X

Liban

L’Assemblée générale approuve la création au Liban de « l’Académie de l’homme pour la rencontre et le dialogue »

Nations unies

Seuls deux pays ont voté contre, les États-Unis et Israël.

17/09/2019

Une première historique pour Beyrouth : l’Assemblée générale des Nations unies a voté hier une résolution portant sur la création au Liban de « l’Académie de l’homme pour la rencontre et le dialogue ». Cette initiative avait été lancée à l’ONU même, en 2017, par le président Michel Aoun, « dans le but de donner au Liban, à la région et au monde un nouvel espace de paix, de dialogue, de compréhension et une culture de paix, de coexistence et de prospérité », comme l’a rappelé la représentante du Liban auprès des Nations unies, Amal Moudallali, dans un discours hier à l’Assemblée générale. 165 pays ont voté en faveur de la résolution, et seuls deux, les États-Unis et Israël, ont voté contre. De la tribune de ce prestigieux forum international, le président Michel Aoun avait lancé un appel en 2017 pour la création à Beyrouth d’un centre permanent de dialogue entre les civilisations, religions et ethnies, en tant qu’institution parrainée par l’ONU, et en avait discuté avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

À l’issue de discussions régionales et internationales, le président Aoun avait conclu que de nombreux pays et institutions internationales avaient exprimé leur volonté de soutenir ce projet.



Une impulsion au Liban
Le chef de l’État a salué hier un vote qui « donne une impulsion au Liban » dans la réalisation de cette initiative « qui contribue à rétablir le dialogue et à rejeter la violence et l’extrémisme », selon le compte Twitter de la présidence libanaise.

« La création de l’Académie de l’homme pour la rencontre et le dialogue accorde au Liban sa place naturelle de figure de proue dans la diffusion du message de la rencontre et de la communication entre les peuples », a ajouté le chef de l’État, réaffirmant que la coopération avec « les pays frères et amis » allait se poursuivre « dans le but de propager la culture du dialogue et la connaissance de l’autre, surtout la jeune génération, ce qui est conforme à la Charte et aux objectifs des Nations unies ». Les statuts de l’Académie, assurent ses concepteurs, seront fondés sur la liberté d’éducation, d’expression et de conviction, ainsi que sur le respect des droits de l’homme, qui constituent les principes fondamentaux de tout dialogue.

L’Académie appliquera les normes professionnelles les plus strictes et instaurera un dialogue dans les différents cours proposés : sciences humaines, relations internationales, résolution des conflits, médiation, diplomatie préventive, développement durable et égalité des sexes. Elle préparera les étudiants à l’obtention de diplômes universitaires reconnus internationalement. Le vote en sa faveur, ajoutent les sources citées, va dans le sens de la concrétisation du projet international de rencontres et de dialogue permanent, ce qui doit renforcer la coexistence et favoriser la culture de compréhension et d’acceptation de « l’autre », ainsi que le rapprochement des peuples, des cultures et des religions dans le cadre des principes de l’ONU, en collaboration étroite avec l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).


(Pour mémoire : Le projet de l’« Académie de l’homme pour la rencontre et le dialogue », vendredi devant l’Assemblée générale de l’ONU)



Partenariat
Cette nouvelle institution internationale a pour vision et objectifs de préparer « des générations responsables qui attachent de l’importance à la liberté de croyance et peuvent résister à toute tentative d’exclusion intellectuelle des autres », ajoutent les auteurs du projet.

Ces objectifs sont conformes aux programmes des Nations unies qui cherchent à combler le fossé entre les peuples et, en particulier, à la diplomatie préventive visant notamment à éliminer les conflits à leur source.

En pratique, le Liban offrira le terrain sur lequel l’Académie sera créée et les ressources humaines nécessaires à son fonctionnement. Le secrétaire général de l’ONU, ainsi que d’éminents universitaires, siégeraient à son conseil d’administration. L’adhésion d’un grand nombre de pays partenaires à ce projet international, dédié à l’humanité, contribuera ainsi à rapprocher les peuples et les civilisations, et en particulier les jeunes, pour un avenir meilleur. « S’adressant à l’Assemblée avant le vote, la représentante du Liban, a dit : “Je tiens à remercier tous les pays qui ont coparrainé la résolution, en particulier les membres du Mouvement des pays non alignés et du gouvernement australien qui ont approuvé cette initiative. Mais je tiens également à vous remercier tous, ceux qui ont promis de voter pour la résolution, ceux qui pourraient refuser de voter, et même ceux qui ne voteront pas pour. Nous sommes tous ici parce que nous croyons en la paix, peu importe le chemin que nous empruntons pour y parvenir… Nous vous appelons tous à appuyer cette initiative en votant en faveur de ce projet de résolution, qui vise à contribuer davantage à nos efforts collectifs en faveur d’une culture de la paix, conformément aux idéaux promus dans la Charte des Nations unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme et l’Agenda 2030 pour le développement durable” », a-t-elle souligné.


Le texte
La résolution votée lundi réaffirme les buts et les principes consacrés dans la Charte des Nations unies, en particulier toutes les résolutions pertinentes de l’Assemblée générale pour le dialogue entre les civilisations, la promotion d’une culture de la paix et de la non-violence, la promotion de la compréhension, de l’harmonie et de la coopération religieuse et culturelle, sur la promotion du dialogue interreligieux… Dans cette résolution, les États membres expriment leurs remerciements au président de la République du Liban pour ses efforts visant à renforcer le rôle du Liban en tant que centre de dialogue et de diversité, notamment à travers son initiative de créer l’Académie de l’homme pour la rencontre et le dialogue. Ils se félicitent de son initiative et « encouragent le secrétaire général, l’Unesco et les autres institutions spécialisées compétentes à appuyer, dans la limite des ressources disponibles et conformément à leurs mandats respectifs, les efforts visant à créer cette Académie ».


Lire aussi
Guterres lance un plan d’action pour la sauvegarde des sites religieux

Le Liban, seul pays au monde doté d'une Journée nationale pour le dialogue islamo-chrétien


Pour mémoire
Le projet d’académie de dialogue au cœur des discussions de Jreissati à Paris

Aoun : Le Liban est le premier en matière de démocratie de la région

Vous avez dit dialogue ?l'éditorial de Issa GORAIEB

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Mounir Sader

Felicitations un president ptrevoyant

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHARITE BIEN ORDONNEE COMMENCE PAR SOI-MEME. IL FAUT L,APPLIQUER CHEZ NOUS OU UNE COMMUNAUTE IMPOSE SES AVIS ET LOIS A TOUTES LES AUTRES.

gaby sioufi

j
espere que le LIban en tirera ses lecons lui-meme, apprendra lui-meme ce qu'est serieusement la coexistence reelle , apolitique, desinteressee a outrance.

Irene Said

BRAVO les Etats-Unis et Israël !

Par leur vote "contre" ils montrent clairement au monde entier ce qu'ils sont réellement:
deux pays qui ne se sentent exister que par la haine de l'autre et les conflits qu'ils provoquent partout,qu'ils soient économiques ou armés.
Irène Saïd




Wafa Berry

Bonjour ,
très heureuse de cette résolution qui rappelle au monde que le Liban est d’abord une mission et un message au Monde entier.
Toutefois, la représentante du Liban aurait dû s’arrêter dans son discours de remerciements à : »nous sommes ici parce que nous croyons à la paix » et ne pas continuer en a disant » peu importe le chemin que nous empruntons pour y parvenir » .
Non Madame la représentante , la fin ne justifie pas les moyens car les violences et les extrémismes qui pullulent dans les sociétés d’aujourd’hui sont dignes d’être dénoncés et non pas tolérés quelque soient les motifs « louables » qu’ils affichent . La preuve Israël a voté contre notre projet humaniste.
Wafa Berry

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

La faillite du modèle de gouvernement libanais ou le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants