au moins un qui les a invité au départ)… vers où ? Quand tous les horizons sont bouchés. Les valeurs communes, la citoyenneté, ça oui, mais la démocratie, c’est aussi le dollar disait un Allemand. Il faut soutenir les jeunes dans leurs revendications….

C- F- Commentaires @ Interprétations

''IL S’AGIT LÀ D’UN ASPECT PUREMENT LIBANAIS DU PHÉNOMÈNE : UNE RÉAPPROPRIATION D’UN ESPACE PUBLIC QUE LA GUERRE NOUS AVAIT CONFISQUÉ ET QUI JOUAIT LE RÔLE D’UN « MÉTIER À TISSER », UN RÔLE INTÉGRATEUR DE BRASSAGE COMMUNAUTAIRE QUE LA RECONSTRUCTION N’AVAIT PAS REMPLACÉ, MAIS QUE LA « RÉVOLUTION » A RENDU AU PEUPLE LIBANAIS, ET QUI NE LEUR SERA PAS ENLEVÉ.

Que la guerre, et surtout l’occupation ont confisqué le brassage communautaire, personne ne trouve à redire. Mais je ne peux parier que ce brassage est durable. Quand "resurgissent" les problèmes communautaires, ce n’est pas sur la place des Martyrs qu’on va discuter. Tous les sociologues connaissent les limites de l’adhésion aux idées, ou à l’ouverture vers les autres. Je suis pour la révolution, et pour le brassage communautaire, mais hélas ma chère révolution n’enlèvera pas les traces d’un demi-siècle de guerres, conflits… Hélas, on vivra chacun chez soi, et à bonne distance, pour se rencontrer à l'occasion sur une place. J’en suis persuadé...

C- F- Commentaires @ Interprétations

Par où commencer, tant d’idées dans cet article pour des débats qui s’annoncent passionnants : je cite le dernier paragraphe :
""D’OU LA PRÉSENCE DANS LA RUE DE FEMMES, DE MÈRES DE FAMILLE VENUES PLACE DES MARTYRS EN PROMENADE AVEC LEURS POUSSETTES.""...
Cela saute aux yeux la présence des femmes entre la place des Martyrs et la place Riad Solh. L’artère n’est pas très longue, mais ça donne une idée du mouvement. Entre la crise en Argentine, quand les femmes avec leur concert de casseroles scandaient ""Que se vayan todos !"" Et au Liban ""Tous, ça veut dire tous"", il y a vingt ans d’écart, et rien de neuf !

Marionet

Super intéressant: FN a rassemblé des facteurs "révolutionnaires" dont le rôle était occulté dans ce phénomène de soulèvement et tout prend sens. Tout aussi intéressant, ce phénomène de réappropriation par les Libanais du centre-ville, jadis lieu de métissage et de rencontres et qui s'était transformé en ville-musée. Une analyse sociologique stimulante, à creuser.

N. Noon

Merci pour ces analyses sociologiques qui jettent un éclairage complémentaire à l'explication démographique.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants