Liban

Gouvernement : accord sur Safadi, l’option techno-politique l’emporte

Une option qui est loin de répondre aux aspirations de la rue, mobilisée depuis le 17 octobre.

Mohammad Safadi. Photo d'archives OLJ.

Dans le bras de fer qui oppose depuis sa démission le 29 octobre Saad Hariri au tandem CPL/Hezbollah autour de la nature et de la composition de la nouvelle équipe ministérielle, c’est finalement ce dernier qui a gagné. Le prochain gouvernement devrait être techno-politique et avoir à sa tête l’ancien ministre Mohammad Safadi, proche certes des orientations de son prédécesseur, mais loin de répondre aux aspirations de la rue qui avait commencé à bouger de nouveau hier soir.

Le courant du Futur, le Hezbollah, Amal et le Courant patriotique libre (CPL) sont en effet parvenus à une entente pour désigner Mohammad Safadi en tant que Premier ministre, ont indiqué des sources à L'Orient-Le Jour tard en soirée. M. Safadi a été ministre des Finances (entre 2011 et 2014) et député de Tripoli.

Cette entente intervient après une réunion nocturne à la Maison du Centre entre le Premier ministre démissionnaire, le bras droit du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, Hussein Khalil, et le ministre sortant affilié au mouvement Amal, Ali Hassan Khalil.

Un peu plus tôt, l'ancien ministre druze Wi'am Wahhab avait écrit sur son compte twitter : "il a été convenu que Mohammad Safadi sera chef du gouvernement techno-politique avec la participation du (courant) du Futur. L'important est de savoir ce qu'il peut faire pour répondre aux besoins des Libanais". 




Face à la détermination du camp opposé, Saad Hariri a donc laissé à celui-ci la liberté de choix d’un nouveau Premier ministre, parmi une liste de quatre noms sur laquelle figuraient ceux de deux technocrates. Il n’était pas possible en soirée de connaître les motivations du choix de M. Safadi, alors que ce dernier était conspué par les manifestants à Beyrouth et que dans sa ville natale, Tripoli, les contestataires sont plus que jamais soulevés contre les figures de l’establishment politique.

Dans l’entourage de Mohammad Safadi, on n’a voulu ni infirmer ni confirmer la nouvelle, "en attendant le résultat des consultations parlementaires contraignantes".

Il semblerait, justement, que le président Aoun se réunisse, aujourd'hui, avec M. Safadi et d'autres représentants de partis politiques. Samedi, il mènera les consultations parlementaires contraignantes qui déboucheront sur la nomination de l’ancien ministre des Finances à la tête du nouveau cabinet. Dimanche, Mohammad Safadi sera au Parlement pour les consultations d’usage avec les groupes parlementaires. Le nouveau gouvernement techno-politique qui, ont indiqué des sources à L'Orient-Le Jour, ne comprend pas de figures dites "provocatrices", devrait voir le jour mercredi au plus tard. Selon l'agence al-Markaziya, le prochain gouvernement pourrait être formé de 18 ministres technocrates et de 4 ou 6 ministres politiques.

Ce, bien sûr, à moins que la rue n’en décide autrement. Jeudi dans la nuit, des manifestants commençaient déjà à se rassembler devant la maison de M. Safadi à Tripoli, criant "Dégage Safadi!". L'armée s'est massivement déployée.


Dans la journée, hier, les informations indiquaient que Saad Hariri étant toujours déterminé à ne diriger qu’un gouvernement de technocrates, le tandem CPL/Hezbollah s’orientait vers le choix d’autres figures sunnites pouvant inspirer confiance à la rue et à la communauté internationale, ce que l’émissaire français Christophe Farnaud aurait d’ailleurs conseillé à ses interlocuteurs, sans entrer bien entendu dans le jeu des noms. On avait avancé dans ce cadre les noms de deux personnes issues du monde financier, un ancien président et un ancien membre de la commission de contrôle au sein de la Banque du Liban, respectivement Oussama Mekdachi et Walid Alameddine.

À L’Orient-Le Jour, Moustapha Allouche, membre du bureau politique du courant du Futur, avait par ailleurs affirmé jeudi que M. Hariri "refuse de servir de rempart derrière lequel se cacheraient certaines parties" et ne compte donc pas "proposer une personne à sa place pour accéder à la tête du gouvernement". "Il n’est pas question pour lui d’assumer la responsabilité d’un tel choix alors qu’il ne fera pas partie du cabinet", déclarait encore M. Allouche.

Le président Michel Aoun avait, pour sa part, affirmé jeudi que le nouveau gouvernement pourrait être formé "dans les jours à venir", soulignant que les revendications des Libanais, qui manifestent depuis 29 jours pour réclamer, entre autres, la lutte contre la corruption et le départ de la classe politique, feront partie des "premiers objectifs" du futur cabinet. 



Lire aussi
Les mauvais motsl'impression de Fifi Abou Dib

Docteur Michel et Mister Aoun, le commentaire d'Élie Fayad

Après l’interview de Aoun, plus de retour en arrière

Le discours du président, une provocation, voire une insulte à la rue

L’émissaire français plaide pour « un gouvernement crédible »


Dans le bras de fer qui oppose depuis sa démission le 29 octobre Saad Hariri au tandem CPL/Hezbollah autour de la nature et de la composition de la nouvelle équipe ministérielle, c’est finalement ce dernier qui a gagné. Le prochain gouvernement devrait être techno-politique et avoir à sa tête l’ancien ministre Mohammad Safadi, proche certes des...

commentaires (25)

Faut plus chercher à comprendre... nos responsables, très âgés et plus jeunes, ont une boussole qui ne pointe plus que dans une seule direction: EUX !!! Le reste du pays et son peuple, ils ne savent même plus qu'il existe... Irène Saïd

Irene Said

14 h 50, le 15 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (25)

  • Faut plus chercher à comprendre... nos responsables, très âgés et plus jeunes, ont une boussole qui ne pointe plus que dans une seule direction: EUX !!! Le reste du pays et son peuple, ils ne savent même plus qu'il existe... Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 50, le 15 novembre 2019

  • L'illusion est que cette solution safadi-techno-polichinels amènera la paix sociale et ouvrira les portes d'un avenir meilleur. Ceci est faux. Cette solution amènera une paralysiendu citoyen, un retour au poivoir des loups politiques en fonnant l'impression que les technos ont faillis, et donnera l'argument final au serviteurs de l'iran d'imposer leurs volonté de façon finale. Le oresident et ses clowns se sont fait jouer et le peuple se fait massacrer. Que Dieu soit avec Saoura qui a uni tout les libanais. LES VRAIS LIBANAIS.

    Wlek Sanferlou

    13 h 37, le 15 novembre 2019

  • et donc, le pere( de tous ), son fils (gendre) adore, et le .... esprit hezbollahi ont fini par l'emporter sur son futur a mr hariri.

    gaby sioufi

    12 h 16, le 15 novembre 2019

  • Éclairez nos lanternes S.V.P. Des rumeurs circulent sur cette nomination de M. Safadi et que la personne concernée n’est pas au courant de sa nomination et se trouve à Londres pour une longue période de convalesce suite à une opération chirurgicale grave à la tête. Est-ce vrai? Si oui pourquoi choisir on une personne impotente physiquement et intellectuellement si ce n’est pas pour faire le job à sa place? Peut on nommer une personne à la tête du gouvernement alors qu'elle se trouve à l’étranger et en plus malade?

    Sissi zayyat

    11 h 42, le 15 novembre 2019

  • Le pire dans une rêve-illusion c'est quand on commence à confondre suicide collectif et hara-kiri. On est au Liban et pas au Japon.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 12, le 15 novembre 2019

  • Mr Bassil , puisqu'il faut se rendre a l'evidence que apres vos rendez vous ultra secrets mais diffuses par la suite par vos soins avec HN ont degage un accord pour un premier ministre, vous pensez etre un faiseur de roi Mr Bassil vous etes certainement trop jeune mais VOTRE AMBITION VOUS AVEUGLE et vous ne comprenez rien au Liban et au Libanais d'aujourdh'ui Votre politique avant le 17 Octobre etait de " ramener leurs droits aux Chretiens ", spolies par Taef. Le peuple vous dit que depuis le 17 octobre , il ne veut plus de clans religieux mais une patrie formee de tous ses composants unis sous le drapeau Libanais VOUS NE L'AVEZ TOUJOURS PAS COMPRIS Le peuple vous dit qu'il ne veut pas d'accords entre les parties en catiminie avant de nommer un premier ministre et vous vous obstine a le faire VOUS DIRIGEZ LE PAYS PUISQUE VOTRE BEAU OPERE SEMBLE N'AVOIR PLUS LA FORCE DE LE FAIRE ET VOUS L'AVEZ AMENE AU BORD DU GOUFFRE ET VOUS VENEZ DE LUI DIRE DE SAUTER les revendications des Libanais, qui manifestent depuis 29 jours pour réclamer, entre autres, la lutte contre la corruption et le départ de la classe politique, feront partie des "premiers objectifs" du futur cabinet. CETTE PHRASE DE LA PRESIDENCE EST L'INSULTE SUPREME AUX LIBANAIS: LE GOUVERNEMENT FORME DE POLITICIENS C'EST LE DEPART DE LA CLASSE POLITIQUE PARCEQU'ON METTRA DES NOMS BIDONS PEU POPULAIRE AU LIEU DES TENORS Vous continuez a nous prendre pour des moutons ca suffit

    LA VERITE

    10 h 34, le 15 novembre 2019

  • "le futur, le CPL et Amal d'entendent..." mais selon mes modestes connaissances de la constitution n'est-ce pas pas tous les deputes qui doivent nommer chacun a son tour, un premier ministre, et celui qui a la majorite des voix est nommé? ou est-ce que je me trompe??

    Le Herisson

    10 h 21, le 15 novembre 2019

  • Toutes les personnalités policies et technocrates doivent refuser catégoriquement de faire partie de ce gouvernement. Ce sera tout à leur honneur et leurs fautes seront pardonnées À vous de jouer. Sortez le Liban de cette impasse en refusant les postes et déclarez- le ouvertement aux médias et au peuple. Merci d’avance.

    Sissi zayyat

    10 h 21, le 15 novembre 2019

  • C’est quoi le plan de ce président? Réaliser les vœux d’Iran? C’est quand même flagrant juste après la menace de guerre civile par si chef, le pseudo président décide de passer à une provocation de plus pour pousser le pays vers l’inconnu ou le très connu but de l’Iran? A t-il encore le droit de représenter le peuple libanais et de porter le titre de président de la république puisqu’il agit en dictateur écervelé? Héééé! Où sont les lois qui protègent les citoyens d’un aliène qui veut brûler son pays. Utilisons-les de toute urgence.

    Sissi zayyat

    10 h 16, le 15 novembre 2019

  • 24 ministres, pas un de moins pour mieux nous tondre, fabuleux programme !

    TrucMuche

    10 h 16, le 15 novembre 2019

  • Les commentaires fusent sur les affaires de Mr Safadi sur les ventes d’armes sur les locations de Zeytouna Bay. Etc. Ils essayent d’avoir le peuple à l’usure, et en utilisant des méthodes d’intimidation de mafieux. Voir articles sur les violences policières. No pasaran

    Bashir Karim

    09 h 21, le 15 novembre 2019

  • Aoun et le Hezbollah continuent a creuser leur propre tombe....hallucinant !

    HABIBI FRANCAIS

    08 h 42, le 15 novembre 2019

  • NON et NON pas de vieux renards, pas de politiciens. La rue, le peuple a dit NON. Qu'il aille en asile avec son cher ami Aoun et le reste de la bande

    Georges Zehil Daniele

    08 h 01, le 15 novembre 2019

  • Ce n’est pas avec l’opportunisme politique , ya daoulet el Rais que l’on construit un état. Dar el fatwa devrait s’opposer à sa nomination .

    LeRougeEtLeNoir

    08 h 01, le 15 novembre 2019

  • HN arrête de t’entêter et sort par la grande porte de l’histoire ! Tu n’imposeras plus rien aux Libanais car nous sommes devenus des zombies qui avons soif de vie meilleure pour nos enfants c’est ou ça ou rien ! Tu veux rééditer le 7 Mai les puissances se feront un plaisir à venir allumer un nouveau front ainsi le plan de changement du Moyen Orient sera exécuté grâce déjà à toi en Syrie et maintenant chez nous

    PHENICIA

    07 h 57, le 15 novembre 2019

  • "Le nouveau gouvernement techno-politique qui, ont indiqué des sources à L'Orient-Le Jour, ne comprend pas de figures dites "provocatrices"". Mais c'est la formule techno-politique qui et, en elle-même provocatrice! Pourquoi - pour une fois - n'a-t-on pas respecté la Constitution? On a commencé par, après moult tractations, former un gouvernement (en se moquant éperdument de la volonté populaire). Ensuite, on choisit un premier ministre qui va avec. Et enfin seulement, on commence les consultations parlementaires qui doivent désigner le dit premier ministre! Il me semble que la logique - et la Constitution - voudraient la démarche inverse. Mais, en démocratie consensuelle libanaise, logique, Constitution, tout comme bien commun, sont des notions qui n'ont plus cours.

    Yves Prevost

    07 h 40, le 15 novembre 2019

  • YES !, SUPER !! yalla encore et encore plus de provocations ! Chauffer encore plus et plus ce peuple pour le pousser à installer les guillotines sur la place publique! La.... cette deuxième erreur de jugement va nous débarrasser de la tutelle iranienne, et puis attention au feux qui se propage... jusqu'à Téhéran !

    Aboumatta

    06 h 23, le 15 novembre 2019

  • People have been demonstrating for one month to finally nominate a politician of he same corrupt elite to lead the next government. Nothing to be gained here. I’d rather see Mr, Hariri return.

    Mireille Kang

    05 h 59, le 15 novembre 2019

  • Sachant qu'il a été choisi car il est faible et se plierai aux volontés du hezb, il doit être embarrassé d'être choisit...

    Wlek Sanferlou

    04 h 30, le 15 novembre 2019

  • ILS N'ONT RIEN COMPRIS LA REVOLUTION RESTERA ET LE PAYS FERA FAILLITTE AVEC TOUTES SES BANQUES QUI VIENNENT D'AILLEURS D'ETRE DECLASSEES PAR LES INSTITUTIONS FINAMCIERES MR SAFADI REFUSEZ UN GOUVERNEMENT MIXTE DE TECHNO-POLITICIENS POUR REPONDRE AUX PEUPLE QUI GARDE LA RUE DEPUIS 30 JOURS M HARRRI EN ACCEPTANT DE COUVRIR CE GOUVERNEMENT VOUS VENEZ DE PERDRE LA TOTALITE DU CREDIT QUE VOUS AVIEZ RECU DU PEUPLE EN DEMISSIONNANT. \VOUS AURIEZ DU TENIR TETE A CES CORROMPUS ET AGENTS DE L'IRAN ADVIENNE QUE POURRA CAR CELA NE PEUT PAS ETRE PIRE QU'AUJOURDH'UI FINANCIEREMENT A MOINS QUE LA GUERRE , PAS CIVILE MAIS PEUPLE CONTRE HEZBALLAH N'ECLATE ET L'ARMEE SE SCINDE EN DEUX COMME EN 1975 PARCEQUE VOUS N'AVEZ PAS EU LE COURAGE D'ALLER JUSQU'AU BOUT. JE REGRETTE DE CONSTATER QUE MONSIEUR VOTRE PERE ETAIT D'UNE AUTRE TREMPE ET AVAIT UN COURAGE IMMENSE ET CELA LUI A COUTE LA VIE MAIS IL A CHASSE LA SYRIE DU LIBAN EN CONSEQUENT

    LA VERITE

    02 h 47, le 15 novembre 2019

  • "Face à la détermination du camp opposé..." Vous n'avez toujours pas compris qu'il n'y a plus de "camp opposé"? Juste vous contre le peuple. Kellon ya3ni kellon, ya3ni toute personne qui soit un "ancien" quelque chose. Ancien ministre, ancien député, gendre toujours, etc...

    Gros Gnon

    02 h 32, le 15 novembre 2019

  • L’option techno politique n’est qu’un masque trompeur et comme prévu il y a quelques heures , la foule n’est pas d’accord. Il y a trois catégories de joueurs dans cette pagaille , les moutons, les loups et les chiens Berger’s. La balance naturelle est rompue quand les moutons deviennent tous des Chiens bergers et c’est à ce moment que les loups se sentent coincés et se déchaînes sur la foule. Mon unique espoir est que l’armée libanaise se joint aux chiens bergers et rétablisse la balance naturelle.

    Christian Tabet

    02 h 14, le 15 novembre 2019

  • Mr Safadi avec tout le respect que je vous dois … n'accepter pas ce poste !!!

    Bery tus

    01 h 42, le 15 novembre 2019

  • D'apres Wikipedia; Le Guardian a annoncé que Safadi était impliqué dans la vente d'armes à Al Yamamah par l'intermédiaire d'une société offshore anonyme, Poséidon [26]. La société aurait été utilisée pour transférer de l'argent à Safadi, qui travaillait alors pour le prince Turki bin Nasser, royal saoudien et officier de l'armée de l'air. Ils ont le culot de nommer un strapontin du camps du 8 Mars. La foule vas se déchaîner. Source: Wikipidia; translation directe:"Controversy The Guardian reported that Safadi involved in Al Yamamah arms deal through an anonymous offshore company, Poseidon.[26] The company was allegedly used to transfer money to Safadi, who was working for Prince Turki bin Nasser, Saudi royal and an air force officer at that time.[26]"

    Christian Tabet

    00 h 01, le 15 novembre 2019

  • FAIBLE PERSONNAGE INCAPACLE DE FORMER UNE EQUIPE DE TECHNOCRATES, DE SE DEBARRASSER DE L,EMPRISE DES DEUX MILICES IRANIENNES ET DE MENER LES REFORMES REQUISES. LA REVOLUTION CONTINUERA !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 00, le 15 novembre 2019