Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Comati à L'OLJ : La décharge de Costa Brava va rouvrir dans les heures qui viennent

Le ministre précise qu'une entente avait été trouvée entre la Fédération des municipalités de la banlieue sud de Beyrouth et les autorités concernées.

Des camions acheminant des ordures empaquetées vers la décharge de Costa Brava, située à proximité de l’aéroport international de Beyrouth. Photo d’archives/ANI

Le ministre d’État pour les Affaires du Parlement, Mahmoud Comati (Hezbollah), a annoncé jeudi à L'Orient-Le Jour que la crise liée à la décharge côtière de Costa Brava, située dans la région de Choueifate (au sud de Beyrouth), sera réglée "dans les heures qui viennent".

Mardi, la Fédération des municipalités de la banlieue sud de Beyrouth avait pris la décision d'empêcher les camions transportant les déchets de Beyrouth, ainsi que des cazas de Baabda, du Chouf et d'Aley, que dessert la décharge de Costa Brava, d'arriver à destination et de déverser leur cargaison d'ordures.

Le ministre Comati a précisé à l'OLJ qu'une entente avait été trouvée entre la Fédération des municipalités de la banlieue-sud de Beyrouth et les autorités concernées. Selon M. Comati, l'entente consiste à rouvrir temporairement la décharge de Costa Brava pendant un mois et à payer aux municipalités les dus impayés depuis deux ans, à savoir 8 millions de dollars par an et par municipalité. Selon Mahmoud Comati, "des promesses ont été faites également par rapport aux solutions transitoires et définitives à la crise des déchets", évoquant "l'aménagement d'une troisième décharge pour la région de Beyrouth et du Mont-Liban", ainsi qu'un "débat sérieux autour de la solution définitive" à la crise.

Ces dernières 48 heures, de nombreuses réunions ont été tenues, notamment avec le ministre de l'Environnement, Fady Jreissati, et le Premier ministre, Saad Hariri, pour tenter de trouver une issue au problème. M. Comati avait alors déclaré à l'issue d'une réunion avec le chef du gouvernement être parvenu à une "feuille de route en vue d'une solution pour tous les déchets du Liban, y compris ceux enfouis à Costa Brava", démentant par ailleurs toute dimension politique à cette affaire.

Sur le terrain, les déchets de Beyrouth (200 tonnes dans ce cas), d’une partie du caza de Baabda et de la totalité des cazas de Aley et du Chouf n’ont pas pu atteindre la décharge jeudi pour la deuxième journée consécutive.



Lire aussi
Plan de Jreissati pour la gestion des déchets : le ver est-il dans le fruit ?

Odeurs nauséabondes sur le Grand Beyrouth : quand s’attaquera-t-on aux racines du problème ?

Pas d’alternatives à l’agrandissement des décharges, affirme Jreissati

F. Jreissati : Nous aspirons à traiter 80 % et à n’enfouir que 20 % des déchets

Le ministre d’État pour les Affaires du Parlement, Mahmoud Comati (Hezbollah), a annoncé jeudi à L'Orient-Le Jour que la crise liée à la décharge côtière de Costa Brava, située dans la région de Choueifate (au sud de Beyrouth), sera réglée "dans les heures qui viennent".Mardi, la Fédération des municipalités de la banlieue sud de Beyrouth avait pris la décision d'empêcher les...
commentaires (3)

Le provisoire qui dure pour une mer bleue qui devient la plus belle en ordures et sans oublier son parfum de vomissements qui perdure .

Antoine Sabbagha

18 h 40, le 25 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le provisoire qui dure pour une mer bleue qui devient la plus belle en ordures et sans oublier son parfum de vomissements qui perdure .

    Antoine Sabbagha

    18 h 40, le 25 juillet 2019

  • LES INCINERATEURS SI BIEN EMPLOYES ET CONTROLES SONT LA SOLUTION TEMPORAIRE ACTUELLE. BEAUCOUP MOINS DE POLLUTION ET D,ODEURS NAUSEABONDES. A MOINS QU,ON AILLE DIRECTEMENT A DES SOLUTIONS ECOLOGIQUES ET RADICALES QUE SONT LES USINES DE TRAITEMENT DES DECHETS ET DES EAUX POLLUEES.

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 24, le 25 juillet 2019

  • Formidable et vraiment génial, Messieurs Mahmaoud Comati et tous ceux qui s'agitent pour en définitive: 1) rouvrir la décharge de Costa Brava, au bord de la mer...youppie ! 2) aménager une troisième décharge pour la région de Beyrouth et du Mont Liban On croit rêver...et on vous demande, Messieurs, toutes ces belles décharges décoratives et odorantes à la merci de tempêtes et d'inondations de plus en plus fréquentes dues au changement climatique, sont-elles vraiment moins nocives pour notre santé...que quelques incinérateurs bien placés et contrôlés ??? La population augmente sans cesse, les réfugiés de toutes sortes aussi, mais notre Liban continue d'avoir la même superficie de 10'452 Km2...alors...deviendra-t-il une "République de décharges"...??? Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 07, le 25 juillet 2019

Retour en haut