X

À La Une

Les supplétifs syriens, fantassins de l'offensive turque en Syrie

Conflit

C'est sous la bannière de l'Armée nationale syrienne (ANS), nouvelle structure qui a remplacé l'Armée syrienne libre (ASL) et relevant officiellement du "gouvernement" en exil de l'opposition syrienne basée en Turquie, que les combattants syriens participent à l'offensive lancée mercredi pour déloger les YPG d'une vaste bande de territoires dans le nord-est de la Syrie.

OLJ/Ezzedine SAID/AFP
12/10/2019

A la pointe de la lutte contre le régime au début de la révolte en Syrie avant de dépérir, rongée par les divisions et l'indiscipline, l'ancienne "Armée syrienne libre", reprise en main par la Turquie, lui sert d'infanterie dans son offensive contre les forces kurdes.

Les factions qui composaient cette coalition hétéroclite avaient commencé à perdre du terrain dès 2012 avec l'émergence de groupes jihadistes et faute de soutien, notamment financier. Après avoir quasiment disparu du paysage pendant plusieurs années, l'Armée syrienne libre (ASL), dont certaines factions sont d'inspiration islamiste mais estampillées "modérées", refait parler d'elle en participant en août 2016, aux côtés de l'armée turque, à la première offensive d'Ankara dans le nord de la Syrie qui avait notamment permis d'expulser les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) de Jarablous. Elle a ensuite participé en janvier 2018 à une deuxième offensive turque dans le nord de la Syrie pour déloger la milice kurde des YPG de la poche d'Afrine. 

Mais les scènes montrant des membres de l'ASL posant avec le corps mutilé d'une combattante kurde près d'Afrine ou se livrant à des pillages dans la ville après sa prise n'ont rien fait pour arranger son image de soldatesque indisciplinée. C'est sous la bannière de l'Armée nationale syrienne (ANS), nouvelle structure qui a remplacé l'ASL et relevant officiellement du "gouvernement" en exil de l'opposition syrienne basée en Turquie, que les combattants syriens participent à l'offensive lancée mercredi pour déloger les YPG d'une vaste bande de territoires dans le nord-est de la Syrie.

Considérées comme "terroriste" par Ankara en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), les YPG sont en revanche soutenues par les Occidentaux car elles leur ont servi de fer de lance dans la lutte contre l'EI. 



(Lire aussi : Offensive turque : Washington souffle le chaud et le froid)



"Rôle crucial"
"L'Armée nationale syrienne est la composante indigène de l'opération turque. C'est une importante force d'infanterie pour l'offensive", souligne Emre Kursat Kaya, expert au centre de réflexion Edam à Istanbul. "Ce groupe est essentiellement composé de combattants arabes sunnites et de Turkmènes qui sont originaires de ces régions" dans le nord de la Syrie, ajoute-t-il. "Leur présence dans l'opération constitue une précieuse source de renseignement".

Début octobre, l'ANS a gonflé ses rangs pour disposer, au moins théoriquement, de quelque 80.000 hommes, en fusionnant avec le Front national de libération, une coalition de groupes armés actifs notamment dans la région d'Idleb.
Les membres de l'ANS sont équipés, entraînés et rémunérés par la Turquie. "14.000 membres de l'ANS ont été mobilisés pour participer à l'opération. Ce chiffre peut évoluer à la hausse ou à la baisse en fonction du déroulement de la bataille", affirme à l'AFP le porte-parole de l'ANS, le major Youssef Hammoud. Selon lui, "un grand nombre" de ces combattants est originaire de localités dans le nord-est de la Syrie d'où Ankara cherche à déloger les YPG, comme Tal Abyad et Ras-Aïn. "Ces soldats avaient été chassés de leurs villes et villages quand les YPG ont pris le contrôle de ces territoires".



(Lire aussi : À la frontière syro-turque, les Kurdes contraints de fuir)



Charles Lister, analyste au Middle East Institute, estime que la Turquie a déployé "environ 1.000 combattants" depuis le début de l'offensive, sur les axes de Tal Abyad et Ras al-Aïn. "L'ANS semble pour le moment opérer sous l'étroit contrôle de l'armée turque et Ankara s'en sert comme une force de premier plan. Donc leur rôle semble crucial pour le moment", décrypte-t-il. 

M. Kaya, l'analyste d'Edam, estime que les abus commis par des combattants syriens lors de l'opération d'Afrine ne devraient pas se reproduire lors de l'actuelle offensive. "Il ne faut pas oublier que les commandos turcs sur le terrain vont superviser l'offensive et réagir à tout abus", souligne-t-il.

Dans un communiqué publié samedi, "l'état-major" de l'ANS a ordonné à tous ses commandants de "superviser en permanence les combattants sur le front pour empêcher toute violation ou abus". Il a affirmé que les auteurs d'éventuels abus "s'exposeront aux sanctions les plus sévères et seront traduits devant la justice pour désobéissance militaire". "L'objectif de cette bataille est d'expulser les gangs terroristes du PKK de nos terres, loin de toute volonté de vengeance", a assuré le commandement de l'ANS.



Lire aussi

Le syndrome kurde, l'édito de Issa GORAIEB

Offensive turque en Syrie : des gains potentiels, mais aussi des risques pour Ankara

La revanche turquele commentaire d'Anthony SAMRANI

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NE VOUS TROMPEZ PAS. ERDO L,OTTOMAN N,OSE PAS ENVOYER DES SYRIENS COMBATTRE LES SYRIENS. SES ACCESSOIRES DANS L,INVASION DE LA SYRIE CONTRE LES KURDES SONT TOUS DES TURKMANS.

ON DIT QUOI ?

Et voilà comment on essaye de rendre sexy une bande de terroriste recyclée.

Bon soyons sérieux, le pays de l'usurpation qui abandonne les kurdes qu'il a pousser dans les bras du clown américain on en pense quoi ?

Ils restent exemplaires ou pas ?

La chose étrange il peut pleuvoir des boulets brûlants sur la terre, jamais rien ne les concernera. Ils sont intouchables . Lol...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants