X

À La Une

Bassil détaille ses propositions pour le budget 2020

Liban

Le chef du CPL propose notamment de nouvelles taxes sur le tabac et les produits pétroliers.

OLJ
17/09/2019

Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil a détaillé, mardi, les 10 propositions pour améliorer la situation économique qu'il a présentées lors du Conseil des ministres du jour, dans le cadre de l'examen du budget pour l'exercice 2020. Ces propositions sont axées autour de la baisse de la dépense publique et l'instauration de nouvelles taxes.

"Nous avons proposé 10 points essentiels pour le budget 2020", a déclaré M. Bassil lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du "Liban fort", dont le CPL est la principale composante.

Le budget 2020 est attendu aussi bien par les donateurs de la conférence de Paris (CEDRE) que par les agences de notations financières. L’objectif prioritaire des dirigeants libanais dans le budget 2020 est d’accélérer le processus de réformes afin de réduire le déficit. L’avant-projet du budget de 2020 table sur un déficit public de 4,37 milliards de dollars (6.590,1 milliards de livres libanaises), en prenant en considération les transferts du Trésor public à Électricité du Liban. La part du déficit par rapport au PIB serait alors de 7,38 %, en se basant sur une prévision de croissance de 1,2 % et une inflation à 2,8 %. Un ratio légèrement inférieur à celui prévu dans le budget de 2019 (voté le 19 juillet dernier) fixé à 7,59 %, mais qui devrait plutôt osciller entre 9 et 10 % pour l’année en cours, selon les principales agences de notation.

"Le premier point concerne la mise en œuvre immédiate du plan de réformes du secteur de l'électricité. Lorsqu'il sera mis en œuvre, nous pourrons alors nous mettre d'accord sur une hausse des tarifs du courant, jusqu'à ramener le déficit à zéro en 2021", a affirmé le leader du CPL.

"Le deuxième concerne la baisse du gaspillage. Il faut d'abord supprimer, de manière définitive ou temporaire, les institutions et les organismes dont nous n'avons plus besoin comme le Conseil du Liban-Sud ou le ministère de l'Information. Il faut ensuite cesser toute contribution des institutions publiques au secteur privé. Puis, il faut réduire les aides données aux fausses écoles gratuites, aux associations pas assez importantes opérant dans les secteurs de la santé, de l'éducation, du tourisme et du sport. Il faut également réduire les dépenses de fonctionnement, ainsi que les gros budgets comme ceux d'Ogero et de la Middle East Airlines", a poursuivi le ministre des Affaires étrangères.

Gebran Bassil propose aussi que le ministère des Finances lance un audit sur les sociétés qui échappent au paiement des impôts, d'instituer la taxe sur la valeur ajoutée pour tous, ainsi qu'une nouvelle taxe sur le tabac. Le chef du courant aouniste propose parallèlement aux services de douane de mettre en place des scanners pour lutter contre la contrebande.

Septième proposition, l'institution d'un taxe sur les 270.000 travailleurs étrangers. "Le but n'est pas de faire rentrer de l'argent, mais de réduire leur nombre", explique M. Bassil sur ce sujet.

Le ministre propose en outre de geler pendant trois ans l'augmentation des salaires dans le secteur public, d'aligner les pensions de retraite du public sur le privé, ainsi que l'instauration d'une taxe de 3% sur les produits pétroliers "pour éviter une augmentation de 5.000 livres sur le bidon (20 litres) d'essence.

M. Bassil s'est exprimé en faveur d'une "politique gouvernementale pour encourager le retour chez eux des réfugiés syriens", proposant que "pour tout dollar en faveur des associations aidant les réfugiés syriens, un dollar doit être donné à l’État libanais".



Lire aussi

Le budget 2019 disponible en version simplifiée

Budget 2020 : ce que propose Ali Hassan Khalil

Cedre : Duquesne esquisse un calendrier pour aller plus vite

Réformes : la Banque mondiale reste confiante dans le potentiel du Liban

« L’état d’urgence économique » réunit enfin les forces politiques du Liban

Le processus d’adoption du budget 2020 sur les rails

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

On arrête les salaires et privilèges des hommes politiques jusqu’à ce que le pays aille mieux.

Evariste

J’aime bien la proposition de soumettre les sociétés ayant un chiffre d’affaires de 50millions de livres et plus à la TVA, ignoré dans l’article.

Je reprend ici une des suggestions du Liban Fort qui redressera l’état de nos finances.

Petit calcul, 50millions annuellement représente un chiffre d’affaires mensuel d’à peu près 4,8 millions, c-à-d un profit brut estimé à 1million si nous sommes généreux. Juste assez pour survivre. Sorry, j’ai oublié le loyer! Et le téléphone, et l’électricité, et le générateur, reste quelques misérables livres....

Quel est le salaire mensuel du comptable qui se chargera de la soumission des chiffres de la TVA au ministère des finances? Le coût du programme qui “additionnera’” les ventes et “soustraira” les achats, avec documents à l’appui pour déclarer la TVA? Le coût de l’ordinateur et la connexion internet?

Le coût des employés des finances qui se chargeront de la vérification?

À force de faire des économies de bouts de chandelles et que nos grands chambellans se tapent des voyages faramineux pour encourager la diaspora à ne plus l'être, taxer les petits commerces ressemble à saigner un mourant pour un litre de sang ou un obéré pour une livre de chair.

N’est pas redresseur qui pense l’être, et réformateur qui se gargarise des malheurs du peuple.

Liberté de Penser

Le Ministre Gebran Bassil est attaqué dès qu’il s’exprime. Pourtant qu’on aime le personnage ou pas, qu’on soit de son bord politique ou pas, il évoque des faits réels et propose des taxes logiques. Le paquet de cigarettes coûte 2$ au Liban alors que son prix moyen ailleurs est de 6$. Taxer au maximum le tabac diminuera certainement le tabagisme meurtrier notamment parmi les jeunes. Dito pour les travailleurs étrangers qui provoquent une hémorragie incontrôlable de nos réserves en $. Quant au gaspillage de l’argent public, il existe dans toutes les administrations dont 95% des fonctionnaires sont totalement incompétents

Irene Said

Il oublie un onzième "il faut" :

faut rendre tout l'argent détourné et volé en toute impunité par les responsables de ce pays !

Un dernier "il faut" qui ne concerne pas le budget 2020:

il faut rester à sa place, y travailler honnêtement, et ne pas occuper celle des autres !
Irène Saïd

Ô Liban

Très beau , mais on connaît par coeur et on le récite sans faute.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FOURRE SON NEZ PARTOUT ET DANS TOUT. POURQUOI NE PARLE-T-IL PAS DE RECUPERER LES LATTAS DU SCANDALE DU SIECLE DES BARGES TURQUES ? BEAUCOUP DE MILLIONS DE DOLLARS.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants