X

Moyen Orient et Monde

L’Irak, nouveau terrain de chasse d’Israël contre l’Iran

Décryptage

Netanyahu a récemment affirmé que Téhéran n’a « d’immunité nulle part ».

24/08/2019

Le conflit israélo-iranien passe de front en front. Ces dernières années très majoritairement concentré sur le terrain syrien – avec plusieurs « milliers » de frappes menées par l’aviation israélienne contre des cibles iraniennes sur place –, l’État hébreu cible désormais, officiellement, les supplétifs iraniens directement sur le sol irakien.

Selon des informations du New York Times (NYT), l’État hébreu a mené au moins une frappe aérienne jeudi sur le territoire irakien. Elle visait « un dépôt d’armes » qui, selon les responsables cités par le journal, « serait utilisé par l’Iran pour acheminer des armes en Syrie ». Cette frappe survient un mois après de précédents raids effectués sur le territoire irakien, les 19 et 28 juillet, qui avaient alors visé des cibles iraniennes et détruit des stocks de missiles sophistiqués dans des bases près de Bagdad, provoquant la mort de « conseillers militaires » iraniens. L’identité de l’assaillant n’avait alors pas été confirmée de manière officielle, mais plusieurs sources, notamment des diplomates occidentaux anonymes, ont affirmé que l’instigateur principal de ces raids était Israël.

La dernière opération en date se produit dans un contexte de tensions entre Washington et Téhéran sur de nombreux dossiers (notamment les problématiques autour de l’accord sur le nucléaire iranien et la politique régionale et balistique de l’Iran) et qui se sont accrues ces derniers mois, en particulier dans le Golfe.

Les analystes de la région estiment que la volonté d’Israël de pousser ses actions jusqu’en Irak est due à un changement de stratégie militaire de la part de Téhéran. Ce changement serait dû à l’augmentation de la fréquence – et de la réussite – des incursions israéliennes en Syrie qui aurait poussé Téhéran à conserver une partie de son armement en Irak. Les Iraniens semblaient penser que l’Irak était hors de portée d’une attaque de l’aviation israélienne. L’État hébreu a répondu en élargissant son périmètre d’action et en démontrant qu’il était capable de frapper aussi bien en Syrie qu’en Irak.

Deux hauts responsables américains ont déclaré au NYT qu’Israël avait mené « plusieurs frappes ces derniers jours » dans des entrepôts de munitions contre des groupes soutenus par l’Iran en Irak. La poursuite des opérations israéliennes en Irak pourrait toutefois avoir un impact sur les relations entre Bagdad et Washington.


(Lire aussi : Israël a effectué plusieurs frappes en Irak, selon le NYT)



Une relation fragile

Tiraillé entre ses relations stratégiques avec les États-Unis d’un côté et économiques avec la République islamique de l’autre, l’Irak s’efforce tant bien que mal de rester neutre dans le contexte d’aggravation des tensions entre les deux rivaux. Il joue un rôle « d’équilibriste » dans la guerre idéologique que Washington et Téhéran se livrent dans le pays, notamment à travers la personne du Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi, soutenu à la fois par les États-Unis et l’Iran.

Les dirigeants irakiens ont déclaré à de nombreuses reprises qu’ils ne voulaient pas que l’Irak devienne un nouveau champ de bataille entre Washington et Téhéran, alors que le pays vient de sortir d’une longue guerre contre le groupe État islamique. « Le gouvernement irakien, et en particulier ses agences de sécurité et ses forces armées, prendront toutes les mesures nécessaires pour protéger l’Irak et son peuple et pour dissuader toute tentative de déstabilisation », a déclaré le conseiller à la Sécurité nationale irakien, Falih al-Fayadh, cité par le NYT en réponse aux attaques de jeudi. Mais en cas de poursuite des opérations israéliennes en Irak, la relation entre les États-Unis, grand allié de l’État hébreu, et Bagdad pourrait être compromise. Un haut responsable américain a déclaré au New York Times que les tensions exacerbées entre Washington et Bagdad pourraient conduire l’Irak à exiger que les États-Unis retirent leurs troupes du pays. Cela représenterait un revers stratégique de première importance pour les Américains qui utilisent leurs 5 000 soldats et leurs bases dans le pays pour surveiller les agissements de l’Iran.Le fait que le NYT, qui cite des responsables américains, révèle la responsabilité israélienne dans ces frappes laisse penser que Washington a voulu rendre l’opération publique, peut-être pour signaler son mécontentement à Israël. Washington n’a en effet pas intérêt à voir le terrain irakien se transformer en un champ de bataille israélo-iranien, alors que le pays est relativement resté à l’abri de l’escalade régionale liée au bras de fer américano-iranien.


(Lire aussi : Israël veut montrer qu'il est "prêt à frapper les intérêts iraniens, même en Irak")



Pas d’immunité

Dans une interview accordée à la télévision israélienne en langue russe Channel 9, diffusée jeudi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a laissé entendre qu’Israël pourrait mener si nécessaire des frappes contre des cibles iraniennes en Irak. « Bien sûr, j’ai laissé les forces de sécurité libres et leur ai ordonné de faire le nécessaire pour contrecarrer les plans de l’Iran », a-t-il affirmé, sans toutefois désigner directement l’Irak comme cible potentielle. Le chef du gouvernement israélien, interrogé lundi lors d’une visite à Kiev, en Ukraine, avait déjà précisé que « l’Iran n’a d’immunité nulle part ».

L’Iran a mobilisé ces derniers mois, de façon intensive, d’importants moyens militaires en Irak, et notamment un grand nombre de ses missiles balistiques dont certains peuvent atteindre Israël ou encore Riyad, la capitale saoudienne. Ils sont abrités dans des bases dirigées par les gardiens de la révolution (pasdaran).

Sur le terrain irakien, Téhéran peut également compter sur des milices paramilitaires qui lui sont fidèles, notamment le Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire), qui a, ces dernières années, acquis un poids important dans le pays, tant sur la scène militaire que politique. Cela s’est vérifié avec son arrivée à la deuxième place lors des élections législatives de mai 2018. Ces milices sont, par ailleurs, l’une des armes de prédilection et un moyen de pression des Iraniens dans leur bras de fer avec les États-Unis. Ils l’ont déjà montré avec le tir d’une roquette depuis le Sud irakien (zone d’influence de l’Iran dans le pays) dans la région où se trouve l’ambassade américaine, la « zone verte », au début de l’escalade avec Washington, le 19 mai dernier.


Lire aussi

Israël aurait frappé des cibles iraniennes en Irak

Israël met en garde Damas contre la présence des milices pro-iraniennes

Israël, "seul pays à tuer des Iraniens", déclare un ministre israélien

Les avions de combat israéliens peuvent atteindre l'Iran, prévient Netanyahu

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

De plus en plus en Europe et dans le monde l'opinion publique se tourne contre cette éternelle politique de répression et de colonisations israéliennes... Sans perspectives. Il suffit de lire les articles depuis quelques semaines concernant les francs-maçons français qui eux aussi prennent position contre l'expensionnisme de l'extrême droite israélienne qui gouverne le pays depuis laps de temps et la situation de la région devient catastrophique.

Ces frappes continuelles d'Israël n'a jamais rien résolu depuis bientôt 80 ans bien au contraire.

L'ouverture d'esprit et plus d'égards et de justice à l'intention du peuple palestinien seront bien appréciée par la communauté internationale.

À quand la main tendu pour une fraternité entre peuples de la région ? Loin des frappes meurtrières des menaces et du chaos ?

Un geste de bonne volonté de la part de chacun et la paix devient possible.

PAUL TRONC

Par contre israel , pays usurpateur institutionnalisé a , lui , immunité partout .

Eh oui n'est pas peuple élu qui veut ….

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CHASSEUR ISRAELIEN CHERCHE SES PROIES IRANIENNES PLUS ACCESSOIRES EN SYRIE ET EN IRAQ ET LES ABAT SANS REPI. SIGNE DE RESOLUTION ET DE FORCE. NAIVETE QUE DE CROIRE AUTREMENT.

PAUL TRONC

Tant que c'est pas fini, c'est pas encore fini.

Pour ne pas trop m'étaler sur la question et éviter une censure de l'olj comme ce fût le cas hier sur l'article des frappes israéliennes sur l'irak,je voudrai dire tout simplement, que c'est pas des frappes douteuses et non vérifiables quant à leur efficacité qui ont jusqu'à présent pu empêcher les iraniens de progresser dans tous les champs de batailles militaires.

Je ne comprend pas qu'on puisse parler d'un terrain de chasse .

Qu'a voulu dire mr saikali par ça ????????

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Les Iraniens sont-ils allés trop loin ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants