Rechercher
Rechercher

Transparence

Le budget 2019 disponible en version simplifiée

Le Premier ministre, Saad Hariri, hier à l’Institut Basil Fuleihan. Photo Dalati et Nohra

Le Premier ministre, Saad Hariri, et celui des Finances, Ali Hassan Khalil, ont présenté hier à l’Institut Basil Fuleihan l’édition 2019 du Budget citoyen, un livret contenant une version simplifiée de la loi de finances pour 2019, votée le 19 juillet dernier.

Destinée au grand public – et en principe disponible en ligne sur le site du ministère des Finances – cette publication avait été lancée l’année dernière pour reprendre les principaux éléments du budget 2018. « Nous présentons tous nos chiffres au public de manière transparente et claire, de sorte que toute personne qui veut connaître la réalité financière (du pays) et les orientations du gouvernement puisse le faire à travers ce (livret) », a déclaré M. Khalil. Ce texte tablait sur un ratio déficit / PIB de 7,53 %.

Indice de transparence budgétaire

Soulignant le fait que les citoyens font face à « des barrières non seulement d’ordre politique, mais aussi liées à une carence d’informations budgétaires simplifiées et vulgarisées », la directrice de l’Institut des finances, Lamia Moubayed, estime dans une note transmise à L’Orient-Le Jour que la conception et la publication du Budget citoyen 2019 (…) « marque une avancée significative en matière de promotion de la transparence budgétaire au Liban ». L’initiative « améliore considérablement la participation des citoyens aux débats autour des politiques fiscales et budgétaires et des » habitudes de dépense « de leurs gouvernements. Elle renforce aussi leur capacité à les tenir responsables de la gestion des fonds publics ».

Elle relève cependant qu’il reste beaucoup à faire sur ce plan, puisqu’avec « un score de 3/100, le Liban se positionne au bas de l’indice de transparence budgétaire publié par l’enquête sur le budget ouvert (Open Budget Survey), comparé à une moyenne mondiale de 42/100. D’autres pays de la région ANMO obtiennent de bien meilleurs résultats, notamment la Jordanie (63/100) et le Maroc (45/100) ».

Les dirigeants libanais s’apprêtent à entamer les discussions autour du budget 2020, dont l’avant-projet a été transmis la semaine dernière par le ministre des Finances au bureau de la présidence du Conseil des ministres. L’objectif prioritaire des dirigeants libanais est d’accélérer le processus de réformes afin de réduire le déficit, conformément à leurs engagements auprès des donateurs présents lors de la conférence de Paris (CEDRE) d’avril 2018.

« Nous sommes engagés à adopter le budget de 2020 dans les délais prévus par la Constitution », a souligné M. Hariri dans son discours, répétant une promesse faite à plusieurs reprises ces dernières semaines. « Le prix des réformes et des décisions requises sont bien moindres que ceux d’une gestion de crise, si elle a lieu, surtout si cette crise devient hors de contrôle », a-t-il averti.

Le pays traverse en effet une période plus que délicate sur les plans économique et financier, une situation que les principaux dirigeants et les principaux représentants du pays ont fini par officiellement reconnaître le 2 septembre, lors d’une réunion convoquée par la présidence à Baabda en déclarant « l’état d’urgence économique ».


Le Premier ministre, Saad Hariri, et celui des Finances, Ali Hassan Khalil, ont présenté hier à l’Institut Basil Fuleihan l’édition 2019 du Budget citoyen, un livret contenant une version simplifiée de la loi de finances pour 2019, votée le 19 juillet dernier.

Destinée au grand public – et en principe disponible en ligne sur le site du ministère des Finances – cette...

commentaires (0)

Commentaires (0)