X

Liban

Après l’interview de Aoun, plus de retour en arrière

Crise

Jusqu’à présent, Saad Hariri n’a pas reçu de réponse à sa proposition d’un gouvernement de spécialistes.


Acil TABBARA | OLJ
14/11/2019

S’il était encore possible d’espérer une forme d’accord, près d’un mois après le début du mouvement de contestation, l’interview mardi soir du président Michel Aoun ainsi que la mort d’un jeune protestataire à Khaldé ont bien montré qu’on était entré dans une nouvelle phase.

Le chef de l’État s’est montré totalement déconnecté des revendications des manifestants, provoquant une réaction ulcérée de la rue qui s’est intensifiée tout au long de la journée d’hier. Et il n’a pas pu entendre les milliers de manifestants réclamant son départ, qui voulaient protester devant le palais de Baabda et ont été tenus à distance par l’armée à plusieurs kilomètres du palais.

Quant à la mort du cadre du Parti socialiste progressiste Ala’ Abou Fakhr à Khaldé, tué par « erreur » selon des sources proches de l’armée, elle a galvanisé et surtout uni les foules qui ont rendu un émouvant hommage, du nord au sud du Liban, au « martyr de la révolution » dont les obsèques aujourd’hui à Choueifate devraient drainer une foule importante.


(Lire aussi : Docteur Michel et Mister Aoun)


Impasse politique totale
Sur le plan politique d’abord, c’est l’impasse totale. Le président a clairement affirmé qu’il était contre un gouvernement de technocrates, « qui ne peut pas décider de la politique du pays », et s’est prononcé pour un cabinet formé à moitié d’experts et à moitié de politiques, reprenant ainsi la position du Courant patriotique libre et du Hezbollah. Or le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri ne veut pas en entendre parler, et n’acceptera s’il est désigné « qu’un gouvernement de spécialistes » qui devra s’atteler en premier lieu à résoudre la crise économique, explique une source proche du chef du cabinet sortant.

Cette source souligne que conformément à la Constitution, « c’est le Premier ministre désigné qui doit former le gouvernement, et personne d’autre ». Et d’ajouter : « Jusqu’à présent, Hariri n’a pas reçu de réponse à sa proposition. »

Cette même source dément les informations de médias locaux selon lesquelles le Premier ministre démissionnaire se serait récusé : « On ne peut pas se récuser sans avoir été désigné », explique-t-elle, ajoutant que le Premier ministre n’a « aucun problème » si une autre personnalité est désignée.

Une façon de répondre au message de Baabda, qui aurait sondé d’autres personnalités sunnites pour le poste de Premier ministre ? Selon des sources proches du député de Beyrouth Fouad Makhzoumi, ce dernier a été convoqué après la démission de M. Hariri il y a deux semaines au palais présidentiel, où il a été reçu par le chef du CPL et ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil. M. Makhzoumi lui aurait affirmé qu’il n’avait pas l’intention pour le moment d’accepter une telle proposition.


(Lire aussi : Les mauvais motsl'impression de Fifi Abou Dib)


« Mauvais timing »
« Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la contestation », explique un analyste politique qui a requis l’anonymat, estimant que l’interview du président est intervenue « au mauvais timing ». Le chef de l’État a choisi de donner cette interview le jour de l’arrivée de l’émissaire du président français Emmanuel Macron, venu exhorter à la formation d’un gouvernement. « Le président a barré la route à une solution qui commençait à être étudiée, et a compliqué la situation », ajoute-t-il.

En tout cas, estime cet analyste, « il n’y a plus de retour en arrière possible : on se dirige vers une intensification de la confrontation entre le pouvoir, c’est-à-dire le président soutenu par le Hezbollah, et la rue, à moins que les demandes du mouvement de protestation soient exaucées ».

Dans la rue, les propos du président Aoun – jugés par certains insultants à l’égard du mouvement de protestation – n’ont fait que durcir la contestation. Et les slogans répétés par les manifestants sont désormais directement dirigés contre le chef de l’État, lui demandant de « dégager ». Plus graves encore sont les incidents qui ont entaché les manifestations d’hier, notamment à Jal el-Dib, et qui pourraient indiquer qu’on est désormais entré dans une étape où les manifestations jusque-là pacifiques pourraient tourner à l’aigre.

« Il est clair que le pays tout entier et la révolution sont entrés dans une nouvelle phase après la mort du martyr Ala’ Abou Fakhr », affirme Rami Rayess, responsable de l’information au sein du PSP. « Plus le pouvoir tarde à répondre aux revendications des gens, plus les choses se compliquent et plus le pays est exposé aux dangers sécuritaires. Il est clair que la tension est grande sur toutes les places, et elle ne peut baisser que si le pouvoir répond favorablement aux demandes de la rue, à commencer par fixer immédiatement la date des consultations parlementaires contraignantes pour nommer un Premier ministre qui pourrait avec le président, les autres parties politiques et la société civile former un gouvernement de technocrates pour faire sortir le pays de la crise. Si cela n’est pas pris en considération, il va sans dire que nous allons vers des jours plus difficiles ».



Lire aussi
Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspenduesle décryptage de Scarlett Haddad

Le discours du président, une provocation, voire une insulte à la rue

L’émissaire français plaide pour « un gouvernement crédible »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

LA PEUR DE BASSIL EST QUE HARRIRI SOIT NOMME ET QU'IL "RENVERSE " UNE FOIS DE PLUS LA TABLE ET FAIT ACCEPTER A SON TOUR UN CABINET DE TECHNOCRATES UNIQUEMENT MEME SI IL DOIT ATTENDRE 8 MOIS COMME LES AUTRES L'ONT OBLIGE A FAIRE AVEC LE DERNIER GOUVERNEMENT
D'OU SA RESISTANCE A LE NOMMER SANS GARANTIE ( qui entre nous vaudront autant que la garantie donne par Bassil et Berry de faire nomme un juge presente par les FL )

QUAND UN JEUNOT VEUT FAIRE LE FORT MAIS QU'IL EST BRUSQUEMENT DEMUNI DE PLUS DE 75% DES CHRETIENS ( ET 100% DES SUNNITES QUI L'ONT ELU A bATROUN ), Il SE RACCROCHE A UN FIL CAD A SA MILICE ET LA MILICE DE SON ALLIE POUR FAIRE PEUR PAR LA MENACE ET LA FORCE SANS SE RENDRE COMPTE QUE CELA SE RETOURNERA CONTRE LUI EN FIN DE COMPTE

Antoine Sabbagha

Pour une fois les responsables pour sauver le pays devront opter sans trop discuter pour un gouvernement de technocrates l'Histoire ne pardonne pas .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COMPLETEMENT DECONNECTE DES REALITES, IL A ALLUME LA MECHE DE LA REVOLUTION !

Marie Claude

ON NE VEUT AUCUN PARTI POLITIQUE dans le SIT-IN..
C est le base du SIT-IN ,faire disparaître tous ces partis corrompus ici.

DONC,personne de ces gens-la doit parler pour nous,Libanais!? ....PSP ou autres.

Honneur et Patrie

"Conformément à la constitution, c'est le Premier ministre désigné qui doit former le gouvernement, et personne d'autre". Surtout pas le ministre des Affaires étrangères...
Quant à la mort du héros Ala' Abou Fakhr "Mort pour le Liban" c'est une tragédie irréparable qui pourrait arriver à chacun de nous au cours d'une révolte. A mon humble avis, c'est une méprise, une confusion à cause de l'atmosphère ambiante. Cela arrive dans toutes les armées et les forces de l'ordre de tous les pays du monde. Allah Yerhamou.

Yves Prevost

On ne peut qu'approuver à 100% les propos de Rami Rayess.
Ceux qu empêchent la nomination d'un premier ministre et donc la formation d'un gouvernement de spécialistes porteront la responsabilité de tout ce qui va suivre.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah de plus en plus convaincu d’un complot dirigé contre lui

Un peu plus de Médéa AZOURI

Frères et sœurs d’armes

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants