Rechercher
Rechercher

Liban

Gouvernement : le Hezbollah "craint d'être écarté du pouvoir"

Lors de ses dernières prises de parole, le leader du parti chiite avait balayé l'idée d'un cabinet exclusivement formé de technocrates, réclamé par la rue.

Des manifestants libanias regardant sur grand écran une allocution du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, le 25 octobre 2019 à Zouk Mosbeh. AFP / JOSEPH EID

Le député Alain Aoun, membre du Courant patriotique libre, a déclaré dimanche, cité par l'AFP, que la formation du gouvernement était retardée par "les préoccupations du Hezbollah, qui craint d'être écarté du pouvoir, et les conditions du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri, qui refuse de diriger un gouvernement qui ne soit pas formé exclusivement de technocrates".

Lors de ses dernières prises de parole, le leader du parti chiite avait balayé l'idée d'un cabinet exclusivement formé de technocrates, réclamé par la rue. Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, doit prononcer cet après-midi un discours très attendu alors que les tractations politiques qui se sont poursuivies ce week-end continuent d'achopper sur la forme du prochain gouvernement.

Sous la pression de la rue, révoltée contre la classe dirigeante accusée de corruption et de mauvaise gestion, le gouvernement de Saad Hariri avait démissionné le 29 octobre. Mais depuis, la situation n'a pas évolué, le chef de l’État Michel Aoun n'ayant pas encore lancé les consultations parlementaires contraignantes pour la nomination d'un futur président du Conseil. La présidence évoque pour justifier ces atermoiements "la situation exceptionnelle" du pays et poursuit ses contacts afin de trouver la forme que devrait prendre le futur cabinet.

Dimanche, le ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, proche conseiller politique du président du Parlement et leader du mouvement Amal, Nabih Berry, avait appelé à "accélérer les tractations" permettant la formation d'un futur gouvernement "qui rétablirait la confiance des Libanais dans la politique et l'économie". Plusieurs dignitaires religieux ont également réclamé la formation rapide d'un gouvernement.

Dans le cadre de ces tractations, M. Hariri avait reçu samedi soir à sa résidence de la Maison du centre M. Hassan Khalil, ainsi que le bras droit de Hassan Nasrallah, Hussein Khalil. Selon la chaîne locale LBCI, cet entretien qui a duré une heure et demie, n'a pas fait bouger les choses.

Mardi, un émissaire du président français, Emmanuel Macron, Christophe Farnaud, directeur d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient au Quai d’Orsay, arrivera à Beyrouth où il doit faire part aux responsables de la "profonde préoccupation de la France" au sujet de la détérioration de la situation dans le pays, soulignant la nécessité de former rapidement un nouveau gouvernement, a-t-on appris de sources politiques informées.

La Banque mondiale avait estimé mercredi que "l’étape la plus urgente" pour le Liban était "la formation rapide d’un gouvernement correspondant aux attentes de tous les Libanais". En cas d’impasse persistante, la moitié de la population pourrait sombrer dans la pauvreté et le chômage "augmenterait fortement", a averti la BM, à l’issue d’une rencontre d’une délégation avec le président Michel Aoun. Selon elle, environ un tiers des Libanais vit déjà sous le seuil de pauvreté.

Vendredi, le directeur régional pour le Moyen-Orient de la Banque mondiale, Saroj Kumar Jha, a enfoncé le clou affirmant dans un entretien accordé à Associated Press que les pertes accumulées par l’économie libanaise depuis le début des manifestations contre le pouvoir étaient "énormes" et que l’organisation estimait que le PIB du pays devrait se contracter de 1 % en 2019, contre – 0,2 % dans son rapport publié en octobre. Selon lui, cela reviendrait à des pertes estimées "entre 600 millions et 700 millions de dollars par jour pour l’économie entre pertes quantifiables et non quantifiables".



Lire aussi

Pompeo dit vouloir "soutenir" les manifestants libanais, Geagea lui répond que "le peuple n'a besoin d'aucune aide"

Ode à la casserolel'éditorial de Issa GORAIEB

Al Chaabou youridUn peu plus de Médéa AZOURI

Défendre la révolutionEn toute liberté de Fady NOUN



Le député Alain Aoun, membre du Courant patriotique libre, a déclaré dimanche, cité par l'AFP, que la formation du gouvernement était retardée par "les préoccupations du Hezbollah, qui craint d'être écarté du pouvoir, et les conditions du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri, qui refuse de diriger un gouvernement qui ne soit pas formé exclusivement de technocrates"....

commentaires (16)

Gouvernement : le Hezbollah "craint d'être écarté du pouvoir" Haram, ils me fendent le coeur :(

Gros Gnon

19 h 23, le 11 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • Gouvernement : le Hezbollah "craint d'être écarté du pouvoir" Haram, ils me fendent le coeur :(

    Gros Gnon

    19 h 23, le 11 novembre 2019

  • La levée de l'immunité doit concerner TOUS les ministres mais aussi TOUS les députés depuis 1992 ! Et TOUS leurs familles et associés en affaires doivent être investigués pour enrichissement personnel, prise d'intérêts et de participations dans des affaires, etc.. etc...

    JiJii

    16 h 35, le 11 novembre 2019

  • Le blocage de la formation du gouvernement est motivé par l'exécution des ordres pour l'intérêt d'une seule personne (Gebran Bassil) et d'une formation politique (Hezbollah). Entre temps, un grand responsable prône l'amnistie aux assassins de soldats libanais dans leur sommeil. Tuer un voleur de poules est une chose mais assassiner un soldat de la vaillante armée libanaise dans son sommeil en est une autre.

