X

À La Une

Après la démission de Hariri, trois scénarios possibles

Liban

Le président Michel Aoun, tenu constitutionnellement d’accepter cette démission, doit entamer des consultations parlementaires contraignantes.

A.T. | OLJ
29/10/2019

Trois scénarios sont désormais possibles après la démission, mardi, du Premier ministre Saad Hariri, selon des sources politiques. Le chef du gouvernement, qui menaçait depuis plusieurs jours de démissionner sous la pression de la rue, se heurtait notamment au refus du Hezbollah qui a clairement fait savoir ce refus.

Après une très brève allocution, Saad Hariri s’est immédiatement rendu au palais de Baabda pour remettre sa démission au président Michel Aoun, qui est tenu constitutionnellement de l’accepter, selon ces sources, et doit entamer des consultations parlementaires contraignantes. A l’issue de ces consultations, le chef de l’État peut à nouveau charger M. Hariri de former un gouvernement, qui pourrait être un cabinet d’experts ou de personnalités neutres dont la probité est reconnue, ce que signifierait que le chef de l’État et surtout ses alliés du Hezbollah et du reste du camp du 8 Mars sont sensibles à la pression de la rue.

Un autre scénario serait au contraire celui de la confrontation avec le soulèvement populaire : une personnalité sunnite alignée sur le camp du 8 Mars serait chargée de former le gouvernement et on irait vers une répression du mouvement pacifique, selon la même source. Des analystes politiques soulignent que le Hezbollah a donné un avant-goût des mesures qu’il pourrait prendre en attaquant mardi matin les manifestants au niveau de la voie express du Ring et dans le centre-ville.

Quant au troisième scénario, ce serait qu’aucun nouveau gouvernement ne soit formé et que M. Hariri continue d’expédier les affaires courantes, d’après ces sources politiques.


Lire aussi
La révolution à un tournant décisif
, l’édito de Émilie SUEUR

Du début du soulèvement à la démission de Hariri : retour sur 13 jours de révolte inédite au Liban

Le bloc aouniste fragilisé après la double démission de Roukoz et Frem

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

personne ne pense que si un premier ministre qui plait au
peuple est chosi qu'il n'aura pas la confiance des deputes et que dans la pratique rien ne sera resolu

il faut s'appreter a recommencer le 17 octobre tres bientot

FAKHOURI

Un seul scénario : HN, Berry, Aoun prennent leur retraite et que tous ces politiques malhonnêtes et corrompus quittent l'assemblée.
un rêve !
Mission impossible !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI DOIT FORMER LE NOUVEAU GOUVERNEMENT DE TECHNOCRATES POUR APPLIQUER SES REFORMES. VIVE HARIRI !

Honneur et Patrie

Tant que nous sommes encore en démocratie libérale, laïque et républicaine, je me permets de donner mon avis : Je souhaiterais un nouveau gouvernement formé par Saad Hariri, un cabinet d'experts, de techniciens et de personnalités 100% neutres et 100% intègres.
Adieu aux combines et aux combinards. Vive la République. Vive le Liban libre et indépendant.

C- F- Commentaires @ Interprétations

""D'experts totalement indépendants"", mais le gouverneur de la banque nationale a la réputation d'un expert totalement indépendant depuis des décennies. Mieux vaut expédier les affaires courantes, ça arrive dans beaucoup de démocraties..

C- F- Commentaires @ Interprétations

...""Quant au troisième scénario, ce serait qu’aucun nouveau gouvernement ne soit formé et que M. Hariri continue d’expédier les affaires courantes, d’après ces sources politiques.""

Que Saad Hariri soit chargé ou non de la formation d’un nouveau gouvernement, avec ou sans ministres d’experts, indépendants ou neutres, ne change rien à la situation. On est en face d’une crise ouverte, et mieux vaut expédier les affaires courantes...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Mission accomplie pour Hassane Diab, mais tout reste encore à faire

Commentaire de Anthony SAMRANI

Chirac-Macron : forces et limites d’une comparaison

Coup de gueule de Maya GHANDOUR HERT

Au secours, un ministère génétiquement modifié !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants