Liban

Les dignitaires religieux libanais réclament la formation rapide d'un gouvernement

"Aujourd'hui, nous nous trouvons devant une opération de renouvellement du pouvoir", a déclaré Mgr Raï.

Le patriarche maronite Béchara Raï, le président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan et le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Elias Audi. Photo d'archives OLJ et Ani

Plusieurs dignitaires religieux ont joint dimanche leurs voix à celles des contestataires, mobilisés par milliers pour le 25e jour de la révolte populaire contre la classe dirigeante, pour exhorter les autorités à former le plus rapidement possible un gouvernement "qui réponde aux attentes et espoirs" du peuple. La crise gouvernementale pèse toujours sur la situation économique et financière du pays. 

"Aujourd'hui, au Liban, nous nous trouvons devant une opération de renouvellement du pouvoir et des administrations", a déclaré le patriarche maronite Béchara Raï lors de son homélie hebdomadaire, appelant notamment au "renouvellement des institutions constitutionnelles et de l'administration publique". Cette opération est, selon lui, nécessaire en raison de la corruption profonde des administrations du pays, qui a "mené le pays au bord de l'effondrement". "Nous appelons dans ce cadre le président Aoun à lancer les consultations parlementaires et à nommer le plus rapidement possible un Premier ministre, qui devra, lui, se dépêcher de former le cabinet que réclament notre peuple et notre jeunesse", a souligné le dignitaire maronite. "Le pays ne peut plus supporter un seul jour de retard supplémentaire", a-t-il insisté. Le patriarche maronite a estimé que le mouvement de contestation, entré dimanche dans sa 25e journée, "est une révolution civilisée et constructive qui ne réclame que l'établissement d'un Etat libanais qui oeuvre pour le peuple". Il a encore reproché à certains partis et responsables "de ne pas écouter la jeunesse et de ne se préoccuper que de leurs propres intérêts financiers et politiques".



(Lire aussi : Pompeo dit vouloir "soutenir" les manifestants libanais, Geagea lui répond que "le peuple n'a besoin d'aucune aide")



De son côté, le président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan, a estimé que "le régime confessionnel basé sur les privilèges et le clientélisme politique a largement contribué à affaiblir et faire échouer l’État de droit et des institutions". Ce système a "mis fin aux ambitions des Libanais et les a affamés", a-t-il accusé. Il a dans ce contexte souligné son appui aux "revendications du mouvement populaire à vivre dignement et nettoyer l’État de tous les voleurs de fonds publics". Le cheikh chiite a encore appelé à la formation "d'un gouvernement de salut national, capable de répondre aux espoirs et attentes des Libanais". Il a exprimé l'espoir que le futur cabinet "aura la confiance" du peuple et pourra mettre rapidement en œuvre des réformes radicales, comme celles prévues dans la feuille de route du gouvernement précédent. "Nous réclamons du Parlement qu'il adopte une nouvelle loi électorale proportionnelle, selon laquelle le Liban ne serait qu'une circonscription administrative unique", a-t-il ajouté. 

Le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Elias Audi, a reproché aux responsables de ne pas "écouter le peuple qui crie". "Le peuple crie, est-ce que quelqu'un l'entend", s'est-il interrogé. "Les rêves des Libanais ont été volés", a-t-il déclaré, estimant que l'autorité du peuple devrait être plus forte que n'importe quelle autre autorité et zaîm. "Les responsables ne peuvent plus ignorer les citoyens", a encore insisté Mgr Audi. 

Samedi, le mufti de la République libanaise, Abdel Latif Deriane, proche du Premier ministre sortant Saad Hariri, avait plaidé en faveur d'un gouvernement de "spécialistes" alors que les tractations politiques sont en cours pour définir les contours du prochain cabinet. "Les Libanais se mobilisent pour leur droit à la dignité, et les jeunes ont exprimé leur attachement à la justice, l'équité, la coexistence, la fraternité, la modération, le dialogue et la solidarité", a déclaré le mufti Deriane dans une allocution à l'occasion de la fête de la Naissance du prophète, insistant sur l'importance de bâtir un Etat. "Il est grand temps de répondre aux revendications du peuple, d'entamer le travail de réformes et de former un gouvernement de salut sans tarder, formé de spécialistes, et de mettre en œuvre la feuille de route économique du Premier ministre Saad Hariri", a-t-il conclu.

Le mouvement de contestation, qui a débuté le 17 octobre, a mobilisé des centaines de milliers de Libanais toutes communautés confondues au cours des dernières semaines et a réussi à pousser le cabinet de Saad Hariri à démissionner. La formation d’un nouveau gouvernement se fait toutefois attendre.



Lire aussi 

Ode à la casserolel'éditorial de Issa GORAIEB

Al Chaabou youridUn peu plus de Médéa AZOURI

Défendre la révolutionEn toute liberté de Fady NOUN



Plusieurs dignitaires religieux ont joint dimanche leurs voix à celles des contestataires, mobilisés par milliers pour le 25e jour de la révolte populaire contre la classe dirigeante, pour exhorter les...

commentaires (10)

Pitié épargnez-nous vos commentaires qui arrivent toujours trop tard. Occupez-vous plutôt des gens qui n’ont plus à manger et qui n’arrivent pas à payer leur mariage ni leur divorce ni la scolarité de leurs enfants. Restez en dehors de la politique et tout ira pour le mieux. À force de culpabiliser vos Zouaves de ne pas suffisamment aimer leur dieu que vous en avez fait des brebis parfois galeuses et des moutons de pâturage pour vous engrosser avec une fois sacrifier. A voir vos agissements depuis des siècles on en arrive à être agnostique. Les milliards que vous recevez vont où? Aux pauvres, au nécessiteux ou aussi dans vos poches et celles de vos proches?

Sissi zayyat

16 h 33, le 11 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Pitié épargnez-nous vos commentaires qui arrivent toujours trop tard. Occupez-vous plutôt des gens qui n’ont plus à manger et qui n’arrivent pas à payer leur mariage ni leur divorce ni la scolarité de leurs enfants. Restez en dehors de la politique et tout ira pour le mieux. À force de culpabiliser vos Zouaves de ne pas suffisamment aimer leur dieu que vous en avez fait des brebis parfois galeuses et des moutons de pâturage pour vous engrosser avec une fois sacrifier. A voir vos agissements depuis des siècles on en arrive à être agnostique. Les milliards que vous recevez vont où? Aux pauvres, au nécessiteux ou aussi dans vos poches et celles de vos proches?

    Sissi zayyat

    16 h 33, le 11 novembre 2019

  • Oui mais des fois malgré eux

    Bery tus

    06 h 33, le 11 novembre 2019

  • QUI SAIT PEUT ÊTRE AOUN N'EST PLUS À BAABDA ! IL S'EST PEUT RETIRER EN FRANCE OU EN IRAN QUI SAIT. LA PREUVE QU'IL RÉPOND PAS À L'APPEL.

    Gebran Eid

    03 h 23, le 11 novembre 2019

  • De la soutane à la barbe, les religieux ont de tout temps cautionné les dirigeants au pouvoir. De tout temps.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 09, le 10 novembre 2019

  • Un gouvernement sera formé quand HN et l'Iran l'auront décidé. Rappelez vous l'élection présidentielle ou la formation du gouvernement. des semaines , voire des mois

    FAKHOURI

    20 h 09, le 10 novembre 2019

  • SI VOUS LISEZ ATTENTIVEMENT LEURS DECLARATIONS CHACUN JOUE SUR LES MOTS ET EN PARLANT PARFOIS DE MEME CHOSE CHACUN L,ENTEND A SA FACON.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 15, le 10 novembre 2019

  • Je pense que ce serait une bonne chose que le patriarche force les portes de Baabda et somme le président de nommer un premier ministre dans les 24 heures et annonce la comportait du nouveau gouvernement le lendemain.

    Yves Prevost

    18 h 14, le 10 novembre 2019

  • "Les dignitaires religieux libanais réclament la formation rapide d'un gouvernement". Le peuple libanais tout entier aussi. Mais voilà bientôt deux semaines que, à Baabda, on fait la sourde oreille. Le pays peut s'écrouler, on continue à prendre son temps, à discutailler,à prendre l'avis des uns et des autres, et à attendre l'incroyable miracle qui ferait que tous tombent soudainement d'accord.

    Yves Prevost

    18 h 11, le 10 novembre 2019

  • Bon, ces très chers et respectables dignitaires religieux, mis à part vivre confortablement dans leurs résidences à l'abri de tout besoin et soucis quotidiens, et célébrer une messe chaque dimanche...sans oublier les prêches dans les mosquées, que font-ils de concret pour aider leurs ouailles, dont beaucoup sont dans une misère noire ? Pensent-ils sérieusement que leurs "réclamations" arriveront jusqu'aux oreilles de nos soi-disant "responsables politiques" ? Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 38, le 10 novembre 2019

  • Les gens de robe s'y mettent ! C'est bien, c'est mal ? Je ne sais, ils ont participé à leur façon au marasme législatif, économique et moral de la situation du Liban. Faut-il les croire sincères dans leur démarche ? Dubitatif et franchement sceptique !

    TrucMuche

    17 h 36, le 10 novembre 2019