Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Altercation et coups de feu entre partisans de Joumblatt et Arslane à Choueifate

Wi'am Wahhab appelle au calme.

Les leaders druzes Talal Arslane (g) et Walid Joumblatt. Photo d'archives ANI

Une altercation et des coups de feu entre deux partisans de Walid Joumblatt et Talal Arslane a eu lieu mercredi à Choueifate, au sud de Beyrouth, un nouvel incident qui intervient plus de deux mois après les affrontements meurtriers de Qabr Chmoun entre les formations druzes rivales.


La version du PSP
Le site d'information électronique du Parti socialiste progressiste de M. Joumblatt, Al-Anba', a rapporté que "Fahed Jadallah Azzam, membre du Parti démocratique libanais de Talal Arslane et l'un des gardes du corps personnels de ce dernier, a entravé le chemin du délégué pour les affaires intérieures de Choueifate-Khaldé au sein du PSP, Marwan Abi Faraj, et a heurté intentionnellement son véhicule. Lorsque M. Abi Faraj est descendu de sa voiture, M. Azzam a ouvert le feu contre lui à cinq reprises avec son arme de poing, mais il a survécu miraculeusement à cette attaque". Le site rapporte ensuite que "l'agresseur a pris la fuite en direction du palais de M. Arslane, laissant derrière lui son téléphone portable ainsi qu'un permis de port d'arme émis par la direction des renseignements de l'armée libanaise". Le site affiche sur sa page une photo montrant des clés, un laisser-passer délivré par l'armée, ainsi qu'un téléphone portable, qui appartiendraient à Fahed Jadallah Azzam.
Al-Anba' n'a pas précisé ni la date ni le lieu de l'agression présumée et Walid Joumblatt n'a pas encore commenté ces informations.


La version du PDL
En début de soirée, le PDL, qui ne mentionne pas le nom de son partisan, a de son côté expliqué que l'incident "a eu lieu aujourd'hui à Choueifate". "Marwan Ziad Abi Faraj est passé à plusieurs reprises ce matin devant le véhicule de l'une des personnes en charge de la sécurité de la résidence Arslane à Choueifate, afin de narguer l'occupant du véhicule. Ce dernier lui a alors demandé pourquoi il agissait ainsi, ce qui a poussé M. Abi Faraj à lui répondre à haute voix : +Cela ne te regarde pas+, en levant le bras pour l'insulter. Mais aucun développement notable n'a eu lieu après cela", a affirmé le PDL.

"A 13h, M. Abi Faraj a croisé une deuxième fois en véhicule l'élément en question, sur l'une des routes intérieures de Choueifate, avant de le percuter de manière intentionnelle. En réaction, une altercation verbale a éclaté entre l'individu et M. Abi Faraj, et le premier a sorti une matraque afin de se défendre, ce qui a poussé Marwan Abi FAraj à sortir son pistolet et faire feu en direction de l'individu. Ce dernier a alors riposté en tirant en l'air", a ajouté le PDL. Le parti de Talal Arslane a expliqué ensuite que son partisan a fait tomber son portable qui a été, selon lui, récupéré par une personne présente sur les lieux qui l'a ensuite donné à Marwan Abi Faraj. Un permis de port d'arme se trouvait attaché à l'appareil. "Mais Marwan Abi Faraj s'est comporté comme un gamin en ajoutant des clés qui sont, selon lui, celles du véhicule du partisan, en prenant tous ces éléments en photo et en affirmant que ces affaires appartiennent à l'individu en question, alors que celui-ci a pu immédiatement quitter les lieux dans son véhicule". Le PDL a conclu en précisant que cet homme est uniquement en charge de la sécurité de la résidence Arslane, et n'est pas son garde du corps personnel, comme l'affirme Marwan Abi Faraj.

Pour sa part, la famille de Marwan Abi Faraj a condamné cet incident, affirmant que "cette agression vise toute la famille" Abi Faraj et appelant l’État à "faire appliquer la loi avant qu'il ne soit trop tard". La famille a ainsi appelé "les ministères concernés et les services sécuritaires à prendre les mesures nécessaires contre tous ceux qui menacent la sécurité et à mettre un terme aux armes illégales".


Wahhab appelle au calme
L'ancien ministre Wi'am Wahhab, allié de M. Arslane, a pour sa part réagi en appelant au calme. "Nous souhaitons que tout le monde à Choueifate, et plus largement dans la Montagne, fasse preuve de sagesse, au lieu d'avoir recours aux armes à chaque altercation. Les habitants de la Montagne sont tous contre le recours aux armes. Dans de telles circonstances, il faut contacter l'armée et les Forces de sécurité intérieure. Nous refusons la sédition et la provocation. Nous sommes contre les agressions. Nous voulons que la Montagne soit sûre", a écrit M. Wahhab sur Twitter.

Les affrontements de Qabr Chmoun avaient éclaté le 30 juin entre des partisans de Walid Joumblatt et Talal Arslane, alors que Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre fondé par son beau-père, le président Michel Aoun, effectuait une tournée partisane dans la région ce jour-là. Ils avaient fait deux morts dans les rangs de la formation de M. Arslane et provoqué une crise politique qui a paralysé le gouvernement pendant 40 jours, avant qu'une réconciliation inter-druze ne soit scellée, le 9 août au palais de Baabda, sous les auspices du chef de l’État, du chef du gouvernement Saad Hariri, et du président du Parlement, Nabih Berry.

Pour mémoire
Joumblatt, reçu par Aoun à Beiteddine, n'a "pas fait de reproches" à Bassil

Aoun tranche et refuse de faire pression sur Bassil

Derrière la réconciliation Aoun-Joumblatt, une volonté de « parer à tous les dangers »

Aoun aux partisans de Joumblatt : Rien ne pourra ébranler la réconciliation

Arslane défend le rôle d’arbitre de Aoun

Une justice « à la carte » au nom de la paix civile ?


Une altercation et des coups de feu entre deux partisans de Walid Joumblatt et Talal Arslane a eu lieu mercredi à Choueifate, au sud de Beyrouth, un nouvel incident qui intervient plus de deux mois après les affrontements meurtriers de Qabr Chmoun entre les formations druzes rivales.La version du PSPLe site d'information électronique du Parti socialiste progressiste de M. Joumblatt, Al-Anba',...

commentaires (6)

Voici le Liban fort que l'on voulait !! ah pour ca bravo au CPL et aux autres meme Hariri est dans le meme bain bientôt certain vont se mordre les doigts j'espere seulement qu'ils se les mordront avant que tous les libanais ne commencent a le faire

Bery tus

17 h 11, le 04 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Voici le Liban fort que l'on voulait !! ah pour ca bravo au CPL et aux autres meme Hariri est dans le meme bain bientôt certain vont se mordre les doigts j'espere seulement qu'ils se les mordront avant que tous les libanais ne commencent a le faire

    Bery tus

    17 h 11, le 04 septembre 2019

  • Un beau rôle inespéré pour Wi'am Wahab, qui en manquait ces derniers temps. Faudrait aussi enseigner à ces têtes brûlées ce que cela signifie d'être garde du corps ! Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 02, le 04 septembre 2019

  • Allez hop! On met au congélateur les projets de l'état, les budgets, le ramassage des ordures l'éclairage des rues, l'atterrissage à l'AIB jusqu'à ce que cet énorme événement ne soit résolu dans une pawaw nationale et par la danse du feu et celle de la pluie. Tout sera perturbé, sauf bien sûr l'activité sacrée du hezb, en attendant que le garde de corp soit retrouvé, engueulé puis renvoyer chez lui ou en Syrie pour se calmer. Quel gâchis.

    Wlek Sanferlou

    16 h 56, le 04 septembre 2019

  • Arslan a envoye illico un ses gardes de corp en Syrie pour lui eviter de paraitre devant la justice Libanaise sans aucune repercussion Ses sbires sont donc convaincus qu'ils peuvent tout faire sans rien craindre VOILA LE LIBAN FORT QUE LE PRESIDENT PRESIDE : LA FORCE DU SOUTIEN DU CPL A TOUS LES AGRESSEURS Ou est donc la justice pour le membre du CPL dans l'affaire du concert de Byblos?IL Y A EU DEPOT DE PLAINTE POURQUOI RIEN N'A ETE FAIT? LA JUSTICE DANS CE PAYS EST ELLE A LA SOLDE DU CPL? PROUVEZ NOUS QUE NOUS AVONS TORT RIEN RIEN TROIS FOIS RIEN M BASSIL SAIT FAIRE TAIRE LA JUSTICE QUAND CA LUI CONVIENT

    LA VERITE

    16 h 55, le 04 septembre 2019

  • TRES REGRETTABLE ! C,EST L,ANARCHIE !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 46, le 04 septembre 2019

  • Le garde du corps a fauté grave . Il devrait être remis aux autorités de police judiciaire. Wiam Wahabb parle sagesse.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 39, le 04 septembre 2019

Retour en haut