Rechercher
Rechercher

À La Une - Yémen

Khamenei reçoit le porte-parole des houthis

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis "cherchent à diviser le Yémen", a jugé le guide suprême iranien.

Le porte-parole des houthis, Mohammed Abdel Salam (aguche), reçu le 13 août 2019 par l'ayatollah Ali Khamenei à Teheran. AFP PHOTO / HO / KHAMENEI.IR

L'Iran a réaffirmé mercredi au plus haut niveau son soutien aux rebelles houthis du Yémen, à l'occasion de la réception d'un de leurs responsables par le Guide suprême, au moment où la coalition militaire anti-houthis menée par l'Arabie saoudite est confrontée à des dissensions.

L'ayatollah Ali Khamenei a reçu mardi soir à sa résidence le porte-parole des houthis, Mohammed Abdel Salam, et réitéré l'appui de son pays aux rebelles, qui contrôlent la capitale yéménite Sanaa et d'autres régions du pays depuis plusieurs années.

"Je déclare mon soutien à la mujahidah (lutte) pour le Yémen", a-t-il dit, dans une référence apparente aux rebelles, selon un communiqué posté sur son site internet. Dans le même temps, il a dénoncé les "crimes" de la coalition conduite par l'Arabie saoudite, qui intervient militairement depuis 2015 contre les houthis, en appui au gouvernement yéménite. L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis --un pilier de cette coalition--, "ainsi que leurs soutiens ont commis des crimes majeurs au Yémen", a déclaré le Guide, en dénonçant "l'indifférence du monde occidental" vis-à-vis de ces "crimes". Riyad et Abou Dhabi "cherchent à diviser le Yémen", a-t-il encore jugé.

L'ayatollah Khamenei a appelé à des pourparlers pour mettre fin au conflit. "Etant donné la diversité religieuse et ethnique du Yémen, protéger l'intégrité du Yémen nécessite un dialogue interne", a-t-il dit.

La guerre qui fait rage depuis plus de cinq ans entre houthis et camp antirebelles a fait des dizaines de milliers de morts, et le pays connaît la pire crise humanitaire du monde selon l'ONU.

Ces combats se sont doublés ces derniers jours d'affrontements sanglants entre forces de la coalition anti-houthis dans le sud. Ils ont opposé à Aden, la grande ville du sud, des unités loyales au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par Riyad, à la force appelée "Cordon de sécurité", formée par Abou Dhabi et liée à un mouvement séparatiste sudiste. Riyad et Abou Dhabi ont tenté ces derniers jours de surmonter ces divisions à l'intérieur de leur camp.

Dans le cadre du conflit yéménite, l'Arabie saoudite accuse régulièrement l'Iran d'armer les houthis. Téhéran dément, en assurant que son soutien est purement politique.



Lire aussi

Au Yémen, les failles de l’alliance stratégique entre Saoudiens et Émiratis

Au Yémen, les séparatistes du sud adoptent un ton conciliant après des combats meurtriers

Le processus de paix au Yémen : cinq ans d’erreurs à répétition


Pour mémoire

L’arsenal des houthis, menace directe pour l’Arabie saoudite

Quelle issue pour le conflit au Yémen ?

La guerre au Yémen, un conflit dans l’impasse





L'Iran a réaffirmé mercredi au plus haut niveau son soutien aux rebelles houthis du Yémen, à l'occasion de la réception d'un de leurs responsables par le Guide suprême, au moment où la coalition militaire anti-houthis menée par l'Arabie saoudite est confrontée à des dissensions. L'ayatollah Ali Khamenei a reçu mardi soir à sa résidence le porte-parole des houthis, Mohammed...

commentaires (4)

LE PION CHEZ SON MANIPULATEUR !

CENSURE GRAND PROBLEME POUR REABONNEMENT + SOUTIEN

18 h 13, le 14 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LE PION CHEZ SON MANIPULATEUR !

    CENSURE GRAND PROBLEME POUR REABONNEMENT + SOUTIEN

    18 h 13, le 14 août 2019

  • Excellente question à poser aux américains , aux français et au britaniques , sans oublier les israéliens . En quoi sont ils concernés par le Yémen et le Liban ? Et la Lybie , et l'Afghanistan et l'Irak etc....etc.... C'est pas parce qu'on se fait botter la croupe qu'il faudra commencer à se poser ce genre de question , mais il fallait le faire bien avant .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 16, le 14 août 2019

  • C'est ce genre de théories exprimées par Khamenei, le soi-disant sauveur des Houthis au Yémen, que ce chevalier-servant des opprimés essaye par tous les moyens et avec ses alliés fidèles et soumis chez nous au Liban de mettre en pratique. Au fait...l'Iran...en quoi est-il concerné par le Yémen et le Liban ? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 46, le 14 août 2019

  • Cette rencontre a de quoi donner des cauchemars aux prédateurs occidentaux flanqués de leurs larbins arabes du golfe . Seules les courageuses résistances ont payé dans l'histoire de l'humanité , rester là assis dans son fauteuil dans un douillet salon à prôner la paix , le bonheur etc... sans lever le plus petit cri d'horreur sur les bourreaux , en soutien aux victimes , revient à commettre un crime de complicité avec ces bourreaux . Faut pas oublier , les appels lénifiants et mielleux au bonheur , à la paix etc... ne fera pas que celui ci se présentera à votre porte , il faut aller les chercher avec les poings et les dents . Vive les résistances , toutes les résistances . Et que les meilleures gagnent .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 48, le 14 août 2019

Retour en haut