Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Nasrallah : Le prochain gouvernement doit être celui du regain de la confiance du peuple

"Un coup d'Etat politique" pour mener le pays au chaos a été évité, selon le secrétaire général du Hezbollah.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un discours vendredi 1er novembre 2019. AFP

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé vendredi que le prochain gouvernement "doit être celui du regain de la confiance du peuple", après la démission du gouvernement de Saad Hariri sous la pression inédite de la rue qui conteste le pouvoir en place depuis plus de deux semaines, estimant sur ce plan qu'"un coup d'Etat pour mener le pays au chaos a été évité".

"Le nouveau gouvernement devra écouter les revendications légitimes des manifestants et faire un programme sur cette base. Le nouveau gouvernement devra avoir comme premier objectif de regagner la confiance entre le pouvoir et le peuple libanais", a affirmé Hassan Nasrallah, dans un discours télévisé retransmis en direct, insistant sur la nécessité de "raccourcir au maximum la période de gestion des affaires courantes".

Les propos du leader chiite interviennent au lendemain d'un discours du chef de l'Etat, Michel Aoun, qui s'est dit en faveur de ministres choisis pour leurs "compétences" et "non en fonction de leur affiliation politique".


(Lire aussi : Ni politique ni technocrate, l'option du gouvernement « techno-politique » a le vent en poupe)



"Un gouvernement réellement souverain"
Hassan Nasrallah a également appelé à la formation d'un gouvernement "réellement souverain, sans que certains aient à frapper à la porte des ambassades". "Si nous exerçons notre souveraineté et agissons dans l'intérêt du Liban, nous avons les compétences et les capacités pour sortir de l'impasse économique du pays", a estimé le chef du Hezbollah, dénonçant l'action des Etats-Unis "qui empêchent le Liban de sortir de cette situation". 

"Les ministres devront être ministres à plein temps, et faire preuve de transparence, de sincérité et de courage", a-t-il ajouté, dénonçant le double discours de certains responsables politiques. "Toutes les composantes du gouvernement ont expliqué qu'ils partageaient les revendications exprimées. Alors pourquoi les choses n'ont pas été faites ?", s'est interrogé Hassan Nasrallah, appelant à un dialogue "avec l'ensemble des forces politiques et les manifestants sincères". 

Le Premier ministre sortant a annoncé mardi la démission de son gouvernement, à la surprise du président Aoun et du Hezbollah, affirmant vouloir créer un "choc positif" et répondre favorablement aux demandes des manifestants qui réclament le départ de la classe dirigeante. Des sources proches de Saad Hariri ont affirmé ces deux derniers jours que ce dernier serait prêt à assumer une nouvelle fois les responsabilités de chef du gouvernement. 



(Lire aussi : Qui sont les jeunes hommes qui ont déferlé, mardi, sur le centre-ville de Beyrouth ?)



"Eviter l'effondrement du pays"
Le secrétaire général du Hezbollah s'est attardé dans son discours sur la démission de Saad Hariri. "Nous étions contre la démission du gouvernement mais le Premier ministre a pris sa décision et il doit avoir ses raisons, je ne veux pas débattre de cela", a-t-il dit. "Notre préoccupation était d'éviter le vide au pays, souhaité par certaines forces. Certains manifestants ont appelé à la chute du gouvernement, du président de la République et de celui du Parlement, en clair, de toutes les institutions. Le Hezbollah a pris ses responsabilités pour éviter l'effondrement du pays", a ajouté le leader du parti chiite.

"Certains au Liban et à l'étranger n'ont cessé de décrire le gouvernement sortant comme celui du Hezbollah. Ce n'était pas le cas, ni aujourd'hui, ni les années précédentes, a déclaré Hassan Nasrallah. Lorsque nous avons dit que nous étions contre la chute du gouvernement, ce n'est pas parce qu'il était celui du Hezbollah, mais pour l'intérêt du pays".

Et de poursuivre : "Nous estimions que nous devons répondre aux vrais manifestants, pas à ceux qui ont pris la vague. Nous voulions faire approuver des lois sur le recouvrement des fonds volés, contre la corruption, sur l'amnistie générale. C'était le sursaut que nous souhaitions". "Maintenant que le gouvernement a démissionné, le plan de réformes économiques est gelé, toutes les autres lois sur les fonds volés, la corruption ou l'amnistie générale le sont également", a-t-il ajouté.

Il s'agit du troisième discours du chef du Hezbollah en deux semaines. Lors de sa précédente allocution, le 25 octobre, le leader chiite avait estimé que "la contestation n'est plus un mouvement populaire spontané", prévenant que "le vide mènera au chaos et à l’effondrement". Il s'était ainsi prononcé contre la chute du gouvernement Hariri, contre la chute du mandat du président Aoun et contre des élections législatives anticipées.



(Lire aussi : Une réunion Hezbollah-Hariri, à la veille de la démission du Premier ministre, racontée par Reuters)



"Un coup d'Etat politique a été évité"
Le chef du Hezbollah a ensuite commenté le mouvement de contestation. "Pendant les deux semaines du début de la contestation et des manifestations, les Libanais ont réussi à ne pas tomber dans le piège de l'affrontement interne, comme le souhaitaient certains", a déclaré le leader du parti chiite, estimant qu'"un coup d'Etat politique pour mener le pays au chaos a été évité", saluant ceux qui ont "sincèrement manifesté".

"Les routes ont été coupées pendant deux semaines, et les citoyens pris à partie", a souligné Hassan Nasrallah, saluant la "responsabilité" et le "contrôle des Libanais" et des partis politiques qui ont appelé à la retenue et estimant que "la majorité des gens n'étaient pas dans la rue". "Nous soutenons les objectifs du mouvement de contestation", a-t-il cependant ajouté, saluant un "mouvement trans-communautaire sur lequel il faut bâtir".

Le mouvement de révolte, lancé le 17 octobre après la proposition d'imposition d'une taxe sur les appels via messagerie instantanée, rapidement retirée, a également touché les régions chiites du pays. Dans des villes comme Nabatiyé et Tyr, fiefs du Hezbollah et du mouvement Amal, les manifestants sont descendus par milliers dans la rue pour protester contre le système en place malgré les attaques, souvent armées, de militants de ces partis. Mais le mouvement de contestation a ensuite été circonscrit.

Par ailleurs, le chef du Hezbollah est revenu sur le drone israélien visé par la résistance jeudi. "L'objectif est de nettoyer le ciel libanais des violations israéliennes. La résistance continuera à faire face à l'ennemi", a-t-il affirmé. "Nous ne sommes pas inquiets pour la Résistance. Nous sommes très forts".



Lire aussi

Triste bilan pour Michel Aoun à mi-parcours

Infiltrée par les « fake news », la révolution contre-attaque

Les odieux du stade, le billet de Gaby NASR

Comment les manifestations pro-Hariri se greffent sur le soulèvement populaire


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé vendredi que le prochain gouvernement "doit être celui du regain de la confiance du peuple", après la démission du gouvernement de Saad Hariri sous la pression inédite de la rue qui conteste le pouvoir en place depuis plus de deux semaines, estimant sur ce plan qu'"un coup d'Etat pour mener le pays au chaos a été...

commentaires (20)

Ce n'est pas le culte d'une personne, qu'elle soit chrétienne/maronite, sunnite, chiite, druze ou laïque qui va sauver le Liban de la situation catastrophique actuelle. Aujourd'hui, sur la chaine OTV, une personne âgée disait, avec une ferveur touchante à propos du président Michel Aoun: "...que Dieu lui accorde encore beaucoup d'années de vie...en prenant sur le nombre des miennes...!..." En entendant de telles paroles, aussi sincères soient-elles, ajoutées à d'autres concernant certains "leaders", on comprend sur qui ces leaders bâtissent leur pouvoir, uniquement leur pouvoir personnel, sans résultats tangibles pour notre pays, et cela depuis des années. Irène Saïd

Irene Said

15 h 15, le 02 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • Ce n'est pas le culte d'une personne, qu'elle soit chrétienne/maronite, sunnite, chiite, druze ou laïque qui va sauver le Liban de la situation catastrophique actuelle. Aujourd'hui, sur la chaine OTV, une personne âgée disait, avec une ferveur touchante à propos du président Michel Aoun: "...que Dieu lui accorde encore beaucoup d'années de vie...en prenant sur le nombre des miennes...!..." En entendant de telles paroles, aussi sincères soient-elles, ajoutées à d'autres concernant certains "leaders", on comprend sur qui ces leaders bâtissent leur pouvoir, uniquement leur pouvoir personnel, sans résultats tangibles pour notre pays, et cela depuis des années. Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 15, le 02 novembre 2019

  • nasrallah va bientot etre sacre - ou se consacrer lui-meme ST GEORGES , tjrs pret a combattre un dragon qui nous menace

    Gaby SIOUFI

    14 h 00, le 02 novembre 2019

  • H N depasse par les evenements est le roi du retropedalage...contre les manifs,puis pour,a nouveau contre et enfin pour aux dernieres nouvelles... vraiment pathetique! Il se moque du monde lorsqu il dit deplorer que les reformes soient restees dans les tiroirs...pourquoi n a t il pas utilise les armes de la resistance pour faire pression et que soient votees les reformes?

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 17, le 02 novembre 2019

  • ya sayyed plusieurs lecture sur un meme evenement nous ne sommes pas habituer a cela !!

    Bery tus

    00 h 47, le 02 novembre 2019

  • Un petit retournement de veste, assez flagrant il faut dire, mais dans le bon sens, c est plutôt positif...

    JOANNA SAKR

    22 h 28, le 01 novembre 2019

  • Content de t'avoir grand résistant. Merci de nous avoir sorti, pacifiquement de cette embrouille.

    FRIK-A-FRAK

    22 h 07, le 01 novembre 2019

  • je suppose que Mr Nasrallah faisait partie des manifestants de la rue?J.P

    Petmezakis Jacqueline

    20 h 15, le 01 novembre 2019

  • Il est grand temps de changer le discours politique loin des menaces et le Liban seul doit être le plus fort .

    Antoine Sabbagha

    19 h 54, le 01 novembre 2019

  • TOUS LES PROBLEMES DU PAYS, ECONOMIQUES, FINANCIERS ET EXISTENTIELS VIENNENT DE LA PRESENCE DES DEUX MILICES IRANIENNES SUR LE SOL NATIONAL.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    19 h 37, le 01 novembre 2019

  • Un gouvernement qui donne confiance au peuple autrement dit un gouvernement sans participation du Hezbollah ou assimilés. Le gouvernement sortant n'est pas celui du Hezbollah ? Il me semble que Nasrallah n'est pas très fort en arithmétique. Si on additionne les ministres du Hezbollah et de ses vassaux, on arrive à un minimum de 17 sur 30 il me semble bien que ça fait la majorité. Enfin si la manifestation n'est pas tombée dans le piège de la violence, ce n'est pas grâce au Hezbollah qui a envoyé ses chemises noires saccager le centre ville.

    Yves Prevost

    19 h 32, le 01 novembre 2019

  • Si on lui laisse encore un peu de temps il va finir par nous faire croire que grâce à lui et à ses voyous on a une armée, un gouvernement honnête et une économie florissante. Et à grâce à tous les autres partis on est a l’abri de toute division populaire. Il a tout fait HN pour torpiller cette révolution et non pas coup d’etat et il vient dire à ces mêmes libanais que grâce à lui on a échappé au pire? C’est comme l’histoire de sa résistance quand on pense bien. QUEL (Z) héros

    Sissi zayyat

    18 h 49, le 01 novembre 2019

  • Avant on l’appelait "éminence". Maintenant il faudra ajouter "docteur", car plus on l’entend, plus on se dit: "celui-là, il a certainement dû prêter le Serment d’Hypocrite "...

    Gros Gnon

    18 h 19, le 01 novembre 2019

  • HN continue à nous faire prendre une vache pour un taureau, un taureau pour un boeuf, et un boeuf pour une chèvre Il n'a jamais rien fait pour aider Saad Hariri Et aujourd'hui il demande un gouvernement souverain alors qu'il a tout fait , avec la complicité de M.Aoun, d'empêcher Saad Hariri de construire une stratégie pour résoudre les nombreux problèmes de notre pays Comment peut il concevoir un gouvernement souverain avec sa milice fortement armée, qu'il envoie combattre dans tous les pays arabes sur ordre de l'Iran ! Comment peut il concevoir un gouvernement souverain avec tous les missiles camouflés au milieu de la population civile ? Cet homme est un désastre pour notre petit pays

    FAKHOURI

    18 h 18, le 01 novembre 2019

  • Tous ces responsables, avec ou sans turban noir, barbus ou pas, qui nous submergent de leurs discours depuis la démission de Saad Hariri...où étaient-ils avant ? Qu'ont-ils tenté de faire pour arrêter la catastrophe actuelle qui s'annonçait par des centaines de fermetures de sociétés, commerces et la misère de plus en plus visible d'une partie de la population, même dans les régions qu'ils "contrôlent" ? N'avaient-ils pas tous plusieurs ministres dans le gouvernement appartenant à leurs partis: Hezbollah, Amal, CPL, Forces Libanaises etc. ? Brusquement, ces preux chevaliers de l'honnêteté et du dévouement envers le Liban clament haut et fort leur désir sincère de sauver ce malheureux pays...mais à une condition: que ce soit AVEC EUX sinon pas de salut ! Irène Saïd

    Irene Said

    18 h 00, le 01 novembre 2019

  • a l,evidence, HN ne sait plus rien trouver de convainquant. tt com son compagnon de route et papa !

    Gaby SIOUFI

    17 h 54, le 01 novembre 2019

  • "Toutes les composantes du gouvernement ont expliqué qu'ils partageaient les revendications exprimées. Alors pourquoi les choses n'ont pas été faites ?" Ou il vit sur une autre planète, ou il nous prends pour des blaireaux. Quand à sa bande de voyous et de barbares, lâchée dans la rue pour agresser les manifestants, en a t il parlé?

    Citoyen

    17 h 49, le 01 novembre 2019

  • ET ET bien entendu lui & son patron wali fakih n'ont rien a y foutre. EUX ont la confiance absolue du peuple. lequel reste secondaire.

    Gaby SIOUFI

    17 h 44, le 01 novembre 2019

  • Un gouvernement souverain ... quelle bonne idée alors sans l'Iran non plus et lui range ses sbires et ses armes en rentrant dans le giron de l'état !!! en est-il capable avec son calendrier Syro-Iranien j'en doute, lui a son calendrier au dessus de la loi de l'état et de la souveraineté... s'ils pouvaient tous se taire ça nous ferai des vacances.

    Zeidan

    17 h 41, le 01 novembre 2019

  • REVENDICATIONS LEGITIMES DES MANIFESTANTS NE COLLE PAS SAYED HN AVEC COUP D,ETAT PRODUIT DE VOTRE IMAGINATION OU EXCUSE DE VOTRE POLITIQUE. A VOUS ENTENDRE SURTOUT SUR LES BIENFAITS DE VOTRE RESISTANCE POUR LE PAYS COMME ENUMERES PAR VOUS L,ON DIRAIT QUE VOUS ETES UN ARCHANGE QUI DIRIGE UNE LEGION D,ANGES GARDIENS. LE PEUPLE LIBANAIS VOUS CONNAIT ET CONNAIT LES EXACTIONS COMMISES ET LA MAINMISE PAR LA PRESSION PSYCHOLOGIQUE DES ARMES SUR LES GOUVERNANTS DU PAYS ET SUR LE PAYS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    17 h 36, le 01 novembre 2019

  • Bon, cest bien, merci pour la leçon de morale et de civisme. Passons maintenant aux choses urgentes qui nous intéressent.

    Wlek Sanferlou

    17 h 21, le 01 novembre 2019

Retour en haut