    Honneur et Patrie

    14 h 27, le 11 novembre 2019

  • La présidence évoque pour justifier ces atermoiements "la situation exceptionnelle" du pays et poursuit ses contacts afin de trouver la forme que devrait prendre le futur cabinet. LE ROLE DU PRESIDENT EST DE FAIRE LES CONSULTATIONS OBLIGATOIRES IMMEIATEMENT ET NE PAS SE MELER DE FAIRE DES COMBINES POUR CONNAITRE QUE SERA LE PROCHAIN CABINET C'EST LE ROLE DU PREMIER MINISTRE DESIGNE DE FAIRE SON MINISTERE ET AU PRESIDENT DE L'APPROUVER S'IL GAGNE LA CONFIANCE DES PARLEMENTAIRES IL EST OFFICIEL SINON, ON RECOMMENCE LES CONSULTATIONS POURQUOI AVOIR PERDU 2 A 3 SEMAINES POUR FAIRE QUELQUE CHOSE EN FAIT D'ILLEGAL??? Selon lui, cela reviendrait à des pertes estimées "entre 600 millions et 700 millions de dollars par jour pour l’économie entre pertes quantifiables et non quantifiables". AUCUN PROBLEME: C'EST CELA EN MOINS DANS LA POCHE DES VOLEURS ET LEURS DEMISSIONS RAPORTERA DES MILLIARDS A L'ETAT APRES CELA

    LA VERITE

    14 h 14, le 11 novembre 2019

  • HARIRI DEVRAIT CONSTITUER SON CABINET DE TECHNOCRATES INDEPENDANTS ET L,ANNONCER AU PEUPLE. QUE CEUX QUI S,Y OPPOSENT LE DECLARENT DEVANT LE PEUPLE ET SE NOMMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 46, le 11 novembre 2019

  • L'intelligence des fusées hezbiotes empêche les libanais du sud de la dahié et jbeil de joindre complètement l'éveil du peuple. Quand on réduit le peuple à une milice qui ne sert que les directives iraniennes pour exécuter les intentions israeliennes d'effriter les pays arabes en groupuscules voués simplement à la mort, on n'a pas le droit de donner des leçons au peuple en révolte. Il est temps que nos frères et sœurs de ces régions brisent leurs chaînes!.

    Wlek Sanferlou

    12 h 20, le 11 novembre 2019

  • LA MAINMISE CRAINT LA CRISE ET NE VEUT PAS LACHER PRISE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 02, le 11 novembre 2019

  • On peut insulter le Hezbollah ou le diaboliser autant qu'on le veut, ce parti a une base populaire gigantesque et est un poids lourd de la vie politique libanaise. Un gouvernement sans Hezbollah veut dire manifestations massives et là on verra que les "révolutionnaires" étaient en fait minoritaires, même si leurs revendications sont tout à fait légitimes et sincères.

    Zorkot Mohamed

    11 h 03, le 11 novembre 2019

  • Après tout, s'il doit faire une fleur à ses ennemis et à leurs représentants locaux, c'est au hezb libanais de la résistance d'en donner les grandes lignes. En aucune façon faut croire qu'on pourra lui forcer la main .

    FRIK-A-FRAK

    10 h 36, le 11 novembre 2019

  • H N a peur de finir comme Mussolini.

    HABIBI FRANCAIS

    10 h 35, le 11 novembre 2019

  • Lisez dans les fables de la Fontaine " les animaux malades de la peste " . Sauf que le baudet " hezb libanais de la résistance " n'est pas un baudet CHEZ LUI. NE PROFITONS PAS DU CALME DE LA RÉSISTANCE LIBANAISE DU HEZB. IL A LES MOYENS POLITICO-MILITAIRES DE FAIRE MAL A SES ENNEMIS ET SES SBIRES LOCAUX. SES ENNEMIS LE SAVENT. LES SBIRES AUSSI.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 08, le 11 novembre 2019

  • Le pouvoir et le gouvernement sont censés représenter le Liban et aucun autre pays. Pourquoi ce parti d'obédience 100% iranienne, le Hezbollah, financé et armé par Téhéran pour accomplir ses projets au Proche Orient, continue-t-il à insister pour participer au gouvernement libanais ? Il prend prétexte pour cela de sa soi-disant "résistance à Israël", ainsi que le nombre de représentants de sa communauté etc., etc. ? Une question: qu'y-a-t-il de vraiment libanais dans ses actions sur le territoire et pour le peuple libanais ? Puisqu'il se dit mieux que les "autres", pourquoi ne veut-il pas comprendre que s'il était un parti 100% libanais, agissant 100% pour le Liban, (la religion n'est pas importante) on l'accepterait plus facilement et avec espoir ? Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 23, le 11 novembre 2019

  • "Hassan Nasrallah craint d'être écarté du pouvoir", selon un député CPL. Une déclaration plus absurde que ça n'existe pas. Selon ce député, le Hezbollah semble n'avoir aucun technocrate dans ses rangs. Est-ce vrai ? Le Hezbollah serait-il une armée composée de bidasses (2ème-classe) sans officiers ?

    Honneur et Patrie

    08 h 52, le 11 novembre 2019

  • Si le Hezbollah craint d'être écarté du pouvoir, c'est à juste titre. Puisque l'on doit former un gouvernement d'où seront exclus TOUS les partis libanais, comment a fortiori pourrait-on y inclure un parti qui N'EST PAS LIBANAIS?

    Yves Prevost

    06 h 27, le 11 novembre 2019

  • H N sourd et aveugle ...le peuple veut un gouvernement de technocrates .

    HABIBI FRANCAIS

    03 h 03, le 11 novembre 2019

  • LE BLOCAGE COMME D,HABITUDE VIENT DU HEZBOLLAH ET D,AMAL DES DEUX MILICES IRANIENNES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 10, le 11 novembre 2019