Liban

La soirée d'ouverture de Beirut Pride 2019 "suspendue jusqu'à nouvel ordre"

Une annonce faite par l'organisation après que l'ancien mufti de la République Mohammad Rachid Kabbani ait accusé les organisateurs de l'événement d'enfreindre "les bonnes mœurs".

Un jeune homme brandit un drapeau arc en ciel, symbole de la fierté LGBT, orné d’un cèdre lors d'un rassemblement anti-homophobie, à Beyrouth, le 30 avril 2013. Photo AFP/Joseph Eid

L'organisation Beirut Pride a annoncé mercredi que la soirée d'ouverture de la semaine consacrée à la sensibilisation et la défense des droits de la communauté LGBT, qui devait avoir lieu le 28 septembre à The Palace (centre Aresco, Hamra), à Beyrouth, a été suspendue "jusqu’à nouvel ordre". Cette annonce intervient peu de temps après l'appel de l'ancien mufti de la République libanaise, Mohammad Rachid Kabbani, aux responsables d'annuler les activités prévues par Beirut Pride, accusant les organisateurs de cet événement d'enfreindre "les bonnes mœurs".

"Dès l'annonce de la soirée d'ouverture de Beyrouth Pride 2019 à The Palace, des institutions religieuses ont demandé l'annulation du concert, en le liant à la promotion du mariage entre personnes du même sexe et en l'associant à la débauche et à l'immoralité. Les autorités chargées de la sécurité ont pris contact avec l'administration de The Palace et plusieurs parties ont publié des déclarations menaçant d'avoir recours à la violence contre le théâtre et les participants au concert", a dénoncé l'organisation Beirut pride sur sa page Facebook, affirmant que la direction de The Palace avait reçu des menaces anonymes. "Sous la pression de la rue, la direction de The Palace n’est pas en mesure de produire le concert de samedi prochain. Nous remercions les interprètes et The Palace pour leur persévérance. La soirée d'ouverture de Beirut Pride 2019 est suspendue jusqu'à nouvel ordre", ajoute Beirut Pride.


(Pour mémoire : La Beirut Pride annulée après l'arrestation, quelques heures durant, de son coordinateur)


L'ancien mufti de la République libanaise Mohammad Rachid Kabbani avait appelé plus tôt dans la journée les responsables à annuler les activités prévues à Beyrouth par l'organisation Beirut Pride dans le cadre de sa semaine consacrée à la défense des droits de la communauté LGBT, accusant les organisateurs de cet événement d'enfreindre "les bonnes mœurs".  

Le mufti Kabbani, connu pour ses prises de position conservatrices vis-à-vis notamment du mariage civil, avait publié un communiqué dans lequel il demandait : "Qui est responsable de la protection de la sécurité des bonnes mœurs au Liban ?", appelant cette partie à "assumer ses responsabilités et poursuivre les perturbateurs des bonnes mœurs". "Nous espérons que les responsables libanais empêcheront et arrêteront immédiatement les célébrations prévues pour défendre les soi-disant droits des homosexuels et leurs revendications pour obtenir le mariage homosexuel au Liban", avait-il ajouté. Dans son réquisitoire, le cheikh Kabbani avait  notamment fait référence à la ville de Sodome qui, dans les textes de l'Ancien Testament, est "détruite par la colère divine" en raison des nombreux pêchés de ses habitants, un récit qu'il qualifie de "fait historique connu".


Pour mémoire

Beyrouth se met aux couleurs de la Gay Pride

A Beyrouth, un salon de beauté refuge pour la communauté gay

"Plus jamais seuls", une campagne "positive" pour "briser l'isolement" des LGBT au Moyen-Orient

Un drag queen show haut en couleur pour clôturer la Beirut Pride

En privé, la communauté gay libanaise clôture la première gay pride du monde arabe

Et c’est là que Joseph s’est rendu compte qu’il venait de faire son coming out à l’État...


L'organisation Beirut Pride a annoncé mercredi que la soirée d'ouverture de la semaine consacrée à la sensibilisation et la défense des droits de la communauté LGBT, qui devait avoir lieu le 28 septembre à The Palace (centre Aresco, Hamra), à Beyrouth, a été suspendue "jusqu’à nouvel ordre". Cette annonce intervient peu de temps après l'appel de l'ancien mufti de la...

commentaires (25)

Inutile d'aller de l'avant tant que les wahabites ne le permettent pas

Chucri Abboud

16 h 48, le 26 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (25)

  • Inutile d'aller de l'avant tant que les wahabites ne le permettent pas

    Chucri Abboud

    16 h 48, le 26 septembre 2019

  • ON parle de moeurs... mais il faut quand meme se rapeller qu'on vit dans un pays ou l'on peut toujours assister a des marriages "Illegaux" avec des mineurs... appuyés par cette meme figure religieuse. Double standards, un pays basé sur le clientellisme.

    Toni Pantaloni

    15 h 18, le 26 septembre 2019

  • Bon la ca vas faire pride par ci prise par la !!! Bientôt les hétérosexuels auront moins de droit que les LGBT !! Pas de pb a ce qu’ils vivent librement leur orientation mais la pride est devenue comme un réflexe khallas ça suffit

    Bery tus

    13 h 17, le 26 septembre 2019

  • LA RELIGION N'A RIEN A FAIRE DANS CELA CAR C'EST AU NOM DE DIEU QUE LES ISLAMISTES JETTAIENT LES HOMO DU TOIT DES IMMEUBLES UN PEU PARTOUT DIEU A CREE L'HOMME A SON IMAGE RAPPELLEZ VOUS CELA CAR QUI ETES VOUS POUR JUGER CE QUE DIEU A CREE? TOT OU TARD CETTE REGION ACCEPTERA CET ETAT DE FAIT COMME ELLE COMMENCE A ACCEPTER QUE LE CRIME D'HONNEUR CONTRE LES FEMMES ET LES SOEURS SONT INNACEPTABLES PATIENCE LBG LE JOUR VIENDRA OU VOUS SEREZ ACCEPTES PAR TOUS , DIEU EN EST TEMOIN

    LA VERITE

    12 h 20, le 26 septembre 2019

  • Sorry : Proud of :)

    Tina Chamoun

    11 h 35, le 26 septembre 2019

  • I don't want to rain on their parade but no need for it at all. There's nothing to be pride or ashamed of. This is how they are. Period.

    Tina Chamoun

    11 h 33, le 26 septembre 2019

  • Quand l'adulte pense qu'il est toujours plus intelligent qu'un enfant, quand l'homme pense qu'il est responsable de sa femme (et de la femmme "soeur, mere,etc") et quand le patron pense qu'il a toujours raison et le professeur universitaire qu'il est le meilleur au monde, et le pretre quand il pense qu'il est dieu, alors dans la meme logique les grands pensent que tout est permi pour eux, ils annulent, ils octroient, etc.

    Eddy

    09 h 32, le 26 septembre 2019

  • Faudrait repenser à l'idée de canton. On serait libre au moins. Ses arriérés mentauaux du moyen âge ferais leurs lois comme bon le semble dans le leur. Pour eux l'homosexualité doit se passer en douce et en famille

    Khalil Mteini

    07 h 36, le 26 septembre 2019

  • Au Moyen-Orient, le moyen-âge pas limité à l'Iran et l'Arabie saoudite. Encore cette année, la Beyrut Pride sera annulée en toute liberté...

    Georges Lebon

    01 h 01, le 26 septembre 2019

  • Je ne suis pas étonné de la mentalité et prise de position de l'ancien multi et d'autres autorités religieuses, que je qualifierai de "moyen-âgeuses" sur un sujet ayant trait à l'égalité de tous devant la loi et les droits fondamentaux des citoyens de choisir librement leur préférence sexuelle. Arrêtons cette hypocrisie, la discrimination et répression contre la communauté LGBT est inadmissible et hautement condamnable.

    Tony BASSILA

    22 h 23, le 25 septembre 2019

  • ET PUIS TOUS LES GAYS NE SONT PAS NES TELS PAR ACCIDENTS NATURELS. SEULEMENT CES DERNIERS SONT A PLAINDRE VRAIMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 14, le 25 septembre 2019

  • Bof, pride parade ou non en orient cest plus simple qu'ailleurs : ici on se fait sodomiser tout les jours par nos "dirigeants et nos responsables". Pas gratos quand même, ca nous coûte notre pays!

    Wlek Sanferlou

    21 h 57, le 25 septembre 2019

  • Je vais être idiot, comme le sont certains quand ils tiennent ce genre de conseils en leur disant à ces lgbt , allez donc manifester là où on vous le permet. En Orient on est pas en Occident. Les chiens ne font pas des chats.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 32, le 25 septembre 2019

  • La libre disposition de sa jouissance : un droit. Le commerce de la vie, un meurtre symbolique programmé , de la maternité , de la paternité , assorti d’infanticide

    LeRougeEtLeNoir

    20 h 07, le 25 septembre 2019

  • Une civilisation qui n'a plus de repères sociétaux n'en est plus une.

    Je partage mon avis

    19 h 51, le 25 septembre 2019

  • La révolution immédiatement à l'est de la méditerranée, mais malgré mon âge et mon ouverture d’esprit, l’adoption par un couple homos me pose un problème. Influence de l’éducation religieuse ? Conformisme social ? Peut-importe, mais quand je vois dans un hôtel, en Europe, un couple du même sexe porter un enfant, cette idée me revient immédiatement : un père et un père ne font pas une maman. Je le répète, nous sommes en Orient, souvent non pas à l’endroit mais à l’envers.

    CHARLES FAYAD

    19 h 39, le 25 septembre 2019

  • Dans le reste du monde cette manifestation s'appelle "Gay Pride" pourquoi au Liban se cachent-ils derrière Beirut Pride? Un groupe de personnes différentes a le droit d'exercer sa différence dans un cadre privé. Suis D'accord avec le mufti, pas sur la place publique,ce genre d’événement. Nous vivons dans un pays où des politiques qui ressemblent à des charlatans ont pris le dessus sur la destiné du peuple, qu'ils nous laissent sauvegarder le bon mœurs qui est identitaire dans chaque famille et chaque coin du pays.

    MGMTR

    19 h 18, le 25 septembre 2019

  • JE LES PLAINS. JE SUIS POUR QU,ILS AIENT TOUS LEURS DROITS HUMAINS. MAIS DES MARIAGES POUR FORMER DES FAMILLES CONTRE NATURE ET SURTOUT ADOPTER DES ENFANTS JE SUIS CONTRE. LA DISCRETION EST A LEUR AVANTAGE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 59, le 25 septembre 2019

  • On a eu l’affaire de l’évêque de Byblos, et le groupe de rock libanais, autant inutile que difficile à trancher, et à l’instant l’ancien mufti (je me demande quel est encore son pouvoir, pourvu que l’actuel le rejoint), quand il appelle à l’annulation de la parade de la communauté LGBT. Si un dignitaire religieux peut avoir un avis sur le mariage civil, souvent discutable, au nom de quoi condamne-il l’orientation sexuelle de l’une/l’un ou de l’autre ? La bonne vie et mœurs ? ""ON EST EN ORIENT"", quand les femmes ne peuvent pas assister à un match de foot… La révolution immédiatement dans à l'est de la méditerranée………

    CHARLES FAYAD

    18 h 48, le 25 septembre 2019

  • Si encore ils restaient dignes....

    Je partage mon avis

    18 h 41, le 25 septembre 2019

  • Ya pas de: je suis pas d’accord. C’est in droit et c’est comme sa. “Those who praise freedom for the material benefits it offers have never held it for long” comme quoi Mr de Tocqueville avait raison. Les libanais se disent champion des libertés (mais avec des limites bien sur) c’est soit la liberté entière soit rien du tout. Faudrait peux être essayer de penser au delà de soi meme, parfois contre soi meme pour changer et évoluer. Au liban, au moindre test ils retombent dans leurs habitudes sectaire, communautaire et religieux. Sauf pour certains courageux, qui vont manifester pour leurs droits, TOUT leurs droits.

    Thawra-LB

    18 h 41, le 25 septembre 2019

  • Sans polémique, je suis d'accord avec l'ancien mufti de la République, Mohammad Rachid Kabbani.

    Honneur et Patrie

    18 h 29, le 25 septembre 2019

  • La dictature religieuse!! Le mufti ne veut pas qu’on puisse se marier civilement, il ne veut pas non plus qu’on puisse aimer librement! Mais alors mon chère mufti ont a le droit de faire quoi sous votre dynastie?

    I.E

    18 h 17, le 25 septembre 2019

  • En usurpie aussi les religieux appellent à ne pas fêter ce truc .

    FRIK-A-FRAK

    18 h 13, le 25 septembre 2019

  • La voila la vrai resistance, vive la beirut pride. En espérant un jour que tout les individus no matter leurs orientation sexuelle, religion, ethnicité puissent vivre dignement et en paix. Certain vieux esprit (qui sont encore au 20eme siecle) nous diront: oui nous sommes pour, sauf qu’ils le fassent chez eux sans nous en foutre plein les yeux parce qu’il y a une limite a la liberte d’expression (et la fameuse phrase: la liberte de l’un s’arrete a blablabla no one cares! La voila la jeunesse, celle qui se ressemble de la californie jusqu’a tokyo. C’est la nouvelle vague. You are either with it or with the extremists. Il n y a pas de juste milieu

    Thawra-LB

    18 h 10, le 25 septembre 2019