Rechercher
Rechercher

CEDRE

Duquesne rencontre Hariri et d’autres responsables libanais

Le Premier ministre, Saad Hariri, et le diplomate français Pierre Duquesne. Photo Dalati et Nohra

Pierre Duquesne, le diplomate chargé de la mise en œuvre des résolutions de la conférence de Paris d’avril 2018 (la CEDRE), a rencontré hier à Beyrouth plusieurs responsables libanais dans le cadre d’une tournée de quelques jours démarrée mardi. Une journée marquée par une réunion avec les conseillers du président Michel Aoun, Mireille Aoun et Fady Asli, et qui s’est achevée avec le Premier ministre, Saad Hariri, dans la soirée. Le diplomate a en outre rencontré le ministre du Travail, Camille Abousleiman, et la ministre de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani. Chez le Premier ministre, M. Duquesne a répété, comme il l’avait fait la veille à l’issue de sa visite au ministère des Finances, puis à celui de l’Économie, que le « contrat de confiance » mis en place entre le Liban et les donateurs de la CEDRE était maintenu malgré les retards des dirigeants libanais dans la mise en œuvre des réformes attendues. Les participants à la CEDRE ont réservé plus de 11 milliards de dollars de prêts et dons devant financer des projets d’infrastructures inclus dans le Capital Investment Plan (CIP) préparé par le gouvernement. Ces fonds ne seront débloqués que si les dirigeants lancent des réformes visant à assainir les finances publiques, restructurer l’économie ou encore remettre le secteur de l’électricité sur pied.

Réforme de l’électricité

Pour le Premier ministre, qui s’est confié mardi soir à la chaîne américaine CNBC, ces réformes correspondaient à ce que le Fonds monétaire international avait « conseillé » au Liban de faire et a assuré que le gouvernement n’avait pas l’intention de faire appel à l’aide de l’organisation pour gérer son endettement et restructurer son économie. « Je pense que le FMI a certains critères que nous ne pouvons pas appliquer, comme le fait de laisser flotter la livre (qui est arrimée au dollar depuis 22 ans, NDLR) », a-t-il notamment exposé, avant de souligner que le chantier de l’électricité était le plus urgent.Ce dernier chantier était logiquement au cœur de la réunion entre M. Duquesne et Nada Boustani. Le diplomate a notamment salué à l’issue de la réunion les « progrès enregistrés » au niveau de l’application du plan de réforme pour l’électricité adopté au printemps par l’exécutif, et notamment sur le premier volet dédié à la réduction des pertes sur le réseau.

S’agissant de l’axe visant à construire de nouvelles centrales, temporaires et durables, la ministre a annoncé que les cahiers des charges préparés en amont des appels d’offres prévus pourront être présentés au gouvernement « avant la fin du mois ». Le troisième volet du plan concerne la hausse des tarifs d’électricité parallèlement à l’augmentation de la production. La ministre a en outre annoncé qu’une réunion serait bientôt consacrée à l’appel d’offres pour l’importation de trois unités flottantes de stockage et de transformation du gaz liquéfié (Floating Storage and Regazification Unit – FSRU en anglais). La mise en service de ces plates-formes est une des composantes du deuxième axe du plan de réforme de l’électricité, le pays visant à terme passer du fioul au gaz. Pour rappel, les premiers travaux de forage dans le bloc 4 de la Zone économique exclusive du Liban, dans le cadre de l’exploitation des ressources d’hydrocarbures offshore au large des côtes par le consortium Total/Eni/Novatek doivent démarrer d’ici à fin 2019. Le directeur général de Total au Liban, Ricardo Dare, a par ailleurs rencontré successivement hier le Premier ministre ainsi que la ministre de l’Énergie pour évoquer ce dossier.



Pierre Duquesne, le diplomate chargé de la mise en œuvre des résolutions de la conférence de Paris d’avril 2018 (la CEDRE), a rencontré hier à Beyrouth plusieurs responsables libanais dans le cadre d’une tournée de quelques jours démarrée mardi. Une journée marquée par une réunion avec les conseillers du président Michel Aoun, Mireille Aoun et Fady Asli, et qui s’est...

commentaires (0)

Commentaires (0)