Rechercher
Rechercher

Iran

Le général Souleimani raconte sa guerre israélo-libanaise de 2006

Le haut commandant des gardiens de la révolution raconte comment, pris sous des bombardements israéliens sur la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, il évacue, avec Imad Moghniyé, Hassan Nasrallah de la "chambre d'opérations" où il se trouve.

Le général de division iranien Ghassem Soleimani, haut commandant des Gardiens de la Révolution, lors d'un entretien télévisé pour la chaîne IRIB, le 1er octobre 2019. Photo AFP / HO / IRIB

La télévision d'Etat iranienne a diffusé mardi soir un entretien exclusif avec le général de division Kassem Souleimani, un haut commandant des gardiens de la révolution, consacré à sa présence au Liban lors du conflit israélo-libanais de l'été 2006.

L'entretien est présenté comme la première interview du général Souleimani, homme de l'ombre à la tête de la force Qods, chargée des opérations extérieures -notamment en Irak et en Syrie- des gardiens, l'armée idéologique de la République islamique.

Au cours des quelque 90 minutes d'entretien diffusées sur la première chaîne de la télévision d'Etat, le général Souleimani explique avoir passé au Liban, avec le Hezbollah, l'essentiel de ce conflit ayant duré 34 jours. Le général dit être entré au pays du Cèdre au tout début de la guerre à partir de la Syrie avec Imad Moghniyé, haut commandant militaire du Hezbollah (tué en 2008) considéré par le mouvement chiite comme l'artisan de la "victoire" contre Israël lors de ce conflit ayant fait 1.200 morts côté libanais et 160 côté israélien. Il revient sur l'élément déclencheur de la guerre: l'attaque, le 12 juillet, d'un commando du Hezbollah parvenu "à entrer en Palestine occupée (Israël, NDLR), attaquer un (blindé) sioniste et capturer deux soldats blessés".


(Lire aussi : Derrière la diffusion de la photo de Nasrallah, une polémique inutile selon le Hezbollah)



Mis à part une courte mission au bout "d'une semaine" pour rendre compte de la situation au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, et revenir au Liban le jour-même avec un message de sa part pour Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, le général dit être resté au Liban pour aider ses compagnons d'armes chiites. Dans l'entretien, l'officier ne mentionne pas la présence d'autres Iraniens. Il livre le récit d'une expérience avant tout personnelle, au contact de Moghniyé et de Nasrallah. Il raconte comment, pris sous des bombardements israéliens sur la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, il évacue, avec Moghniyé, le cheikh Nasrallah de la "chambre d'opérations" où il se trouve. Selon son récit, lui et Moghniyé font passer le chef du Hezbollah cette nuit-là d'abri en cachette avant de revenir tous deux à leur centre de commandement.

La publication de l'interview, réalisée par le bureau de l'ayatollah Khamenei, survient quelques jours après la publication, par ce même bureau, d'une photo inédite montrant Hassan Nasrallah "au-côté" de M. Khamenei et du général Souleimani et accréditant l'idée d'une rencontre récente entre les trois hommes à Téhéran.


Lire aussi

Bassil: "En tant que gouvernement, nous n'approuvons pas les propos de Nasrallah sur l'Iran"

Détruire Israël est "un but à portée de main", selon le chef des pasdaran

Nasrallah : En cas de guerre avec l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats seront détruits


La télévision d'Etat iranienne a diffusé mardi soir un entretien exclusif avec le général de division Kassem Souleimani, un haut commandant des gardiens de la révolution, consacré à sa présence au Liban lors du conflit israélo-libanais de l'été 2006.

L'entretien est présenté comme la première interview du général Souleimani, homme de l'ombre à la tête de la force...

commentaires (9)

Vous savez les voyous , ils ont besoin d'avoir en face d'eux des encore plus voyous qu'eux . Seul le fer ou le feu en laser peut couper du fer !

FRIK-A-FRAK

14 h 57, le 02 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Vous savez les voyous , ils ont besoin d'avoir en face d'eux des encore plus voyous qu'eux . Seul le fer ou le feu en laser peut couper du fer !

    FRIK-A-FRAK

    14 h 57, le 02 octobre 2019

  • Certains ne comprennet pas le concept de democratie et de souverainete et prefere s'entetter a dire que ce criminel est le bienvenue chez nous. En nous repetant a longueur de journee que sans ces gens la nous serons en train de parler hebreux. sauf qu'ils nous repete ce message en perse et se croient libres. reveillez vous bon sang! Des voyous ne sont pas capable de construire une nation ou un etat digne. Bien fait pour Moghniyyeh

    Thawra-LB

    14 h 09, le 02 octobre 2019

  • VOYONS SI NOS GRANDS RESPONSABLES REPONDRONT A CES CONFIRMATIONS QU,UN GENERAL PERSE MENAIT LA GUERRE A PARTIR DU LIBAN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 24, le 02 octobre 2019

  • Pourquoi l’appelle-t-on le conflit "Israelo-Libanais" alors qu’il s’agit clairement du conflit "Israelo-Iranien"?

    Gros Gnon

    08 h 23, le 02 octobre 2019

  • Nous savions bien qui était le véritable commandant en chef du Hezbollah. Merci de le confirmer.

    Yves Prevost

    07 h 14, le 02 octobre 2019

  • Un récit historique d'une épopée héroïque. À consigner dans des livres d'Histoire pour les générations à venir. Les générations de LA VICTOIRE SUR L'USURPATION ET LES CRIMES D'ÉTAT.

    FRIK-A-FRAK

    00 h 50, le 02 octobre 2019

  • Y aurait-il de l'eau dans le gaz entre Soleimani et Nasrallah? certains indices portent à le croire : publication d'une photo "compromettante" et confidences peu valorisantes pour Nasrallah sur la manière dont il a été exfiltré de la chambre des opérations en 2006. Affaire à suivre.

    Marionet

    23 h 29, le 01 octobre 2019

  • Le général dit être entré au pays du Cèdre au tout début de la guerre à partir de la Syrie avec Imad Moughnieh, haut commandant militaire du Hezbollah (tué en 2008) considéré par le mouvement chiite comme l'artisan de la "victoire" contre Israël lors de ce conflit ayant fait 1.200 morts côté libanais et 160 côté israélien. Il revient sur l'élément déclencheur de la guerre: l'attaque, le 12 juillet, d'un commando du Hezbollah parvenu "à entrer en Palestine occupée (Israël, NDLR), attaquer un (blindé) sioniste et capturer deux soldats blessés". ESPERONS QUE NOUS N'AURONS PAS D'AUTRES VICTOIRES (DIVINES ) DE LA SORTE A CAUSE D'UNE ATTAQUE DE HB SUR ISRAEL QUI A FAIT 1200 MORTS LIBANAIS CONTRE 160 ISRAELIENS ET UNE DEMOLITION ENORME DES INFRASTUCTURES AU LIBAN DEUX SOLDATS BLESSES? OU MORT FAUTES DE SOINS? OU ACHEVES BRUTALEMENT? PUISQUE HB A REMIS DEUX CADAVRES AUX ISRAELIENS, parfois il vaut mieux se taire

    LA VERITE

    23 h 12, le 01 octobre 2019

  • On a des rambos made in persia parmi nous. Ya latif el soudaf!

    Wlek Sanferlou

    23 h 07, le 01 octobre 2019