X

À La Une

Fusées éclairantes à la frontière : "Personne n'a été touché", assure le porte-parole de la Finul

Liban

Selon al-Manar, des soldats de la Finul "ont échappé de près à une fusée qui est tombée sur l'une de leurs positions, à Bastra".

N.B. | OLJ
31/08/2019

L'armée israélienne a lancé samedi, à l'aube, des dizaines de fusées éclairantes au dessus de la ligne frontalière avec le Liban, et certaines de ces fusées ont atterri dans une zone où se trouvent des soldats de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul). 

"L'armée israélienne a lancé samedi à l'aube plus de 30 fusées éclairantes au dessus de la ligne frontalière s'étendant de Ghajar jusqu'aux hauteurs de Chebaa et Kfar Chouba. Une douzaine d'explosions à l'intérieur des hameaux de Chebaa ont également été entendues", a rapporté samedi matin l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Plus tard dans la journée, al-Manar, chaîne du Hezbollah, a rapporté que des soldats de la Finul "ont échappé de près à une fusée qui est tombée sur l'une de leurs positions, à Bastra". L'information rapportée par la chaîne  a été confirmée par "une source militaire" à la LBCI. La source précise que ce sont des militaires indiens qui ont échappé "à une roquette israélienne qui a provoqué un incendie dans la zone".  

Contacté par L'Orient-Le Jour, le porte-parole de la Force intérimaire de l'ONU au Liban, Andrea Tenenti, a indiqué que les troupes "ont trouvé des restes de fusées éclairantes" dans la zone de Bastra. "Personne n'a été touché ou blessé, a-t-il ajouté. Nous menons une enquête".  
En début de soirée, l'armée libanaise a affirmé que "des restes d'une fusée éclairante en provenance des territoires occupés sont tombés sur un poste du contingent indien de la Finul à Bastra, sans faire de blessés". La troupe a souligné qu'elle "suit cette affaire en coordination avec la Finul".

En outre, l'Ani a rapporté que l'armée israélienne a entrepris, durant la matinée, une "large opération de ratissage à l'intérieur des hameaux de Chebaa". Lors de cette opération, des tirs de mitrailleuses ont été entendus durant deux heures, provoquant un important incendie" dans la zone.

Ces actes interviennent dans un contexte de vive tension à la frontière entre le Liban et Israël, à la suite des attaques de drones israéliens sur la banlieue sud le week-end dernier et des tirs de l'armée libanaise sur des drones survolant le secteur frontalier mercredi soir. Ils interviennent aussi après le renouvellement pour un an, par le Conseil de sécurité de l'ONU, du mandat de la Finul, malgré des pressions américaines pour en réduire les effectifs, mettant en garde contre la résurgence d'un conflit entre le Liban et Israël.


Sur le plan diplomatique, le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a reçu un appel de son homologue allemand, Heiko Maas, ce dernier lui exprimant l'attachement de Berlin "au maintien de la stabilité du Liban, loin de toute escalade", et se disant "prêt à agir auprès de toutes les parties pour réaliser cet objectif". Pour sa part, M. Bassil a remercié M. Maas pour ses efforts, soulignant que "le Liban souhaite la stabilité car sa situation économique et sociale ne peut supporter les secousses". Il lui a toutefois rappelé que "c'est Israël qui agresse le Liban et commet actuellement 250 violations aériennes, maritimes et terrestres par mois, alors que ce chiffre s'élevait à 150 auparavant".

Revenant sur les attaques de drones dans la banlieue sud de Beyrouth, M. Bassil a souligné auprès de M. Maas que "ce qui s'est passé est une agression et constitue un dangereux précédent que le Liban ne saurait accepter (...)". "Israël doit revenir à l'équation précédente qui assurait le calme depuis 2006, en vertu de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU, car le Liban n'acceptera pas un retrait de cette équation", a conclu M. Bassil, dans des propos rapportés par l'Ani.


Lire aussi

Trois discours en un week-end... pour résumer la complexité de la situation, le décryptage de Scarlett Haddad

Joujoux de crise, l'édito de Issa GORAIEB

Et si la guerre avait lieu ? Le billet de Médéa Azouri

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Amère Ri(s)que et péril.

Ils se sont tellement éloignés de la frontière, ces poltrons, qu'ils ne voient plus rien .

Hier un combattant du hezb libanais de la résistance a planté le drapeau de la resistance sur un de leur bunker déserté à un de ces poltrons du côté de leur territoire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PEUT-ETRE QU,ILS CHASSAIENT DES PERDRIX DANS LA NUIT.

Eleni Caridopoulou

Vous pensez que les nations unies feront quelque cHose les sionistes sont très forts , maledetti come on dit en Italien

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants