X

La Dernière

Al Chaabou yourid

Un peu plus
09/11/2019

Les étudiants sont devant le ministère de l’Éducation, les citoyens se regroupent aux portes d’EDL (Électricité du Liban) et des institutions publiques, les femmes allument des bougies, les habitants de Nabatiyé défient les menaces, Tripoli se bat pour ne plus avoir faim, les manifestants scandent les mêmes slogans depuis 25 jours, les Libanais affluent tous les jours devant le Palais de justice ; les campagnes sont on ne peut plus claires, les pancartes racontent avec humour les doléances du peuple… Et vous, vous demandez encore ce que nous réclamons. Un enfant de trois ans l’a compris et vous, vous êtes toujours dans un déni absolu, agrippés à vos foutus fauteuils. Parce que vous savez intrinsèquement que votre carrière politique est foutue. Que vous risquez fort probablement des poursuites et des condamnations. Que vos comptes bancaires vont être rendus publics. Que vous êtes finis. Et vous vous demandez encore « Que veut le peuple ? » en rageant parce que ce peuple ne vous enverra pas d’émissaire. Une fois de plus, vous nous prenez pour des imbéciles, et ça, ça ne marche plus.

Les Libanais veulent vivre décemment. Désirent que l’on respecte leurs droits les plus fondamentaux. Ils exigent d’avoir de l’électricité 24 heures sur 24 et ne pas être la proie des mafias des moteurs. Ils veulent de l’eau courante et de l’eau potable non polluées. Ils veulent vivre dans un environnement sain. Ne pas slalomer entre les poubelles. Ne plus contracter des maladies chroniques. Nager dans une mer propre et y accéder gratuitement. Et la condamnation de tous les responsables de ces catastrophes écologiques. Ils veulent avoir accès aux soins sans crever devant les portes des hôpitaux faute de « wasta ». Ils veulent un enseignement scolaire et universitaire accessible à tous. Ils veulent pouvoir parler au téléphone sans avoir à payer des factures hors de prix. Ils veulent le minimum. Le minimum.

Que veut le peuple ? Il veut un État civil/laïc sans plus aucune ségrégation confessionnelle et demander des comptes à tous ceux qui incitent et propagent racisme et sexisme. Il veut la libération de tous les activistes et que s’arrêtent toutes les mesures d’intimidation et les violences perpétrées sur les gens qui s’opposent à vous. Il veut une justice juste.

« Al Chaabou yourid » (le peuple veut) votre démission à tous et il n’a pas peur d’un vide constitutionnel. On l’a déjà vécu. Il veut un autre président, d’autres députés, un autre président de la Chambre, un gouvernement de technocrates indépendant de l’establishment politique avec 50 % de femmes ministres et la disparition de toutes les milices. Il veut un suffrage universel direct, une nouvelle loi électorale, avec le droit de vote à 18 ans, et des élections le plus rapidement possible. Il veut pouvoir voter dans la circonscription où tout un chacun habite et pas là où « msajjal noufousson ». Il ne veut plus voir de système féodal.

Il veut la disparition de la corruption et surtout le retour des fonds publics volés. Il veut l’abolition des pots-de-vin, l’arrêt de projets inutiles, et il veut que vous arrêtiez de sucer le sang de son pays. Il veut l’égalité des sexes, le respect des droits des femmes. Leur respect tout court. Il veut la dépénalisation de l’homosexualité. Il veut l’institution du mariage civil et la disparition de la mainmise de tous les clergés. Il ne veut plus voir ses étudiants au chômage et de ne plus laisser émigrer ses enfants faute d’avenir. Il ne veut plus être séparé de ceux qu’il aime parce qu’il n’a plus le choix. Il ne veut plus d’une vie aussi chère. Ni de devoir tout payer en double. Il ne veut plus payer d’impôts sans rien recevoir en retour. Il veut le minimum.

Et il continuera cette révolution quitte à en baver par la suite. Il continuera à manifester, à se regrouper, à crier à tue-tête pour votre départ, à chanter et danser pour que le Liban renaisse. Il ne s’épuisera pas, même si vous pensez que vous l’aurez à l’usure. Que cette révolution, initiée par des individus assoiffés de liberté, s’organise jour après jour, à coups d’initiatives collectives ou privées. Que cette révolution continuera ad vitae aeternam tant que vous serez cramponnés au pouvoir. Que vous persistez à demeurer au pouvoir. Il veut que vous dégagiez une bonne fois pour toutes pour retrouver le Liban tel qu’il devrait être. « Kelkon, yaani kelkon ».

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Anne Da Costa



BRAVO ! EN AVANT ! NE LÂCHEZ RIEN , CHAAB VAILLANT AU COURAGE IMMENSE !
Ces mots de vérité , de fierté , d'exigence de dignité évidente , mettent les larmes aux yeux ... de reconnaissance et d'espoir de voir enfin le grand coup de pied joyeux qui renversera les tables , les deux fauteuils et le vase de Gaby Nasr aussi !
Que la Force soit avec toi , magnifique Peuple Libanais dans ta juste lutte !
Une expat très émue ...

Homsy Christian

C’est pourtant simple et limpide. Nous voulons une nation!

Marie-Hélène

Oui oui c’est cela , le minimum . Le peuple persiste et signe!

Gebran Eid

OUI OUI OUI C'EST BIEN ÇA QUE LE PEUPLE VEUT....BRAVO ET COURAGE

Expat heureux

Le peuple révolté finira par déloger les sangsues ..

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants