Rechercher
Rechercher

Liban

Après la démission de Hariri, trois scénarios possibles

Le président Michel Aoun, tenu constitutionnellement d’accepter cette démission, doit entamer des consultations parlementaires contraignantes.

Des protestataires suivant à la télévision l'allocution du Premier ministre Saad Hariri, mardi 29 octobre 2019, à Saïda, au Liban-Sud. REUTERS/Ali Hashisho

Trois scénarios sont désormais possibles après la démission, mardi, du Premier ministre Saad Hariri, selon des sources politiques. Le chef du gouvernement, qui menaçait depuis plusieurs jours de démissionner sous la pression de la rue, se heurtait notamment au refus du Hezbollah qui a clairement fait savoir ce refus.

Après une très brève allocution, Saad Hariri s’est immédiatement rendu au palais de Baabda pour remettre sa démission au président Michel Aoun, qui est tenu constitutionnellement de l’accepter, selon ces sources, et doit entamer des consultations parlementaires contraignantes. A l’issue de ces consultations, le chef de l’État peut à nouveau charger M. Hariri de former un gouvernement, qui pourrait être un cabinet d’experts ou de personnalités neutres dont la probité est reconnue, ce que signifierait que le chef de l’État et surtout ses alliés du Hezbollah et du reste du camp du 8 Mars sont sensibles à la pression de la rue.

Un autre scénario serait au contraire celui de la confrontation avec le soulèvement populaire : une personnalité sunnite alignée sur le camp du 8 Mars serait chargée de former le gouvernement et on irait vers une répression du mouvement pacifique, selon la même source. Des analystes politiques soulignent que le Hezbollah a donné un avant-goût des mesures qu’il pourrait prendre en attaquant mardi matin les manifestants au niveau de la voie express du Ring et dans le centre-ville.

Quant au troisième scénario, ce serait qu’aucun nouveau gouvernement ne soit formé et que M. Hariri continue d’expédier les affaires courantes, d’après ces sources politiques.


Lire aussi
La révolution à un tournant décisif
, l’édito de Émilie SUEUR

Du début du soulèvement à la démission de Hariri : retour sur 13 jours de révolte inédite au Liban

Le bloc aouniste fragilisé après la double démission de Roukoz et Frem


Trois scénarios sont désormais possibles après la démission, mardi, du Premier ministre Saad Hariri, selon des sources politiques. Le chef du gouvernement, qui menaçait depuis plusieurs jours de démissionner sous la pression de la rue, se heurtait...

commentaires (6)

personne ne pense que si un premier ministre qui plait au peuple est chosi qu'il n'aura pas la confiance des deputes et que dans la pratique rien ne sera resolu il faut s'appreter a recommencer le 17 octobre tres bientot

LA VERITE

17 h 56, le 30 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • personne ne pense que si un premier ministre qui plait au peuple est chosi qu'il n'aura pas la confiance des deputes et que dans la pratique rien ne sera resolu il faut s'appreter a recommencer le 17 octobre tres bientot

    LA VERITE

    17 h 56, le 30 octobre 2019

  • Un seul scénario : HN, Berry, Aoun prennent leur retraite et que tous ces politiques malhonnêtes et corrompus quittent l'assemblée. un rêve ! Mission impossible !

    FAKHOURI

    20 h 54, le 29 octobre 2019

  • HARIRI DOIT FORMER LE NOUVEAU GOUVERNEMENT DE TECHNOCRATES POUR APPLIQUER SES REFORMES. VIVE HARIRI !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 11, le 29 octobre 2019

  • Tant que nous sommes encore en démocratie libérale, laïque et républicaine, je me permets de donner mon avis : Je souhaiterais un nouveau gouvernement formé par Saad Hariri, un cabinet d'experts, de techniciens et de personnalités 100% neutres et 100% intègres. Adieu aux combines et aux combinards. Vive la République. Vive le Liban libre et indépendant.

    Honneur et Patrie

    18 h 51, le 29 octobre 2019

  • ""D'experts totalement indépendants"", mais le gouverneur de la banque nationale a la réputation d'un expert totalement indépendant depuis des décennies. Mieux vaut expédier les affaires courantes, ça arrive dans beaucoup de démocraties..

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    18 h 01, le 29 octobre 2019

  • ...""Quant au troisième scénario, ce serait qu’aucun nouveau gouvernement ne soit formé et que M. Hariri continue d’expédier les affaires courantes, d’après ces sources politiques."" Que Saad Hariri soit chargé ou non de la formation d’un nouveau gouvernement, avec ou sans ministres d’experts, indépendants ou neutres, ne change rien à la situation. On est en face d’une crise ouverte, et mieux vaut expédier les affaires courantes...

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    17 h 58, le 29 octobre 2019